FAQ-SuivreTaraPacific.xlsx
 Share
The version of the browser you are using is no longer supported. Please upgrade to a supported browser.Dismiss

 
View only
 
 
Still loading...
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZAA
1
2
Bienvenue sur la Foire Aux Questions du dispositif :
3
"Accompagnement à la carte pour suivre Tara Pacific"
4
5
Thème général
Thème particulier
Niveau QuestionsQui vous répond ? RéponsesLien Date
6
CORAILlongévitéprimaireQuelle est la durée de vie des coraux ?L'équipe TARA EXPEDITIONS à terreLa durée de vie des coraux dépasse de loin celle des tortues géantes des Galápagos, vivant plus de 200 ans. Certaines colonies auraient peut-être plusieurs centaines voire plusieurs milliers d'années selon certains experts.Avant Septembre 2016
7
CORAILenvironnementprimaireExiste-t-il des espèces de coraux qui ne stressent pas quand la température de l'eau dépasse les 30°C ?L'équipe TARA EXPEDITIONS à terreLes coraux se trouvent généralement dans les mers chaudes soit entre 22 et 28 °C. Le stress des coraux peut avoir diverses causes, dont par exemple : l'augmentation ou la baisse des températures, l’augmentation des UV B dans l'irradiance solaire, l’augmentation de l’acidité de l'eau, due à une acidification des océans et l’augmentation de la densité dans l’eau de mer de produits potentiellement toxiques pour les coraux.Avant Septembre 2016
8
CORAILcouleursprimaireD'où viennent les couleurs des coraux ?L'équipe TARA EXPEDITIONS à terreLa couleur des coraux est un mélange des colorants produits par les polypes de corail et des pigments végétaux contenus dans l'alliage unicellulaire qui vivent dans les polypes. Le polype est le résultat de la rencontre d’un spermatozoïde et d’un ovule, c'est le stade asexué du corail.Avant Septembre 2016
9
CORAILcroissanceprimaireComment font-ils pour s'étendre et se développer ?L'équipe TARA EXPEDITIONS à terreIls déposent un squelette dur au-dessous des polypes vivants. Pendant que le polype se développe, le corail continue encore à grandir derrière ce squelette. Les polypes peuvent bourgeonner, et ainsi faire leur squelette tout en formant des colonies.Avant septembre 2016
10
CORAILsymbioseprimaireCertaines algues autres que les zooxanthelles pourraient-elles vivre en symbiose avec les coraux ?L'équipe TARA EXPEDITIONS à terreDe nombreux coraux vivent en symbiose avec des végétaux unicellulaires : les zooxanthelles dans les mers chaudes ou d'autres espèces de phytoplancton dans les mers froides.La symbiose est une association intime et durable entre deux organismes.Avant septembre 2016
11
CORAILreproductioncollègePeut on replanter le corail, comme on plante une forêt ?Un(e) scientifiqueA vrai dire beaucoup de travaux portent sur des techniques de restauration du corail. Tout d’abord il faut savoir que le corail possède deux modes de reproduction : un mode de reproduction que l’on dit sexué, c'est-à-dire qui fait intervenir la rencontre d’une cellule reproductive male (un spermatozoïde) et d’une cellule reproductive femelle (un ovule). Dans ce mode de reproduction, l’œuf, une fois fécondé va se développer en une larve qui lorsqu’elle aura trouvé un substrat favorable, pourra se fixer et se métamorphoser en petit polype et sécréter son squelette calcaire. Le problème à ce jour c’est que nous ne maitrisons pas bien la reproduction sexuée du corail en aquarium et qu’il nous est donc difficile de « replanter » des larves de corail comme ça dans la nature. Le second mode de reproduction est dit asexué car, contrairement au premier, il ne fait pas intervenir de gamètes ou de fécondation. Le principe est de produire un ou plusieurs individus à partir d’un seul parent. On peut appeler ça aussi de l’autoreproduction. Les coraux peuvent donc se reproduire sous forme de fragmentation, c'est-à-dire qu’un fragment de la colonie, une fois séparé de la colonie mère, va se refixer sur le substrat (si celui-ci est favorable) et continuer sa croissance indépendamment de la colonie mère dont il vient. Nous maitrisons beaucoup plus ce mode de reproduction ! Il est assez facile de récupérer dans le milieu naturel un fragment d’une colonie, de le faire grandir et de le fragmenter à l’infini. On appelle cela le reboutage de corail (car on coupe un morceau et « reboute » le corail ailleurs). Cependant, la difficulté vient des techniques de fixation que l’on utilise. Comme le corail doit absolument être fixé à un substrat pour survivre, il faut trouver un moyen de le fixer sur un substrat du milieu naturel sans ajouter de produit nocif pour l’environnement ! Ce n'est donc pas aussi facile que de planter un arbre, mais beaucoup de travaux tentent de résoudre ce problème.octobre 2016
