INNOVEZ BIO - Recensement de groupes multi-acteurs innovants
 Share
The version of the browser you are using is no longer supported. Please upgrade to a supported browser.Dismiss

 
%
123
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZAAABACAD
1
Nom du groupe
et point contact (nom, prénom, fonction/structure et rôle dans le projet)
Personne contact
(qui de nous a écrit)
Description du projet (objectif, domaine d'action/innovation)
Etat d'avancement
Description du groupe (structure du groupe, territoire concerné et echelle d'action)Enjeux du collectif : conversions, production plus ou mieux AB, transition agroécologique, source de développement économique du territoire (en réponse à quelle contrainte?)
Place de l'AB dans le projet
Caractère innovant
(type d'innovations)
Lieu / filières / territoiresLeader du groupePartenaires/acteurs impliqués et fonction de ces personnesHistorique
(degré de maturité, dynamisme, principales étapes (déterminants))
+pérennité potentielle?
motivations et attentes expriméesa) PEIb) valo innovc) analyseL’idée est de catégoriser ces groupes :
• a/ groupes ayant besoin de partenariat pour aller plus loin dans leur innovation
• b/ groupes ayant besoin de démultiplier leur innovation/valoriser leurs résultats
• c/ groupes mûrs et dispo pour analyse et caractérisation / recherche, groupes qui peuvent inspirer d'autres
2
Sol Terrae (déja suivi dans COTRAE, voir pour 2017)Joséphine Peigné et Marion CasagrandeL'objectif est de construire avec des agriculteurs des systèmes de cultures innovants (semis direct, associations, gestion des couverts) préservant la fertilité des sols. Ce travail est basé sur une approche de co-conception (chercheurs, agriculteurs et conseillers) et de mise en essai chez les agriculteurs. Etat d'avancement : le travail de conception est réalisé et les premiers essais sont mis en place en avril 2016 (3 essais pour 3 systèmes de production), deux autres sont prévus en 2017.Le groupe regroupe une 10aine d'agriculteurs sur le territoire des boucles du Rhône en Isère. Ils regroupent des agricluteurs du territoire sur des systèmes de production différents : éleveurs, céréaliers, semenciers. Leur point commun est de travailler sur la fertilité de leur sol et de faire parti d'un même territoire. Les chercheurs sont de l'Isara Lyon (agronomes et sociologue). Les conseillers font partie de la chambre d'agriculture de l'isère et du comité de territoire des boucles du Rhône.L'enjeu porte sur la fertilité des sols et l'amélioration des pratiques agricoles. C projet s'inscrit dans une tranistion agroécologique d'un territoire. Il s'inscrit ainsi dans un projet plus global sur la transition agroecologique des territoires (TERRAE). Ainsi un aspect filière pourrait être développé. Pour le moment deux agriculteurs en AB font parti du groupe et interagissent avec les auters agriculteurs, toutefois il n'y pas encore d'essais mis en place chez un de ces agriculteurs (prévu 2017).Système de culture innovant basé sur l'amélioration de la fertilité des solsBoucle du Rhône en dauphiné (isère), GC (dont 2 AB), Elevage, semencesPas de leader, suivi CA, CARDON (comité de territoire) et ISARAAgriculteurs, coopérative, ISARA, CA Isère, CARDONun an (pour une partie du groupe, 3 ans pour l'autre)revoir les systèmes de culture?002017
3
Semis direct en AB (2017)Joséphine Peigné et Marion CasagrandeCe projet a pour objectif d'adapter les techniques de non labour sous couvert végétal en agriculture biologique. Il a démarré en janvier 2016 par des enquêtes auprès d'agriculteurs et la mise en place d'un essai à Thil (Ain).Le groupe n'est pas encore réellement un groupe ! pour le moment nous avons 5 agriculteurs qui ont participé aux réunions et ateliers de conception de sytsèmes en non labour en AB. 12 agriculteurs ont été enquêtés. Ils se situent pour la grande majorité en Drôme, car les données issues de la litérature sur le non labour en AB est plus nombreuses sur les cultures de maïs et soja, cultures prépondérantes en Drôme.L'enjeu du projet est de répondre à une demande d'agriculteurs en AB qui souhaite intégrer du non labour dans leur systèmes de culture (pour des raisons organisationnelles et écologiques), mais qui fautes de références/connaissances n'osent pas ou n'y arrivent pas pour ceux qui ont déjà fait de essais. Le groupe est 100% AB.Système de culture intégrant du semis direct en ABDrôme, GC en ABpas de leaderAgriculteurs, ISARAgroupe qui va se former (janvier 2016) autour de la co-conception de systèmes de cultureadapter une nouvelle technique très innovante et risquée dans leur système de production : gain de temps.? (groupe en cours de constitution002017
4
Groupe insecteJoséphine Peigné et Marion Casagrandeje propose de laisser tomber ce groupe car nous ne travaillons pas assez avec eux, et cela demanderait trop de temps (non dispo) pour y aller.Lutte biologique par conservation + production d'auxiliaires de cultures dans les exploitationsOuest Lyonnais, Maraîchage et ArboDominique Vianney (agriculteur)Agriculteurs (dont des bio), CA 69 Dominique Berrygroupe formé depuis environ 10 ans? (à interroger, groupe déjà constitué11
5
PPAM Philippe Fleury/Audrey Vincent Structuration ou développement d'une filière PPAM (Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales) bio dans 3 contextes territoriaux différents : BioVallée, Pyrénées Orientales et Alpilles, innovation couplée (production et mise en marchéBioVallée : Opérateurs des filières et collectivités locales. Territoire rural : biovallée; Rivesaltes: Le porteur est l’EPLEFPA Perpignan-Roussillon (lycée agricole), le syndicat agricole des producteurs du département a un rôle de plus en plus moteur.
