Incidents, accidents en Provence
 Share
The version of the browser you are using is no longer supported. Please upgrade to a supported browser.Dismiss

View only
 
 
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXY
1
Description rapide
Pour ajouter un incident/accident merci d'envoyer un mail à parasaintevictoire(at)gmail.com
ConséquencesEnseignements
Description détaillée
DateAgeH/FType de voilePhase de volNiveauLieu
2
Gros vrac sous le nuage, autorotation, le pilote perd 600m de gaz avant que l'aile ne revole.grosse frayeurRester actif aux commandes, penser à jeter le secours si il y a moins de gaz et/ou qu'il y a un risque que l'autoration accélère et empêche une extraction sereine ultérieure.Vidéo de l'incident : https://www.youtube.com/watch?v=H8vN3dH7LVw&feature=youtu.be
pilote à 71kg pour un PTV max de 77 KG
2100 m de gaz, gros thermique, cisaillement sous le nuage, il volait sans accélérer au moment du vrac.
Il n'a rien vu venir. Il était légèrement au contact de son aile au moment ou ça part.
Son ressenti, plus rien dans la commande gauche, et de suite départ en autorot'. Il contre à la sellette et gros coup de frein sur la commande droite
Pour le secours, il y a pensé mais avait du gaz et a préféré essayer de réouvrir, du fait que la rotation n'était pas trop forte.

2018 (été)?HEn B +vol thermique?Sainte Victoire
3
Entorse cheville sur une repose au déco.entorse chevillevigilance quand on joue avec l'aile sur des terrains piégeux , choix des chaussuresLe pilote repose au déco et joue un peu avec son aile, une petit rafale décale l'aile, le pilote fait un pas sur le coté dans des rochers et se tord la cheville, il se retrouve à genou et manque de se faire trainer en ne pouvant pas accompagner l'affalement de l'aile. Après analyse le pilote pense que les chaussures qu'il savait "instables" ont contribué à l'entorse.2019 (janvier)45HEnCatterro sommetexpérimentéSte Baume
4
le pilote pas harnaché s’est jeté sur sa voile qui partait avec le vent il est tombé et s’est ouvert le genouplaie profonde au genouxvigilance dans l'urgenceC’est un accident pas vraiment de parapente c’est à dire pas pendant une séquence de vol proprement dit… mais sur le décollage qd même.
Lors d’une rafale au déco, le pilote pas harnaché s’est jeté sur sa voile qui partait avec le vent il est tombé et s’est ouvert le genou.
Des pompiers qui étaient sur le décollage ( pilotes ?) ont préféré appelé l’hélicoptère pour hélitreuillage car la plaie était assez profonde.
2019 (janvier)?H?déco?Ste Baume
5
cheville foulée passagère biplace?Doubler les marges de sécurité en bi?2018??Biplace ENBatterroexpérimentéEsclatette Sainte Victoire
6
Parachute secours jeté suite à manouvre loupée en accroalerte déclenchée pour rien par des randonneursAppeler les secours pour les prévenir que tout va bien et qu'il n'y a pas besoin de déclencher une interventionParachute secours jeté suite à manouvre loupée en accro2018?Haccrorun accroexpérimentéEsclatette Sainte Victoire
7
Pilote retrouvé inconscient au sol (fermeture proche relief?)multiples fracturesMarge par rapport au relief en fonction de l'aérologie.Nous sommes une vingtaine de pilote en l’air en vol du soir.
Conditions de vol : Les conditions de vol sont de petites conditions de vol du soir. Il n’y a plus de thermique et on vole en dynamique le long des falaises orientées Ouest. Le vent est majoritairement Ouest pur, laminaire, avec quelques rafales. C’est un vol de soaring standard pour cette saison, avec des conditions plutôt faible.
On a du mal à remonter au niveau du haut de la falaise de la sainte, et on est nombreux à voler sur un terrain relativement petit (condition exploitable sur les falaises Ouest uniquement - entre le dessus du déco de l’Escalette (limite au Nord) et la fin de la grande falaise ouest (limite au Sud)).
Pour moi, il n’y a pas de nord à notre niveau.
Accident :
Je ne l’ai pas vu directement.
Lors d’un aller-retour le long de la falaise, je croise une voile qui vole particulièrement près de la falaise (pour exploiter les petites conditions ?). Elle a la falaise à sa droite. Lors de mon demi-tour, je reviens vers l’escalette, falaise à ma droite. Je ne vois plus cette voile dans le ciel. C’est en repassant au dessus du chemin qui monte à la sainte que je découvre la voile et le pilote au sol. Le pilote est sans mouvement, allongé sur le ventre avec la voile au sol.
Rapidement, des jeunes qui faisaient un entrainement de trail arrivent sur les lieux (ceux sont des jeunes qui font du sport-étude dans un lycée d’Aix en Provence). Je ne les vois pratiquer de gestes de premiers secours.
L’accident a eu lieu vers 19h30 19h45. 20 à 30 minutes avant le couché du soleil.
La plupart des pilotes vont poser à ce moment là. J’arrive à poser déco du pas du berger pour me rendre au plus vite sur les lieux de l’accident. En atterrissant je rencontre un autre pilote qui finit sa montée au déco du berger. Je lui explique la situation et il me suit pour se rendre sur les lieux de l’accident.
Lorsque j’arrive, l’homme est conscient et se rappelle uniquement de son prénom. Les secours sont en cours d’appel et on me passe le relais au téléphone. Ils sont déclenchés et l’hélico arrivera vers 20h15 avec un médecin.
On séparera la voile de la sellette et l’indiquons au secours qui peuvent survoler la zone. Et callons le blessé pour limité ses mouvements (risque de sur blessure) en lui parlant pour le maintenir conscient.
2018 (septembre)?HEnC?en vol?Esclatette Sainte Victoire
8
Parachutale à 20m/sol jusqu'au sol suite déco avec clégrosse frayeurImportance de la prévol, influence de la fatigue, vigilance accrue avec les suspentages sensibles aux clésLe pilote décolle sans s'en rendre compte avec une grosse clé qui concerne trois suspentes. Au premier virage, à 20m/sol la demie-aile concernée part en parachutale, le pilote contre à la selette et un peu à la commande, toute l'aile se met en parachutale et le pilote chute jusqu'au sol dans une zone cailloux/kékés. Par chance le pilote s'en tire sans dommage et peut revoler dans la même journée. Le pilote connaissait la tendance aux clés de son supentage. Après analyse le pilote s'estimait fatigué ce jour là. La couleur des suspentes qui est de la même couleur que la moquette du site sur a sans doute géné aussi le contrôle.2018 (décembre)60HEnCdéco/volexpérimentéAiguine
9
Vrac à 20m/sol

Multiples fractures bassin et tassements vertèbres

- Attention à l’effet addictif du parapente, t’as envie d’y aller pour progresser, tu montes de plus en plus en conditions et tu réduis de plus en plus les marges. Et quand tu trouves la limite il est trop tard.
- Essayer de veiller les uns sur les autres lorsque l'on vole en groupe, se prévenir quand on va poser


Départ avec une petite équipe de pilotes motivés le vendredi aprem pour une session d’accro à St André. Je ne vais pas être dispo le weekend qui arrive et les prévisions sont mauvaises pour la semaine suivante donc j’ai très envie d’optimiser cette session.

