Notes de cours de Steve Roy

L’ÉDUCATION À LA SANTÉ : L’HOMOPHOBIE EN MILIEU SCOLAIRE

Lien vers la chaine vidéo sur l’homophobie contenant tous les vidéos vues en classe.

Cours 3: Mercredi 4 juillet 2012

Échelle de Alfred Kinsey: http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Kinsey

Les enquêtes menées par Alfred Kinsey au tournant des années 1950 ont permis de constater que homosexualité et hétérosexualité ne sont pas deux orientations sexuelles et amoureuses exclusives. Elles constituent plutôt les pôles d'un même continuum de l'orientation sexuelle. À partir de deux études sur le comportement sexuel des Américains effectuées auprès de quelque 5 300 hommes (en 1948) et de 8 000 femmes (en 1953), Kinsey a conçu une échelle portant sur la diversité des orientations sexuelles. Cette échelle, graduée entre hétérosexualité (0) et homosexualité (6), avait comme but d'évaluer les individus en fonction de leurs expériences et leurs réactions psychologiques :

Les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (HARSAH)

Fiche rédigée par Bill Ryan et Patrick Berthiaume, experts formateurs, Programmes nationaux de formation en ITSS

Qui sont-ils? 6, 11, 12

 

Ce n’est pas parce qu’un homme est attiré sexuellement par d’autres hommes qu’il est à risque d’être infecté par le VIH ou d’autres ITSS. C’est plutôt une question de comportements à risques et surtout de prévalence élevée du VIH et des ITSS dans leur bassin de population restreint. Le risque d’avoir une relation sexuelle avec une personne infectée est donc accru.

 

Plusieurs recherches épidémiologiques et psychosociales menées auprès des HARSAH ont permis de mieux documenter les facteurs qui déterminent leurs comportements à risque élevé de transmission et de comprendre la complexité de ces facteurs. Parmi les déterminants étudiés, on dénote principalement :

Impacts scolaires

                                                   

                        

C’est la pression de se sentir différent. Tu sais que tu l’es. Tu as l’impression que si tu le dis, la terre entière va te taper dessus, que tu vas te faire écœurer. C’est beaucoup la peur de se faire juger. Et toi, tu as les mêmes préjugés que tout le monde sur l’homosexualité. Alors, tu te dis : « Je ne suis pas normale. Je suis une erreur de la nature ». J’ai été chanceuse d’avoir la musique et le sport. Ça m’a sauvée, ça m’a permis de rester à l’école.

                        

(Jessie, 23 ans, lesbienne)

                

HOMOSEXUALITÉ Interiorisé

Cours 4: Jeudi 5 juillet 2012

Explication des défilés de la Fierté Gai: Émeutes de Stonewall

Les émeutes de Stonewall sont une série de manifestations spontanées et violentes contre un raid de la police qui a eu lieu dans la nuit du 28 juin 1969 àNew York, au Stonewall Inn (dans le quartier de Greenwich Village). Ces événements sont souvent considérés comme le premier exemple de lutte des gays et lesbiennes contre un système soutenu par les autorités et persécutant les homosexuels. Ces émeutes représentent le moment symbolique marquant le début du mouvement des droits civiques pour les homosexuels, aux États-Unis et partout dans le monde.

Tapette: http://fr.wiktionary.org/wiki/tapette

  1. (Arts) Instrument servant à taper. Il se dit spécialement d’un outil de plâtrier, de cimentier.
  2. Palette de bois servant aux tonneliers.
  3. Tampon de graveur.
  4. Sorte de raquette d’osier servant à battre les tapis.
  5. Bavard, personne à la langue bien pendue.
  1. (Vulgaire) (Péjoratif) Homme homosexuel.
  1. (Vulgaire) (Injurieux) (Par extension) Personne efféminée, sans courage, aux goûts de fille, etc.

Gouine: http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouine

Le mot apparaît entre 1625 et 1655 ("gouyne") dans le sens de "femme de mauvaise vie", sur le mot normand "gouain", salaud, lui-même de l'hébreu "goyim" (non Juif)1.

Selon Alfred Delvau2, ce mot d'argot dériverait de l'anglais "queen", pour désigner les prostituées, "reines de l'immoralité" au XIXe siècle.

Il est rapproché de goule dans l'idée de femme dévoreuse, et de gouge pour désigner les femmes "de mauvaise vie".

Le terme gouine est utilisé banalement mais il sert aussi cmme insulte directe attaquant l'honneur et la réputation des femmes homosexuelles. Il est d'abord employé par lesbophobie, pour humilier, blesser et dévaloriser une ou des personnes. Les insultes sexistes lui sont cependant souvent préférées. Le terme gouine est encore aujourd'hui un terme du langage argotique désignant les femmes homosexuelles. Il peut aussi être assimilé au terme "pédé" désignant les homosexuels masculins dans la manière dont il est utilisé.