Territoire : Diversifié : périurbain et rural. Dynamique ancienne de développement de l’AB dans le département (17,2% de la SAU en 2014). ALpilles : Le parc, l'intercommunalités et des agriculteurs et artisans
- BioVallée: assurer la pérénisation d'une filière ancienne et positionnée sur un marché
international et concurrentiel - Pyrénées Orientales/Rivesaltes: accompagner l'émergence d’une nouvelle filière en production végétale en AB en réponse à la crise viticole.Réponse à la crise viticole et diversification,
Lutte contre les friches (érosion, incendie, paysage) -Alpilles: logique individuelle du parc visant à valoriser les ressources locales
innovations couplées: production, transformation, commercialisation, organisationnelle

Techniques : production (espèces, variétés, récolte), transformation (distillation), produits (huiles bientôt eaux florales) et marketing (projet de marque)
Organisationnelles pour fédérer de la production aux acheteurs et aux consommateurs
Drome, Pyrénées orientales, Bouches du rhonesyndicat agricole des producteurs de plantes à parfum; lycée agricole rivesaltestrès nombreux : Lycée agricole a l’initiative du projet, appui de la CA
Entreprises de transformation. Les producteurs membres du bureau du syndicat sont aujourd’hui leaders.
4-5 ans filière en cours de structuration, partie de zéro, très innovante.
2008 : certification AB de l’ensemble du lycée
2010 : démarrage du projet filière PPAM à l’échelle du département, les surfaces restent modestes (moins de 10ha) mais de plus en plus d’agriculteurs intéressés
2015 : installation alambic.
Appui à l'innovation organisationnelle et structuration de filière? inspiration des groupes les uns les autres. 0 pourquoi pas ? 11
6
Paysans des Hautes-AlpesPhilippe Fleuryon propose de laisser tomber-relocalisation de la production alimentaires dans les Hautes-Alpes; circulation des savoir-faire paysans et des pratiques agro-écologique Hautes-AlpesADEAR 05ADEAR 05, une chercheuse anglaisedeuxième année, intéressant car dans un confin: les Hautes-Alpes; pas encore contacté
7
Epicerie citoyenne en Pays de la Loire (en projet)Diana Semaska, BCApas suffisamment avancé pour en parler[en projet] Projet d'association mettant en relation, via un site internet, des citoyens à la recherche de produits locaux et sains avec des filières locales et bio, avec centralisation des commandes des conso de plusieurs producteurs en un seul dépôt. Promotion de la bio auprès des acteurs locaux et des citoyens. Modèle économique basé sur les adhésions des membres de l'association et des subventions régionales.Pays de la LoireBio Consom'acteurs VendéeBio Consom'acteurs, Région Pays de la Loire, producteurs locaux, citoyens, associations locales impliquées dans le projet, etc.0 : projet en construction
8
Le TerreauDiana Semaska, BCAvente de paniers solidaires depuis 2010 par le Terreau, asso d'insertion par l'activité économique mb du réseau Cocagne, en Ardèche. 11 ha cultivés en bio par 24 salariés en contrat d'insertion. Panier à 12 euros + adhésion et paiement à l'avance. Distrib dans centres sociaux ou locaux d'associations ou particuliers.200 familles adhérentes en 2011; 24 salariés; à Cruas, Ardèche Source développement économique du territoire : accèslégumes frais pour familles aux bas revenus et emploi pour salariés en insertion (qui ont accès au panier à moitié prix)accès bio aux familles à bas revenus : prix bas, visites jardins et ateliers culinaires. Panier hebdo pas trop contraignant. Rnecontres entre adhérentsCuas (Ardèche), jardin de Cocagne Le TerreauLe TerreauPrise en charge de la différence de prix entre conso et réel par réseau Cocagne national, CG Ardèche, CR Rhône Alpes, ministère agriculture, ministère cohésion sociale, GrDF, fondation Macif9 ans.besoins de financements pour pérenniser ou non système de paniers solidaires. souhait de développer des partenariats avec entreprises locales (comme pour transformer des produits en conserves) 011