Le rasp annonce des entrées de NO en fin de journée. Sur la route nous voyons un dust au niveau de Mézel. C’est plutôt rare, c’est que ça doit être fort, je me dis que je ne vais pas voler. Arrivé à l’école, ils disent que c’est fort, ils ne font pas les biplaces mais pensent que ça va se calmer. On monte avec Bruno, 45km/h bien axé (brise +vent météo), on attend, mais on se dit qu’on va redescendre. Petite baisse du vent (30km/h). Flo arrive et décolle avec sa 18m², David aussi, Bruno se met en l’air, déco nickel. Conditions dans lesquelles on a déjà volé mais je trouve ça quand même fort et je me dis que je vais redescendre. En l’air ça ne se passe pas trop mal, mais ils avancent pas vite. Je discute un peu au déco de la pratique de l’accro, de ma volonté de progresser et de la nécessité de voler régulièrement pour cela. Je décide de décoller avec ma 22 m². Déco nickel, 10, 15 min ok gros thermiques on monte bien mais on n’avance quasiment pas pour arriver jusqu’au box. Je n’ai pas trop de gaz quand j’arrive dans le box, ça me gonfle, je fais 2 petit runs pas longs. Un coup je sens du NO qui entre (annoncé sur rasp pas sur les autres sites météo). Je me dirige vers le déco pour poser mais je n’avance plus, je m’éloigne en crabant. Je décide d’aller poser à Moriez. On n’a plus l’habitude de poser en bas pour des raisons pratiques. A 100 m sol, moins de vent, je sais qu’en NO l’atterro est turbulent, je prévois de poser dans un champ un peu plus grand en retrait. Longue finale, à 20m/sol je vois la biroute se mettre à la verticale et les arbres prendre une grosse bourrasque, je me sens tiré en arrière violement, je lève la tête, la voile est en parachutale derrière, elle shoote violement devant, asym à droite, tempo, départ en sat sur le dos, contre, vent de cul en sorti de sat, impact. Reflexe de mettre les pieds. Les pieds et le
cul qui tapent.

Je suis au milieu du champs mais caché par la végétation. Ma radio n’est plus accessible étant donné mon état. Téléphone accessible dans une poche. J’entends la route mais je ne la vois pas. J’essaie d’ouvrir la poche avec le téléphone mais suite au choc mais je n’arrive pas à l’atteindre. Mais même si je l’avais eu, je pense que je n’aurais pas pu appeler suite à l’état de choc. J’arrive pas à récupérer la radio. Des motards arrivent 30 minutes plus tard. Ils m’ont entendu crier. Un des motard m’avait vu tombé et avait convaincu ses pote de venir. Son pote appelle les secours, je donne des faits précis, bras engourdis, je ne sens pas trop mes jambes et rythme cardiaque rapide, je leur dit il faut l’hélico. Les pompiers arrivent 5 min plus tard. Pompier volontaire un peu en panique, je leur dit il faut l’hélico. Le médecin arrive dans un 4*4. Il envoie la dose de sédatif, je perds connaissance. Ils pensent m’emmener à Dignes et décident finalement de m’emmener à Nice où je me réveille dans le scanner. Mes potes n'ont rien vu et ne se doutent de rien, ils ne pensent pas que l'hélico qu'ils ont vu était pour moi, ils voleront encore 2h dans des condition qui s'améliorent. Ils n'apprendront la nouvelle qu'en posant.

2016 (juillet)32HaccroatterroexpérimentéSt André
10
Déco avec une clé, le pilote est obligé d'aller poser le plus loin possible derrière Costes ChaudesFrayeur, mais pas de casse.Comment détecter les clés vicieuses au pré-gonflage, mieux suivre chaque suspente du regard. Continuer les SIV régulièrement.Grosse clé au décollage de l'Escalette. Malgré une prévol sérieuse et faite sans précipitation, malgré un pré-gonflage méticuleux et plusieurs secondes d'observation, je n'ai pas vu cette clé. Une fois décollé, j'ai d'abord cru qu'un vent capricieux de SO ainsi que de puissants thermiques me précipitaient de façon inhabituelle vers les falaises des Costes Chaudes, imposant un virage puissant sur ma droite. Je mets tout mon poids sellette à gauche, avec le minimum de frein au départ. Ca rattrape difficilement la trajectoire, il faut ajouter du frein et j'évite le pire. Au même moment j'entends au talkie "JF, tu as une clé". Le tout a dû prendre moins de 10 secondes. Je lève la tête une seconde pour me rendre compte, et surtout je reviens à la navigation pour m'éloigner du relief avant tout. Gros thermiques, je monte en ascenseur face au vent, toujours vissé à gauche dans ma sellette, mais droite position haute. Une fois au-dessus des Costes, je tente de dénouer la clé. Quelques coups secs sur le frein, quelques coups sur les trims, rien. Je prends quelques secondes pour analyser la clé, impossible de la défaire en vol. Je me demande par quel mauvais sort elle a pu se faire, il va falloir composer avec. Ca tire très fort le frein droit, d'où la peine à manœuvrer.

Une fois au-dessus des Costes, la prise au vent devient telle que cela ne sert à rien de tenter d'avancer vers l'atterro. Je me retrouve embarqué de l'autre côté de la crête, sous le vent. Je prends donc la seule décision qui me semble valable : aller le plus loin possible derrière, direction nord pour retrouver plus loin du SO de face sans crête devant. Pour l'instant je me mets 3/4 dos au vent. La voile devient plus maniable, cela me laisse du répit pour chercher l'endroit le moins inhospitalier pour poser. De préférence dans les kékés pour amortir une descente éventuellement brutale, mais pas dans les arbres non plus. Ma voile se met en limite de décrochage chaque fois que je mets du frein gauche, donc je tente de manœuvrer en en mettant le moins possible, ce qui s'avère plus facile en se laissant porter par le vent. Je passe au-dessus de quelques falaises et finis par aviser une zone mixte buissons/arbres. La chance se trouve de mon côté, j'atterris exactement entre les arbres, sans casse.

Je m'interroge comment une telle clé a pu se produire, et comment je pourrais la déceler avant le déco si jamais elle devait se reproduire. Content d'avoir fait une SIV la semaine précédente, où j'ai pu appliquer à la lettre tout ce que j'y avais appris.
2018 (avril)54HEN B+DécoIntermédiaireSainte-Victoire, déco Escalette
11
Piégé à l'attero sous le vent grosse frayeurPas assez de marge par rapport à une vallée inconue.
Penser à toujours garder de l'energie et de la capacité d'analyse pour le moment le plus important du vol : l'atterro
J'étais en pleine reflexion pour passer sur une sellette cocon legère et bien la reflexion est terminée, je reste avec le gros airbag moche mais qui protège bien !
Joli début de vol au départ de planfait, je me vache au Grand Bornand, décide de remonter à pieds pour retrouver un déco, ascencion un peu limite en terme de sécurité et je me mets dans le rouge physiquement, déco un peu en dessous du mont Lachat, c'est un peu le bazar au niveau des brises, brises descendantes, puis confluence, puis brise de face, je suis un peu rincé, je ne connais pas la zone et manque complétement de jugement, je vais poser dans le pire endroit de la vallée complétement sous le vent de deux brises qui convergent à cet endroit, le pire posé de ma vie, yo yo pendant 10 minutes dans une aérologie merdique, j'ai même hésité à aller me mettre volontairement dans un arbre... après une bonne séance de yoyo et de mini sketchs je me retrouve pas loin du sol, je pose en décrochant l'aile à 1m du sol de peur de repartir pour une séance de rodéo. Posé sur l'airbag sans dommage.2016 (avril)34HEN CatterroexpérimentéGrand Bornand
12
L'aile accroche un arbre chute du pilote1 vertèbre, 1 fémur, 1 humérus- marge par rapport au obstacles