12
CORAILnourritureprimaireDe quoi se nourrissent les coraux ?L'équipe TARA EXPEDITIONS à terreLes coraux sont des animaux carnivores ! La nuit, lorsque le zooplancton (les tous petits animaux qui dérivent au gré des courants) remonte vers la surface lors de la migration nocturne, les coraux sont à l'affut ! En étudiant les coraux pendant la nuit, les chercheurs ont en effet découvert dans leur « estomac » des larves, des œufs de poissons, des vers et de minuscules crustacés. Par ailleurs, on a également découvert que les coraux sont des chasseurs « au lasso ». En effet, les tentacules des polypes de Cnidaires sont pourvus de filaments urticants appelés les cnidoblastes. Ces derniers s’agitent en tous sens et explorent leur environnement. Ils agissent comme de minuscules harpons. Mais cette chasse ne fournit au corail que 20% de ses besoins énergétiques... Le complément provient de la symbiose avec une algue, la zooxanthelle, qui vit à l'intérieur du corail. Le corail ne pourrait pas vivre dans cette algue et cette algue a besoin de lumière pour vivre. Cette algue fournit au corail des éléments nutritifs importants comme les glucides.octobre 2016
13
CORAILecosystèmeprimairePourquoi y-a-t-il des poissons qui vivent dans les coraux ?L'équipe TARA EXPEDITIONS à terreLes récifs coralliens constituent une zone de protection favorable aux jeunes poissons. En effet, ils peuvent y trouver de quoi se nourrir, de quoi se cacher des prédateurs et de quoi grandir à l'abri des tempêtes… Ainsi, les scientifiques estiment que les récifs coralliens abritent 25% de la biodiversité marine alors qu'ils ne sont présents que sur une toute petite surface des océans (moins de 0,2%)octobre 2016
14
CORAILsymbioselycéeComment se fait la symbiose entre les polypes et un zooxanthelle ?Un(e) scientifiqueEn fait, l’acquisition des zooxanthelles peut se faire de deux façons : soit les zooxanthelles sont transférées de la colonie « «mère » à l’œuf ou à la larve (c’est le cas par exemple des espèces Montipora sp., Pocillopora damicornis). On dit alors que la transmission est verticale (car provient de la mère). Ou bien certains œufs peuvent être libérés dans la colonne d’eau sans zooxanthelle provenant de la mère, et c’est lors de leur métamorphose que les larves de coraux pourront acquérir leurs propres zooxanthelles présents dans la colonne d’eau.octobre 2016
15
CORAILépongeslycéeQuels sont les points commun alimentaires entre les coraux et les éponges ?Un(e) scientifiqueTout comme les éponges, les coraux se nourrissent en filtrant l’eau qui les entoure pour récupérer des algues microscopiques unicellulaires (que l’on appelle le phytoplancton) ou encore de la matière inorganique ou organique morte en suspension dans la colonne d’eau. Certaines éponges carnivores on également la capacité de capturer de petits crustacés grâce à leur spicules (de petits crochets) et de les digérer alors qu’elles n’ont aucune cavité digestive ! C’est le cas de certaines espèces présentes en Mer Méditerranée. Cependant les mécanismes d’alimentation sont un peu différents : pour se nourrir, le corail sort ses tentacules des cavités et filtre de façon passive l’eau conduite par les courants, alors que la plupart des éponges ont également la capacité de pomper l’eau environnante et d’ensuite l’expulser après avoir digérer les particules en suspension. Par ailleurs, l’alimentation du corail ne provient pas uniquement de l’extérieur. Le corail se nourrit aussi en grande partie par l’intermédiaire des zooxanthelles qu’il héberge et qui lui fournissent directement les sucres et oxygène, indispensable à sa croissance. Cette symbiose peut assurer 30 à 90% l’alimentation du corail, alors qu’elle est beaucoup plus rare et moins importante chez les éponges.octobre 2016
16
CORAILplancton et corailcollègeLe plancton a-t-il un rôle dans la vie des coraux ?
