Faisons cesser les prélèvements forcés d'organes en Chine

Les principes éthiques du don d'organes en France sont forts : Le don, volontaire et gratuit, y est un acte de générosité envers ses semblables.

Cependant, ces principes peuvent aujourd'hui encore être facilement contournés par les citoyens français qui en ont les moyens financiers. Pour ceux-ci, il est possible - en toute impunité - d'acheter des organes à l'étranger.

En Chine par exemple, des dizaines de milliers de prélèvements forcés d'organes ont lieu chaque année sur des prisonniers de conscience assassinés pour l'occasion. Parmi eux des tibétains, des ouïghours, et pour une très grande partie des pratiquants du Falun Gong, méthode bouddhique de méditation violemment réprimée en Chine du fait de l’immense popularité qu’elle avait rencontré dans les années 1990.

Ces organes sont ensuite vendus à prix d'or à une clientèle étrangère fortunée grâce à des "tour-opérateurs" médicaux proposant des voyages tout-compris - avion, hôtel, opération, et la mort d'un innocent qui aura servi de "matériau". [voir par exemple : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/07/25/25236-chine-90-000-greffes-clandestines-font-tourner-hopitaux-entiers ]

Comment la France peut-elle être éthique si elle a une éthique à deux niveaux, rigoureuse d’un mais fermant les yeux sur les dizaines de milliers d'assassinats, dont certains citoyens français sont devenus complices par ignorance. Elle doit montrer qu'elle refuse les pratiques de prélèvements forcés d'organes en créant les outils pour assurer de la parfaite traçabilité de tout organe transplanté.

Scandalisé par le silence qui entoure ces trafics et par la brutale répression du Falun Gong, j’estime de mon devoir de soulever cette question importante et de vous demander d’agir pour que l’Assemblée Nationale, voix du peuple français :
• Condamne les prélèvements forcés d'organes en Chine
• Appelle à une enquête internationale approfondie sur le sujet
• Demande la ratification par la France de la Convention du Conseil de l’Europe contre le trafic d'organes humains (dite convention de Compostelle), en vigueur depuis le mois de mars 2018.
Nom de famille *
Your answer
Prénom *
Your answer
Ville *
Your answer
Code postal *
Your answer
Vos commentaires
Your answer
Submit
Never submit passwords through Google Forms.
This content is neither created nor endorsed by Google. Report Abuse - Terms of Service - Privacy Policy