Reflets de la vie du club (fin 2013)

21 novembre 2013: pour le dernier concert de l’année, nous avons accueilli Marianne Puzin, violon et Charlotte Binet, piano, toutes deux étudiantes (Master de concerts), recommandées par le directeur de la HEM de Genève.

L’exécution de la sonate KV 379 de Mozart a tout de suite révélé le très haut niveau de la violoniste, technique et musicalaité irréprochables; mêmes remarques pour la pianiste que nous avions déjà découverte en novembre 2012. Dans le cycle de 6 sonates pour violon seul (1923) qu’Eugène Ysaÿe a dédiées à des virtuoses tels que Thibaud, Kreisler (entre-autres), Marianne Puzin s’est remarquablement jouée des innombrables difficultés techniques qui jalonnent cette oeuvre. Une interprétation impressionnante. En conclusion de ce récital, l’oeuvre la plus accomplie fut l’extraordinaire sonate en la majeur de César Franck, rarement jouée, tant la densité et ses difficultés retiennent les interprètes. Dans le 4e et dernier mouvement, César Franck atteint son apogée en un éblouissant canon final. Un chef-d’oeuvre, magistralement exécuté.

28 novembre 2013: Dr Lucrezia Meier-Schatz, conseillère nationale, PDC, à Berne. “Démographie et politique: les enjeux” ! Conférence très intéressante où l’on constate que le vieillissement démographique a un impact sur la croissance économique, l’épargne, le marché édu travail et les transferts intergénérationnels de richesse, de biens et de soins.

3 décembre 2013: le Lyceum club de Neuchâtel, en collaboration avec Bienne et La Chaux-de-Fonds ont invité le Trio Claviola de Vilnius, lauréat du Concours International de Musique 2012.

Dès les premières mesures du Trio de Mozart, le public a mesuré l'extraordinaire qualité de ces musiciens. Avec Max Bruch et Jean Françaix, très rarement joués, ces jeunes lituaniens nous ont offert un univers musical qui nous a conquis.

Comme dessert, il était évident qu'un clin d'oeil à leur pays nous était réservé.

Le parcours de ces interprètes figurant sur le programme est impressionnant et démontre que ce n'est pas un hasard s'ils ont obtenu un prix du concours susmentionné.

Un public nombreux (18 chaux-de-fonniers avaient fait le déplacement) a assisté à un moment particulièrement privilégié.

5 décembre 2013: Souper de Noël.    

                 

Reflets du Club 2014

16 janvier : Janine Viatte nous parle de “Frida Kahlo et Diego Rivera”, un art explosif. Unis dans la vie et dans la peinture, couple légendaire et maudit. Suite à un accident, Frida sort avec de graves blessures à la colonne vertébrale et à l’abdomen. Elle se voit clouée au lit pendant plusieurs mois et limitée dans sa liberté de mouvement. Pour échapper à l’ennui et à la douleur, son père, qui peignait volontiers, lui confie ses couleurs. Sa mère fait construire un chevalet adapté à son lit et un baldaquin où sera fixé un miroir où elle pourra se voir et se servir de modèle. L’artiste se peint souvent reflétant sa solitude. D’autres portraits sont marqués ou marquent sa relation avec son mari, Diego Rivera, sa santé physique, l’impossibilité d’enfanter, son naturalisme, sa philosophie. Avec ses représentations très personnelles, elle brise des tabous concernant le corps féminin et la sexualité féminine. Les autoportraits l’aident à retrouver une nouvelle identité. Pour exprimer ses idées et ses sentiments, elle développe son propre langage imagé. Elle emploie des symboles qu’il faut d’abord déchiffrer pour saisir son oeuvre.

30 janvier: Denise Lapaire nous parle de “L’amitié du style” - René Gruau - Christian Dior. L’amitié entre Christian Dior et René Gruau est indissociable de leur vie privée et de leur réussite professionnelle. Les deux hommes ont un parcours commun: enfance dorée, exaltation de la vie bourgeoise, vénération de la figure maternelle, charme balnéaire de la côte normande et adriatique, élégantes de la Belle Epoque. Solitaire, René commence à dessiner dès sa plus tendre enfance. Si Christian est devenu l’homme qu’il fût, c’est en partie à cause de la maison des “Rhumbs” aux murs roses et du jardin qui l’entourait. A la suite d’un revers de fortune, Marie Gruau se voit obligée de vendre la maison de Covignano et René travaille comme illustrateur au “Figaro” . Pour Christian Dior qui quitte l’Ecole des Sciences Politiques, sans le moindre diplôme, ouvre une galerie d’art. La crise de 1929 met fin à cette entreprise. Sa mère décède et son père, victime de mauvaises spéculations est ruiné. A 30 ans, Christian doit se mettre à travailler et propose des dessins de chapeaux aux revues et aux maisons de couture et il rencontre René Gruau au “Figaro”. Alors qu’il gagnait agréablement sa vie, le destin lui fait rencontrer Marcel Boussac. Ce dernier lui propose une maison de couture. Premier défilé de mode le 12 février 1947 puis création de “Miss Dior”. Le couturier jouit d’une réputation internationale et René Gruau contribue au succès de Dior en dessinant ses modèles puis les publicité des parfums Dior.

4 février: soirée loto et choucroute: soirée très conviviale et récréative. 2ème édition.