9
Les Patates DouzDiana Semaska, BCAprix solidaire du panier bio d'une amap parisienne pour les personnes aux bas revenusamap d'environ 50 personnes dans le 12ème arrondissemnt. Maraîcher dans l'Oise (60). accès bio pour familles bas revenus: enjeu social et économiquecommissions solidarité dans une amap: panier solidaire financé grâce aux dons, système à deux prix de panierParis; OisePatates Douz'adhérents de l'amap et agriculteur Loïc Boulangerprix solidaire du panier mis en place en 2008011
10
Biocabas accessiblesDiana Semaska, BCADistrib paniers fruits et légumes par Norabio, coopérative de producteurs, grâce salariés en insertion, et pour ménages à faibles revenus (chômeurs, Rmistes, retraités, familles monoparentales). Prise en charge de 50% du prix des paniers grâce à sub du CG du Nord. Commande une semaine à l'avance (pas d'abonnement à l'année) pour pallier soucis de trésorerie de ce type de consos. Biocabas = outils pédagogique pour reconnecter familles aux produits de saison. Feuille de chou pour préparer variétés méconnues. Formation des animateurs et travailleurs des centres sociaux et maisons de quartiers par le Gabnor aux enjeux de l'agri bio, à des ateliers de cuisine et à de la pédagogie autour de la bioNord Pas de Calais. légumes et fruits distribués dans centres sociaux et maisons de quartier de métropole lilloise. Environ 750 paniers par semaine en 2011Enjeu: sensibiliser la population à la bio par l'accès à des paniers pas chers. Débouché pour producteurs bio locaux. Emploi pour les travailleurs impliqués dans la sensibilisation (centres sociaux, maisons de quartier)- accès panier prix spécial pour familles aux revenus faibles grâce à la prise en charge d'une partie de celui ci par le GABNOR - implication de salariés en insertion; - souplesse du panier (commande hebdo)métropole lilloise.Norabio (producteurs bio)Gabnor, CG Nord, maisons de quartier, centres sociaux10 ans (lancé en 2006-2007)011
11
Association Agro Bio conso Camille Dorioz (Contact à la ferme de They directement + contact dans le cadre d'actions sur le gaspillage alimentaire) AMAP ultra grande et qui ne fonctionne pas avec prépaiement, paiement internet sur tout le territoire français. Création de groupes, rend des services pour structurer des circuits courts- de commander vos courses par Internet et de venir les chercher à proximité de chez vous dans des petits regroupements villageois sympathiques ou en ville et ainsi de créer des liens dans la convivialité.
- des rencontres à thème sur la santé et l'environnement, permettant ainsi d'échanger des savoirs avec d'autres dans la simplicité et l'ouverture.
Sur tout le territoire. Association Agro Bio conso (membre de FNE)Doubs, le Rondeau + Haute saone (ferme de they) + Haute saone (AFASAME) + bioloco 31 011
12
"De l'autre côté du Pont", à LyonDiana Semaska, BCAbar-restaurant coopératif avec produits bio ou paysans et locaux, achetés direct aux producteurs. pour promouvoir une conso intelligente qui rémunère agriculteurs de manière juste, favoriser échange entre différentes couches sociales de conso, dans un quartier populaire (politique de bas prix).Scop qui commercialise depuis 2007 produits alim et cosmétiques issus de l'agriculture locale en circuit court, en privilégiant produits bio. Pour chaq catégorie de produits, 5 à 6 exploitgations agricoles. Pour épicerie sèche ou cosmétique, marques de produits bio. 24 producteurs ou fournisseurs, la plupart dans le Rhône ou l'Ain + épicerie De l'autre côté de la rue + coopérative bio à Vaulx en Velin (69) + coopérative d'économie équitable d'Ardèche pour les produits exotiques. juste rémunération des producteurs (prix d'achat fixés par les producteurs).Modèle innovant de circuit court. Structure coopérative (scop) permettant que les détenteurs des parts sociales ont le même statut même si leurs contributions sont différentes. Capital social détenu par les salariés.
