Le Web 2.0 en MST

Version 2010.09

Voici un document qui présente en quoi le Web 2.0 et ses outils peuvent être exploités pour développer la compétence communiquer dans le domaine de la mathématique, de la science et technologie.

Liens PFEQ et mathématique

Voici quelques éléments du programme de formation qui permet d'identifier des aspects de cette discipline qui peuvent être travaillés à l'aide du Web 2.0.

L'image ci-dessous présente les grands thèmes (des idées) à aborder en mathématique. Que ce soit les savoirs essentiels ou les compétences disciplinaires. Pour les détails, vous référer au programme de formation.

La compétence communiquer à l'aide du langage mathématique (voir image ci-dessous) peut être développé grâce au Web 2.0. L'élève doit ici utiliser les bons termes dans le bon contexte, etc.

Des situations d’apprentissage et d’évaluation ouvertes sur la complexité

(p. 237, programme 1er cycle du secondaire)

Le texte ci dessous, tiré du programme de 1er cycle du secondaire, peut être interprété avec un oeil «2.0» (surligné).

Les trois compétences du programme de mathématique sont interdépendantes et se développent de façon synergique. Un tel développement est particulièrement favorisé par des situations d’apprentissage qui, d’une part, misent sur la participation active de l’élève et le recours au processus de résolution de problèmes 1 et qui, d’autre part, offrent une certaine flexibilité tant dans le choix des modes de représentation2 que dans le passage d’un mode de représentation à un autre.

L’élève est actif lorsqu’il s’engage dans des activités de réflexion, de manipulation, d’exploration, de construction ou de simulation et qu’il participe à des discussions au cours desquelles il peut justifier des choix, comparer des résultats et tirer des conclusions3. Il doit alors recourir à son intuition, à son sens de l’observation, à son habileté manuelle et à sa capacité d’écouter et de s’exprimer4, ce qui favorise l’acquisition de concepts et de processus ainsi que le développement de compétences.

Pour susciter l’engagement de l’élève, l’enseignant doit créer un climat qui permet à l’élève de prendre sa place à l’intérieur de la classe, sa communauté d’apprentissage5. Il lui propose diverses activités et varie ses approches pédagoiques. Il compose avec les besoins, les champs d’intérêt et les acquis de chacun des élèves afin de les accompagner dans le développement de leur culture mathématique6.

Il importe aussi de placer l’élève dans des situations qui exigent des justifications ou des réponses à des questions telles que « Pourquoi? », « Est-ce toujours vrai? » ou encore « Qu’arrive-t-il lorsque...? », et ce, dans tous les champs de la mathématique. Ce questionnement l’incite à raisonner, à s’approprier des savoirs mathématiques, à interagir et à expliquer sa démarche. Il est ainsi encouragé à réfléchir dans et sur l’action, et à faire face à la nouveauté.

Les situations-problèmes sont organisées autour d’obstacles à franchir, à propos desquels l’élève formule des conjectures. En tant que modalité pédagogique, la résolution de situations-problèmes doit être privilégiée en raison de la richesse et de la diversité des apprentissages qu’elle favorise. Elle s’applique aux différents champs mathématiques et fait appel à la créativité comme aux habiletés intellectuelles. Elle est également propice au développement d’une pratique réflexive. Le recours régulier au processus de résolution de situations-problèmes permet à l’élève :

Les activités d’exploration sont des expériences riches parce qu’elles permettent à l’élève de conjecturer, de simuler, d’expérimenter, d’argumenter, de construire ses savoirs et de tirer des conclusions. Par exemple, l’analyse de différents aspects des positions relatives de trois droites dans un même plan offre à l’élève l’occasion de dégager plusieurs propriétés à partir desquelles il pourra valider d’autres

conjectures ou résoudre certaines situations-problèmes.

Activités de longue durée favorisant l’établissement de liens avec les autres disciplines, les projets sont aussi de bons outils pédagogiques. Il en est de même pour les activités ludiques, qui suscitent généralement l’intérêt des élèves tout en contribuant à un large éventail d’apprentissages.7

Enfin, différentes situations de communication, telles que les présentations, les discussions et les débats, sont propices au développement des trois compétences visées par le programme. Toutes ces activités peuvent être réalisées individuellement ou en équipe, en classe ou à la maison, et ce, en fonction des objectifs de développement visés et des approches pédagogiques utilisées. Leur objet renvoie à des situations pratiques plus ou moins familières, réelles ou fictives, réalistes ou fantaisistes, ou encore purement mathématiques.8

Elles sont inspirées des autres disciplines, de l’environnement de l’élève, des domaines généraux de formation ou du contexte historique dans lequel a évolué la mathématique9. Suivant les objectifs poursuivis, elles comportent des données complètes, superflues, implicites ou manquantes. De plus, elles peuvent conduire à un ou plusieurs résultats ou, au contraire, ne mener nulle part.