6 février: découverte de l’orgue par Monsieur Philippe Laubscher. Celui-ci a tout d’abord fait l’historique de ce magnifique instrument; nous avons ainsi appris que ses origines sont égyptiennes et remontent au 3ème siècle avant Jésus-Christ. Le conférencier a ensuite succintement décrit ses caractéristiques - tuyaux, claviers, registres, à sans oublier de commenter les oeuvres inscrites au programme et leurs spécificités, en nous rendant attentifs à certains détails. Cerise sur le gâteau, Monsieur Laubscher nous a “concocté” un récital sur mesure d’oeuvres majeures allant de F. Couperin (1668-1733) à Petr Ebsen (1929-2007), en mettant en évidence C. Franck, Chs.-Marie Widor et bien sûr J.-S. Bach. Le public nombreux a été conquis par sa personnalité attachante et ses talents de musicien. L’orgue de La Chaux-de-Fonds, voulu par Charles Faller et inauguré en 1957 comprend 3 claviers, 3000 tuyaux, 500 avec anches et est un des plus grands de Suisse.

13 février: Conférence de Madame Anne Siegenthaler, psychologue, qui nous a parlé de neurosciences, de bonheur et de psychologie positive. Les neurosciences désignent l’étude scientifique du système nerveux, tant du point de vue de sa structure que de son fonctionnement. L’individu auparavant était négligé, alors qu’aujourd’hui la psychologie considère que nous sommes notre facteur de guérison. “Aller bien”: but qui se tourne vers demain. Elles montrent également que le cerveau est un système dynamique, en perpétuelle reconfiguration et est malléable. Au lieu d’avoir un problème, on le pose en question: comment vais-je faire pour trouver…; que pourrais-je faire d’autre avec cela ? Il est préférable d’analyser, de comprendre le problème, plutôt que de sauter sur la solution (gain de temps, gain d’argent). Penser à des plaisir à venir. Nous devons aussi bouger. Le corps libère des substances chimiques, les endorphines. Soigner nos relations avec les autres. Les actes généreux nous permettent de développer notre bonheur. Exploiter et exercer nos talents.

18 février: Le Coin des lectrices s’est penché sur l’auteur zurichois: Martin Suter. Suter est devenu un phénomène éditorial sur lequel se penchant les critiques, souvent condescendants. Suter maîtrise l’art du détail juste qui crée un sentiment de vérité, de familiarité. Ses romans sont très ancrés dans la réalité suisse, dans la bonne société zurichoise qu’il n’épargne pas et qui semble apprécier ses attaques. Il est vrai qu’elles ne vont pas au-delà de dénonciations convenues. Mais il sait dessiner des silhouettes convaincantes. Il se considère comme un artisan et la plupart des critiques lui reconnaissent ce savoir-faire.

Jeudi 6 mars 2014: Assemblée générale du Lyceum club de La Chaux-de-Fonds:

Annick Kaufmann ouvre la séance, troisième année de son mandat de présidente qui a été riche en évènements, essentiellement sur le plan de notre club. Les “Reflets” relatent bien notre belle année 2013 et passe en revue notre activité sur le plan pratique, administratif et évenementiel. L’assemblée l’applaudit très fortement et Marianne Huguenin, vice-présidente, lui remet un bouquet de fleurs pour la remercier, au nom de toutes, pour le dynamisme et tout le travail effectués par Annick, notre présidente.

SAM_3361 150 pix.jpg

Nous avons accueilli ce soir-là l’arrivée de cinq nouvelles Lycéennes:

SAM_3365 150 pix.jpg

Jeudi 13 mars 2014: Visite de la Bibliothèque de La Chaux-de-Fonds et de ses fonds spéciaux.

Monsieur Carlos Lopez, responsable des fonds spéciaux, nous fait découvrir ces fonds. Ce sont des biens, ouvrages anciens, précieux, centrés sur la ville de La Chaux-de-Fonds, légués à la bibliothèque.

Le cabinet des manuscrits (créé par Yves Velan et Jacques Chessex) est orienté vers la conservation dès 1964. Traitement des archives: tri, conditionnement, classement, inventaire (norme générale et internationale), numérisation et mise en ligne.

Nous pouvons admirer  entre autre le livre de Gargantua, illustré par Charles Humberts, des dessins de L’Eplattenier et une correspondance du Corbusier. Nous visitons également la salle Charles Humbert, avec les peintures allégoriques de personnalités chaux-de-fonnières. Monsieur Lopez nous a fait partager sa passion pour son travail. Après-midi instructif et intéressant.

1118153974.jpg

Jeudi 20 mars 2014: Pierre-Alain et AnneMarie Guisan nous présente une conférence diaporama: “Ouzbékistan, la route de la soie”. Utilisées depuis la nuit des temps, ces pistes et ces voies royales ont vu passer tant de héros, de prophètes et de pèlerins, tant de guerriers, de rois triomphants ou déchus et enfin, tant de peuples en mouvement, que chaque mètre de route ou chaque horizon découvert raconte une histoire.

Ces vestiges et ces repères qui jalonnent cette route suscitent un extraordinaire mélange d’images et de souvenirs. Poètes, voyageurs, écrivains de tout temps les font revivre. La main prend une poignée de terre ou de sable, et, sitôt ruines et corps s’animent. La ville et sa citadelle reprennent forme, deviennent Khiva, Boukhara, Samarcande, Tachkent…..

17856.jpg

Vendredi 18 mars 2014: Par un après-midi radieux, 12 lycéennes ont entrepris la montée un peu raide de Tüscherz pour atteindre le vignoble. Tout au long de la balade, notre regard plongeait sur le lac de Bienne et ses rives parées de couleurs printanières. Nous faisons un arrêt à Douanne, sur la terrasse du restaurant “Bären” avant d’entreprendre le retour par le bord du lac.