Faggot: http://en.wikipedia.org/wiki/Faggot_(slang)

The word meaning "bundle of sticks" is ultimately derived, via Old French, Italian and Vulgar Latin, from Latin fascis (also the origin of the word fascism).[5] The origins of the word as an offensive epithet for homosexuals are rather obscure, although the word has been used in English since the late 16th century as an abusive term for women, particularly old women,[6] and reference to homosexuality may derive from this,[5][7] as female terms are often used with reference to homosexual or effeminate men (cf. nancy, sissy, queen). The application of the term to old women is possibly a shortening of the term "faggot-gatherer", applied in the 19th century to people, especially older widows, who made a meagre living by gathering and selling firewood.[7] It may also derive from the sense of "something awkward to be carried" (compare the use of the word "baggage" as a pejorative term for old people in general).[5] Use of the word as a general insult, not necessarily implying homosexuality, is either a continuation or extension of this older usage[6] or of the homosexual usage.

Fif: http://fr.wikipedia.org/wiki/Fif

Le terme fif ou fifi en joual est un substitut pour l'adjectif "efféminé". Il est utilisé la plupart du temps en tant qu'insulte.

Abréviation du redoublement "fifille". On note un rapport avec l'insulte fiotte utilisée en France, qui aurait une origine franc-comtoise, et viendrait de fillotte qui signifie fillette.

Pédéraste: http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9d%C3%A9rastie

Le mot pédérastie (du grec ancien παις- / paid- « enfant » et ἐραστής / erastès « amant ») désigne à l’origine une institution morale et éducative de la Grèce antique, bâtie autour de la relation particulière entre un homme mûr et un jeune garçon.

La restriction actuelle à la composante affective et sexuelle résulte à la fois de l'importance prise par le discours sexologique dans les sociétés occidentales contemporaines, et du fait que la pédérastie éducative y soit depuis longtemps disparue en tant qu'institution.

Symboles LGBTQ:

Triangle Rose: http://degasne.over-blog.com/article-1881414.html

L’idéologie national-socialiste a tout d’abord entretenu des relations ambiguës avec l’homosexualité et son culte de la beauté virile. Les SA et Hans Blücher étaient même favorable à cette pratique dans sa conception antique. Néanmoins, la « Nuit des Longs Couteaux » a balayé les sections d’assauts et 1935 a marqué un durcissement de la législation envers les homosexuels. Une mesure qui ne choqua pas au vu de l’attitude de pays voisins. De nombreuses femmes et hommes homosexuels furent déportés en raison de leur identité sexuelle, marqués d’un triangle rose d’une taille supérieure aux autres classifications. Les humiliations et les hostilités se rajoutaient donc aux conditions insoutenables des camps de concentration. Si aucun projet exterminatoire ne semblait être prévu pour cette section, elle subissait des traitements barbares et les orateurs nazis s’exprimaient régulièrement sur la nécessité de leur élimination.

Le nombre total des victimes est difficile à recenser et moins de dix survivants à ce jour ont témoignés. Quelques trop légères commémorations officielles ont depuis eu lieu dont le « Homomonument » à Amsterdam et un projet à Berlin. Le triangle rose est aujourd’hui utilisé comme symbole d’identité pour rappeler ces persécutions. Quant à Staline, il prit des dispositions semblables au régime nazi en 1934, relayé par la suite par le régime franquiste. Mussolini se contenta de revendiquer une prétendue opposition politique pour légitimer son geste la démission des responsables fascistes homosexuels.

Triangle rose, système de marquage nazi des prisonniers : francais / anglais 

Drapeau rose: http://fr.wikipedia.org/wiki/Drapeau_arc-en-ciel

Le drapeau arc-en-ciel (rainbow flag en anglais) est un drapeau représentant des bandes aux couleurs d'un arc-en-ciel.

Ce drapeau à 6 bandes apparait dans beaucoup de cultures comme un symbole de paix, de diversité et d'harmonie. Il est également revendiqué comme emblème par des communautés issues de l'Empire inca.

Le drapeau à 6 bandes est associé à la communauté LGBT (lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre).

Le drapeau arc-en-ciel proprement dit a été conçu et réalisé à la main par le graphiste et militant politique américain Gilbert Baker, alors âgé de 27 ans, pour laGay and Lesbian Freedom Day Parade de San Francisco le 25 juin 1978.