L'équipe TARA EXPEDITIONS à terre
Un rôle très important puisqu'ils sont la nourriture des coraux !! En effet, les coraux sont des animaux carnivores ! Cf question ligne 12
nov. 2016
17
CORAILmenacespourquoi les coraux sont-ils devenus en voie de disparition?Les membres d'équipage à bord de Tara (en particulier une scientifique)Les coraux vivent généralement dans un environnement très stable, sans quasi être perturbés ; mais le récent « changement climatique global » lui fait subir des variations fortes et soudaines : entre modification de température, d'acidité, et du niveau de la mer, le corail est stressé, souffre et meurt lorsque la petite algue qui vit à l'intérieur l'abandonne... C'est un peu comme si on vous mettait à vivre d'un coup du jour au lendemain dans un four très chaud alors que vous étiez habitués à vivre en France entre 15 et 25°C ; vous ne vous sentiriez pas très bien a priori... En plus de cela, le corail subit « localement » un stress supplémentaire lié à l'activité humaine qui n'aide pas aller dans le bon sens... nov. 2016
18
CORAIL
impact de la pollution
collègeComment les pollutions locales impactent-elles les récifs coralliens? ET que faire pour limiter cette pollution ?Les membres d'équipage à bord de Tara (en particulier une scientifique)Malheureusement, tous les rejets des hommes dans les fleuves et rivières finissent par arriver en mer, et en conséquences, il en va de même pour toutes les pollutions qui s'y rattachent ! Cela va des engrais chimiques utilisés dans les champs aux métaux lourds en passant par les eaux usées et hydrocarbures... Par exemple, dans le cas des engrais, la petite algue qui vit dans le corail va s'en « nourrir » et grandir beaucoup plus vite que le corail qui vit normalement en harmonie (« symbiose ») avec cette dernière mais qui lui a peu de nourriture à disposition... cela va donc perturber leur équilibre et provoquer des dysfonctionnements. Pareillement, les détergents rejetés de nos maisons dans les douches et toilettes vont tout autant leur nuire... tout comme les sédiments charriés par les fleuves se déposant sur les coraux qui sont autant « d'agressions » contre lesquelles ce dernier utilisera de l'énergie pour essayer de s'en débarrasser ! Des causes indirectes peuvent aussi avoir des conséquences sur le corail, comme la « surpêche » : les poissons manquant (qui ont été trop pêchés) ne peuvent plus manger les grosses algues qui se retrouvent ainsi à proliférer, du jour au lendemain, étouffant le reste de la végétation (« flore »). On voit au final que les problématiques sont nombreuses et complexes, et que le point de départ à tout cela est de bien comprendre d'où vient la pollution, où elle va, et à quel point elle impacte le corail afin de mieux la cerner. Les choses à faire pour solutionner une partie du problème sont nombreuses : -créer une police qui punirait les rejets dans l'eau (et plus globalement une « police de la mer ») -réduire l'utilisation et rejets des engrais -continuer à créer des aires marines protégées (pour éviter la surpêche !) -et bien entendu, vivre et consommer (utiliser les ressources) de manière « durable » : c'est une mission que chacun d'entre nous peut se donner tout de suite pour changer les choses, chez soi, à la maison et au travail ou à l'école !nov. 2016
19
CORAILmenacescollègeComment l'acidification et l'augmentation de la température des océans perturbent-ils le fonctionnement du corail?