Pour clore cette belle journée, les 4 retardataires ont profité des derniers rayons du soleil en sirotant un Oeil de Perdrix non filtré.

images-1.jpeg

Jeudi 27 mars 2014: un souffle nouveau, concert de jazz.

Quatre élèves du Conservatoire neuchâtelois, Emilio Vidal, guitare, Mélusine Chappuis, piano, Mathias Gautschi, contrebasse et Yvan Gosteli, batterie, nous ont fait découvrir une “palette de différents styles” de cette musique pas assez souvent mise en valeur dans nos programmes.

Parmi les thèmes proposés, des années 1930 à 1965, citons quelques compositeurs connus, tels Cole Porter, Dave Brubeck, Vinicius de Moraes, etc…

L’assistance nombreuse s’est révèlée complice de l’improvisation parfois brillante des interprètes, ce qui prouve que le jazz est une musique où public et musiciens doivent être en symbiose.

Comme on dit chez les “jazzmen”, very godd, la mayonnaise a bien pris.

pano 3  JAZZ 27.3.2014 réduit.jpg

Jeudi 3 avril 2014: Conférence de Monsieur François Berger "Roman et Réalité".

Monsieur François Berger, né à Neuchâtel est avocat, pratiquant le barreau, et écrivain. Traduit en plusieurs langues, il a reçu de nombreux prix littéraires.

Un livre c'est une partie de soi.

A 15 ans, François Berger ouvre le code pénal de son père et voit: celui qui..., celui qui...,celui qui....Il imagine..., naissance d'un personnage. Giraudoux, dans La Guerre de Troie, écrit: "l'école la plus puissante de l'imagination, c'est le droit"..., donc il fait une formation de juriste, qui lui donne une structure pour composer des vers, des poèmes en prose, des narrations et enfin des romans. Le roman apparait tardivement au 18me. Le Marquis de Sade a écrit le premier roman.

Le roman relève de tous les domaines, il est difficile à définir. C'est un genre composite: roman, essai, il se transcende, on est interpellé par les personnages créés par des esquisses.

Son dernier roman: "Les pavillons de Salomon". François Berger nous le fait vivre. Conférence très vivante, on se passionne pour ses personnages. Ecrire, c'est s'engager.

sujet_17658.1354.jpg

Jeudi 24 avril 2014: Chaque printemps, tout comme les hirondelles et pour notre grand plaisir, Monsieur Spalinger nous revient.

Schubert, un promeneur solitaire était le sujet de la conférence. Avec le talent qu’on lui connaît, notre ami conférencier a d’abord exposé les origines, les études et les débuts du compositeur. Son exposé est devenu fleuve, plus de deux heures !...

Tout le monde connaît ou croit connaître Schubert, mais Monsieur Spalinger nous a fait découvrir sa vraie personnalité. Doué d’un exceptionnel talent, ne vivant que pour la musique - dans les salons, les “Wienerstube” - griffonnant sur un coin de table le début d’un lied, d’une symphonie, sans même posséder lui-même un piano. Autant Beethoven, son contemporain, travaillait avec acharnement pour parfaire ses compositions, autant Schubert puisait avec une imagination instinctive les premiers jets de ses thèmes, développés ensuite avec une facilité déconcertante.

Le viennois Schubert fut la musique fait homme; il est malheureusement disparu trop tôt.

Franz-Schubert-007.jpg

5 au 9 mai 2014: Voyage du club au tessin. 16 lycéennes prennent le départ pour Lugano avec un voyage culturel concocté par Monique Marié et Verena Teuscher. Les visites débutent dès notre arrivée par l’église de S. Maria degli Angeli, une réalisation du célèbre architecte Mario Botta qui présente un caractère innovateur dans le domaine de la conception d’un édifice sacré moderne. Le voyage se poursuit par une visite de la ville de Lugano puis dans l’après-midi visite de l’atelier de l’architecte Botta. Nous terminons par un excellent repas à l’Albergo della Posta à Morcote après une promenade sous les arcades et pour les courageuses, montée à l’église. Nous ne pouvons loger à Lugano sans nous rendre à Montagnola pour la visite  du Musée dans la maison baroque et pittoresque d’Hermann Hesse. Souper dans le très typique Grotto Morchino. Notre voyage prend fin par la visite de l’église Mario Botta à Mogno. Pour bien terminer ce superbe voyage, repas est pris à Ascona à l’Albergo al Porto. Que de rires, que d’échanges, une ambiance chaleureuse a règné tout le long du séjour.

IMG_0506 WEB.jpg

6-7 mai 2014: Assemblée générale suisse à Lugano. 20 participantes s’y sont rendues. Le club de La Chaux-de-Fonds est toujours très bien représenté.

Jeudi 15 mai 2014: Présentation de “Charles Baudelaire - Les Fleurs du Mal” par Denise Lapaire et AnneMarie Guisan, lectrice. Chronologie: Baudelaire et son temps. Lecture de poèmes choisis et musicaux. Dans les poèmes que Denise explique, le tableau du Mal humain ne se limite pas à son contenu. La réponse de Baudelaire au monde qu’il décrit, c’est justement l’art par lequel il transfigue la réalité aussi laide soit-elle, ce sont les “Fleurs” qu’il en retire, c’est l’univers esthétique qu’il lui oppose.

“Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or”

58d53845.jpg

Jeudi 5 juin 2014: Remise du prix d’encouragement à Jehanne-Gabrielle Béguin pour son mémoire de master: “Pierre Trimund dit Ozias”, sous la direction du Professeur Jean-Daniel Morerod.

