Kintsugi à la vraie laque japonaise et poudre d'or : 4 sessions en septembre

EN SEPTEMBRE :
Atelier Kintsugi : réparer la vaisselle brisée à la poudre d'or
Véritable technique à la laque japonaise naturelle (Urushi)
4 sessions de 3h

TARIF : 130€ les 4 séances (véritable technique japonaise)

DATES :
samedi 7 septembre
10h - 13h
samedi 14 septembre 10h - 13h
samedi 21 septembre 10h - 13h
samedi 28 septembre
10h - 13h

 LIEU : 15 rue Fortia, 13001 Marseille

Venez découvrir la vraie méthode ancestrale du Kintsugi : la réparation avec de la laque naturelle et de la poudre d'or. Cette technique naturelle vous permet de boire et manger à nouveau dans vos bols et assiettes brisées, car la laque naturelle n'est pas toxique, contrairement à la résine Epoxy.
C'est un long travail de collage, séchage et ponçage que vous enseigne Didier Faillères, un professionnel du Kintsugi sur Marseille, régulièrement sollicité par le consulat du Japon pour faire découvrir cet art aux marseillais.

Lieu : Magasin Sakura Bento, 15 rue Fortia, 13001 Marseille
Règlement : 
- soit en espèces au 15 rue Fortia entre 12h et 20h du mercredi au samedi
- soit par virement bancaire (le RIB vous est envoyé par mail dans le mail de rappel de l'atelier).
L'atelier doit être réglé à J-5 (5 jours au plus tard avant l'atelier).
Nous sommes obligés de fermer les réservations à 12 personnes maximum. 
Seules les personnes ayant réglés leur atelier verront leur réservation validée.

Le kintsugi (金継ぎ, « jointure en or ») est une méthode japonaise de réparation des porcelaines ou céramiques brisées au moyen de laque saupoudrée de poudre d'or. 

Le kintsugi serait apparu lorsque, à la fin du XVe siècle, le shogun Ashikaga Yoshimasa a renvoyé en Chine un bol de thé chinois endommagé pour le faire réparer. Le bol étant revenu réparé avec de vilaines agrafes métalliques, les artisans japonais auraient cherché un moyen de réparation plus esthétique.

La réparation de vaisselles avec des laques provenant de résines de plantes est une tradition pratiquée en Chine, Corée, Japon et Viêt Nam, mais les réparateurs japonais amenèrent une touche esthétique particulière en y ajoutant de la poudre d'or. Cela relève d'une philosophie qui prend en compte le passé de l'objet, son histoire et donc les accidents éventuels qu'il a pu connaître. La casse d'une céramique ne signifie plus sa fin ou sa mise au rebut, mais un renouveau, le début d'un autre cycle et une continuité dans son utilisation. Il ne s'agit donc pas de cacher les réparations, mais de mettre celles-ci en avant.

Les collectionneurs se sont épris de cet art nouveau au point que certains ont été accusés d'avoir délibérément cassé de précieuses poteries afin qu'elles puissent être réparées avec les coutures d'or du kintsugi. Le kintsugi est étroitement associé aux ustensiles en céramique employés pour la cérémonie japonaise du thé.

Sign in to Google to save your progress. Learn more
Nom *
Prénom *
Adresse mail *
Téléphone
*
Acceptez-vous d'être pris en photo et d'être diffusé sur nos réseaux sociaux pour partager l'ambiance ? *
Submit
Clear form
Never submit passwords through Google Forms.
This content is neither created nor endorsed by Google. Report Abuse - Terms of Service - Privacy Policy