Je m’oppose à la double imposition des Français de l’étranger!

Les Français de l'étranger ne sont pas des évadés fiscaux!

par Ronan Le Gleut, candidat aux élections législatives dans la 7ème circonscription des Français établis hors de France (Allemagne, Europe centrale, Balkans). www.ronan-legleut.eu

A Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis, existe le Centre des impôts des non-résidents où les contribuables (193 305 foyers fiscaux en 2009) qui résident fiscalement à l'étranger et qui possèdent en France un bien immobilier ou qui y perçoivent différentes sources de revenus (revenus salariaux de source française et, dans une moindre mesure, des revenus non salariaux), y établissent chaque année une déclaration de revenus. Ils sont alors imposables en France. 541 millions d’euros, c´est le montant auquel contribuent ces foyers fiscaux non-résidents.

Bien évidemment, cela s’ajoute au fait que les Français établis hors de France sont assujettis à l’impôt dans leur pays de résidence.

Les Français établis hors de France sont un atout et une force pour notre pays dans la mondialisation. Acteurs économiques et culturels, diplomates, étudiants, fonctionnaires, commerçants, retraités, les Français de l’étranger participent au rayonnement de la France dans le monde. Non seulement par leur activité, mais aussi parce que les Français établis hors de France sont les premiers ambassadeurs de nos produits et de notre culture hors de France, ils participent à la promotion du tourisme en France auprès de leurs amis étrangers comme personne, parfois ils rénovent ou construisent une résidence secondaire et par conséquent investissent en France.

Ce que les Français de l’étranger apportent à la France est si important que, quand la gauche nous stigmatise, vous pouvez compter sur moi, Ronan Le Gleut, votre futur député, pour réagir.

En effet, le candidat du Front de Gauche à l’élection présidentielle Jean-Luc MELENCHON souhaite frapper, frapper, frapper encore les Français de l’étranger en créant une imposition des revenus des Français à l’étranger.

Cette idée erronée et dangereuse, qui méconnaît profondément la diversité des situations auxquelles sont confrontés les 2 millions et demi de Français établis hors de France, ne serait pas si alarmante si ce candidat de gauche était isolé sur cette position.

Mais c’est la gauche dans son ensemble qui adhère à cette vision des riches évadés fiscaux qu’il faudrait aller taxer aux quatre coins du monde alors qu’ils payent déjà des impôts dans leur pays de résidence et que, dans nombre de ces pays, ils ne bénéficient d’aucune protection sociale et d’un service public parfois quasi-inexistant.

Non seulement en 2007, le socialiste Dominique STRAUSS-KAHN avait déjà fait cette proposition pendant la campagne présidentielle.

Mais surtout en 2010, le député Jérôme CAHUZAC (Parti Socialiste), Président de la Commission des finances à l'Assemblée nationale, avait déposé un amendement visant à créer un impôt sur le revenu des Français qui travaillent à l'étranger.

Et déjà en 2010 j’avais lancé la première pétition en ligne contre la création de cet impôt injuste et populiste.
J´écrivais dans cette pétition de 2010 :
cet impôt sur le revenu des Français qui travaillent à l'étranger est une absurdité qui prouve que l'image que les socialistes se font des Français établis hors de France est totalement erronée
- parce que nous, Français de l'étranger, ne sommes ni des exilés fiscaux, ni de riches colons
- parce que c'est inapplicable, compte tenu des 127 conventions fiscales bilatérales qui lient la France
- parce que sa mise en œuvre coûterait plus cher que le montant des recettes
- parce que le risque d'un abandon de la nationalité française par celles et ceux qui se sentiraient stigmatisés est réel
- parce que nous, Français de l'étranger, ne pouvons prétendre à rien, ni CMU, ni allocation.

Ce que j’écrivais en 2010 est toujours aussi vrai face au programme du Front de gauche et je tiens ici à exprimer ma réprobation la plus totale face à cette image désastreuse que véhicule la gauche sur les Français de l´étranger, une image totalement éloignée de la réalité.

Je connais tant de nos compatriotes qui vivent hors de France dans de graves situations de précarité. Parcourant en particulier l’Allemagne, l’Europe centrale et les Balkans, je peux vous dire que pour les plus modestes des Français de l’étranger et pour nombre de classes moyennes, cet impôt serait un coup fatal porté à leur pouvoir d’achat.

Rejoignez-moi dans ce combat contre la double imposition des Français de l’étranger !


Contre un nouvel impôt spécifique sur les Français établis hors de France, parce que les Français de l'étranger ne sont pas des évadés fiscaux, signez cette pétition:

    This is a required question
    This is a required question
    This is a required question
    This is a required question
    This is a required question
    This is a required question