Pierre Trimund dit “Ozias” est moins connu de l’histoire de la Réformation que Guillaume Farel. Celui-ci n’a pas brillé ni par ses exploits, ni par sa ferveu évangélique. Il est plutôt de ceux qui font scandale, déjà en 1540, alors que, en tant que pasteur des Verrières, il aurait dû montrer le bon exemple à ses paroissiens.

Prix béguin WEB.jpg

Le comité vous souhaite un bel été et se réjouit de vous retrouver en septembre

loutre-mer-100.jpg

Jeudi 28 août 2014 : Comme chaque année depuis la présidence d’Annick Kaufmann, la première rencontre de reprise des activités lycéennes se déroule au Pavillon des Sonneurs.

2014-08-28 18.40.20 HDR.jpg

Jeudi 4 septembre 2014: Conférence de Madame Antoinette Hurni qui nous conduit sur les traces du héros grec, Ulysse. Tout le monde connaît plus ou moins les aventures d’Ulysse au retour de la guerre de Troie. Quel est le sens symbolique de cette épopée ? Pourquoi nous touche-t-elle tant ?

1008736-Pénélope_et_Ulysse.jpg

Mardi 09 septembre 2014:  7 fidèles lectrices étaient présentes pour parler du livre proposé “La Tempête des Heures” d’ Anne Cuneo.

À travers ce nouveau roman historique, Anne Cuneo revient sur une page méconnue de l’histoire, et pourtant extraordinaire. Car pendant la Seconde Guerre mondiale, comédiens, metteurs en scène, décorateurs juifs et/ou communistes allemands ont trouvé refuge au Schauspielhaus de Zurich. Au centre du récit, il y a Ella, jeune femme juive qui a fui l’Allemagne. Elle va rencontrer son futur mari au Schauspielhaus, et collaborer à la préparation tendue et exaltée de la première de Faust II de Goethe. Une page de notre histoire tirée de l’oubli.

20006864-35094566.jpg

Jeudi 11 septembre 2014: le Lyceum est accueilli dans le nouveau centre logistique et administratif de la maison Kaufmann & Fils SA. Après une longue période d’étude et de préparation, le chantier a débuté le 13 octobre 2011. En octobre 2012, le déménagement du stock acier, soit environ 800 tonnes, ont traversé la ville de la Gare Marchandise à la Rue de la Pâquerette. Début février 2013,  durant une semaine, le stock quincaillerie a quitté la rue du Marché pour prendre place dans les nouveaux locaux ainsi que le secteur administratif. Le bâtiment construit partiellement sur 3 niveaux représente une surface de quelques 3000 m2 et 4500 m2  de plancher pour une hauteur de 10 mètres, soit un volume de 30’000 mètres cubes. Les dépôts contiennent plus de 15’000 positions d’aciers; 40’000 articles de quincaillerie; plus de 10’000 articles d’art de la table; 3 machines de coupe ultra précises et un service de livraison couvrant plus de 100 Km de rayon d’action. A l’issue de la visite, un apéritif nous est servi.

DSC01400 WEB.jpg

Mardi 23 septembre 2014: Rita Bichsel, présidente du Lyceum club de Neuchâtel, physicienne, nous a permis de pénétrer dans ce laboratoire scientifique qu’est le CERN. Nous débutons notre visite par l’exposition qui propose une scénographie innovante qui immerge les visiteurs dans l’univers des particules, de l’infiniment grand à l’infiniment petit, du Bing Bang à nos jours.

2014-09-23 10.24.42 HDR.jpg

Nous progressons parmi des sphères lumineuses dont l’ensemble représente un Univers de particules. Des bornes interactives présentent la quete de connaissances du CERN et relatent l’aventure humaine internationale et les avancées technologiques  qui sous-tendent cette recherche exceptionnelle. Le CERN abrite le plus grand et le plus puissant des accélérateurs de particules au monde: le LHC. Le LHC, une machine qui accélère deux faisceaux de particules à plus de 99,9% de la vitesse de la lumière avant de les projeter l’un contre l’autre. Ces collisions donnent naissance à une multitude de particules, qu’étudient les physiciens.

2014-09-23 15.56.18.jpg

Jeudi 25 septembre 2014: Magnifique concert surprise ce jeudi 25 septembre au Local du Lyceum!

               Surprise, il y eut... et de taille... puisque 7 Lycéennes se sont lancées dans cette aventure musicale accompagnées par Gérald Bringolf au piano. C'est dans le plus grand secret, qu'elles  répétaient chaque semaine depuis janvier pour nous interpréter ce soir avec talent,  tout un panel de belles chansons françaises, ravivant dans  nos  mémoires une foule de souvenirs et dans nos coeurs  l'envie de chanter .  Deux moments forts de  cette sympathique  soirée: le solo de Béatritz qui, accompagnée de sa guitare, nous a transportés en Colombie, son pays natal, et  celui  de Marianne dans une remarquable interprétation de gospel.  L'assemblée conquise a fortement applaudi ce choeur "Sans Nom" pour sa talentueuse prestation d'autant que certaine lycéenne s'essayait au chant pour la toute première fois! Merci à ces dames et à leur directeur pour  ce moment de partage et d'émotion. Merci aussi à Esther notre soliste pianiste  . Nous espérons que  cet ensemble  vocal qui se  dit "éphémère" puisse peut-être trouver un nom et nous divertir de ses chants encore souvent afin que " Notre joie demeure" ainsi qu'il l'a si bien interprété.

