Biographies des lauréats d’IMPOWER, 7ème promotion et Press Start, 4ème promotion

2017-2019

  1. Rosemine ABDALLAH, projet d'université d'été pour les jeunes femmes        3
  2. Prudence BAYONNE, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018        5
  3. Nihel BENDI-HASAANE, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018        6
  4. Gauthier BIBOLLET, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018        8
  5. Sarah BONFILS, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018        9
  6. Clémentine BONNET, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018        10
  7. Yanis BOUKERFA, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018        11
  8. Marie CAUCHY, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018        12
  9. Marilou DAVID, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018        13
  10. Myriam DOULIBA, 7ème promo IMPOWER, pas de voyage encore        14
  11. Olympe DUPONT, 4ème promo PRESS START, structure d'organisation des événements culturels multidisciplinaires qui sont accessibles à toutes et à tous        15
  12. Victor ESCAFFRE-FAURE, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018        16
  13. Justine GEGOUT, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018        17
  14. Mourad GRABSI, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018        19
  15. Sébastien GURUNG, 7ème promo IMPOWER, pas encore de voyage avec YAKA        20
  16. Camille JOSEPH, 4ème promo PRESS START, entreprise sociale de sous-traitance administrative pour les professionnel de santé libéraux        21
  17. Caroline JULIEN, 4ème promo PRESS START, projet d’échange interculturel et l’artisanat entre l’Europe, l’Amérique Latine et l’Asie        23
  18. Memet KEMALOGLU, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018        24
  19. Khawla Chater KAMMAS, 4ème promo PRESS START, entreprise d’expositions artistiques et engagées        25
  20. Riad KHENOUNE, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018        27
  21. Eric LA, 4ème promo PRESS START, projet de photographie à Toulouse        28
  22. Louise LABORIE, 7ème promo IMPOWER, pas de voyage encore avec YAKA        29
  23. Pauline LAZARD, 4ème promo PRESS START lieu de vie et de rencontre incluant un espace de coworking pour les habitants à Romainville et les villes environnantes telles que Les Lilas et Bobigny.        30
  24. François Dukenson LOUIS, 7ème promo IMPOWER, pas de voyage encore avec YAKA        32
  25. Camille MAURY, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018        34
  26. Laura MICHEL, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018        35
  27. Ayafine MOUHAMAD IBRAHIM, 7ème promo IMPOWER, pas encore de voyage avec YAKA        36
  28. Robbynne MUKENA YALA, 4ème promo PRESS START, création de la marque en ligne de vêtement prêt à porter, Rojoya        38
  29. Laura PRUDHOMME, 4ème promo PRESS START, projet de formation digitale autour de la communauté, la sexualité et l’égalité des genres.        40
  30. Ioana RADU, 4ème promo PRESS START, entreprise d’ateliers de photographie et création visuelle pour les mineurs réfugiés en Grèce        41
  31. Alice N TAKPE, 4ème promo PRESS START, restaurant kebab bio en Côte d’Ivoire avec des produits locaux        43
  32. Alice NICOLAS, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018        44
  33. Nicolas NIETO, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018        46
  34. Sophie QUARESMA, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018        47
  35. Yassine SAHRAOUI, projet de média alternatif pour mettre en avant des acteurs culturels de la région Grand Est.        48
  36. Abdoulkadri SEYDI, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018        51
  37. Ena SORIC, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018        52
  38. Nour ZORAI, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018        53

Rosemine ABDALLAH, projet d'université d'été pour les jeunes femmes

27 ans, née et résidente à Marseille, PACA

Rosemine est allée à l’Université Paris 8 à St Denis et a entendu parler de Press Start via l’Auberge de la solidarité. Elle aimerait bénéficier de l'expérience et du savoir de l'équipe de Press Start afin de mener à bien son projet. Son projet inclut la solidarité internationale et le renforcement des capacités, et elle cherche surtout des conseils dans la recherche de financements et le déroulement de son projet. Elle souhaiterait également apprendre à pitcher son projet à l'oral. Rosemine est une personne manuelle et qui aime découvrir des métiers différents. Le travail dans une ferme lui a permis de vaincre sa phobie des animaux !

Lors de sa deuxième année de master, Rosemine a repris l'association étudiante de son master en études européennes et internationales. L'idée était de proposer des activités qui viendraient compléter la formation des étudiants. Après avoir questionné les étudiants sur leurs attentes, elle leur a proposé des ateliers professionnels (prises de parol en public/introduction à la PAO), des cafés-débats et un voyage d'étude à Bruxelles. Pour organiser ces activités, elle a dû trouver des intervenants ou des bénévoles étudiants qui ont mis leurs compétences à contribution. Un "pool" de compétences a alors été créé. Lors de son départ, elle a trouvé des étudiants qui pouvaient reprendre les activités de l'association et elle les ai formé à la gestion de projet.