L'équipe TARA EXPEDITIONS à terre
Les récifs sont en train de disparaître un peu partout à cause de l'augmentation de température des eaux de surface et à cause du CO2 émis dans l'atmosphère par les activités de l'homme. D’autres raisons à cela : la surpêche, le tourisme de masse, les constructions à partir de squelettes de coraux, ... Pour comprendre pourquoi le corail n'aime pas que l'eau se réchauffe, je te conseille de regarder cette petite vidéo/animation qui te raconte la vie de Frank le Corail : http://oceans.taraexpeditions.org/rp/video-le-blanchissement-du-corail-en-animation/ et de faire les jeux proposés dans le livret accessible ici : http://oceans.taraexpeditions.org/rp/activites-educatives-blanchissement-du-corail/ .Il y est expliqué que le corail vit en symbiose ( ce qui veut dire qu'il ne peut pas vivre sans) avec une algue, qui lui donne sa couleur. Lorsque la température de l'eau monte, l'algue est expulsée du corail, le corail perd sa couleur, devient tout blanc et finit par mourir…L'acidification des océans est une autre grande menace pour les coraux qui construisent les récifs grâce à l’accumulation progressive de squelettes calcaires. Plus l’acidité de l'eau augmente, plus la formation d’un squelette demande de l’énergie (l'acide dissout le calcaire, tu peux en faire l'expérience en mettant de la poudre de calcaire dans un tube à essai avec du vinaigre qui est acide), et les coraux deviennent donc plus vulnérables !!nov. 2016
20
CORAILmort collège
Y a t-il des endroits où le corail est mort?
L'équipe TARA EXPEDITIONS à terre
Malheureusement oui, c'est déjà trop tard pour certaines zones ! Selon de récentes estimations, 20% des récifs sont actuellement détruits, 15% sont sérieusement endommagés et risquent de disparaître d'ici une dizaine d'années et 20% supplémentaires seront menacés d'ici moins de 40 ans.nov. 2016
21
CORAIL
conditions environnementales
collègeLa salinité de l'eau a t-elle une importance sur la santé des récifs coralliens?
L'équipe TARA EXPEDITIONS à terre
Tout à fait ! Les coraux sont sensibles au taux de sel. Ils ne peuvent survivre que dans des eaux dont la salinité est comprise entre 35 et 40 psu.Tu peux découvrir les autres contraintes du milieu de vie dans la fiche suivante (partie I) : http://oceans.taraexpeditions.org/echosdescale/wp-content/uploads/2016/09/corail-ressources.pdf
22
CORAILrespirationprimaire Par où le corail respire-t-il ?
L'équipe TARA EXPEDITIONS à terre
Les coraux solitaires et chaque individu d'une colonie absorbent l'oxygène dissous dans l'eau de mer par toute la surface de leur corps.
23
CORAILépongescollège
Pourquoi vous intéressez-vous aux éponges ? Y a-t-il une symbiose entre les éponges et les algues, comme pour les coraux et les zooxanthelles ?