Jeu    

         Jeudi 2 octobre 2014: Nous étions 14 lycéennes à suivre la présentation de Nicole Philippekin qui nous a beaucoup intéressée. Après une introduction qui nous a fait parcourir l’histoire de ce jeune pays, ainsi que le périple suivi sur la carte, Nicole nous a passé un diaporama agrémenté de musiques locales et variées. Nous avons fait un beau voyage virtuel. Nous avons poursuivi la projection par un succulent gouter grace aux patisseries confectionnées par les participantes. Merci Nicole pour ce beau moment et nous n’oublions pas l’aide technique de Claude.

            DSC_0102.JPG

J

Vendredi 3 octobre 2014: par un temps doux et automnal, quatre lycéennes ont apprécié leur balade à la Roche-au-Croc. Baraka, le chien de Véréna, fut de bonne compagnie, tantôt courant de l'une à l'autre, tantôt mâchouillant une racine.

2014-10-03 15.41.51.jpg

Arrivées au sommet, notre peine fut récompensée par un magnifique point de vue plongeant sur la vallée de La Sagne.

Bravo à l'octogénaire! Comme quoi, Mesdames, c'était à votre portée…

2014-10-03 14.24.56 HDR.jpg

Jeudi 23 octobre 2014: Pour la rencontre inédite de deux clubs féminins, le Lyceum et Inner Wheel, le thème de la représentation de la femme dans la peinture du 19ème siècle a été retenu. Conférence donnée par notre amie Lycéenne Janine Viatte. Suite à la révolution française, on va assister au début du 19ème siècle à l’émergence d’un nouveau mouvement “le néo-classicisme” qui est en rupture totale avec l’art du 18ème (une peinture légère, décorative faite de couleurs claires traitant de thèmes frivoles comme les amours des dieux, les fêtes galantes ou les intrigues amoureuses. Le néo-classicisme fait référence à des sources gréco-romaines. David en est le digne représentant. Au cours de cette présentation, nous avons vu des femmes héroiques, certaines exécutants des travaux difficiles, des paysannes, des exclues de la société mais aussi des femmes du monde, des danseuses et des baigneuses, des femmes réelles, sensuelles ou revées mais sont toujours très présentes dans l’oeuvre des peintres. Elles en sont meme le sujet de prédilection… Toutes ces représentations ont peut-etre contribué à leur émancipation.

220px-Claude_Monet_023.jpg

Jeudi 30 octobre 2014: le romantisme était au rendez-vous. Pour le célébrer, nous recevions Charlotte Binet et Alexandre Lemanissier, un duo pianistique de grand talent.

Dans son interprétation des Kreisleriana, op. 16, une des oeuvres majeures pour piano de R. Schuman, Charlotte Binet a à nouveau conquis le nombreux public par sa fougue et ses qualaités techniques et musicales.

Alexandre Lemanissier nous a emmenés avec sensibilité et brio dans l’univers si particulier de J. Brahms (Sechs Klavierstücke op. 18).

Pour conclure, une oeuvre à 4 mains de J. Brahms, 10 variations sur un thème de R. Schumann, op. 23, brillamment exécutée par ces jeunes artistes. L’émotion était au rendez-vous ce soir-là.

Binet - Le Manissier ret OK sans les pieds reflets.jpg

Mercredi 5 novembre 2014: 19 Lycéennes ont montré un intérêt pour les “ateliers cuisine” lors de notre assemblée générale. Deux groupes ont été constitués et le 5 novembre, le premier groupe est entré en action. Prochain rendez-vous au printemps.

LYC assiette.jpg

Jeudi 6 novembre 2014: Un évènement pour notre Club. Après avoir reçu le Prix d’encouragement, il y a une trentaine d’années, Olivier Anthony Theurillat est revenu en compagnie du Middle Jazz Trio, nous a conviés à un concert exceptionnel. Nous avons ainsi pu écouter, découvrir ou réentendre, entre autres, des thèmes de Duke Ellington, George Gerschwin… Une soirée mémorable.

DSC02912 WEB.jpg

Jeudi 13 novembre 2014: Voyage du Lyceum en Normandie, en octobre 2013. Panorama grandiose sur la vallée et les méandres de la Seine. A Rouen: premiers émerveillements devant la cathédrale immortalisée par Claude Monet. Rues étroites bordées de maisons à pans de bois et colombages, églises dont les façades sont en dentelles, émouvante église de Ste Jeanne-d’Arc, en forme de bateau renversé. Visite de la ville de Caen par nos amies Lycéennes. Forte impression d’être sur les lieux des plages du débarquement etc… et sans oublier les plaisirs de la table: foie gras, homards, moules, repas de différents poissons, crepes, cidre et … calvados.

NORM DSC_7363 reflets.jpg

Mardi 18 novembre 2014: “Anne Cuneo”. Ecrivain, journaliste et cinéaste. Après une enfance heureuse en Italie, Anne Cuneo se retrouve à la mort de son père propulsée dans un orphelinat de bonnes soeurs à Lausanne dans des conditions particulièrement dures. Elle se passionne pour la lecture, fait des études de lettres et commence à écrire. Sa vie prend un tour particulier lorsqu’elle traverse la Sarine et s’installe à Zurich. Véritable passeuse d’Outre-Sarine, beaucoup de Romands la connaissent par le Téléjournal et par la presse. Anne Cuneo déploie son talent dans plusieurs domaines d’expression artistiques.

