Exploration des violences sexuelles auprès de patients de moins de 18 ans
Les violences sexuelles ont de nombreuses répercussions sur la santé physique et psychique mais restent sous-estimées. De nombreuses données de la littérature démontrent qu’elles sont souvent révélées après plusieurs années de silence. Différentes études ont mis en évidence que les principaux facteurs retardant ces révélations sont le lien de proximité qui peut exister avec l’agresseur et l’âge de la victime (plus la victime sera jeune, plus le délai de révélation sera long).
Le questionnaire suivant s’intéresse à la manière dont ces violences sexuelles sont explorées en consultation auprès de patients de moins de 18 ans dans les Hauts de France : quel est le rôle du psychiatre ou du pédopsychiatre dans le dépistage des violences sexuelles ? Quels symptômes sont évocateurs ? Quels éléments peuvent freiner l’abord de cette thématique ?

Les questions de cette étude ont été établies à partir d'entretiens semi-dirigés réalisés sur cette thématique. Au total, 12 psychiatres recevant des patients mineurs des Hauts de France ont participé à cette étude qualitative.
Définitions des violences sexuelles
Il n’existe pas de définition « consensus » des violences sexuelles. Pour ce questionnaire, nous retiendrons la définition de l’OMS complétée par celle de la HAS.
L’OMS définit les violences sexuelles comme étant « un rapport sexuel non consenti mené à terme ou tenté, et les actes de nature sexuelle n’impliquant pas un contact (comme le voyeurisme ou le harcèlement), les actes liés au trafic sexuel commis contre une personne incapable de donner son consentement ou de refuser, ainsi que l’exploitation en ligne. ». Pour l’HAS il s’agit de « forcer ou inciter un mineur à prendre part à une activité sexuelle, avec ou sans contact physique, et/ou l’exploiter sexuellement ».
Next
Never submit passwords through Google Forms.
This content is neither created nor endorsed by Google. Report Abuse - Terms of Service - Privacy Policy