Les membres d'équipage à bord de Tara (en particulier une scientifique)Pourquoi les éponges ? Il faut d’abord savoir ce que sont les éponges. Quand on parle d’éponges, tout le monde ou presque voit son éponge pour la vaisselle et son éponge de toilette. Elles sont bien connues pour ça, même si elles ne sont pas toutes naturelles. Mais savez‐vous si c’est un animal ou un végétal ? L’éponge classique végétale est fabriquée artificiellement. La vraie éponge, l’éponge de toilette, celle que l’on récupère dans l’eau est bien un animal aquatique (qui vit dans l’eau), qui vit fixé sur le substrat. Les océans renferment le plus grand nombre d’éponges (environ 8000 espèces différentes) allant de la surface jusqu’aux abysses. Il faut donc plonger pour aller les voir ! L’ensemble du corps de l’éponge est organisé pour la filtration de l’eau : c’est en filtrant ce qu’il y a dans l’eau que l’éponge se nourrit ! Alors même qu’il n’y a pas d’organes (pas de tube digestif, pas de système nerveux…), on dit qu’elles sont « suspensivores ». L’eau passe par de petits pores inhalant, circule dans de petits canaux et ressort par un pore exhalant (l’oscule). Pendant tout ce circuit, de petites cellules captent la nourriture présentent dans l’eau. Certaines éponges peuvent filtrer 10 000 à 20 000 fois leur volume d’eau en 1 seule journée ! De vraies championnes ! De récentes découvertes ont cependant montré qu’il existe aussi des éponges carnivores ! Les éponges n’ont peut‐être pas d’organes mais elles ont un squelette. Certaines sont plus « moles » avec un squelette fait de « spongine », ce sont celles utilisées pour se laver, lessiver les murs, se démaquiller, ou encore utilisées autrefois en médecine en chirurgie… D’autres ont un squelette en calcaire ou en silice (verre), de petits éléments fabriqués par l’éponge : les spicules. Parmi toutes les espèces d’éponge, seul un petit nombre possède un intérêt direct pour l’homme, ce sont bien sûr les éponges de toilette, de décoration ou de nettoyage, utilisées depuis l’Antiquité. Mais la science s’y intéresse pour plein d’autres raisons... Leur organisation cellulaire relativement simple permet de faire des études sur le développement embryonnaire et de comprendre certains mécanismes de l’évolution animale. Nous nous intéressons aussi à leur biodiversité, à leur rôle dans l'environnement, aux interactions entre elles et le milieu qui les entoure. Elles sont dominantes et peuvent représenter jusqu’à 80% des organismes fixés dans les grottes ! Et plus récemment, nous nous intéressons aux composés chimiques qu’elles produisent et qui peuvent présenter des propriétés extraordinairement variées potentiellement utilisables en médecine (déjà certains médicaments proviennent de molécules issues d’éponges). Ces composés peuvent être anti-inflammatoires, anti‐cancéreux, anti‐viraux… Et oui, il y a bien une symbiose aussi chez les éponges ! Dans les éponges, on trouve parfois des cellules végétales (algues), des bactéries et même des cyanobactéries (bactéries photosynthétiques). Tout ce petit monde vivant en harmonie (symbiose). Ces organismes joueraient un rôle très important dans le métabolisme de l’éponge en transformant la nourriture puisée dans l’eau en énergie pour le fonctionnement général de l’éponge. Les éponges peuvent aussi présenter de drôles de symbioses, comme par exemple avec des Bernard- l’ermite : l’éponge profite des restes de repas et offre en retour un abris plus sûr ! On peut également trouver des « Spongia Officinalis », dans les grottes, où plus on va vers les fonds plus elle sera blanche alors qu’hors grotte elle sera grise... ceci dû en partie aux cyanobacteries présentes...