Pour Rosemine, elle dit que pour être entrepreneur, il faut faire preuve de persévérance. Elle sait que l'entrepreneur se retrouve très souvent face à des difficultés et des échecs. Rosemine dit donc qu’il faut continuer d'essayer et surtout de croire en son projet. Il faut également ne pas avoir peur de voir les choses différemment et avoir un esprit d'innovation afin de proposer des idées nouvelles.

Le projet de Rosemine est un projet d'université d'été pour jeunes femmes "avec moins d'opportunités" afin de leur permettre de bénéficier de formation de qualité qui leur servirait de tremplin pour leur carrière professionnelle ou à susciter des vocations de leaders. Depuis son service civique en 2013-2014 en Allemagne dans un club de sport, elle a toujours voulu travailler dans le domaine de l'éducation non-formelle. Elle a voulu allier son intérêt pour ce domaine avec le renforcement des capacités des individus aussi bien en France qu'à l'étranger. L’université d’été de Rosemine formera les femmes notamment aux langues étrangères. Elle souhaiterait développer cet université d’été en France, Allemagne, Tunisie et aux Comores. Il y aura aussi des cours sur différentes thématiques comme les relations internationales et le développement durable et les rendre accessible à un maximum de personnes.

L’objet préféré de Rosemine est le trampoline parce qu’il permet aux personnes d'atteindre des niveaux qu'il ne pourraient pas atteindre seules et de se dépasser. C'est ce qu’elle aime faire dans la vie, pour permettre à son entourage de se dépasser.

Plus tard, Rosemine aimerait faire un tour du monde en caravane. Elle a toujours voulu découvrir de nouvelles cultures et rencontrer de nouvelles personnes. Ce qui l'attire aussi dans les cultures étrangères, ce sont les spécialités culinaires ! Elle souhaiterait faire un livre photo de tous les lieux qu’elle visitera et des plats qu’elle goûtera.

Rosemine a pratiqué le volleyball en club pendant près de 10 ans. Elle dit que c'est un sport à la fois technique et physique qui permet de se dépasser individuellement tout en étant dans un collectif. Elle a joué au volleyball dans chaque pays où elle vécut plus de deux mois (Italie, Angleterre, Allemagne). Elle s’est aussi également engagée en tant que bénévole dans différentes associations, notamment Jeune Ambassadrice "Diversité et participation" pour l'Office Franco-allemand pour la jeunesse. Son rôle était de promouvoir la mobilité à l'international auprès de public ayant moins d'opportunités à cause de leur situation financière, géographique ou physique.

Prudence BAYONNE, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018

Prudence a 24 ans et prépare une maîtrise AES à l’Université Paris 1. Elle apprécie la lecture, la danse, un peu le sport (courir après les transports … ça compte 😉 ?) et surtout … MANGER !!!

Elle a connu YAKA, un peu par hasard, en consultant la boite email de son université, et elle a de suite accroché avec la vision. En effet, elle considère YAKA comme étant une ONG, qui pour une fois donne la parole à la Jeunesse, en lui transmettant les outils pour prendre des initiatives, créer des projets et être un acteur à part entière de la société.

Le célèbre Mahatma Gandhi a dit « soyez le changement, que vous souhaitez voir dans le monde », et les valeurs de YAKA sont en adéquation avec ce proverbe selon elle.

 

Même si elle n’a pas encore de projet de troisième phase clairement défini, il y a certains sujets qui lui tiennent à coeur tout particulièrement et qui pourraient être abordés dans le cadre de son projet.

D’abord, les maladies mentales, plus précisément, la dépression. En effet, bien que cette maladie soit de moins en moins tabou, les stéréotypes à son encontre ont la dent dure. Elle est ainsi souvent associée à la folie. Prudence souhaiterait contribuer (à sa petite échelle), à la destruction de ces clichés, en organisant des ateliers de parole dans les établissements scolaires et les entreprises. Accompagnée d’intervenants, qui pourraient être des psychologues, ces ateliers seraient l’occasion d’aborder sans langue de bois cette maladie. A l’heure où de nombreux salariés se suicident au travail en raison de burn out et d’adolescents décidant de mettre fin à leur jour, alerter l’opinion publique sur cette problématique est primordial. Ensuite, l’émancipation féminine, l’empowerment au féminin. Que ce soit dans les pays en développement ou en Occident, la situation des femmes et des filles est encore trop souvent imposée plutôt que choisie par celles-ci.

Son idée serait de créer, dans le village de Soussane (dans lequel elle va se rendre cet été) une coopérative économique féminine, afin que les femmes du village s’émancipent financièrement de leurs maris. Pour ce faire, elles pourraient mettre en commun leur économie, pour concevoir un projet (ex : vente de produits locaux ; vêtement en pagne ; vaisselles), les dividendes de ces ventes pourraient leur servir à entretenir leur famille, sans qu’elle ait à demander de l’argent à leur époux.