Déco face nord de Marseilleveyre dans les Calanques le pilote de 64 ans vole depuis 20 ans dans le coin. Conditions très variables au déco, un coup trop fort, un coup tout à fait fréquentable. 2 autres pilotes ont décollé avant et ont été obligés de poser à Campagne Pastré. Le pilote décolle et va pour poser à Campagne Pastré. L’atterro est très technique, il y a une rangé d’arbre à passer à raz pour ne pas être trop long ensuite. Juste avant de passer les arbres le pilote se fait descendre et sa demie aile gauche accroche les branches à une hauteur de 10m, sa demie aile droite décroche et le pilote dégringole au pied de l’arbre au milieu de matériel divers (treuil, poteau, aspergeur d’agriculture). Ses amis pilotes sont de suite sur place et appelle les secours qui arrivent 5 minutes plus tard.

2016 (décembre)64H?atterroexpériementéCalanques
13
L'aile accroche un arbre chute du pilotePetites plaies au visage, Après un bon Check up rien de cassé, un œdème et des bleus, je m'en tire bien.Attention au soaring près du relief en conditions thermiques: il faut
clairement plus de marge que par vent dynamique (laminaire), car une
zone peut facilement être déventée si un thermique déclenche.
Utilité du casque intégral: si j'avais porté un casque intégral je me
sortais indemne de cette histoire. Je vais donc investir, mais dommage
de devoir se rendre compte de son intérêt de cette façon
A notre arrivée sur le déco ouest de St André, il y avait 5 d'ouest alors nous nous sommes installés.Des copains crosseurs étaient au déco Sud et m'ont annoncé 10 de SE au déco
Sud, j'ai donc décidé de migrer au déco Sud pour tenter de décoller plus tôt.Le vent était impec au déco Sud avec des bons cycles.Personne en l'air pour nous indiquer si c'était bon. Il était midi.
Puis des cycles d'ouest sont apparus. Cela indique que la ´bascule est en train de se faire.Et que très vite le vent d'ouest risque de nous empêcher de décoller.
Nous avons été plusieurs à décoller pour éviter d'avoir à migrer au déco ouest avec la voile en boule. Deux pilotes se sont extraits, mais la plupart se sont retrouvés comme moi, très bas, et nous sommes allés
gratter ce que l'on trouvait en ouest au dessus des ravines.Nous survivions en avalant péniblement chaque bulle décollée par le peu d'ouest qu'il y avait à cette heure, vers 12h30.
Nous faisions avec deux pilotes des huits, et bien sur, nous avions beaucoup de mal à tenir.J'ai tenté de me décaler un peu plus loin, et un peu plus près du relief.
A ce moment, un thermique a déclenché devant le relief, et a déventé l'endroit ou je me trouvais.
J'ai perdu plusieurs mètres par surprise et j'ai accroché un arbre pas très haut.
J'ai glissé sur la pente et tapé le nez sur un caillou.
Je me suis relevée, tout allait bien, j'ai enlevé ma sellette et commencé a débrancher ma voile.
Je saignais du nez mais je n'avais pas besoin des secours, il y avait un sentier 20m en dessous.
Puis j'ai entendu l'hélico qui arrivait sur moi. Un copain est venu jusqu'a
moi et m'a aidé à plier ma voile rapidement. J'ai été héliportée a
Digne.
2016 (avril)?FEN Cen volexpérimentéSt André
14
Départ en parachutale à 20m solMulti fractures du coudes, le dos a été bien protégé par l'airbagMarges par rapport au relief en conditions thermiques, importance de l'airbag dixit le pilote "sans l'airbag j'étais mort"Phase de reprise après un accident il y a un an, après plusieurs séances de gonflage puis vol en air tranquille, reprise du vol thermique. Conditions thermiques le long du relief, le pilote fait des 8 puis décide de faire un virage complet, l'aile part en parachutale, impact plat dos dans les rochers.2016 (avril)35HEN Ben volexpérimentéCuges
15
entorse de la cheville à l'attéroTrès grosse entorse de la cheville (ou petite fracture?)Les risques de gratter jusqu'au bout... on l'a tous fait...Garder un minimum de temps et de gaz pour faire une analyse rapide et une petite finale...2200m au dessus de la sainte, je pars vers Rians, je me fais dégueuler au dessus des Ubacs jusqu'à finir proche du sol. Je gratte juste au dessus d'un atterro potentiel, je gratte, je gratte, quand je décide d'aller poser je n'ai plus le temps de faire une bonne analyse ni une belle finale, dernier virage pas loin du sol, j'arrive vite et je sens direct que la cheville a pris un coup. Je ne sais pas si j'ai atterris vent de cul ou pas ou si il y a eu un déclenchement au moment de mon posé2016 (avril)35HEN BatterrointermédiaireSte Victoire
16
Déco avec un souci de montage, décé du piloteDécès du pilote- importance de la prévol
- attention au sentiment de sécurité trompeur d'être sur un site connu en conditions optimales (théories de la compensation du risque ou de l'homéostasie du risque)
- si c'est possible, toujours essayer de s'éloigner le plus possible du relief en cas de souci à régler
- si possible fournir les coordonnées GPS exactes du lieu de l'accident, de nouveaux outils existent ! (lire cette discussion http://parapente.aix.free.fr/forum/index.php?topic=1438.0 )
- avoir une radio c'est bon pour sa sécurité et aussi celle des autres ! Les pilotes sans radio qui n'ont pas dégagés auraient pu géner les secours et retarder la prise en charge


Vol du soir à l’Escalette Sainte Victoire. Les conditions sont optimales. Le pilote a réalisé un très beau cross la veille. Le pilote est impatient de se mettre en l'air. Le pilote décolle twisté et, pour une raison inconnue, n’arrive pas à se détwister. Nous ne savons pas s’il pouvait contrôler son cap ou pas dans ces conditions. Le pilote rentre d'abord dans un thermique puis en ressort, fait doucement un tour complet, entre à nouveau dans le thermique, fermeture suivie d'une petite cravate, action sur les freins, parachutale, vrille, abatée, ressource, impact. Le vol dure une minute pendant laquelle le pilote semble se focaliser sur ce qu’il l’empêche de se détwisté au niveau de la poitrine.

Des témoins (dont un pilote pompier) qui ont assisté à toute la scène sont rapidement présents sur les lieux. Le pilote est inconscient. Les secours sont déclenchés. L’hélico arrive sur zone au bout de 20 minutes, il passe au dessus du lieu de lieu de l’accident mais ne comprend pas que c'est là, il lui faudra 40 minutes supplémentaires et qu’un des témoins rappelle les secours pour guider l’hélico. Il y a des pilotes en l’air qui n’ont pas de radios et ne dégagent pas la zone. Le pilote décédera quelques heures plus tard à l’hôpital. Le retard de localisation du lieu exact de l’accident par l’hélico, même s’il est anormal, n’aurait a priori rien changé au diagnostic final.