24
CORAILpoissonsprimaireSavez-vous quelles espèces de poisson ont disparu à cause de la disparition du corail ?Les membres d'équipage à bord de Tara (en particulier une scientifique)Fort heureusement, le corail n’est pas encore en voie de disparation bien qu’il soit tout de même menacé. C’est difficile de déclarer une espèce complètement ‘’disparue’’, surtout dans des endroits aussi vastes que l’Océan. C’est certain que le recouvrement corallien diminue dû à la pollution –à l’acidification de la mer- et au réchauffement de l’eau, les bancs de poissons qui se nourrissent et/ou vivent autour du corail évoluent en fonction de celui ci...Les demoiselles, par exemple, s’abritent dans les coraux mais quand ceux-ci diminuent, les bancs de poissons cherchent d’autres habitats. Il en va de même pour tous les poissons juvéniles qui voient leurs abris disparaître et sont aussi plus vulnérables face aux prédateurs. Autre exemple de 2006 à 2010, « l’Acantasthere » (grosse étoile de mer qui mange le corail) a endommagé fortement le récif des côtes de Moorea. Quelques années plus tard, en 2010, c’est le cyclone Oli qui a détruit une partie du corail... Suite à ces deux épisodes, les populations de poissons perroquets qui se nourrissent essentiellement du corail (d’où leurs becs) ont beaucoup diminué car ils n’avaient plus rien à manger.
25
CORAILmobilitéprimaire
Comment le corail peut-il se déplacer ?
L'équipe TARA EXPEDITIONS à terre
Les coraux ne se déplacent pas à proprement parler, mais ils s'étendent....En effet, la multiplication des polypes et la croissance permanente de leur squelette calcaire conduisent à l’édification de colonies coralliennes qui forment les récifs en s’accumulant au fil du temps. Certaines sont si grandes, qu'on les voit depuis l'espace !
26
CORAILzooxanthellesprimaireLes zooxanthelles expulsées peuvent-elles revenir vivre dans le même corail ?Un(e) scientifiqueEn théorie, la même espèce de zooxanthelle peut revenir vivre dans le même corail si celui-ci a résisté à la période de stress. Cependant, il peut se passer des semaines avant que le stress disparaisse ; et bien souvent, le corail, les zooxanthelles, ou les deux sont malheureusement morts entre temps. Eventuellement, une autre espèce de zooxanthelle peut revenir aider un corail qui aura survécu au stress.Il y a d'autres organismes qui aident le corail, même quand les zooxanthelles sont toujours accueillis dans les polypes. Ces organismes peuvent être très différents et ont chacun un rôle particulier. Il peut s'agit des bactéries, des virus (qui protègent le corail), des micro-algues, du plancton, des crustacés, des poissons, etc. En revanche, seules les zooxanthelles ont ce rôle majeur de délivrer de l'énergie au corail et elles ne peuvent pas être remplacées par un autre type d'organisme.
27
CORAIL
disparition d'espèces
primaireSavez-vous quelles espèces de poisson ont disparu à cause de la disparition du corail ?Les membres d'équipage à bord de Tara (en particulier une scientifique)Fort heureusement, le corail n’est pas encore en voie de disparation bien qu’il soit tout de même menacé. C’est difficile de déclarer une espèce complètement ‘’disparue’’, surtout dans des endroits aussi vastes que l’Océan. C’est certain que le recouvrement corallien diminue dû à la pollution –à l’acidification de la mer- et au réchauffement de l’eau, les bancs de poissons qui se nourrissent et/ou vivent autour du corail évoluent en fonction de celui ci...Les demoiselles, par exemple, s’abritent dans les coraux mais quand ceux-ci diminuent, les bancs de poissons cherchent d’autres habitats. Il en va de même pour tous les poissons juvéniles qui voient leurs abris disparaître et sont aussi plus vulnérables face aux prédateurs. Autre exemple de 2006 à 2010, « l’Acantasthere » (grosse étoile de mer qui mange le corail) a endommagé fortement le récif des côtes de Moorea. Quelques années plus tard, en 2010, c’est le cyclone Oli qui a détruit une partie du corail... Suite à ces deux épisodes, les populations de poissons perroquets qui se nourrissent essentiellement du corail (d’où leurs becs) ont beaucoup diminué car ils n’avaient plus rien à manger.
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
Loading...
 
 
 
CORAIL
SCIENCE A BORD
VIE A BORD