En France, parmi les populations réfugiées, l’idée serait de mettre en place des ateliers de lecture, d’écriture et d’informatique, afin que les femmes réfugiées ou immigrées, puissent apprendre à lire, à écrire et avoir une certaine autonomie pour effectuer des démarches administratives, postuler pour se trouver un emploi, prendre le métro seules, sans dépendre de l’aide de leurs enfants et/ou conjoints.

Selon Prudence, plus de femmes indépendantes contribuerait à l’enrichissement de nos nations et surtout à lutter contre l’obscurantisme qu’elle considère être une résultante directe du manque d’éducation.

 

Elle attend de son mentor de la disponibilité (dans le respect de nos disponibilités respectives bien entendu) afin que le projet qu’elle porte se concrétise. Elle attend également de la bienveillance et des conseils pour mener à bien son projet mais aussi plus largement sur la vie en général. Elle souhaite qu’il ou elle soit ouvert (e) aux échanges et que les apprentissages soient mutuels.

Nihel BENDI-HASAANE, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018

Je m’appelle Nihel BENDI-HASAANE, je suis étudiante en 2éme année de  licence en langues et civilisations étrangères à Paris8. Lauréate de la 7éme édition d’IMPOWER au sein de l’association Yes Akadamia, cela me permet de m’intéresser en profondeur au autres et à ce qui se passe autour de moi.

La première phase du programme IMPOWER est ce qui fait de lui sa richesse, apprendre à s’intéresser, rechercher, réfléchir et penser à différent sujets variés du monde peut sembler simple ou logique ou même banale, mais en se retrouvant dedans et apprendre à l’appliquer est un vrai travail et un réel engagement qui d’ailleurs a pu prendre forme grâce au ateliers hebdomadaires que l’association nous propose et met en œuvre, tout en nous laissant la liberté d’être maître de nos pensées et nos idées.

Originaire d’Algérie et vivant en France depuis peu, l’équilibre que j’ai pu avoir entre cet entre-deux est celui de regarde le monde de mon propre angle, celui grâce auquel j’ai pu voir que les frontières n’existent pas. Grâce au programme d’IMPOWER j’ai pu rencontrer des gens qui comme moi se considèrent en tant que citoyen du monde et qui partagent les mêmes valeurs que moi.

La deuxième phase du programme vient quant à elle pour compléter l’enrichissement acquis et le transmettre au delà des barrières, au delà de notre zone et au delà de nos limites. L’échange inter-culturel sera l’occasion de transmettre et partager nos connaissances, nos croyances, nos idéologies, nos différences et nos acquis tout en recevant de même.

Nihel.

Gauthier BIBOLLET, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018

Qui est-il ? Amateur d'art, d'élégance et de raffinement, il apprécie également le dépassement de soi, notamment en sport, pratiquant depuis 15 ans désormais. Élève à Panthéon-Sorbonne en deuxième année d'une licence en Histoire, il a pour ambition de devenir docteur (Ph. D). Se délectant de la joie de vivre au quotidien, il voit le verre à moitié plein peu importe la situation.

Concernant le mentor, ces attentes sont les suivantes: il aimerait être mentoré par quelqu'un qui puisse canaliser son défaut de concentration. Seul, il a beaucoup de mal à faire cela et il pense que canaliser son énergie serait opportun selon les occasions. Il souhaiterait également que ce dernier soit intéressé par le sport dans la mesure où son projet porte sur cette thématique. Ce serait un petit plus selon lui :)

A partir de ces connaissances en sport de combat et avec du matériel donné par son club de boxe, il aimerait proposer des cours de défense à des jeunes et des femmes en priorité, bien que les hommes soient aussi invités. Il a constaté qu'il y avait beaucoup de violences et d’agressions à caractère sexuel au Sénégal et il veut inviter d'abord les femmes à avoir confiance en elle, tout en apprenant à se défendre en cas d'agressions. Concernant la poursuite de son projet à son retour en France, il considère actuellement l’envoi de matériel à Soussane. Il souhaiterait être accompagné sur ce volet de son projet par son mentor.

Sarah BONFILS, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018

Sarah a 16 et est en première S au lycée Rocroy st Vincent de Paul à Paris. Elle aime la musique (elle joue d’ailleurs du piano depuis peu), le théâtre, et enfin particulièrement la lecture. Elle se définit comme quelqu’un de très dynamique, altruiste, intéressée et surtout motivée.

Elle fait partie de la 7ème promotion IMPOWER de Yes Akademia depuis octobre dernier. YAKA lui a appris énormément de choses et elle y a rencontré des personnes d’une gentillesse et d’une bienveillance inestimables. YAKA lui a aussi permis de s’ouvrir aux autres.

Concernant son projet, elle n’a pas encore d’idées précises mais elle souhaiterait monter, créer une pièce de théâtre avec des handicapés ou des migrants afin de leur permettre d’avoir un peu plus confiance en eux et de les intégrer plus dans la société. Qu’ils puissent avoir une voix audible à travers l’expression théâtrale.

