Questionnaire sur l'identité acadienne du Québec
À l’initiative de l’Association acadienne de la région de Québec, la Coalition des organisations acadiennes du Québec a mandaté un groupe de bénévoles, il y a quelques mois, pour entreprendre une réflexion et une consultation sur l’identité acadienne, particulièrement au Québec. Cet exercice a donné lieu à quelques pistes que nous aimerions compléter grâce aux observations d’Acadien(ne)s du Québec et/ou de Québécois(es) d’origine acadienne. Dans cette perspective, nous vous saurions gré de bien vouloir prendre quelques instants pour compléter ce questionnaire
Selon vous, qu’est-ce qui caractérise l’identité acadienne, d’une façon générale?
Selon vous l’identité acadienne, au Québec, présente-t-elle des caractéristiques propres et, si oui, lesquelles?
Le Québec serait l’endroit dans le monde où on retrouve le plus grand nombre d’Acadien(ne)s et/ou de descendant(e)s d’Acadien(ne)s (les évaluations oscillent entre 2 et 4 millions de personnes). Pourtant, beaucoup ignorent leurs ascendances acadiennes ou n’y prêtent guère attention. Selon vous, qu’est-ce qui explique cet intérêt mitigé, au Québec, chez un grand nombre d’Acadien(ne)s ou de descendant(e)s d’Acadien(ne)s?
Ce désintérêt d’un grand nombre d’Acadien(ne)s et/ou de descendant(e)s d’Acadien(ne)s, au Québec, apparaît exacerbé par le peu de contacts, au sujet des enjeux acadiens, entre celui-ci et les provinces atlantiques, où est localisée l’Acadie historique, et, plus particulièrement, au-delà des liens familiaux, entre les Acadien(ne)s et/ou les descendant(e)s d’Acadien(ne)s du Québec et leur vis-à-vis des provinces atlantiques. Cela semble notamment découler des États généraux du Canada français, à la fin des années soixante, à partir desquels le Québec a commencé à suivre sa propre voie, distincte de celle des Acadien(ne)s et des autres francophones du Canada. Selon vous, comment pourrait-on resserrer les liens entre, d’une part, le Québec et l’Acadie, et, d’autre part, les Acadien(ne)s et/ou les descendant(e)s d’Acadien(ne)s du Québec et leur vis-à-vis des provinces atlantiques?
On constate que les gens qui, au Québec, s’intéressent davantage à leur ascendance acadienne sont généralement plus âgés. Selon vous, qu’est-ce qui explique cet intérêt moindre de la part des générations plus jeunes et comment pourrait-on tenter de mousser cet intérêt auprès d’elles?
Depuis quelques années, on constate une baisse généralisée de l’engagement bénévole au Québec, lequel a été exacerbé par les effets de la crise sanitaire, puisque les aînés, qui constituent une bonne partie de l’effectif de la plupart des organisations bénévoles, ont généralement dû se soumettre à des règles de confinement et de distanciation sociale plus strictes. Dans les différentes organisations acadiennes, dont l’effectif est essentiellement composé d’aînés, l’effet s’est fait sentir avec d’autant plus d’acuité. Selon vous, comment peut-on assurer la pérennité des organisations acadiennes du Québec face à ces deux phénomènes concomitants que sont le désintérêt des jeunes et le désengagement bénévole?
Submit
Never submit passwords through Google Forms.
This content is neither created nor endorsed by Google. Report Abuse - Terms of Service - Privacy Policy