Signataires - Inventons la Gauche Nouvelle
Inventons la Gauche Nouvelle (faire défiler le texte pour signer)

Par incapacité à comprendre les transformations en cours, à produire des idées nouvelles, à rassembler, voilà désormais l’ensemble de la Gauche au pied du mur, balayée de la représentation populaire !

Mais les françaises et les français ont-ils un quelconque intérêt à cette pensée unique du « ni droite ni gauche » qui affaiblit notre démocratie ?

Car maintenant, qui pour défendre les salariés premiers pointés du doigt par la nouvelle majorité présidentielle ? Qui pour défendre l'équité fiscale face à la baisse de l'ISF et l'augmentation de la CSG ? Qui pour assurer une véritable égalité entre les territoires gagnants et perdants face à la mondialisation ? Qui pour affirmer que l’Europe ne peut se cantonner à une zone de libre-échange ? Qui pour soutenir les services publics mis en cause par l'annonce de la suppression de 120 000 agents ? Qui pour refuser cette vision surannée de la verticalité, pour expliquer qu’on ne répare pas la société par le haut mais avec les forces vives, dans le dialogue et l'échange ?

Il y a urgence à inventer la gauche nouvelle, en tournant résolument le dos à ce qui l’a conduite dans l'ornière : la dérive libérale, la démagogie, l’outrance, les guerres picrocholines entre egos ou bien son incapacité à proposer une nouvelle vision du monde.

Qu’est-ce qui nous rassemble aujourd’hui ?

Incontestablement nos valeurs. Celles qui nous font avoir le souci de la personne humaine, de sa dignité, de son intégrité, de son émancipation, de sa participation au destin commun et à la préservation de notre environnement. Celles qui nous font placer l’égalité au cœur de tout projet : égalité entre les citoyens, les territoires, les sexes, dans l’accès aux droits, aux savoirs, aux soins, aux emplois, aux responsabilités… Aucune différence ne peut servir de prétexte à l’inégalité. Celles qui nous amènent à lutter contre les discriminations, à agir pour davantage de solidarités, en faveur du progrès, de la laïcité, de la souveraineté populaire, de la transition énergétique, de la cohésion sociale ou encore à libérer les individus de toute forme de domination, d’aliénation et d’oppression. Tous les français ont un peu de ces valeurs en eux, car ces valeurs appartiennent à l’histoire de la France et à la marche actuelle du monde.

Avons-nous un destin commun ?

Nous sommes fiers de toutes les avancées démocratiques, des progrès civiques, des conquêtes sociales que la Gauche a contribué à installer. Ferry, Clémenceau, Jean Jaurès, Léon Blum et le Front populaire, François Mitterrand et l’union de la gauche , l’école publique, la laïcité, les congés payés, l’abolition de la peine de mort, le RMI, la décentralisation, la CMU, les 35 heures, le mariage pour tous, tout cela fait partie d’une même aventure collective que nous sommes fiers de revendiquer.

Mais le passé n’est pas notre présent. Il ne nous exonère pas des efforts pour inventer notre avenir, pour mener de nouvelles luttes. Les défis sont immenses : bouleversements économiques, extrême mobilité des ressources financières, réchauffement climatique, raréfaction des ressources naturelles, nouvelles circulations humaines, protection des libertés individuelles et publiques, sûreté dans un contexte de menace terroriste.

Quels sont les principes qui nous guident ?

Nous sommes constamment attentifs à protéger les biens communs contre les lois du marché, à mieux partager le travail et les richesses, à défendre les plus fragiles, les plus vulnérables, à créer de nouveaux droits plutôt que d’en détruire, et particulièrement aujourd’hui dans le domaine du travail… Ce n’est pas la société qui doit être au service de l’économie mais l’économie qui doit être au service de la société.

Il nous appartient d'inventer de nouvelles protections. La libération de l’innovation entrepreneuriale, sociétale, sociale, artistique, technologique, éducative doit se conjuguer avec la défense de notre modèle « Made in France » : un système de santé et de protection sociale efficace, un modèle de retraite solidaire, une exception culturelle affirmée, un savoir-faire de l’artisanat et des PME.

Nous partons du principe que l’économie n’est pas nécessairement brutale, qu’elle gagne à être collaborative, circulaire, en circuit court. Nous voulons inventer une société qui a du sens en dehors de la valeur de l’argent, qui sorte des chimères consuméristes. Nous avons la certitude que le repli sur soi, le rejet des autres, l’égoïsme sont des impasses. Enfin nous avons la conviction que l’écologie doit être notre priorité et guider la détermination de notre action future. Elle doit être envisagée comme un investissement collectif, national, de long terme. L’énergie renouvelable doit être propagée, soutenue financièrement, elle est aujourd’hui arrivée à maturité écologique et économique. Être de gauche, c’est faire le choix de la croissance écologiquement soutenable pour les sociétés humaines : par souci de justice envers les générations futures, et parce que les tensions sur nos ressources aggravent les inégalités sociales .