2016 (aout)50HEN CDécoexpérimentéSte Victoire (Escalette)
17
Fermeture à basse altitudeVertèbres et bassin fracturés- marge par rapport au relief
- fatigue de fin de vol
- émulation entre très bons pilotes sur un parcours à record
- si possible fournir les coordonnées GPS exactes du lieu de l'accident, de nouveaux outils existent !
(lire cette discussion
http://parapente.aix.free.fr/forum/index.php?topic=1438.0 )


Tentative de triangle record au départ du col Agnel. Après une balise vers Saint André et une du coté des Richards, il reste la traversée des Écrins pour boucler. Le pilote passe sous le vent d’une crête dans le massif des Ecrins à une faible hauteur sol, fermeture, impact.  Suite à une incompréhension entre le pilote et les secours due à la mauvaise qualité de la communication et à l’accent du pilote brésilien, l’hélico se rend au col Agnel. Les pilotes présents au col conseillent aux secours de retrouver la position de l’accident grâce à la balise du pilote. C’est finalement la femme du pilote qui va communiquer les coordonnées au secours qui retrouveront le pilote 10 minutes avant la tombée de la nuit et l’arrêt des recherches.

2016 (aout)40HCCCvolexpertEcrins
18
Fermeture à basse altitude- douleur au poignet
- gros avertissement sans frais mais étant donné le contexte, cela aurait pu être bien plus grave, je n'avais quasiment plus d'eau et plus rien à manger.
- j'ai eu beaucoup de chance d'impacter dans la broussaille qui a bien amorti le choc
- J'ai trop poussé pour tenter le retour à St André, dans un endroit que je connais mal
- j'aurai du avoir la lucidité de lacher le morceau


Très beau cross au départ de la Sainte Victoire. Après avoir usé pas mal d’énergie pour atteindre Valensole, les conditions s’améliorent enfin et me permettent d’arriver à Dormillouse après avoir laissé encore un peu d’énergie entre le Cheval Blanc et l’Estrop. Je décide de tenter le retour jusqu’à St André. Il commence à être tard et les conditions faiblissent. Il n’y a plus personne en l’air par ici et personne en radio. Je me retrouve bas au niveau de la montagne de boule et je vois bien que je ne vais pas pouvoir passer le col au niveau du Cheval Blanc. Je tourne à gauche pour essayer de me refaire dans le fond d’une combe. Je remonte un peu et tente d’avancer pour passer le col de Vachère où deux brises se rencontrent. Je suis contré et je suis obligé d’accélérer. Au moment de passer l’arrête, grosse fermeture 50%, je suis à 15m/sol, la demie aile ouverte commence à décrocher, je remonte les mains, l’aile shoot, 5m/sol, gros coup de frein, parachutale, impact dans les broussailles. Le casque a un peu tapé mais je suis ok, j’ai juste un peu mal au poignet. Je bourre ma voile dans mon sac. J’appelle ma femme pour qu’elle vienne me chercher à Thorame que j’atteindrais en 2h de marche.

2016 ( juillet)45HEN BvolexpériementéCol de la Vachère au nord de costes longue
19
Départ en vrille à 15m solpar chance seulement Fracture poignetAttention au changement de materiel et aux mauvaises habitudes
Nouvelle voile, sur l'ancienne le pilote avait l'habitude de faire un tour de frein pour enrouler. Il a garder cette habitude sur sa nouvelle aile et décroche une demie aile en entrée de thermique à 15m sol2015 (printemps)28HEN Bjuste après le décointermédiairedéco intermédiaire st ser
20
Déco avec une clé en BiMon passager, un bon copain, est indemne (ouf!), c'est lui qui appelle les secours. Double disjonction au niveau du bassin pour ma part. Opéré rapidement j'ai maintenant une belle plaque au niveau du pubis et une grosse vis au niveau de l'articulation sacro-iliaque. 45 jours d'immobilisation sans charger le bassin (allongé ou presque) puis rééducation. Le total devrait prendre 3 mois. A priori pas de séquelles par la suite. Je m'en tire bien.-Mais surtout Je n'ai pas regardé ma voile une fois en l'air. C'est quelque chose que
je ne fais pas forcement de façon systématique dès l'envol, considérant
que les contrôles au décollage sont suffisants. Je la regarde
généralement une fois installé. Là j'ai aidé mon passager à s'installer
et j'allais la regarder ensuite. Trop tard j'étais par terre avant. Je
le ferais dorénavant dès le décollage C'est en effet le seul moment ou
l'on peut être certain que tout est en ordre. C'est aussi le dernier
moment avant tout autre action qui pourrait avoir un effet dramatique
(la preuve) si tout n'est pas en ordre.
Nous arrivons au déco de Ceillac vers 20h15 avec mon passager. Il est déjà tard, les dernières ailes en l'air ne sont plus très haut. Conscient du danger inhérent à la précipitation (comme à chaque fois que le cas se présente je me fais la remarque en arrivant) je me prépare je crois comme d'habitude: démêlage, vérification du secours, des sellettes et de tous les points d'attaches. Pré gonflage Ok donc gonflage et déco nickel. J'aide mon passager à s'installer dans sa sellette et entame un virage pour revenir vers le déco. Je me réveille ensuite à l’hôpital de Grenoble (j'ai triché j'ai pris l’hélico) Les informations que j'ai eu par la suite sont : déco avec une grosse clef, départ en négatif dans le virage, vrille, impact. Il y avait une grosse clef que je n'ai pas vu malgré mes 3 contrôles
successifs (démêlage, pré gonflage, gonflage).  Quelle peut en être la
raison ? Angle vue au gonflage ? La tête un peu ailleurs alors que je
pense être concentré ? L'habitude ? Un peu des trois sûrement... Ca
laisse perplexe. Comment ais-je pu ne pas la voir ????
C'est la première fois de ma vie que je décolle avec une clef. Pas de
chance il n'y avait personne d'autre sur le déco pour me le signaler...
-Mon bi un Bion en 38m2 de chez Nova est un vrai paquebot. La clef
devait être au centre, je n'ai senti aucune mise en virage et rien
d'anormal à la commande. Un paquebot c'est facile à piloter mais on ne
sent pas grand chose...-
2015 (juillet)34HBiplace ENBjuste après le découn peu moins de 300 h de vol en un peu plus de 3 ans, je me considère
plutôt comme un pilote prudent et consciencieux et je pense avoir cette
réputation auprès de ceux qui me connaissent. Une 40 aine de vols en bi
depuis l'automne 2014, toujours en conditions cool. Depuis le début je
me suis toujours attaché à faire de beaux déco et préfère reposer la
voile et recommencer au moindre doute.
Ceillac
21
fermeture asymétrique proche du solgrosse frayeurDorénavant, quelle que soit les conditions, prés du sol je suis en
pilotage actif : jambes groupées et poignées des mains au contact des
élévateurs.
vidéo de l'incident : https://www.youtube.com/watch?v=1pos1JqB-D0

Mois de juillet.Vol du soir, les moniteurs du coin me font découvrir leur site. Ils me préviennent qu'il y a toujours beaucoup de brise et que sans doute le vol s'effectuera pour une partie en reculant. Les moniteurs décollent en biplaces. Le plan de vol particulier se passe sans problème.Lors de mon approche sur l'atterrissage de la Chaup, je suis contré suffisamment et n'avance que de quelques km/h. Le terrain d'atterrissage est très grand, je remarqué une ligne en bout de terrain et une rangé d'arbre. Je juge être suffisamment éloigné des arbre pour ne pas être dans les rouleaux de ceux-ci. Le vent est sans doute de 30 km/h mais le vol est "laminaire". Compte tenu de l'apparence laminaire des conditions : - je ne met que peu de frein pour éviter de reculer ;- je suis décontracté ;- mes mains sont éloignées des élévateurs.