220px-Anne_Cuneo_f2612088.jpg

Jeudi 23 novembre 2014: Visite de l’exposition “A l’origine des pharaons noirs”. 10000 ans d’occupation humaine sur les terres nubiennes situées au sud de l’empire égyptien. La Nubie est célèbre pour avoir abrité plusieurs royaumes rivaux dont le plus ancien est le royaume de Kerma remontant au 3ème millénaire avant J.-C.. La première partie de l’exposition se réfère au monde des morts et à ses rituels impressionnants. La seconde partie aborde le monde des vivants. Partis d’un pastoralisme nomade, ces populations ont évolué vers la sédentarisation accompagnée du développement du commerce et de l’agriculture. Ils sont passés d’une vie villageoise à la création de cités importantes. Ces populations ne connaissaient pas l’écriture et l’ont découverte pendant la période d’occupation égyptienne.

Taharqa.jpg

Jeudi 11 décembre 2014: pour notre dernier concert de l’année, la jeunesse nous a rendu visite. Un souffle de fraîcheur musicale. De la flûte enchantée à la Panthère rose, en passant par Vienne… Une pensée pour Chopin, un clin d’oeil à l’impressionniste Ravel et une pincée de jazz via Milhaud. Il n’y a pas eu de Père Noël cette année, mais une cohorte de lutins: Florence Flammer, Charlotte Schneider (flûte), Sergio Escalera, Joris Jeandupeux, Matthias Murray (piano), Laurent Colbois (trompette) et Luca Jeannerat (trombone).

concert 11.12.14web.jpg

Les Reflets 2015

Jeudi 15 janvier 2015: Monsieur Jean Porret nous parle du “Haut-Erguel”, le vallon de Saint-Imier ou la Vallée de la Suze est une région inhabitée invitant plutôt au passage qu’à s’y installer. Les Helvètes sont l’un de ces nombreux peuples celtes dont l’intégration progressive dans l’Empire romain fut assez mouvementée. Les autorités romaines réagissent en édifiant des camps et plusieurs de ces groupes “barbares” sont utilisés par les Romains pour défendre les frontières de l’Empire. Les attestations de hameaux et de villages, dans le haut de la vallée du Suzingau, si l’on excepte Saint-Imier, respectent une chronologie qui remonte la rivière. De nombreuses personnalités ont marqué ce vallon et plusieurs entreprises d’horlogerie y virent le jour sans oublier de nombreux artistes.

erguel.jpg

Jeudi 22 janvier 2015: à l’occasion du 25e anniversaire de son inauguration au Musée Jenisch Vevey, le Cabinet cantonal des estampes célèbre, avec La Passion Dürer, l’une des figures tutélaires de l’histoire de la gravure. Albrecht Dürer (1471-1528) marque ainsi également l’origine de l’institution jubilaire. L’exposition invite à redécouvrir l’oeuvre gravé du maître à partir des influences allemande et italienne, jusqu’à la parution, en 1511 à Nuremberg, des suites de La Vie de la Vierge et des deux Passions sur bois.

Une salle consacrée à la postérité de Dürer dans l’art contemporain souligne l’impact de l’héritage, technique ou iconographique,laissé par le maître de Nuremberg sur les artistes vivants.

DRER_M~1.JPG

Jeudi 29 janvier 2015: situé au sud-est de la Sibérie, le lac Baïkal, d’une superficie de 3,15 millions d’hectares, concentre un cinquième des réserves d’eau douce non gelée de la Planète. Ces “Galapagos de la Russie” abritent près de 3000 espèces animales et végétales, dont les trois quarts sont endémiques. Par elles, le nerpa, seule espèce de phoque vivant exclusivement en eau douce. La pêche s’y pratique tout au long de l’année, même en hiver, alors que tous les bateaux restent paralysés dans les ports, grâce à des forages dans la glace. Nicolas Pernot, voyageur photographe, nous a fait découvrir un paradis naturel.

341733.ori.jpg

Mardi 10 février 2015:  Françoise Choquard: “Mes Mots”. Suites de nouvelles au charme désuet où l’on retrouve les thèmes abordés dans des précédents romans: quête du père, amours, situations complexes. Ces nouvelles oscillent sans cesse entre légèreté et gravité. “Cartes sur table”. La plume est moins innocente qu’on ne le pense. Avant elle, les mots auront flairé l’essence, soupçonné le butin, cherché la direction, déterré les secrets et, dans l’intervalle de la calligraphie, deéjà exprimé au plus juste l’attente de l’écrivain.

Françoise Choquard est née à Porrentruy où elle passe son enfance. Mariage à Berne et elle devint mère de famille (quatre filles). Dans la seconde partie de sa vie, elle s’adonne à la littérature.

Chaquard_Francoise.jpeg.png

Jeudi 5 février 2015: deux remarquables musiciennes, lycéennes venant de Berne, Hélène Wepfer-Basler, piano, déjà accueillie en septembre 2013 et Anne-Marie Sommer, flûte, nous ont offert un superbe voyage musical. Du baroque J.-Chr. Bach au classique Mozart, en passant par le romantique Mendelssohn, elles nous ont fait découvrir l’école française de Roussel et, féminisme militant ! Mel Bonis, méconnue ou volontairement ignorée… Musicalité, complicité, simplicité ne pouvaient que nous séduire.

Jeudi 12 février 2015: traditionnelle soirée loto et choucroute.

lots du loto web.jpg

Mardi 17 février 2015: Visite de l’exposition “Blaise Cendrars au coeur des arts”. Magnifique exposition très bien documentée et présentée de manière très vivante par la conservatrice adjointe du Musée des Beaux-Arts de La Chaux-de-Fonds, Madame Sophie Vantieghem.