autogestion démocratique (1 personne = 1 voix)
gestion de service et non de profit (excédent disponible remis à dispo des mbs en fonction de leur contribution en travail)
chaque salarié est à la fois associé (au bout d'un an, salarié invité à acheter au moins 1 part sociale à min 20 euros) et usager (en tant que travailleur) de la Scop
bar resto à Lyon. Producteurs situés dans toute la France.Boris Tavernier, salariéDe l'autre côté de la rue (épicerie bio de lyon)
coopérative bio Prairial (Vaulx-en-Velin)

Producteurs situés pour la majorité à 100 km autour de Lyon
12 ans. 011
13
"De l'autre côté de la rue" à Lyon Diana Semaska, BCAépicerie alternative de proximité à Lyon dont l'objectif est d'encourager une conso responsable.né en 2007. inspiré par le restaurant collaboratif De l'autre côté du Pont. permettre aux producteurs de fixer le prix de vente. proposer des produits accessibles en termes de prix.Scop qui commercialise depuis 2007 produits alim et cosmétiques issus de l'agriculture locale en circuit court, en privilégiant produits bio. Pour chaq catégorie de produits, 5 à 6 exploitgations agricoles. Pour épicerie sèche ou cosmétique, marques de produits bio.débouchés pour production bio.Lyon
Alice Dupuis, salariée010 ansformaliser les relations avec les producteurs (pas de contrat)
création d'une asso de consommateurs
création d'une asso de producteurs
pour participation à la gouvernance de l'asso
011
14
Planète Lilas à Vitry sur Seine (94)Diana Semaska, BCADéveloppement maraîchage naturel et circuit court et permettre aux maraîchers de vivre décemment en limitant prise de risques limiter stockage et pertes en écoulant la totalité de la prod, minimiser distances parcourues par les denrées. Actions de sensibilisation au jardinage bio.Vitry-sur-Seine (94). Association qui a signé une convention de partenariat avec CG Val de Marne pour utilisation du terrain, des bureaux et du hangar de stockage. Gouvernance partagée entre salariés, adhérents et mbs des amaps partenaires. Esapce cultivé de 3,5 ha, soit l'équivalent de 95 paniers sur l'année. 3 maraîchers. 250 adhérents directs (hors amaps).développer un circuit de commercialisation direct entre prod et consos. Développement maraîchage bio urbain. pas de certification AB officielle car pas de demande par les adhérents (ont une relation de confiance avec les prod).Partenariat entre l'asso et CG Val de Marne. Outil de travail est collectif et les mbs de l'asso ne s'endettent pas en acquérant des parts de capital.Participation des adhérents consommateurs est une condition pour que la structure fonctionne bien.filière maraîchage à Vitry sur Seine (94).Philippe Maingault (coordinateur)CR Ile de France (finance un emploi tremplin)
CG94 (mise à dispo parceles, bureaux, hangar - en contrepartie le site reste ouvert et lieu de promenade + actions pédagogiques gfratuites sur demande du CG)
ville de Vitry (finance actions ponctuelles)
11 ansvols sur les parcelles

besoin renouvellement du soutien institutionnel
011
15
Les jardins maraîchers de Vendée. Parmi ce groupe, l'association ESNOV (emploi solidarité nord-ouest vendéen) à Challans (85)Diana Semaska, BCAinsertion économique par le maraîchage bio, différent du réseau Cocagne par l'approche au consommateur.
depuis 2005
Association. terrain d'un ha mis à dispo par Challans. production par environ 7 salariés en insertion (restent 2 mois max), la plupart femmes. Entre 50 et 100 paniers hebdo. Adhésion au réseau Chantier-école.améliorer compétences en agriculture bio -> formaliser partenariats avec Gab 85 et Bioterraction (asso de soutien à la mise en place de marchés bio) et la biocoop locale.insertion économique par le maraîchage bioChallans (85)Caroline Thomas, directrice de ESNOVGab 8501
16
collectif "Raccourci" à Lyon: Alter-conso, Croc-Ethic et ArbralégumesDiana Semaska, BCAProjets de vente de et distribution de produits bio variés en circuit de proximité et vente directe. Modèles économiques similaires entre les 3 structures. Objectif: soutenir agriculteurs locaux grâce à un débouché stable et rémunérateur autre que amap.Alter conso est une SCIC créée en 2005 fonctionnant avec 40 producteurs dont les 2/3 sont en bio ou en conversion, et 8 salariés en CDI à temps partiel. 700 abonnés.
Arbralégumes est une association créée en 2007 qui emploie 3 emplois temps plein, avec 20 producteurs bio ou en conversion. Formule spéciale étudiants. Prix peuvent évoluer en fonction des situations individuelles des producteurs. 400 adhérents
Croc'éthic : Association créée en 2007, 3 salariés à temps partiel, 25 exploitations partenaires (bio ou paysanne, le bio n'est pas une condition de participation). 300 adhérents. Prix fixés par les producteurs.