Incident :A 19 secondes, assez prés du sol, je suis surpris par une fermeture asymétrique de la demi-aile gauche d'environ 50%. Ma posture fait que je tombe coté fermé. Dans la même seconde je me souviens sentir la demi-aile ouverte partir. Ayant perdu mon équilibre et mes mains placées trop loin des élévateurs, je me rattrape et freine le départ à la commande gauche. A cet instant, l'oreille de la demi aile gauche ferme aussi. La charge alaire sur la partie ouverte augmente et l'amplitude du frein trop importante fait que mon aile amorce un décrochage de la demi-aile gauche visible par un replie du bord de fuite gauche(à 21s). La partie droite est visiblement en parachutale (on observe un creusement intérieur des caissons). A 22s je remonte enfin la main et me replace, l'aile se met gentiment à revoler.Les moniteurs en biplace ont eu une fermeture similaire avec leurs passagers.Conclusion :Pas le temps d'analyser en 2 secondes, on ne peux que ce limiter aux réflexes et à l'état de départ. Toutes mes actions ne sont pas réfléchie. La position de mes mains trop écartés des élévateurs, alors que je suis prés du sol, ont contribué au fait que ma réaction n'est pas appropriée. Surpilotage évident !A 1 seconde prés c'était le décro au sol et je n'aurai eu le temps de ne rien faire vu l'altitude.
2015 (juillet)30HaccroatterroconfirméBarcelonnet décollage de Soleil Boeuf, aterrissage de la Chaup (incident)
22
Le pilote se fait reculerénorme frayeurCadre légal de la pratique des mineurs, discussion avec le responsable légal du pilote, nécessité d'intervenir pour raisoner le pilote dans ce genre de situation de danger évident et imminentUn jeune pilote inexpérimenté décolle dans du vent trop fort pour lui au Garlaban, il se fait reculer, petites fermetures, disparait dans un vallon, atterro d'urgence au milieu des kékés2015 (décembre)-18Hnon homologuée très petit pilote?déco , vol, atterrodébutant Garlaban
23
vrac en accrogrosse frayeurMarge de sécurité par rapport au sol en accro !!! Marge de sécurité par rapport aux autres pilotes pendant les runs d'accro!!! Fiabilité pliage parachute secours?Run d'accro avec peu d'altitude, incident de vol, twist, autorot, lancé du premier secours qui ne s'ouvre pas, passage très (trop!) proche d'un autre pilote pendant la chute, jeté du deuxième secours qui s'ouvre in extremis avant l'impact au sol Vidéo : https://vimeo.com/1503826582015 (décembre)40?Haccrorun d'accroexpérimentéBriancon
24
Déco détrimé par vent faible en biplace.Petite frayeurContrôler le réglage des trim avant les décos biplace et l’adapter aux conditions du jour.Déco détrimé par vent faible en biplace.
Pour une fois le vent est faible au pic des mouches. Je me positionne un peu moins bas que d’habitude (quand le vent est fort), je ne verifie pas le réglage des trims. Le gonflage se passe bien, la voile est belle au dessus de notre tête, je sens bien que le vent n’est pas très fort, mais décide d’y aller quand même. Je dis à mon passager de courir, on atteint vite la fin du déco et le début des kékés, le passager court bien, on quitte le sol juste avant d’avoir à courir dans les kékés. Une fois en vol, je m’aperçois que la voile était complètement détrimée.
2014(mai)32HEN B BiplacedécointermédiairePic des Mouches
25
Atterro dans un arbrerentrer dans un arbre, chute d'1,5m, mal au dos- Faire des vols de reprise en condition calme
- Ne pas se comparer aux autres pilotes
- Ne pas être impatient de voler (garder tête froide)
- être plus actif au niveau du pilotage en approche
-Se méfier de l’atterro de St Ser qui peut être très technique en fonction des conditions (sous le vent de l’ouest, déclenchements, etc…)


Vol de reprise après 2,5 mois de non vol, les conditions sont incertaines au pic : fin de mistral avec une face Sud qui chauffe, vent nul au déco. Vu les conditions, j'étais parti pour redescendre à pied. En attendant la bonne séquence, les pilotes décollent sans difficultés flagrantes. Je décide donc de changer d'avis et de décoller. En l'air les conditions ne sont pas très saines, mais j'ai déjà volé dans ces conditions (les années précédentes ...). Lors de mon approche, un thermique déclenche devant l'atterro. Je ne m'impatiente pas et attends le bon créneau. Lorsqu'il arrive, je m'aligne sur le terrain. Les conditions sont turbulentes. Un coup de vent me décale de mon axe de descente, je ne compense pas ma dérive qui se cumule avec du gradient, l'angle d'approche n'est plus le bon. J'aperçois l'arbre qui me barre le chemin de l'atterro, je le fixe et rentre dedans. Ma voile passe par dessus et je tombe de 1 à 2 m sur le flanc. Hormis l'impact pas de douleur sur le moment, ce n'est qu'à froid que le mal de dos se réveillera.
2014 (mars)43HEN BAtterrointermédiaireAtterro St Ser
26
Parachutale jusqu’au sol.Deux vertèbres cassées dont une "explosée", opérationUn atterrissage en sécurité c'est : débout suffisament tôt dans sa sellette, une belle finale bras hauts suivie d'un arrondi, reserver les phases parachutales aux acrobatesParachutale jusqu’au sol.
Arrivée bien au-dessus de ce que je crois être le terrain d'atterrissage officiel (malentendu lors de la reconnaissance), par une brise de SUD-OUEST établie. Durant qq minutes, j'alterne PTS et parachutale en bordure EST du champ, histoire de « tâter » la masse d'air.
Compte tenu de la stabilité de la brise, et pour atterrir court, je décide d'une approche en parachutale, ce que, par sécurité, je ne pratique JAMAIS. Tout se passe bien jusqu'à 2-3m du sol, ou je ne sens plus l'air me porter. Impact sol en position assise. Aie !!!