Ecrivain, Blaise Cendrars a aussi été en contact avec tous les milieux artistiques du début du 20eme siècle: la peinture, le cinéma, les arts graphiques… Dans sa jeunesse, il découvre grâce à sa  mère, les livres illustrés d’histoire naturelle et le symbolisme d’Odilon Redon, Gustave Moreau et Goya. Un stage dans un hôpital psychiatrique de Berne lui fait découvrir l’art brut. A 17 ans, il quitte la Suisse pour un long séjour en Russie où il entreprend un apprentissage d’horloger. Il revient à Paris en 1910 en même temps que Chagall. Lors d’un voyage à New-York, il change de nom: Frédéric Sauser devient Blaise Cendrars, “braises et cendres”, allusion à celui qui - comme le phénix - renaît de ses cendres. Il dédie som poème “Les Pâques à New-York” à Guillaume Apollinaire qui le met en relation avec Sonia et Robert Delaunay. Une étroite collaboration entre Sonia Delaunay et Blaise Cendrars voit le jour. A eux deux, ils vont révolutionner l’art du livre en publiant “Le Transsibérien” un long poème lyrique illustré par Sonia: les rythmes et les couleurs correspondant à ce grand thème du voyage et de l’exil sont étroitement imbriqués pour créer une émotion nouvelle.

Blaise Cendrars web.jpg

Dès lors, il participe à l’effervescence artistique et culturelle de Paris, publie dans des revues d’avant-garde “ses poèmes élastiques” qui dialoguent avec les oeuvres de Chagall, Modigliani, Delaunay… Il découvre l’art naïf du Douanier Rousseau, s’essaye sans grand succès à la peinture sous l’influence de Fernand Léger. Pendant la guerre de 1914, il s’engage comme volontaire et revient amputé du bras droit, il “renaît” cependant en devenant un nouvel “écrivain de la main gauche” (la main coupée” première version, “j’ai tué” illustré par Fernand Léger…). Rêve musique avec Honegger, Satie, Darius Milhaud, Stravinsky. Attiré par le cinéma qui incarne pour lui la modernité, il collabore avec le cinéaste Abel Gance (“J’accuse”, film qui dénonce les horreurs de la guerre) et l’affichiste Cassandre. Comme beaucoup d’artistes à cette époque, Blaise Cendrars se passionne pour l’Afrique. Pour les ballets suédois, il écrit l’argument de “La Création du Monde” en s’inspirant de contes africains, sur une musique de Darius Milhaud, des décors et des costumes de Fernand Léger. L’exposition retrace un riche parcours à la croisée de tous les arts.

portrait BCweb.jpg

Jeudi 5 mars 2015: Décidément, le Lyceum continue d’innover et élargit toujours plus son répertoire musical, spécialement en jazz, musique à multiples facettes. La preuve, invitée, la classe d’Olivier Nussbaum, professeur au Conservatoire neuchâtelois, nous a captivé et amené son enthousiasme (c’était son premier concert), dans son univers si particulier allant de Miles Davis et surtout du pianiste-guitariste brésilien Egberto Gismonti. Ainsi, la découverte de la bossa-nova pour certaines fut une révélation. Merci. Belle ambiance. Les musiciennes et musiciens: Esther Vaucher (saxophone-alto), Alexandre Michoud (guitare), Jonathan Vögele (piano), Alexandre Diepe (percussion), Timothy Hoole (batterie).

DSC06455.JPG

Jeudi 19 mars 2015: Selon la charte de l’Unesco un site pour être classé doit avoir une valeur universelle exceptionnelle (VUE) et selon la convention de 1972, l’Unesco doit être un “instrument de paix).

La majorité des sites classés sont en Europe ou en Asie riches d’un grand patrimoine culturel, par exemple Versailles, Reims, la Cité Interdite, le Taj Mahal… Pour rétablir un peu l’équilibre, l’Unesco a inscrit au patrimoine mondial des sites naturels comme le parc de Serengeti en Tanzanie, ou le parc naturel des colonnes de Léna en Russie. Il faut y ajouter des sites “mixtes”, c’est-à-dire culturel et naturel comme le Machu Picchu qui comporte des éléments architecturaux et un paysage remarquables. La Chaux-de-Fonds et Le Locle ont été classées comme l’exemple de villes industrielles à l’urbanisme exceptionnel. Les défis pour l’Unesco sont grands et variés. En voici quelques exemples: Dresde en Allemagne a été “déclassé” après la construction d’un pont moderne sur l’Elbe. Ce pont était pourtant indispensable pour la vie quotidienne des habitants de Dresde. Le sancturaire d’Oryx à Oman est menacé par l’exploitation d’un puits de pétrole. Le temple Ta Prom au Cambodge va être “dévoré” par les fromagers. Faut-il intervenir ? Les frontières de certains pays ayant bougé, à qui appartient le site ? Au pays qui a présenté tous les dossiers pour l’inscription du site ou au pays nouvellement créé ? Exemple de l’église de Deccani au Kosovo. Dans le parc de Serengeti, on a trouvé des gisements d’or. Faut-il en interdire l’exploitation qui mettrait en péril la faune locale mais qui est bien nécessaire au développement du pays. On voit que les problèmes sont complexes et variés. Il y a aussi les “défis externes dûs à des tiers”. La destruction des Bouddhas de Bamyan en Afghanistan par les djihadistes ou les tombeaux de Tombouctou au Mali. Si ces chefs-d’oeuvres n’avaient pas été inscrits au patrimoine mondial, auraient-ils échappé à la destruction. Se posent également les questions de la formation des gestionnaires des sites, des mesures prévues en cas de non-respect des règles (exclusion, autres mesures tels que le classement “chefs-d’oeuvre en péril”, des moyens financiers, politiques et scientifiques mis en place pour les sauvegarder…) Bien que le temps ait manqué pour entrer dans le détail de chaque problème, le conférencier, Monsieur Imhoof, a bien montré la complexité du processus de classement et de conservation des sites.

cheetah3.jpg

Jeudi 26 mars 2015: Comme chaque printemps, René Spalinger nous rend visite, le thème de sa conférence pour 2015 « Le Requiem de Verdi, la religiosité du sud ».