Soutien agriculture bio et/ou paysanne en région lyonnaise. Bio condition pour Arbralégumes et Alter-conso, pas pour Croc'Ethic.Modèle économique d'offre de produits en circuit court qui permet la professionalisation (emploi de salariés par les structures) tout en portant les mêmes valeurs que les amaps (agriculture paysanne ou bio et ESS). travail enRégion de Lyon. Filières maraichage, arboriculture, produits laitiers, pains, viandes, épicerie, vins, bières. Chantal Bessenay pour Croc'Ethic
Johan Fétisson pour Arbralégumes
Clément Pons pour Alter-Conso

Addear 69 (association développement emploi agricole rural du Rhône)
Ardab (association des prod bio du Rhône) du Rhône
Cress -chambre régionale de l'ESS)
Mairie de Lyon et Communauté urbaine du Grand Lyon
Ardear Rhône-Alpes
Alliance du Rhône (association d'amaps)
Pérennisation des structures et vie des lieux de distrib pour créer des dynamiques avec les adhérents. Améliorer la diffusion de l'information entre prodcteurs et conso. Former et sensibiliser les producteurs aux adaptations nécessaires pour travailler en circuits courts.011
17
Val Bio Centre Diana Semaska, BCAStructuration de la filière bio, développement agriculture bio locale, création emplois, soutien économie sociale et solidaire, organisation de formations collective sur l'agri bio, commercialisation produits bio de qualité en circuit court - dans la région Centre Val Bio Centre est une association de 35 producteurs de fruits et légumes bio de Centre. Regroupe 26 fermes, 7 jardins d'insertion dont 6 de Cocagne, un ESAT et un lycée horticole. Elle est partenaire de 2 entreprises d'insertion : Bio Solidaire et Val Bio Ile-de-France. débouchés complémentaires pour les producteurs du Val de Loire, développement de la vente directe;création d'emplois au sein des structures d'insertion partenaires (40 emplois, 32 contrats d'insertion et 9 permanents) + création d'emplois au sein de l'asso Val Bio Centre (5 salariés en CDI), et sur les exploitations (auj environ 48 actifs agricoles permanents, 150 contrats d'insertion, 100 saisonniers sur les 34 exploitations qui commercialisent en partie leur prod avec les Paniers du Val de Loire). accompagnement de l'installation de jeunes agriculteurs (couveuse d'entreprise en maraîchage bio à Blois); pas de contrat pour les producteurs (souplesse si imprévus chez les producteurs); évitement du phénomène de micro concurrence entre producteurs sur les marchés locaux grâce au regroupement.Lien social entre consos et prod grâce à un site web, lettre dans le panier, facebook et événements culturels.A la fois sur circuits courts (paniers du val de Loire) et circuits longs (plate forme Biocoop et resto collective via la Scic Self Bio Centre dont Val Bio Centre est actionnaire).
Complémentarité des acteurs du projet: producteurs très différents :maraîchers, arboriculteurs pour répondre à la demande de diversité des conso) + types d'exploitation très différents (fermes, jardins de Cocagne, ESAT, lycée horticole) + 2 structures d'insertion par le travail.
Région Centre. Filières bio en circuits courts et longs. Val Bio Centre, association de producteurs- 2 structures d'insertion par le travail
- 26 fermes familiales bio
- 6 jardins de Cocagne
- 1 jardin d'insertion non Cocagne
- associations d'insertion par le travail (Bio Solidaire et x)
- 1 ESAT (personnes en handicap)
- lycée horticole avec espace test en maraîchage bio
- Biocoop (plateforme parisienne)
- Scic Self Bio Centre
- Inter Bio Centre
16 ans.
2000 création Val Bio Centre
2004 lancement Paniers du Val de Loire
2007 approvisionnement Biocoop
2008 mise en place d'un appui technique; création de l'asso Val Bio Ile de France; achat de serres mises en location chez producteurs (aide du CR)
2009 création d'une couveuse d'entreprise à Blois pour maraîchage bio
2010 approvisionnement resto co via Scic Self bio Centre dont Val Bio Centre actionnaire
2001 agrandissement site de conditionnement à Blois, modernisation informatique, investissement pour l'activité Biocoop et restauration hors domicile
importance dynamique collective
risque de démarce individualiste de la part des producteurs (ne signent pas de contrat) qui peut nuire au projet
objectifs : développer débouchés vers Biocoop et restauration collective
mettre en palce activités de transofmration artisanale des produits (valorisation)
développer partenariats avec points de distrib et impliquer les consos
011
18
MARCHE des INITIATIVES LOCALESCamille Dorioz (contact dans le cadre d'actions sur le gaspillage alimentaire) Meme si le projet est interessant car il intégrel'agriculture et le monde agricole au coeur d'un systeme de societé durable, l'action est trop ponctuelle pour etre étudiée. Térritoire de Tulle en Coreze. C'est un groupe multi-acteur entre associatif, administration et agriculteurs. La zone concernée est le bassin de l'aglomération de Tulle Placer le territoire dans une dynamique de durabilité : circuit de proximité, sensibilisatiobn à l'AB, reduction du gaspillage alimentaire mais aussi l'installation d'agriculteur avec Terre de Lien L'association coordonne, avec la Ville de Tulle et le Réseau Agriculture Durable Limousin, un marché des initiatives locales et des agricultures durables. Des animations gratuites y sont proposées : ateliers réparation de vélos, pressage de pommes, réalisation de la soupe collective sur des cuiseurs à bois économe...Correze Correze nature environnementAgriculteur + asso + RAD + commune + terre de lien8 ans 011
19
Projet Agri-BioElodie Betencourt, APCAPratiques innovantes en grandes culture bio pour la gestion des adventices et de l'azotePicardie et Nord-Pas de CalaisAgro-Transfert Ressources et TerritoiresAgriculteurs, CAs Picardie, CRA Nord-Pas de Calais, ABP, GABNOR, INRA2013(déjà financé)11
20
FORMABIOJean-Marie Morin et Bertrand Minaud, FORMABIOgroupe de personnes intéressées par le dvpt des
champignon bio (techniques, recettes, formation....). Une offre de
formation faite par le CFPPA de Montreuil, une discussion avec Karine pour
de la R&D (conservation/transfo) avec un atelier techno. Pour la partie
formation, problème de financement, je ne sais pas si ça aboutira...