Elle attend d’un mentor qu’il soit à l’écoute, investi, qu’il ne soit pas « prise de tête » et surtout qu’il la soutienne dans son projet, l’encourage etc. Il doit être déterminé et disponible sur le long terme, qu’il aime et défende son futur projet comme si c’était le sien.

Clémentine BONNET, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018

Clémentine est étudiante en licence d'économie-géographie à la Sorbonne. Elle est passionnée de photographie documentaire et de voyages. Elle est dynamique et aime rencontrer de nouvelles personnes.

Pour son projet de troisième phase, elle aimerait monter un projet photo-vidéo documentaire. Celui-ci pourrait prendre la forme d’une série de portraits sur fond noir avec les habitants de Galtaré (village dans lequel elle va séjourner cet été dans le cadre de l’échange interculturel) qui posent avec la chose la plus importante à leurs yeux, qui les rends les plus heureux. Elle souhaiterait faire de même à son retour en France. C'est une idée parmi d'autres et elle souhaite être dans le village avant de choisir un sujet précis de reportage.

Elle est également intéressée par la mise en place d'une structure associative qui accueillerait des enfants réfugiés l'été dans des colonies de vacances (j'ai le BAFA). Pour mener à bien ces projets, elle est consciente qu'il est important d'être accompagnée. Elle aimerait être en contact avec quelqu'un qui a déjà eu l'opportunité de mener un projet photo-vidéo de A à Z et qui pourrait l'aider à trouver un moyen de publier/ exposer son projet (galerie, bar etc..) ou sinon quelqu'un qui connaît bien le monde associatif, les législations et qui pourrait l'aider notamment au niveau des enjeux de financements.

Concernant la relation de mentorat, elle n'a pas d'attente particulière si ce n’est découvrir une personne dans une relation d’enrichissement mutuel.

Yanis BOUKERFA, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018

Yanis a 16 ans et il est actuellement en première S au lycée Rocroy Saint Vincent de Paul à Paris. Il se définit comme quelqu’un de positif, d’ambitieux et de très curieux. Il est passionné par les sciences et plus particulièrement la biologie. Par ailleurs, il aime énormément voyager et découvrir de nouvelles cultures. Il aime aussi la lecture.

Il est membre de la 7ème promotion de Yes Akademia. Une expérience qui lui a permit d’acquérir des connaissance sur des sujets très divers et aussi de s’ouvrir aux autres.

En ce qui concerne la troisième phase, il n’a pas encore de projet très précis pour l’instant mais il a comme idée de distribuer des composteurs dans les villages au Sénégal afin d’augmenter la fertilité des champs ou sinon son idée serait de distribuer des composteurs dans des écoles françaises pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Le mentor idéal serait selon lui une personne qui soit à l’écoute, disponible, mais surtout une personne qui puisse lui apporter des conseils et son avis sur le projet, qu’il soit réellement impliqué dans le projet.

Marie CAUCHY, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018

Marie a 16 ans et est en première STMG au lycée léonard de vinci à St witz. Elle aime la musique, le théâtre, les musées et plus largement tout ce qui touche à l’art. Elle est très dynamique, à l’écoute et serviable.

Elle fait partie de la 7eme promotion IMPOWER de Yes Akademia depuis octobre dernier, une expérience qu’elle qualifie de très enrichissante aux niveaux intellectuel, personnel et humain.

Elle voudrait monter un projet qui consiste à récolter des fonds pour le sidaction. Dans son lycée, chaque année au mois d’avril, la journée du « sidaction » est organisée pour sensibiliser les lycéens à cette maladie à travers des prestations artistiques (chant, danse, poésie etc) sur des thématiques en lien avec la maladie, la sexualité, l’amour. De son côté, elle souhaiterait étendre le dispositif et mettre en place une « semaine de sidaction » pour que chaque lycéen récolte de l’argent qui sera reversé au Sidaction.

Elle attend d’un mentor qu’il soit à l’écoute, investi, dynamique et surtout qu’il la soutienne dans son projet et l’encourage. Il doit mettre tout en oeuvre pour l’accompagner. Il doit être comme elle, c’est-à-dire déterminé et fonceur.

Marilou DAVID, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018

 

 

Marilou David a 21 ans et est étudiante en géographie après avoir fait deux ans de classe préparatoire littéraire. Elle est discrète et timide mais travailleuse, indépendante et dévouée. Elle aimerait faire un master d'urbanisme l'année prochaine et se spécialiser dans les questions de l'habitat, qui lui tiennent particulièrement à coeur. En effet, les questions de ségrégations urbaines l'intéressent énormément en géographie et elle est particulièrement sensible à la situation des sans-abris : travailler sur les questions de l'habitat, c'est faire un compromis entre ce qui l'intéresse et une cause à laquelle elle veut se dévouer.