 Giuseppe Verdi vient au monde en 1813. D'origine modeste, il fera ses premiers pas en musique sur une épinette ; il tentera des études à Milan qui n'aboutiront pas. C'est avec la création de Nabucco que vient le succès et la reconnaissance, le Choeur des Hébreux est devenu un véritable « hymne national » pour les italiens ! Verdi est un homme généreux, il gagne beaucoup d'argent mais en distribue beaucoup, il fait construire un hôpital, une maison de retraite pour musiciens, il acquiert une très grande propriété où il fait travailler des dizaines de familles. En 1873, il compose la « Messa da requiem » en mémoire de son ami et compatriote Alessandro Manzoni, considéré comme l'un des plus importants écrivains italiens. La création eut lieu le jour du premier anniversaire de la mort de Manzoni, le 22 mai 1874 en l'église San Marco de Milan. Ce fut immédiatement un grand succès. Ce requiem est une oeuvre monumentale pour soprano, mezzo, ténor, basse, choeur et orchestre, il présente de grands contrastes destinés à émouvoir le public un peu comme un opéra. Verdi n'a pas ménagé les effets lorsqu'il s'agit d'évoquer la terreur du jugement dernier. En projetant des pages de la partitions du Requiem, René Spalinger nous a permis de suivre quelques thèmes en nous faisant découvrir les subtilités de l'écriture musicale de Verdi.

 A nouveau René Spalinger nous a captivés par ses connaissances, son humour et sa manière très personnelle de nous commenter une grande oeuvre musicale.

Spalingerweb.jpg

Jeudi 23 avril 2015: conférence de Madame Janine Viatte: “LES BORGIA ET LEUR TEMPS : DE LEONARD DE VINCI A MICHEL-ANGE”.

Les Borgia, famille d’origine espagnole, ont régné sur Rome à la fin du 15ème siècle.

Le plus célèbre, le pape Alexandre VI, fut confronté à de nombreux problèmes :

            Naples.

           Savonarole qui prit         le pouvoir à Florence après la mort de Laurent de Médicis et         voulut

instaurer une République théocratique.

Alexandre VI eut quatre enfants de Vannoza Cattanei qu’il a reconnu. César et Lucrèce sont les plus connus.

Lucrèce fut « manipulée » par son père et son frère. Elle dut contracter plusieurs mariages malheureux (des alliances politiques) avant de trouver un peu de sérénité à Ferrare auprès d’Alphonse d’Este. Elle s’entoura d’artistes et de poètes et fit de Ferrare un important foyer de culture.

César fit une brillante carrière militaire et diplomatique. Il fut victorieux en Emilie-Romagne grâce aux nouvelles armes inventées par Leonard de Vinci. Il réussit ainsi à étendre vers le nord les Etats Pontificaux.

Il a négocié au nom de son père l’annulation du mariage de Louis XII avec Jeanne de France ce qui permit au nouveau roi de France d’épouser Anne de Bretagne.

Pour le remercier de ce service, Louis XII l’a anobli et fait duc de Valentinois. César a alors épousé Charlotte d’Albret, sœur du roi de Navarre.

Mais à la mort d’Alexandre VI, Jules II della Rovere, un ennemi des Borgia, est monté sur le trône pontifical. Il fit arrêter César et le livra aux espagnols qui l’emprisonnèrent. César réussit à s’évader et à rejoindre les troupes du roi de Navarre, son beau-frère. Il mourut sur le champ de bataille.

Alexandre VI et Jules II ne furent certainement pas des modèles de vertu mais ils aimaient les arts. Ils protégèrent les artistes et les firent travailler comme l’avait fait –quelques années plus tôt- Laurent de Médicis à Florence.

Alexandre VI fit décorer ses appartements par Pinturicchio et Jules II fit venir à Rome Michel-Ange et Raphael.

Rome devint la nouvelle capitale des arts.

250px-Cesareborgia.jpg

Jeudi 30 avril 2015: “Ensemble L’Esprit du Temps”. Irina Solomatina Tissot, soprano, lycéenne de notre club, accompagnée au violon par Vira Korolova et au violoncelle par Valery Verstyuk ont ravi un large public en interprétant des oeuvres de compositeurs russes dont Moussorgski, Chostakovith, Chtechedrine, Stravinsky, Dargomyjski puis Tavener (anglais) et Enesco (roumain). Avant de nous interpréter ces chants tantôt drôles, mélancoliques, dramatiques voire rythmés, Irina nous les a traduits. Par son interprétation, ses gestes et son visage très expressif, elle a su nous les faire ressentir. Tania-Katia II de Chtchedrine a été un véritable dialogue et jeu entre la violoniste et la cantatrice; un moment de bonheur !

Votre comité vous souhaite de Joyeuses fêtes de fin d’année

noel_cc8_jpg.jpg