non territorialisé??2015
21
GIE ESPARCETCéline CressonDans le cadre du projet CASDAR LUZ'CO 2016-2018 qui a pour ambition de développer la luzerne et les légumineuses fourragères dans une démarche collective de la culture ou de la récolte (organisation des chantiers, assolement
en commun, test de nouveaux matériels ou mise en place d’essais, etc.), du séchage des fourrages (unité de séchage collectif, séchoir mobile, etc.) ou de la filière luzerne sur le territoire (échanges céréaliers-éleveurs,
multiplication de semences, etc.).
2 groupes pionniers Bio peuvent être intéressants à suivre : La Cuma Grasasa (24) qui organise la culutre etla récolte mais aussi le séchage en botte et le GIE l'esparcet qui travaille sur le sainfoin et des meteils et des échanges fourrage avec l'Aude sur des friches viticolesLe projet Luz’co vise à favoriser l’émergence, la consolidation et la démultiplication de
ces démarches et à amplifier la dynamique d’innovation dont elles sont porteuses :
• En allant à la rencontre de groupes-pionniers qui ont déjà mis en place des organisations de
ce type (trois leviers d’action collective cités ci-dessus)
• En cherchant avec eux à mieux comprendre les impacts et les conditions de réussite de
leurs systèmes mais aussi les limites et les difficultés à surmonter
• En accompagnant de nouveaux groupes-pilotes (15 à l’échelle nationale)
• Et en mettant en réseau tous ces groupes avec des techniciens et des chercheurs afin
d’élaborer des pistes d’amélioration et de faciliter le développement de ces systèmes : outils et
méthodes d’accompagnement, scénarios pédagogiques pour l’enseignement agricole, etc.
Groupes CUMA autour de la luzerne et d'organisations collectives (2 groupes bios)24 et 12FrCUMA Ouest : Fabien ValorgeITA, CA, CUMA...2015on pourrait utiliser les résultats et la méthodo luz'Co pour Innovez bio.111
22
CAP VERTVéronique LUCAS (Luz'Co)(via Chahin FAÏQ, FNAB) 4 projetsGroupes CUMA dont 4 impliquant des agri bioPlusieurs régionsFNCUMAINRA, CUMA, GABNOR, autres??1(déjà analysé)
23
GABB32Céline CressonLe Gabb32 initie ainsi et accompagne, avec ses partenaires locaux, des démarches de producteurs sur des techniques innovantes liées aux grands enjeux actuels, notamment l’agro-écologie et la préservation de la ressource en eau (en termes qualitatif et quantitatif) : Techniques Culturales Superficielles, couverts végétaux, cultures associées (notamment céréales/légumineuses), grandes cultures sans intrants … depuis 6 ans. premier département en Grandes Cultures bioAction à l'échelle du département. Groupe de taille variable selon les activités proposées. Agriculteurs bio et non bioSusciter et de pérenniser les conversions en agriculture biologique (AB) mais aussi transférer des techniques alternatives aux intrants chimiques auprès des agriculteurs conventionnels à travers différents dispositifs (accompagnement technique collectif par production, colloques sur les techniques alternatives et l’agriculture du carbone, diffusion d’information technique et réglementaire, élaboration de références systèmes en partenariat avec le réseau régional, conférences techniques et thématiques, Forum de la Bio…).
Susciter les conversions AB. Echanges entre agriculteurs bio et conventionnels
Qualité de l’eau et fertilité des sols.
Inventaire et diffusion de pratiques innovantes en grandes cultures (couverts végétaux, travail simplifié du sol). Création de lieux d’échanges entre agriculteurs biologiques et conventionnels. Techniques sur couverts et travail sol
Organisationnelles : forums, démonstrations de matériel et techniques, diffusion de fermoscopies technico-économiques, groupe d’échanges AB/AC.
GersGABB32GABB32. Agriculteurs administrateurs fortement investis. Des agriculteurs conventionnels sont aussi membres du GABB32
Agr’eau (association française d’agro-foresterie) en 2015, coopératives locales
2003-2009 : Essai et recherche de solutions à des défis techniques.
2010-2013 : Dynamique innovation et échanges AB/AC.