Elle n'a pas encore de projet précis pour la 3e phase, mais elle aimerait un projet en lien avec ces problématiques du logement et du mal-logement. Elle s’est d’ores et déjà quelque peu renseignée sur ce qui se faisait dans le monde associatif en termes de logement (fondation Abbé-Pierre, Plateau Urbain, collectif Jeudi Noir, Habitat et Humanisme...) mais leur mode d'action lui semble trop complexe et organisé pour qu’elle en fasse un projet personnel, seule.

Elle recherche donc un mentor qui fasse partie du monde associatif (domaine du social et/ou des questions liées à l'urbanisme) si possible et qui sache lui suggérer de bonnes idées. Elle est anxieuse et a peu confiance en elle, c'est pourquoi le mentor idéal la soutiendrait beaucoup et la pousserait doucement hors de sa zone de confort !

Myriam DOULIBA, 7ème promo IMPOWER, pas de voyage encore

 Née en France, Myriam, 17 ans étudie au Lycée Eugène Hénaff.
         Elle aime apprendre et découvrir et elle s’est engagée dans le programme IMPOWER après avoir parlé avec un de ses camarades qui a déjà été impliqué dans le programme.
         Elle fait du basket et elle est licenciée dans le club Paris Lady Basket, elle parle aussi l’anglais d’un niveau intermédiaire et elle a étudié aussi l’allemand. Sa passion pour le développement durable ainsi que son souhait de lutter contre les inégalités présente au sein de l’éducation contribue à son intérêt dans le programme. Elle y voit aussi l’opportunité d’une expérience enrichissante et interculturelle ce que lui permettra de  développer sa  confiance en soi.
         En 2016 Myriam a voyagé en Algérie où elle est restée un mois dans une famille d'accueil, cette expérience lui a appris à vivre loin de sa famille et de s’adapter à vivre loin de chez elle, et de son habitude de confort, elle a aussi pu une autre langue au quotidien.
         Bien qu’elle n’a pas encore d’expériences en bénévolat, elle a fait un stage d’observation à l'hôpital. Par ailleurs on la considère très sociable et elle se montre très à l’aise pour parler en public. On dit de Myriam qu’elle a une ouverture sur le monde, une curiosité intellectuelle, une réflexion sur l'écologie et le développement durable.

Olympe DUPONT, 4ème promo PRESS START, structure d'organisation des événements culturels multidisciplinaires qui sont accessibles à toutes et à tous

20 ans, résidente à Noisy-le-Grand, Seine-Saint-Denis, a étudié à Lille

Olympe a connu Press Start via l’association Unis-Cité, et a voulu s'inscrire pour concrétiser son projet, l'enrichir et le faire mûrir. Elle souhaite surtout rencontrer des entrepreneurs et des experts pour l'inspirer. Olympe a voyagé 5 mois au Laos en 2016 pour réaliser un projet solidaire, ce qui l’a vraiment encouragé à entreprendre. En 2017-2018 elle a participé à un service civique avec le programme de Rêve et Réalise où elle monte un projet qui aide à l’organisation d’un événement culturel à Argenteuil pour démocratiser la culture et valoriser les acteurs locaux.

Le projet d’Olympe sur le long terme consiste à démocratiser la culture en la rendant accessible à tous, de faire découvrir de nouvelles initiatives artistiques à la population et de valoriser les artistes et associations locales. Sa structure organisera des événements culturels gratuits en mélangeant les disciplines

Olympe dit qu’elle aimerait être une personne très dynamique et optimiste, des idées plein la tête. Elle aimerait être une personne sociale qui n'a pas de difficultés à aller vers les autres et qui sait s'affirmer. Elle aimerait voyager le plus possible, pour visiter des endroits et aller à la rencontre d'autres populations, découvrir de nouvelles cultures, notamment en Afrique.

Olympe est engagée en tant que cheftaine scoute aux Scouts et Guides de France. Elle s'occupe de la branche des 11-14 ans et elle les accompagne tout au long de l'année pour réaliser des projets et faire des activités puis deux semaines en camp d'été. Elle est également bénévole Solidarité Sida, récoltant des fonds en ayant à des événements musicaux sur Paris.

Actuellement en année de césure après ses études à Lille, elle compte reprendre des études à la rentrée dans la communication (domaine culturel/médias) pour se doter de compétences afin de mener son projet entrepreneurial.

Victor ESCAFFRE-FAURE, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018

Victor est étudiant en 1ere année de licence d'histoire à Paris 1 mais cela ne fait que deux ans qu’il vit à Paris. En effet, il est originaire de Toulouse mais il a aussi longtemps vécu en Allemagne. Il est passionné d'histoire et de géopolitique et souhaiterait travailler dans ces secteurs.