Le dessin initial comportait huit bandes horizontales de couleurs différentes, symbolisant, de haut en bas :

A Chronology of Advances in LGBT Rights in Canada, and in BC: http://bctf.ca/SocialJustice.aspx?id=6100

Parler de diversité sexuelle dans nos salles de classe

Note de visionement : It’s elementary

Écrire un texte sur le sujet des stéréotypes des gays & lesbiennes et qu’est-ce qu’ils aimerait apprendre sur le sujet.

Pour parler comme cela, il faut qu’il se sente très confortable, Wow!

Parler des gay & lesbienne - tu parles d’une communauté, pas de sexe!!!!

“Ils sont près beaucoup plus qu’on s’imagine comme prof”

Conclusion de la journée:

Savoir: Est-ce que l’on a l’information nécessaire pour faire cette sensibilisation?

Vouloir: Est-ce que l’on veut le faire? en parler, Coming out.

Pouvoir: Question légale

Devoir: Est-ce que l’on doit intervenir?

Cours 5: Vendredi 6 juillet 2012

Comment parler d’homosexualité en classe quand au moins un élève est ouvertement ou présumé LGBTQ?

Comment supporter un élève qui fait un coming out dans la classe?

Comment parler de diversité sexuelle et d’homophobie devant une classe diversifiée sur le plan ethnoculturel et/ou religieux?

Balises guidant l’intervention en salle de classe

Charte canadienne des droits et libertés: http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/Charte/

Arrêt Egan : http://fr.wikipedia.org/wiki/Egan_c._Canada

Egan c. Canada (ou "James Egan contre l'Etat canadien") est une décision de la Cour suprême du Canada à propos desdroits des homosexuels.

James Egan et John Norris Nesbit étaient des conjoints ayant vécu dans une rélation conjugale depuis 1948. Lorsqu'il eut 65 ans en 1986, M. Egan commença de recevoir des prestations de sécurité de la vieillesse selon la Loi sur la sécurité de la vieillesse. Lorsque M. Nesbit atteignit l'âge de 60 ans, il fit application pour une allocation de conjoint, ce qui lui fut nié puisque lui et M. Egan n'étaient pas des conjoints selon cette Loi. Ils entamèrent donc un procès de loi. Ayant perdu leur cause dans la Section de première instance et la Cour d'appel fédérale, MM. Egan et Nesbit la portèrent en appel à la Cour suprême du Canada.

Le 25 mai 1995, la Cour refusa l'appel, arrêtant que la définition de conjoint dans la Loi sur la sécurité de la vieillesse était constitutionnelle. (Le juge en chef Lamer et les juges La Forest, Sopinka, Gonthier et Major en faveur; les juges L'Heureux-Dubé, Cory, McLachlin et Iacobucci opposés).

Toutefois, le cas établit un précédent primordial en faveur de l'égalité des homosexuels. Les juges arrêtèrent à l'unanimité que la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle est interdit par la section 15 de la Charte canadienne des droits et libertés, qui ordonne que :

« La loi ne fait acception de personne et s'applique également à tous, et tous ont droit à la même protection et au même bénéfice de la loi, indépendamment de toute discrimination, notamment des discriminations fondées sur la race, l'origine nationale ou ethnique, la couleur, la religion, le sexe, l'âge ou les déficiences mentales ou physiques.. »

L'arrêt dit que :

« L'orientation sexuelle est une caractéristique profondément personnelle qui est soit immuable, soit susceptible de n'être modifiée qu'à un prix personnel inacceptable et qui, partant, entre dans le champ de protection de l'art. 15 parce qu'elle est analogue aux motifs énumérés. »

Cette cause offre donc le précédent qu'on utilise pour contrer la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle, en utilisant l'art. 15 de la Charte.

North Vancouver School Dist. No. 44 v. Jubran (2005)

http://www.slideshare.net/hunterd/north-vancouver-school-district-no-44-v-jubran

Trinity Western University v. British Columbia College of Teachers

http://en.wikipedia.org/wiki/Trinity_Western_University_v._British_Columbia_College_of_Teachers

In an eight to one decision, the Court held that the college was wrong in rejecting Trinity Western on the basis of discrimination.

The lower courts in British Columbia and, later, the Supreme Court of Canada, ruled in favour of Trinity Western University, stating that there was no basis for the BCCT's decision, and, moreover, that "the concern that graduates of TWU will act in a detrimental fashion in the classroom is not supported by any evidence."

The final analysis of the case, as reported by the Factum of the Intervener, the B.C. Civil Liberties Association, was that "In the circumstances of this case the Council of the B.C. College of Teachers failed to conduct such an inquiry and erroneously concluded that equality of rights on the basis of sexual orientation trump freedom of religion and association. They do not."