2014 : Consolidation et capitalisationdes savoirs.
Croissance continue des agriculteurs participants.
11
24
VITIDYNRHONatacha Sautereau, ITABViti bio dont certains sont déjà en biodynamie, et d'autres se posent la question de la biodynamie : échanges, essais chez 2 viticulteurs suivis par la CA84, essais de compostage biodynamisé/pas ; formations, Vallée du Rhônegroupe accompagné par la CA84agriculteurs, et interventions de consultants en biodynamieGroupe formé en 2013 dans le cadre de l'AAP MCAE (Mobilisation collective pour l'agro-écologie). Fait partie des 103 projets de groupes lauréats
25
SYNERGIES santé des élevages Bio Groupes éléveurs vétérianires non conventionnés et GVCCatherine Experton, ITABAu cours d’un programme Casdar (2013-2015) de recherche action « Synergies pour la santé des élevages biologiques », une étude compréhensive à partir d’une cinquantaine d’enquêtes sociotechnique été mise en place pour mieux comprendre le rôle des groupes d’éleveurs dans la maîtrise et l’évolution des pratiques de santé vers une approche globale, dans le partage des savoirs (académique ou empirique) sur ces pratiques.Groupes vétérinaires conventionnés : une transformation de la relation éleveurs-vétérinaire. l’AVEM dans la région de Millau, l’AVER à l’Est de Valence dans la Drôme un
et deux groupes de développement l’ADAGE (CIVAM) en Ille et Vilaine, et un groupe dans le Diois qui travaille sur l’homéopathie
Groupes d'éleveurs en santé animale(avec un % élevé d'éleveur en AB) et partage des savoirs entre éleveurs bios et conventionnels ; lieux d'echanges sur les pratqiues de médecines alternatives ; maintien desvétos dans certains zones rurales, usage des plantes en élevage (homéo, aroma ...). Pratqiues innovantes en santé animaleDromeGroupe Diois / Adage 35 / GAB 44/Civam Blé/CIVAM Bio 09éleveurs, véto, tehcniciens3 à 5 ans (Gab 44 1 an, Civam blé démarrent
26
OTOVEIL Catherine Experton, ITABCasdar en cours sur les troupeaux de ruminants en équilibre sanitaireGAB 44, CIVAM HB, CIVAM Bio Blé, CIVAM Bio 09Dynamqiues de groupe autour de la santé animale
27
Sélection participative en élevageCatherine Experton, ITABEn cours, organisation d'un réseau se sélection particpative en élevage.répérage des intivatives (Jura, Drome, Rhone alpes)éechnages d'aniamux, travaux sur une autre forme de sélection animale qui réponde aux attentes de certains éleveurs bios (rusticité, diversité génétique, voix femelles ...)oragnistation d'éleveurs sur la sélection animale / echanges d'animauxRhone alpesADEAR Rhones alpesassociation, éleveurs, techniciens, vétos ....3 ans
28
FADEARCatherine Experton, ITABCasdar en cours sur abattage de proximitéplussieurs territoires (PACA, Ile de France, Centre ...)renforcer le bien etre animal, le lien éleveur /animalabattoir mobile et à la fermeéleveurs, consommateurs, abattoirs??
29
AELBF (Associtaion elveurs Lapins Bio de France)Antoine Roinsard, ITABEchanges techniques alimentation, gestion de la santé, ref tk-ecoq en production de la lapins biosNational (mais grande majorité des éleveurs dans en BZH et PdL)CIVAMbio 53/CABéleveurs, ITAB, INRAformalisaiton 2014 ; démarrage 2010
30
Collectifs mélibioAntoine Roinsard, ITABEssais sur PFV, échanges techniquesDifférents territoires du Massif CentralBio 82, AVEM, SEDARB, etc....Pôle Bio, INRA, conseillers GAB/CA, ITAB (partie essais)2012
31
Réseau BASE et BASE-ABCLaetitia Fourrié / Laurence Fontaine / Marion CasagrandeTrop tôt ; contacts à venir cet été.réseau d'échanges d'agriculteurs et de techniciens innovants qui mettent en oeuvre l'agriculture de conservationRéseau national qui s'appuie sur une organisation départementalles agriculteurs eux-mêmes. Frédéric Thomas et Michel Roesch (AB) notammentcertains techniciens du réseau des chambres d'agricultures ou du réseau FNABannée 2000011
32
GIEE PhytobioMarAmélie Lefèvre (INRA Alénya)contribution en stand-by pour ce projet pour le moment. je n'ai pas pris le temps d'en parler davantage avec le GIEE concernéPhytobiomar : lutte biologique autonome pour la protection phytosanitaire et la valorisation des cultures maraîchères Echanges techniques et de savoirs avec l'animateur et entre producteurs plus ou mions expérimentés - vers une autonomie dans la protection des culturesDépartement des Pyrénées Orientales / production maraîchères sous abris / ABCIVAMBIO 66INRA UE Alénya Roussillon / Lycée Agricole de Theza Rivesaltesdébut en 2015
33
Collectif de maraîchers du lubéron
Florian CARLET
florian.carlet@civampaca.org
