Le Fil d’Ariane et la problématique de l’apprentissage : Site de Michel Vinais


A propos de concepts piagetiens...(Cf.cours sur les structures logico-mathématiques)

(Assimilation, Accommodation,Equilibration,Abstraction...)

L’Assimilation :

Elle consiste à incorporer un objet ou une situation à un schème*

L’assimilation des données, des connaissances est le fait qu’un stimulus du milieu extérieur ne peut  agir et modifier une conduite qui dans le mesure où il est intégré à des situations antérieures.

L’Accommodation :

                        Elle consiste à modifier le schème en fonction des propriétés de l’objet.

Accommoder c’est être capable de transposer, d’adapter une manière d’agir à des situations relevant d’actions identiques mais partant sur un état des “choses” différents (s’adapter à des situations nouvelles).

NB : Tout excitant, tout réel ne fonctionne comme stimulus que pour autant qu’il peut être reconnu comme un stimulus qui en fait un stimulus [d’où l’importance de travailler de la ZDA à la ZPD (Réel Entr’aperçu)].

Le concept d’Equilibration apparaît comme le concept unificateur dans l’analyse Piagétienne des processus d’interaction entre le réel et le sujet d’une part (ce qui renvoit à l’Assimilation et l’Accommodation) et d’autre part, des mécanismes internes au sujet (Mécanismes d’intériorisation des connaissances dont l’appellation générique est mécanismes d’abstraction).

Ces mécanismes d’abstraction se présentent sous trois formes, mais comme les 3 mousquetaires elles sont 4 : l’abstraction empirique, l’abstraction réfléchissante qui en fait est double l’abstraction réfléchissante de type réfléchissement et l’abstraction réfléchissante de type réflexion et enfin la dernière forme, l’abstraction réfléchie).

Concernant l’Equlibration Piaget ajoute :

En un mot, l’équilibration cognitive est donc “majorante”, c’est-à-dire que les déséquilibres ne conduisent pas à un retour à la forme antérieure d’équilibre, mais à une forme meilleure caractérisée par l’augmentation des dépendances mutuelles ou implications nécessaires”.  

Il ne s’agit pas d’un équilibre au sens de la balance...mais d’un mouvement, d’un réajustement constant, Piaget préfère le terme d’autorégulation, en terme d’erreur corrigé, de système compensé...Ce n’est pas un équilibre immobile comme la balance mais un processus dynamique qui mène à un niveau de plus équilibre sans vraiment atteindre le plein équilibre...on ne l’atteint jamais car de nouveaux faits extérieurs viennent sans cesse modifier ---> il faudrait avoir assimiler l’univers entier...pour arriver à quelque chose d’achevé...

* Le schème : C’est la structure ou l’organisation d’actions déjà effectuées et qui tend à se réactiver lors de confrontation à des situations semblables ou seulement analogues.

                                                                                                                                                          CEPTPIAG.MV0495