2014 (mars)52HEn BatterroIntermédiaireBanon
27
Attterrissage vent de cul sur les pieds mais très violent.gros choc au niveau des lombaires. Pas de fracture mais un beau traumatisme qui va me priver de vols durant deux mois. trop de décontraction après quelques jours de vols ' faciles" et pas assez de concentration dans la repose au déco. J'aurais dû aller poser en contrebas, ou à la plage. Réenvisager les reposes au déco, toujours délicates. et les gérer avec plus de marge.Vol en soaring sur falaise en Normandie. Conditions calmes mais un peu faiblissantes. C'est mon deuxième vol après repose au déco. je décide après un gain que j'estime correct, mais sans plus, de poser dans un champ derrière le déco, mais j'arrive trop bas, et à cause d'une haie je ne peux entamer le dernier virage pour me remettre face au vent. Attterrissage vent de cul sur les pieds mais très violent.2014 (été)60FEN BAtterrointermédiaireEcalgrain Normandie
28
Mauvaise maitrise de la voile au décollage. Rafale de SE, trainé dans les rochers.Intervention hélico, fracture du poignet et genou fortement erraflé.- Après une interruption prolongée de la pratique se forcer à reprendre le contact avec la voile par étape : gonflage puis vol balistique puis en thermique doux sur un site école.
- Accepter le fait que l'on est moins à l'aise en début de saison contrairement aux souvenirs des vols que l'on a pu réaliser en fin de saison.
Vol de reprise au pic le 6 Avril à 13H : vol précédent au garlaban le 31/12.
Prévisions de brise en SSO.
Mauvaise maitrise de la voile au décollage. Rafale de SE, trainé dans les rochers.
2014 (avril)28HEN AdécoIntermédiairePic des Mouches
29
décollage twisté de tout en haut du déco (au plus fort du venturi) et passage sous le vent derrière la crête.Grosse frayeurQuand vent fort, déco de tout en bas du déco, si on loupe un déco, on redescend tout en bas Après avoir loupé 2 décos un peu plus bas dans la pente, la pilote ne redescend pas en bas de la pente, décollage twisté de tout en haut du déco (au plus fort du venturi) et passage sous le vent derrière la crête.2014 (avril)28?FEN B?décoIntermédiairePic des Mouches
30
Déco pilote non attachéConséquence potentielement mortelle si le pilote avait tenté de rester accroché à sa voile qqes secondes de plusLA PREVOL!!! Vigilance réciproque entre pilotesDéco pilote non attaché, gonflage, course d'élan et la voile part seule!2014 (avril)50+?H?déco?Pic des Mouches
31
Déco avec suspentes croiséesgrosse frayeurreflexion sur la protection des mords des trim


Lors du décroisement des élévateurs, le trim de l'élévateur gauche et venu crocheté la suspente de freins et les C de l'élévateur droit. Alors que la suspente de frein s'est décroché, l'une des suspentes de l'élévateur C à été coupé par le pincement avec le trim.


On se met en place avec ma passagère sur le déco, un pilote nous aide pour la mise en place du bord d'attaque de l'aile qui glisse sur la pente. Je me prépare à décoller face voile. Les conditions sont faibles, elles ne permettent pas de faire un prégonflage et garder l'aile au sol avec les suspentes en tension sur les élévateurs. Ce qui aurait permis de voir que les suspentes n'accrochent rien. Je me souviens d'ailleurs m'être fait la réflexion et avoir vérifié une seconde fois qu'il n'y ait pas de tour de frein et que tout coulisse bien au niveau des élévateurs car j'avais tout de même l'impression d'avoir un "moulon" de suspente. Après vérification, je n'ai rien constaté.Je gonfle face voile, rien n'accroche au sol. Au moment de la temporisation et pendant que je me retourne je ressens qu'une des commandes coince et constate que j'ai des suspentes face à mes yeux, dont la suspente d'un de mes freins. Je vois seulement que c'est accroché aux niveau des trims.Pas le temps de faire d'analyse à ce moment là, je cherche simplement à affaler en décrochant aux commandes (qui sont bloquées...). En tirant les commandes pour affaler, les suspentes devant moi semblent se décrocher du trim d'un coup sec. Coup sec qui relache le frein brutalement et fait
shooter le bi vers l'avant. Nous sommes en bord du décollage, tiré vers l'avant par le bi, j'ai le réflexe, bon ou mauvais, de pousser mon passager, pensant que l'on va aller poser en vrac dans les kéké sous le déco. Peut-être que si on ne faisait pas ça, on se serait fait un vol plané tiré par le bi en avant, tête première du
passager dans les cailloux.Au final, ça n'a pas posé en vrac mais on a laborieusement été pris en charge et ça s'est mis à voler. Je sens quelque chose d'anormal, je lève la tête et constate qu'une partie de mes C à droite traine derrière le bi. Le bi me semble à la fois lent mais pourtant piqueur, je décide d'accélérer un
peu, mais pas trop ayant peur que le coté piqueur favorise les frontales. Ca ne tire pas et c'est pilotable. Je prend quelque mettre sur costes chaudes pour passer juste ce qu'il faut et rejoindre l'aterrissage des oliviers. Pas de problème particulier en l'air, tant que je ne relache pas complètement le frein leprofil à l'air de bien se tenir. Pendant le vol j'ai constaté que je n'ai pas beaucoup de ressource. pour la finale je fais deux tours de freins et on pose en faisant glisser talons/fesses avec un résiduel de vitesse horizontale important malgrés le vent de face. Si je n'avais pas fait posé sur les fesses, sans doutes que ma passagère (ma soeur 50kg tout au plus) aurait une pâte abîmée.La passagère ne s'est rendue compte de rien et on rentre en bonne santé à pieds.En pratique, il semble que :Les élévateurs de mon biplace sont équipés de mort de trim métallique. Les trim ne sont pas mouflés. Lors du décroisement des élévateurs, le trim de l'élévateur gauche et venu crocheté la suspente de freins et les C de l'élévateur droit. Alors que la suspente de frein s'est décroché, l'une des suspentes de l'élévateur C à été coupé par le pincement avec le trim.
201530HBiplace ENBdéco + volconfirmé (+100 vols biplace)Ste Victoire escalette
32
Déco avec suspentes croiséesGrosse frayeur, pas de boboje n'ai jamais pensé a
vérifier le bon serrage des maillons en prévol , la voile revenait de
révision , c'etait son deuxieme vol , ce qui veut dire que j'ai fait le
premier avec ce foutu maillon ouvert ...