Mireille Navarrete (INRA Ecodeveloppement)Echange de connaissances entre maraîchers principalement sur la gestion du sol (couverts vegétaux, travail du sol, amendements organiques). Le groupe existe depuis plusieurs années, un animateurUne quinzaine de maraîchers au Nord et Sud Luberon (Apt,84), qui ne se rencontrent pas très souvent collectivement (pb de distance) mais échangent régulèrement à quelques-unséchange de connaissances, apprendre en expérimentant ensemble, ou en discutant des tests faits par chacunTest de pratiques innovantes de gestion de la fertilité en maraîchage. indépendant des autres dynamiques de gestion des sols dans la régionPACA (Vaucluse/BdRh)GRCIVAM PACAINRA Ecodéveloppementexiste depuis longtemps, un projet GIEE en coursà discuter avec Florian Carlet
34
Collectifs du projet COTRAE (PSDR)Mireille Navarrete (INRA Ecodeveloppement)voir ligne ISARA 2, projet en démarrage, à voir en 2017Collectifs d'agriculteurs en transition vers l'agroécologie, prod végétale et animaleRhAlpesFRCUMA / VIVEA / TRAME / INRA / ISARAINRA Ecodéveloppement / Gotheron + ISARA + partenaires précédentscréation du projet en 2014, les collectifs étudiés existent depuis longtemps ou sont en émergenceA un statut de groupe opérationnel pour les PEI
35
Fermebio. coopAudrey Vincent/Philippe FleuryMutualisation des activités de commercialisation de coopératives céréalières biologiques pour construire une identité différenciante et se positionner sur des marchés spécifiques, innovation organisationnelle, projet en cours depuis 2 ansunion de coopératives agricolesSe différencier dans un marché des produits biologiques en pleine croissance ; mieux accompagner le fort développement des conversions et le changement d'échelle de l'AB. AB au coeur du projetInnovation organisationnelle : mutualisation d'activités commerciales, differenciation sur le marché et création de valeur ajoutéeGrandes cultures / Bourgogne, Poitou-Charentes, LorraineCocebiProbiolor, Corab2014, en courschangement d'échelle de la Bio. grossir en gardant leur identité. Regarder sur 2 ans, évolue doucement.1
36
CAPAGROECO ?Laurence Fontaine, ITAB (c'est adeline qui avait les contacts)Projet du CDA (collectif pour le développement de l'agroécologie) ciblé sur lexpérimentation participative d'associations de culture (10 agri conv, 8 bio). NB : il existe aussi un projet sur sélection participative de var anciennes blé maïs (3A3B)Bassin de Bourg-en-Bresse (01)CDACDA, 17 agriculteurs, isara, adabio, groupe dauphinoiseprojet casdar fév 14 - dec 16 (valo en 2017)
37
groupes autour de dispositifs du réseau RotAB ??Laurence Fontaine, ITAB (ce n'est pas moi qui ait proposé ?!)plateforme TAB ? OptiSol ? Gabbel/la Saussaye ? (à creuser)
38
Deligreens (2017)Audrey Vincent/Philippe FleuryCircuit court numérique, innovation organisation (et peut-être au niveau de la production?)Commercant et producteursDéveloppement d'un système de livraison à dominicile de produits bio et locauxl'organisation et la logistiqueLyon et Villeurbanne
39
La marmite Urbaine Camille DoriozTraiteur associatif. En plus de n'utiliser que des produits BIO et locaux autour de l'agglomération Lyonnaire, l'association a un objectif social fort : ré-intégration social par l'emploi et distribution de repas Bio. Tous les 10 repas acheté, c'est un repas distribué. Un tissu associatif avec des cuisiniers, des livreurs et en lien avec de nombreuses institutions et associations mais aussi avec des producteurs.L'objectif principal est de donner accés à la de la nourriture de qualité à chacun. C'est aussi ré-apprivoiser la production et creer du lien entre l'assiette et la production. La BIO integrée dans une démarche globale. Une logistique ultra efficace. Liens entre pratiques agricoles et alimentation. Agriculteurs associés mais pas directement dans l'association.LYon Mairies, departement , régions.. L'incubateur des entreprises sociales Fondation MACIF Fondation de FranceEn 2012 et en pleine prospérité. LE developpement de l'activité de cette association peut etre un vrai modele. bien motivant comme groupe fonctionnel, sort de l'agricolo-agricole. Concerne directement le grand public. Peut être un levier pour montrer des choses qui marchent. Innovation dans la distribution. Pas forcément un mal que les agri ne soient pas trop impliqués ?
Il manque la dimension chercheurs (important pour les AAP PEI) => voir si questions socio?
011
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
Loading...
Main menu