Chamberlain v. Surrey School District No. 36 :

http://en.wikipedia.org/wiki/Chamberlain_v._Surrey_School_District_No._36

Chamberlain v. Surrey District School Board No. 36, [2002] 4 S.C.R. 710, 2002 SCC 86, was a case in which the Supreme Court of Canada held that a local school board could not impose its religious values by refusing to permit the use of books that sought to promote tolerance of same-sex relationships.

Background

In 1997, James Chamberlain, a primary school teacher in Surrey, British Columbia, sought permission from School District 36 Surrey to use three books in his kindergarten and first grade classes. The books were Asha's Mums, Belinda's Bouquet and One Dad, Two Dads, Brown Dad, Blue Dads, and each presented families where both parents were of the same sex. Chamberlain asserted that the books were necessary to reflect the realities of today's families and to teach his pupils about diversity andtolerance. A 4-2 majority of the board voted to deny the requested approval.

Opinion of the Court

A legal battle to overturn the decision to ban the three books went all the way to the Supreme Court of Canada, where the school board's decision at the British Columbia Court of Appeal was overturned in favour of the original lower court judgment. The judgment cited the need for families headed by same-sex couples to be respected. Chief Justice Beverley McLachlin dismissed the board's concerns that children would be confused or misled by classroom information about same-sex parents. She pointed out that the children of same-sex parents are rubbing shoulders with children from more traditional families and wrote: "Tolerance is always age-appropriate, children cannot learn unless they are exposed to views that differ from those they are taught at home." The legal fees ended up costing Surrey taxpayers over $1,200,000.

PRINCIPE DIRECTEUR SUR L’ANTI-HOMOPHOBIE ET ANTI-HÉTÉROSEXISME

http://www.ctf-fce.ca/documents/Priorities/FR/pd/bgltt/BGLTTPolicies-French.pdf

4. Pour que l'éducation anti-homophobe et anti-hétérosexiste soit efficace :

4.1 les éducatrices et éducateurs doivent assumer cette responsabilité qui est la leur de

s'éduquer eux-mêmes et de réfléchir sur leurs propres attitudes et comportements en

prêchant par l'exemple en matière de respect, de compréhension et de promotion de la

diversité;

4.2 il incombe aux éducatrices et aux éducateurs de prendre des mesures pour faire

disparaître l'homophobie et l'hétérosexisme des milieux de travail et d'apprentissage;

4.3 le programme d'études doit présenter des images favorables et des informations

exactes en matière d'histoire et de culture de manière à mettre en évidence les

réalisations et l'apport de personnes appartenant à la communauté BBGLT;

4.4 les éducatrices et les éducateurs doivent veiller à faire de leurs écoles des endroits sûrs

pour le personnel, les élèves et les parents BBGLT et pour toutes les personnes qui

passent pour tels :

- en traitant tout le monde avec respect et dans un esprit d'acceptation;

- en employant un langage qui valorise toutes les orientations sexuelles et en évitant

les remarques ou les termes désobligeants qui laissent entendre qu'une orientation

sexuelle est supérieure aux autres;

- en s'opposant aux membres du personnel, aux élèves et aux parents qui continuent

d'obéir à des préjugés par rapport à l'orientation sexuelle d'autres personnes;

- en élaborant un plan d'action auquel avoir recours s'il se présentait un cas de

discrimination, de harcèlement et/ou de violence;

- en ne faisant jamais de suppositions sur l'orientation sexuelle des personnes;

- en s'engageant à garder le silence si une personne prend la décision de dévoiler

son orientation ou son identité sexuelle;

- en évitant de tenir pour acquise la supériorité de l'hétérosexualité;

Voici un résumé en anglais des différents cas de loi qui ont été parlé en classe:

http://www.sd41.bc.ca/budgets_policies/policyBkgrnd.htm

Exemple de politique contre homophobie dans un conseil scolaire de la C-B.

POLICY # 5.45 SEXUAL ORIENTATION/GENDER IDENTITY de SD41, de Burnaby

http://sd41.bc.ca/budgets_policies/pdf/policies/545.pdf

TO ENSURE THAT ALL MEMBERS OF THE SCHOOL COMMUNITY WORK TOGETHER

IN AN ATMOSPHERE OF RESPECT AND SAFETY REGARDLESS OF SEXUAL

ORIENTATION OR GENDER IDENTITY, THE BOARD OF EDUCATION WILL ADOPT

APPROPRIATE ADMINISTRATIVE REGULATIONS AND STRATEGIES THAT PROMOTE RESPECT FOR HUMAN RIGHTS, SUPPORT DIVERSITY, AND ADDRESS DISCRIMINATION.

Comment traiter les situations d’homophobie en classe?

Intervenir auprès des parents

Que retire-t-on de l’institut d’été?