Pour l’instant, il n’a pas encore d’idée de projet de 3e phase et espère être accompagné pour en définir un et le mettre en oeuvre. Il souhaiterait que son mentor soit expérimenté dans le coaching de lauréat à YAKA. L'autre qualité qui lui semble essentiel est le sérieux (c'est-à-dire pas de rendez-vous annulé au dernier moment) et que de la disponibilité.

Justine GEGOUT, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018

Je m'appelle Justine et j’aime apprendre sur le monde et notamment son organisation et son fonctionnement avant tout sur le plan politique et culturel. Pour moi il est primordial de développer son esprit critique pour mieux comprendre le monde dans lequel j'évolue et ses enjeux. C'est pour cela que j'étudie en double-licence Histoire et Droit à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Etudier l'Histoire c’est comprendre le tableau que constitue le monde actuellement et me permettre d’en devenir une actrice lucide. Etudier le droit me permet de comprendre les règles qui régissent nos sociétés tant sur le plan national qu’international.

Comprendre le monde c'est aussi agir sur le terrain pratique. Grâce aux voyages que j'ai eu la chance d'effectuer, je suis particulièrement sensible aux différentes cultures. J'adore discuter avec des personnes d'autres cultures car le moment où se confronte nos deux cultures est toujours un grand enrichissement.

Plus encore, j'aime vivre des expériences en totale immersion (j'en ai déjà effectué aux USA et en Estonie), car cela permet de découvrir intégralement, profondément, une culture différente et de m’ouvrir sur le monde. Se rendre dans un pays n'a pas le même impact que de vivre dans le pays, avec la population locale et c'est ce genre d'expérience que je cherche à multiplier.

C'est cette interculturalité qui m'a tout d'abord séduite dans le programme IMPOWER et c'est ce que j'attends de mon voyage au Sénégal. L'idée est de vivre une aventure humaine, sans barrière et d'échanger sur nos modes de vie mais aussi sur des thématiques qui m'inspirent telles que l’éducation ou la religion, de découvrir nos cultures respectives, de vivre ensemble.

J'ai découvert en YES Akademia un lieu d'apprentissage mais aussi un lieu d'échange, avec une grande attention portée sur les personnes humaines qui nous entourent. Ce que je découvre lors des ateliers est souvent très intéressant et je me sens vraiment chanceuse d'avoir déjà découvert cet organisme (dont le concept est tellement inspirant) qu'est Yes Akademia et d'en faire partie. Cette première phase du programme IMPOWER ouvre des perspectives mais ce voyage au Sénégal ouvre la possibilité de devenir « acteurs du changement », changement dans nos vies mais aussi dans le monde qui nous entoure.

Je suis dynamique, passionnée, attentive, rigoureuse, mes amis disent souvent qu' « Avec moi, rien ne paraît insurmontable » et j'ai hâte de mettre cette énergie positive dans cette enrichissante expérience. J'ai toutefois conscience que cette expérience ne sera pas toujours facile, mais c'est aussi une occasion d'apprendre à se dépasser et d'apprendre le lâcher-prise.

Justine est en deuxième année de double licence histoire et droit et elle adore voyager.

Elle a plusieurs idées de projet de 3e phase:

Le profil de son mentor idéal : rassurant, challengeant et investi dans son projet !

Mourad GRABSI, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018

Mourad Mostapha Amir GRABSI est Franco-algérien, il a 24 ans. Il est étudiant en Droit à Panthéon Sorbonne Paris 1. Il a entamé des études en Droit car il tient en horreur  l'irrespect, l'impolitesse mais plus encore de l'injustice en général. Il baigne dans l'humanitaire depuis tout petit grâce à ses parents et ses sœurs mais également aux personnes qu’il a rencontré tout au long de sa vie pour l'instant. Il aimerait plus tard travailler dans une ONG et ainsi aider les gens à travers le monde et enfin régler les problèmes entre les nations, entre autre le conflit Israélo-palestinien. Rassembler les peuples et les religions ainsi que les Hommes en général, tel est la mission qu’il s’est donnée. En dehors de cela, il se considère comme un grand enfant mais surtout un très grand rêveur: sa plus grande passion est le Cinéma. Il aimerait pouvoir en vivre mais surtout réaliser et jouer dans ses propres films plus tard.

Il présente Yes Akademia comme la plus belle découverte qu’il ait faite. Cela a changé beaucoup de choses dans sa vie. C’est un grand timide mais en ayant participé aux ateliers de YAKA il a "osé" dépasser sa timidité et se présenter au concours de la célèbre école de théâtre Le "Cours Florent".

Il a pour ambition de vivre 1000 vies en une seule.. Et espère que la team family YAKA l'accompagnera tout au long de ses futurs projets. En bref, il veut changer le monde.

Dans le cadre de la 3ème phase du programme il a plusieurs idées de projets distincts:

Profil mentor attendu : quelqu'un qui soit optimiste, qui le pousse vers le haut, qui soit sérieux quand il le faut mais surtout il doit avoir le sens de l'humour.