Liens PFEQ et science et technologie

On peut trouver bien des liens dans le programme de formation entre le Web 2.0 et ses outils et cette discipline. Bonne lecture!

Communiquer en science et technologie demande de la rigueur. Voici quelques éléments (tirés du programme de formation) à prendre en compte.

 

Lorsque l'apprenant construit ses savoirs et développe ses compétences en science et technologie, il passe régulièrement à travers le processus ci-dessous. Des outils du Web 2.0 s'intègrent dans les différents étapes du processus.

 

En fouillant dans le programme de formation1 tout en portant des lunettes «communiquer/partager/collaborer», on peut remarquer que cette TIC peut être très intéressante comme stratégie de développement de compétences. Voir les phrases surlignées et les commentaires de bas de page.

Relations avec les autres disciplines

(p. 271 PFEQ 1er cycle secondaire)

Dans une perspective de formation qui se veut intégrée, il importe de ne pas dissocier les apprentissages effectués en science et technologie de ceux réalisés dans d’autres disciplines. Puisqu’une discipline se définit, entre autres choses, par sa manière de percevoir le réel et le regard particulier qu’elle porte sur le monde, elle peut s’enrichir de l’éclairage complémentaire qu’apportent les autres disciplines comme elle peut contribuer à les éclairer à son tour.

De ce point de vue, le programme de science et technologie présente des liens intéressants avec la géographie de même qu’avec l’histoire et éducation à la citoyenneté. D’une part, avec la géographie, le programme aborde de façon plus particulière des connaissances liées au milieu naturel que l’élève pourra réinvestir pour comprendre l’organisation du territoire et certains enjeux territoriaux2. D’autre part, des liens sont possibles avec l’histoire et éducation à la citoyenneté, car la science et la technologie constituent un aspect important des réalités sociales. L’étude des développements scientifiques et technologiques peut donc éclairer la compréhension que l’on a de l’histoire des sociétés3. En retour, la perspective historique permet de contextualiser les développements en science et technologie.

Si la science et la technologie tirent profit de la créativité à laquelle les disciplines artistiques concourent de manière privilégiée, elles apportent à leur tour une contribution à ces disciplines. Par exemple, les instruments de musique, en tant qu’objets techniques4, sont conçus pour répondre à certains besoins et il peut être intéressant de mieux comprendre leur fonctionnement.

Il en est de même en ce qui concerne l’éducation physique et à la santé. En s’intéressant aux matériaux utilisés dans la fabrication de divers équipements sportifs, l’élève arrive à mieux saisir l’influence de ces matériaux sur les forces et les mouvements impliqués dans les activités physiques qu’il pratique.

D’autres disciplines fournissent à l’élève des outils essentiels au développement de ses compétences en science et technologie. C’est le cas notamment du français et de l’anglais, qui lui permettent d’acquérir des connaissances langagières utiles dans diverses activités scientifiques et technologiques5. Qu’il s’agisse de lire ou d’écrire des textes variés ou encore de communiquer oralement, les compétences que l’élève développe dans ses cours de français s’avèrent indispensables pour avoir accès à une information pertinente, décrire ou expliquer un phénomène ou encore justifier un choix méthodologique. Par ailleurs, l’utilisation de la langue anglaise comme moyen de communication en science et en technologie étant très répandue, la connaissance de cette langue constitue un atout pour l’élève en quête d’information6.

De son côté, la mathématique présente un corps de connaissances utiles à la science et à la technologie. Elle permet, par exemple, de modéliser les relations qui existent entre certaines variables. De plus, lorsque l’élève entreprend une démarche scientifique ou technologique, il est souvent amené à mesurer, à dénombrer, à calculer des moyennes, à appliquer des notions de géométrie, à visualiser dans l’espace et il doit choisir divers modes de représentation à plusieurs étapes de cette démarche. Par le vocabulaire, le graphisme, la notation et les symboles qu’elle offre, la mathématique constitue aussi un langage dont peuvent tirer profit la science et la technologie.

Enfin, la science et la technologie bénéficient largement des compétences développées en enseignement moral et religieux, en raison notamment des multiples questions d’ordre éthique qui y sont abordées, comme celles de l’intervention de l’humain sur la reproduction ou sur l’environnement.

Ouverture de la classe aux ressources externes

(p. 272, PFEQ 1er cycle secondaire)

Diverses ressources culturelles peuvent également être mises à profit. Les musées, les centres de recherche, les firmes d’ingénieurs, le milieu médical, les industries et entreprises locales ou toute autre ressource communautaire sont autant de richesses à solliciter pour le développement d’une culture scientifique et technologique7 . Le recours aux spécialistes est courant dans l’exercice de la science et de la technologie. Les activités faisant appel à ces derniers permettent aux élèves de se familiariser avec les ressources scientifiques et technologiques du milieu, de côtoyer des passionnés du domaine de la science et de la technologie en plus de s’éveiller à des perspectives de carrière. Il est à souhaiter que des relations durables s’établissent entre le milieu scolaire et la communauté scientifique et technologique.