moralité , on vérifie aussi les maillons en prévol .
déco de St Jean de mes couilles, vent fort , déco face voile , gestion de la levée de l'aile propre et  sans aucun souci, je décolle a l'envers, constate une nette dérive vers la droite, je reste zen et corrige comme si je gonflais, mais au moment de me retourner je constate qu'un A central coté droite est coincée dans le  maillon d'un C coté gauche , le maillon du C etait ouvert, j'ai affallé sur le sommet d'un petit pin a 2 metres sol , grosse frayeur pas de bobos , avec le A coincé comme il l'etait  le vol eut été impossible voir mortel .201449H EN CPrévol, déco, début de volexpérimentéSt Jean de mes K.
33
Atterro dans une zone dangereusehors terrain sur site sensible + proximité ligne électriqueSouvent (mais ce n’est pas une règle générale) si les locaux ne sont pas encore en l’air c’est qu’il y a une bonne raison.
Ne pas gratter sans être CERTAIN d’être en finesse d’un bon atterro.
Atterro entre la forêt et la ligne électrique à Oraison.
Les conditions ont l’air bonnes au déco mais personne en l’air. Cela ne m’étonne pas plus que ça, je décolle et enroule qqes petites bulles sans réussir à prendre du gaz. Je gratte, je gratte et quand je vois que cela ne va pas le faire je me dirige vers l’atterro et m’apercois que je suis complètement contré par le sud. Impossible de rejoindre l’atterro, je pose juste avant la ligne.
201432HEN CatterroconfirméOraison
34
fermeture massive à faible altitudeGrosse frayeurGarder l'attention en priorité sur le pilotage et s'éloigner vraiment du relief et d'éventuelles zones de turbulence pour faire ce genre de manipA près le déco, le pilote s’aperçoit qu’il a oublié de brancher son accélérateur, il s’éloigne un peu du relief pour le rebrancher, distrait par la manip il dérive dans une zone sous le vent et subit une fermeture massive à faible altitude. La voile rouvre et le pilote poursuit son vol.201445?HEn C ?après le décoconfirméPic des mouches
35
Prise de risque inutilePrise de risque inutileTravailler l'art de renoncerDéco dans du SE fort au pic.
SE se renforcant annoncé par météociel
On veut arriver tôt au pic pour décoller avant que cela ne forcisse. On galère pour arriver à cause de l’ironman.
Arrivée à 11h30 au pic. Un groupe est au petit déco SE. C’est déjà fort.
Je n’arrive pas à préparer mon aile au déco SE je vais au déco normal du pic.
Au pic il y a 20-25 au déco, 30-35 en rafales.
Je décolle dans une molle, monte de suite fort, je me décale sur la droite. Entrée dans un gros thermique (+4 instantané), grosse ressource et fermeture des bouts d’aile pas loin du relief.
201432HEN CdécoconfirméPic des mouches
36
Ouverture intempestive du secoursGrosse frayeurLe controle du secours fait parti de la check liste à chaque nouvelle tentative de décoOuverture intempestive du secours à l'atterro suite à préparation difficile dans du vent2014?HEN CPrévol, vol atterroconfirméSte Baume
37
Pilote reculé derriere la crêteblessure grave intervention hélicoSainte baume dangereuse par mistral se renforcant
Vol à la sainte baume avec Mistral annoncé se renforcant pilote provencal. Pilote reculé derriere la crête, cascade d'incident impact au sol sous le vent de la crêtes2014?????Ste Baume
38
Pilote reculé derriere la crêteblessure grave intervention hélicoSainte baume dangereuse par mistral se renforcant
Vol à la sainte baume avec Mistral annoncé se renforcant pilote de passage. Pilote reculé derriere la crête, cascade d'incident impact au sol sous le vent de la crêtes2014?????Ste Baume
39
Collisionsecours mais cela aurait pu être beaucoup plus grave.Rappel régulier des règles de priorité, mail à tous les membres du clubCollision suite à mésentente dans le respect des règles de priorité à l'escalette2013???en vol??
40
décrochage à 1 m / solun poignet luxé et mal au fessesj'aurais du poser au chinois, exces de confiance dans les capacités de la voileAR à la croix, retour en vent de dos, limite trop bas, j'arrive à 60 km/h sur le champ et je fais un dernier virage pour m'aligner -> grosse ressource -> trop haut -> vol à vitesse min freiné à bloc
-> décrochage à 1 m / sol -> gros tas sur le dos
201340?HEN B+atterroexpérimentéEscalette SV
41
Mauvais montage de la selettedébut de vol accrobatiquePrévole, attention au changement de configuration matériel de dernière minutej'ai fait un réglage de ma selette au sol sur le parking mais comme je suis un gros naze j'ai fait passer le passant au mauvais endroit avec une position de vol carrement inconfortable et impossibilité de m assoir ds ma selette.. j'ai tt defait en l air mais ds une position acrobatiaque style jambes en l 'air pieds ds les élévateurs pour detendre les sangles et pouvoir les debrider a fond201338H?Prévol, déco, début de volconfirméGarlaban?
42
ArbrissageArbrissage, article dans la presseSuivre d'autres pilotes sans faire sa propre analyse. Marge de sécurité sur site nouveau. Conseils aux pilotes de passageAbrissage à la Sainte Baume d'un pilote de passage. on s'engage sur le Paradis après avoir fait un
peu de gaz sur la Casemate.

Il nous suit mais part beaucoup plus bas, insiste vers l'Est en espérant se
refaire, puis fait demi tour et tente à tout prix de rejoindre l'atterro de
l'Hostellerie bien qu'il soit contré et alors qu'il aurait pu aller poser à la
maison forestière de l'ONF  "La ferme à Vaquier".
2013?H?fin du vol?Sainte Baume
43
Le pilote fait secoursParachute de secours tiré, risque d'atterir en terrain hostileMaitrise des techniques de descente rapide (grandes oreilles plus faciles à mettre en oeuvre)Secours au Garlaban. (D’après témoin) arrivée sous le nuage à taux de
chute mini, volonté d'en sortir en 360°, on relève rapidement une main sans remonter
l'autre, départ en vrille à plat sur 2 tours, ça aurait pu revoler mais tirage
du secours.
2013?H?descente rapide?Garlaban
44
décro asymétriquegrosse frayeurVieillesse de la voile???? Aérologie malsaine???

L'aile est partie en décro asymétrique alors que j'enroulais
au dessus du baou de l'aigle: 1 tour, 2 tours, 3 tours, 4 tours pour en sortir;
cela m'a parut très long .

2013?HEN B ou C?en volexpérimentéSainte Victoire
45
Pilote à l'eau au Mont Roseintervention vedette sncmQuand t'es à l'eau t'as vraiment l'air con...Pilote à l'eau au Mont Rose2013?????Mont Rose
46
Passage de crête loupéEntorses aux deux chevillesJ'aurais du repartir dans la vallée et aller à l'atterro de secours mais puisque les autres parapentistes devant moi prenaient de la hauteur je me disais que ça aller forcément marcher pour moiJe n ai pas tourné à la sellette sur la droite
immédiatement après le deco puis je n arrivais pas à prendre de la hauteur donc
j'ai collé très près le relief...je pensais passer le rochers me disant que j'allais forcément prendre de la hauteur mais je me suis enfoncée encore et j'ai tapé les deux pieds en avant...
2013?F?Post décointermédiaireEscalette Sainte Victoire
47
Atterro violent vent de culLégère luxation au poignet gauche sans conséquence
sur la motricité de la main. Douleur du dos à peine réveillée. Merci l'aibag!!!
baisse de la concentration, excès de confiance, viscosité mentale

Vol d'hiver ennuyeux. Je reviens de la plaine vers la crête du déco en plein vent arrière avec intention de faire demi tour au dernier moment. Demi tour, je n'ai point fait. J'ai impacté la planète à font les ballons en vent de cul. Au dernier moment lorsque j'ai réalisé que je n'avait pas engagé dans les temps ma manœuvre de demi-tour j'ai limité chouia la vitesse par ressource face à la pente, type atterro contre pente delta..

2013?HEN CAtterroexpérimentéGarlaban
48
Voile qui accroche une branche à l'aterro, décrochage à 2m/solretour au sol, choc sur l'airbag, pilote indemneAvec une bien meilleure finesse, il faut complètement reconsidérer ses approches. Je n'aurai jamais du faire mon dernier virage si bas, dans le gradient mais plus loin et plus haut.