L’Europe est-elle compatible avec ce besoin de protections ?

A Gauche, notre projet est celui d’une Europe sociale, démocratique, solidaire. Nous sommes fondamentalement européens mais notre préalable est de changer l’Europe. Nous ne voulons plus de cette Europe de l’austérité, de cette Europe qui renonce à réguler la finance et les banques, à lancer de nouveaux champions industriels, qui échoue à instaurer une taxe sur les transactions financières. Nous ne voulons plus de cette Europe des traités technocratiques où quand les citoyens disent « non » c’est malgré tout le « oui » qui l’emporte. Nous voulons une Europe de l’harmonisation sociale, fiscale et environnementale, une Europe qui intègre de véritables politiques de relance et d’investissement tant au profit du désenclavement des territoires que des transitions énergétiques et numériques.

Une Europe technocratique et néolibérale ne peut pas répondre aux attentes des peuples européens. Les dernières années l’ont suffisamment prouvé. Si nous voulons relancer le projet européen, nous proposons de nous inspirer de ses succès passés. Airbus est probablement la plus concrète et la plus réussie des initiatives européennes. Le succès européen dans l’aéronautique doit maintenant et urgemment être renouvelé dans les secteurs d’avenir tels l’intelligence artificielle, l’hébergement de données numériques ou encore les énergies renouvelables.

Avons-nous le désir de porter un projet qui parle à la société toute entière ?

La Gauche doit être populaire. Elle doit renouer le dialogue avec toutes les couches de la société par-delà les origines, les catégories sociales ou les lieux d'habitation. Pour aller mieux, la France a besoin de tous les siens, des plus vulnérables comme des plus forts, de ceux qui vont bien comme de ceux qui décrochent.

Dans les métropoles comme dans les campagnes, dans les banlieues comme dans les territoires périurbains, chacun partage le même espoir : un emploi dans lequel il est permis de s’épanouir, un logement à prix décent, une égalité des chances réelle pour ses enfants, une possibilité de mobilité sociale, un nombre de places en crèches suffisant, une aide substantielle pour l’autonomie des personnes âgées, une cohésion sociale et territoriale affirmée qui passe notamment par la redynamisation des cœurs de ville, la réindustrialisation, la présence forte des services publics et le déploiement d’infrastructures de transports et de dessertes collectives suffisantes.

Quelle rénovation démocratique et citoyenne ?

C’est par l’alliance des territoires, pour reconstruire une République unitaire, par l’énergie des citoyens que nous repartirons du bon pied. Notre pays souffre de trop de verticalité, d’excès de centralisme. Un des combats de la Gauche sera de faire respirer notre démocratie, d’insuffler davantage d’horizontalité, de logiques collaboratives, d’innovations ascendantes. Il nous faudra plaider pour une nouvelle République, plus représentative, plus parlementaire, davantage à l’écoute et décentralisée. Une République où le politique en tant que représentant de l’intérêt général et du bien commun est rétabli à sa juste place, celle qu’il a perdu ces dernières décennies au bénéfice du technocratique et de l’économique.

Inventer la Gauche Nouvelle, c’est être créatif et innovant dans le recherche d’idées et de solutions nouvelles tout en refusant le conservatisme des positions sociales, économiques, politiques et culturelles.

Voilà pourquoi nous lançons un appel à toutes celles et ceux qui souhaitent peser sur le destin de notre nation et de notre pays au-delà de toute appartenance aux partis politiques.

Cinq premiers chantiers sont prioritaires pour mettre fin à l’atomisation de notre société et de nos territoires :
- Inventons de nouvelles protections dans le monde du travail dans tous ses états
- Inventons une République unitaire plutôt que des territoires patchworks
- Inventons une économie collaborative qui produise une croissance écologiquement soutenable
- Inventons de nouvelles régulations internationales face aux lobbys
- Inventons une 6ème République où les citoyens, tous les citoyens reprennent leurs droits.

Ces ateliers serontsont décentralisés sur tous les territoires, participatifs, collaboratifs, innovants et déboucheront notamment sur l’élaboration de livres numériques thématiques .

Il y a urgence à inventer la Gauche Nouvelle. C’est ensemble que nous le ferons, forts de nos expériences multiples qu’elles soient politiques, professionnelles, associatives, syndicales, universitaires, entrepreneuriales…

Rejoignez-nous !

Email address
Nom
Your answer
Prénom
Your answer
Téléphone
Your answer
Ville
Your answer
Département
Your answer
Mandat électoral (éventuel)
Your answer
Submit
Never submit passwords through Google Forms.
This content is neither created nor endorsed by Google. Report Abuse - Terms of Service - Additional Terms