Sébastien GURUNG, 7ème promo IMPOWER, pas encore de voyage avec YAKA

Lauréat de la 7eme promotion Impower de Yaka, Sébastien est également lauréat de l'Institut de l'engagement. Actuellement en master 1 à Sciences Po Grenoble, il rentre en M2 dès septembre prochain. L'éducation est le domaine qui l'intéresse le plus et c'est pour cela qu’il effectue son stage au Choix de l'école qui lutte contre les inégalités scolaires et essaie de revaloriser le métier d'enseignant. Il aimerait à terme pouvoir mener des projets de différents niveaux en lien avec l'éducation.

Son projet de troisième phase est porté sur le logement et la réinsertion professionnelle des sans domiciles en île-de-France. Avec deux amis, ils ont déjà commencé à bien conceptualiser leur projet. Ils ont d’ailleurs participé à deux concours pour les jeunes ayant envie d'entreprendre mais n'ont pas été retenus. Leur projet étant encore en construction cela a été très stimulant et enrichissant comme première expérience et ils aimeraient désormais pouvoir repenser leur projet grâce à l'expertise dont ils ont bénéficié lors des retours.

Il aimerait donc pouvoir bénéficier d'un mentor qui aient des connaissances pointues sur la situation des sans domiciles en France et/ou en île-de-France et les dispositifs existants ainsi que des compétences dans la conception d'un projet.

Il imagine quelqu'un de franc, qui leur dira honnêtement ce qu'il pense de leurs avancées, avec une fibre humaine importante et qui soit prêt à s'investir pour les aider. Il n'a pas la nécessité que son mentor soit omniprésent mais qu'il puisse le conseiller lors des moments charnières de cette aventure.

Camille JOSEPH, 4ème promo PRESS START, entreprise sociale de sous-traitance administrative pour les professionnel de santé libéraux 

32 ans, née à Abbeville, Camille habite à Brutelles dans le 80, une commune située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France

Tél : 06 49 80 58 45

Email : cjoseph.conseil@outlook.fr

Chargée de développement et de communication avec plus de 5 ans d’expérience auprès d’organismes publiques et d’ONG, je souhaite créer, avec une associée, une entreprise sociale de sous-traitance administrative pour les professionnel de santé libéraux. Mon associée et moi sommes complémentaires, elle possède les connaissances techniques nous permettant de créer nos services, et j’ai les compétences de gestion de projet nous permettant d’élaborer l’accompagnement professionnel et social de nos futurs salariés. Nous aurions besoin d’aide pour développer la partie commerciale de notre projet. Nous ne cherchons pas quelqu’un pour faire à notre place mais pour nous aiguiller dans nos choix. »

Camille a découvert Press start grâce au site de l'Auberge de la Solidarité. Elle a étudié auparavant à l'Université de Montréal au Québec. Camille a toujours voulu créer un café solidaire notamment en Iran où elle a connu des grandes difficultés. Aujourd'hui elle veut créer ce projet de nouveau et s'attend à ce que Press Start lui permette d'avoir un recul et qu'elle puisse se nourrir des expériences et conseils des formateurs et autres lauréats. Camille dit d'un entrepreneur qu'il faut être surtout proactif, organisé, responsable et à l'écoute des autres. Par ailleurs qu'il faut avoir une bonne résilience pour encaisser les échecs et se remettre en question pour continuer à avancer.

Camille a travaillé à AGAPSY, la Fédération Nationale des Associations Gestionnaires pour l'Accompagnement des Personnes Handicapées Psychiques et a aussi effectué un service civique à Handicap International, accompagnant 29 organisateurs bénévoles des Pyramides de chaussures en France dans la demande de subvention et le soutien aux différentes démarches. Elle s’occupait des 380 bénévoles et organisait les partenariats avec des établissements scolaires, gestion des planning, etc. A ce moment, Camille avait mis en oeuvre un projet de mobilisation de la société civile de sa conception à son évaluation, et a fait des rencontres uniques. Cette expérience a confirmé que Camille ne peut dissocier ses engagements professionnels et personnels et qu’elle s’épanouit dans une posture d’accompagnement.

Camille préfère parler d’épreuve plutôt que d’échec. Elle a tendance à plutôt voir le positif et à ne pas cultiver les regrets. Camille dit qu’elle a mis pas mal de temps à accepter ses défauts et ses qualités, et elle essaie de ne pas restée figée. Elle aimerait rencontrer et discuter avec certaines personnes comme Simone Veil ou Jane Goodall pour avoir leur point de vue sur le monde et son évolution. Camille aimerait voyager et vivre dans plusieurs pays afin de découvrir de nouvelles cultures et rencontrer des personnes différentes. Ses passions sont les sports en extérieur (escalade, randonnée, roller, snowboard,...) et la pâtisserie quand elle est chez elle. Elle s'intéresse à presque tout, aimant découvrir de nouveaux lieux, livres, groupes.