Suite changement d'aile ENB vers ENC (+2.5 de finesse ), je suis arrivé deux fois en bout de terrain à l'attero de l'Escalette. J'étais vraiment surpris par le planée de ma nouvelle voile.
Ne voulant pas finir dans les oliviers à l'occasion d'une bulle sournoise j'ai décidé d'engager le terrain plus bas dans mon approche. J'ai donc effectué mon dernier virage au même endroit qu'avec mon ancienne voile mais plus bas. Grosse erreur car j'étais dans le gradient, ma voile a perdu sa vitesse relative et pour la retrouver a commencer à piquer. J'ai du contrer pour garder l'assiette et je suis descendu plus vite que prévu.Je suis passé dans le chêne d'entrée de terrain, une suspente de plume c'est accrochée, ma voile a fait demi tour sur place à deux mètres sol et a décrochée.

2013?HEN CAtterroexpériementéSV escalette
49
Passage sous le vent au nord de la Sainte après aspiration nuageRisque potentiel d'impacter le relief dans le nuage, chute à la descente de nuit, contusionsMarge de sécurité par rapport au nuage et appréciation du renforcement du ventPassage sous le vent au nord de la Sainte après aspiration nuage + suraccident à la descente de nuit2012?HEN Ben volintermédiaireEscalette SV?
50
Déco vent fort, trainé au décoÉrafluresTechniques vent fort, renoncement en cas de vent trop fortDéco vent fort, trainé au déco2012?HEN BdécointermédiaireEscalette SV
51
Trop long à l'atterro, virage serré, impactContusionsGestion de l'approche. Eviter à tout prix un fort taux de chute (virage serré) à l'atterro quitte à finir dans un arbreTrop long à l'atterro, virage serré, impact2012?HEN Batterrointermédiaire?
52
Reculé et passage sous le vent à Costes chaudesAtterro aléatoireMarge de sécurité par rapport à la vitesse du vent. Reculé et passage sous le vent à Costes chaudes2012?HEN Ben volintermédiaireEscalette SV
53
Déco avec les peids dans les suspentes d'une autre aileRisque de partir accroché avec les suspentes de l'autre voile et retour au sol possibleGarder de l'espace entre les voiles au déco en conditions fortesDécollage vent fort Pic des mouches, le pilote regarde sa voile et en se recentrant marche et manque de s'accrocher dans les suspente d'un autre pilote2012?HEN BdécoexpérimentéPic des mouches
54
FermetureGrosse frayeurTravailler la gestion des fermeturesAérologie turbulente au dessus du Pic, grosse fermeture, surcontre, décro, grosse abatée2012?HEN Ben volexpérimentéPic des mouches
55
Grosse fermeture après décoGrosse frayeurEviter de partir à gauche en sortie de déco quand SE fortGrosse fermeture en sortie de déco par SE fort au pic. Le pilote s'est dirigé à gauche en sortie de déco et s'est mis sous le vent de la petite crête à gauche du déco2012?HEN DdécoexpérimentéPic des mouches
56
Pilote trainéÉrafluresTechniques d'affalage de voileLa voile se regonfle après un atterro de fortune dans les kékés et traine le pilote sur 50m2012?HEN Batterroexpérimenté?
57
Posé vent de culUne vertèbre fracturéeL'accident bête par excellence; Etre toujours vigilant, attentif, présent. Ne pas hésiter à s'abstenir si l'on a pas les ressources ce jour. Se connaitre pour cela, savoir s'autoévaluer Il peut arriver de ne pas y être du tout et d'en oublier l'essentiel, l'enseignement de base, 1er jour du 1er stage d'initiation : posé face au vent.Garlaban, Vent secteur nord irrégulier, aérologie malsaine. Excès de confiance.Toujours posé face au sud auparavent. Pas tout à fait dans mon assiette ce jour là,( soucis de boulot).Le regard sur la manche à air est zappé. Approche à l'envers, posé dos au vent , au moment d'une rafale, panique dans les dernières secondes,
crach hors terrain dans les cailloux.
201248HEN Batterro150 volsGarlaban
58
Fermeture proche du soldécès du piloteSe méfier des rentrées de NO. Attention à l'excès de confiance post sivFermeture pendant une séance de wagas à faible altitude dans une aérologie malsaine à l'opidum. Contexte de surconfiance post-siv2012???en vol?oppidum
59
décro à cause d'une cléfracture?Prévole, adapter le freinage ou même ne pas freiner du tout en cas de grosse cléDécro à l'atterro suite à grosse clé dans les suspentes+freinage excessif2012?H?atterro?Atterro col des portes
60
Trainé au déco du pic par SE fortfracture vertèbreSe méfier du SE fortTrainé au déco du pic par SE fort201250?H?décoexpérimentéPic des mouches
61
verrouillage de l'aile en vole attaché à un point fixe (très dangereux, plusieurs décès ces dernières années!!!)fractures vertèbresConnaitre les risques de ce type de pratiquesTentative de vol "treuillé/attaché" à une voiture, dans du vent fort, verrouillage de l'aile, retour au sol2011?H EN BdécointermédiaireChamp hors site officiel
62
fermeture proche reliefFractures vertèbresDéconseiller le vol au pic pour les débutantsPilote quasi débutant dans une grosse aérologie de printemps. Impact dans les rochers en face Sud.2009?H?en volquasi débutantPic des mouches
63
sketch à 30 m sol à l'atterroGrosse frayeur et hors terrainSauvé par la voile débutant et d'avoir lu le manuel de la voile et du parachute de secours.
1) Il faut aller reconnaître l'atterro sur un nouveau site (quasi
sûr que ça aurait tout changer ma prise de décision en l'air)

2) Enseignement école insuffisant pour voler en thermique à St
Vincent les Forts.

3) Lire les manuels.

4) Faire des SIV et garder une aile débutant même quand on devient
expérimenté, c'est pas si bête...
Pas de reconnaissance atterro officiel. Décollage OK. Vol 1 heure en thermique et dynamique. Ca commence à secouer plus => stress. Décide d'aller poser. L'atterro officiel et la ligne à haute tension ne m'inspirent pas. Décide d'aller poser sur petit terrain sous déco. (Fait le matin même
sans problème). Pas capable de comprendre sens du vent (débutant, stress et pas de manche à air). Arrivée vent cul trop long, trop haut mais arbres. Demi tour violent. Grosse ressource. De nouveau trop long dans l'autre sens (arbres encore). Décide de virer vers la pente et partir de là pour aller poser
plus bas dans les champs. A la rupture de pente, changement d'incidence de l'air et sous-vitesse suite sketch précédent. Décro parachutale à 20 - 30 m de la cime des arbres. Attrappe poignée secours et regarde en bas. Trop bas. Lâche la poignée du secours et mets bras haut en priant. Abattée violente + grosse frontale. Freine au max mais trop tard (la voile a fait le boulot toute seule). Remets bras haut. La voile repart en dandinant. Regarde en bas: suis toujours au dessus des arbres (10-20m). Vais poser sans encombre dans des champs plus bas avec les jambes tremblantes et vent de cul (faible).
200737HEN AAtterro débutant (50 vols)St Vincent les forts
64
http://www.parapentiste.info/forum/incidents-accidents-de-parapente/accident-24-aout-2008-a-la-sainte-victoire-t8425.0.html
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
100
Loading...