Caroline JULIEN, 4ème promo PRESS START, projet d’échange interculturel et l’artisanat entre l’Europe, l’Amérique Latine et l’Asie 

33 ans, résidente à Marseille, PACA

Caroline est déterminée à monter un projet d’échange interculturel entre l’Europe, l’Amérique Latine et l’Asie avec son associé. Ce projet de voyages alternatifs sera autour de la création d’artisanat, d’oeuvres audiovisuelles, de spectacles vivants ou de projets de permacultures. Elle souhaite avoir une version hybride du projet pour ne pas être dépendante des financements et faire de l’écotourisme et surtout pouvoir se focaliser sur l’artisanat local.

Lors de Press Start, qu’elle a découvert via l’Auberge de la Solidarité, Caroline aimerait structurer son projet entrepreneurial et surtout se focaliser sur la rédaction du business plan pour y mettre plus de structure. Elle a identifié quelques potentiels concurrents déjà. Elle n’a jamais vraiment monté un projet entrepreneurial auparavant et récemment elle a réussi à identifier son associé grâce à un événement auquel elle a assisté à Marseille. Caroline a grandi à Paris, a étudié à Bordeaux et habite maintenant à Marseille.

Caroline a toujours beaucoup d’idées, elle souhaitait auparavant réaliser un documentaire sur l'art dans l'espace public et créer un lieu de bien être et de rencontres sociales et culturel. Mais cette fois-ci, elle montra son projet ! Caroline dit que pour être entrepreneur, il faut être persévérant, avoir du charisme, être à l'écoute et dans un fonctionnement collectif. Elle dit aussi qu’il faut avoir des idées et savoir construire et animer un réseau.

Caroline a longuement voyagé au Mexique et en Colombie. Elle a travaillé dans la production musicale, un fantasme que j'avais besoin de réaliser. Elle souhaiterait rencontrer Nelson Mandela, pour la paix qu'il a réussi à cultiver malgré la souffrance qu'il a subit. Elle aimerait aussi rencontrer Marion Cotillard, pour son succès et sa conscience de l'environnement.


Elle a récemment commencé à faire du théâtre car elle avait envie de travailler sur les différentes émotions et personnages du quotidien. Elle fait aussi du chant de flamenco, pour comprendre comment fonctionne cette musique, ce qui l'aidera lorsqu’elle commencera à danser. Enfin, Caroline fait aussi des massages thaïlandais, qu’elle a appris à faire lors d’un stage il y a 3 ans.

Memet KEMALOGLU, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018

Dans un premier temps, il serait bon avant même d’énoncer les raisons qui m’ont poussé à choisir le Sénégal comme destination, d’expliquer mon implication et ma rencontre avec YES Akademia. YES Akademia se présente comme une ONG qui souhaite nous inculquer des valeurs telles que la diversité, le leadership, la solidarité, la créativité, l’ouverture d’esprit, le respect et le partage à travers des ateliers pendant toute l’année scolaire, un voyage de 45 jours pour faire la rencontre d’hommes et de femmes vivant aux quatre coins du monde et à notre retour, un projet dans l’associatif, que ce soit en France ou dans le pays dans lequel nous avons voyagé. Ce projet est incroyable mais il y a une chose qui dépasse tout cela, c’est l’esprit de famille qui règne dans cette ONG, ce que l’on appelle entre nous la “YakaFamily” ! Cet état d’esprit transcende toutes les activités que nous faisons pour en réalité vivre une aventure qu’on ne pourrait qualifier avec de simples mots…
               Pourquoi le Sénégal ? Nous avons eu un atelier sur le Sénégal un samedi après-midi et cela m’a de suite donné envie d’aller à la rencontre des sénégalais et sénégalaises. Pour cette occasion, des anciens lauréats de YES Akademia sont venus témoigner de leurs expériences et ce qui ressortait d’une manière générale, c’est que ce voyage a changé (positivement) la vision de chacun et chacune de l’autre. Autrui nous est étranger, inconnu car nous ne sommes encore jamais allés à sa rencontre.
Mais une fois qu’on enlève toutes ces barrières mentales, territoriales, on se rend compte qu’en réalité, il n’y a que des hommes et des femmes qui sont là pour partager leurs différentes expériences, et selon moi, c’est de la sorte que l’humain s’enrichit réellement.
Je sais que je pourrai énormément apprendre des sénégalais et sénégalaises. Par ailleurs, YES Akademia va nous offrir l’opportunité pendant notre voyage de visiter l’île de Gorée, ce qui sera un moment exceptionnel car je porte beaucoup d’intérêt pour la question de l’esclavage.
               Je compte mettre en place, avec l’aide de mes camarades, différents ateliers tournés autour de questions politiques, organiser des débats où chacun et chacune pourra, dans le respect et la tolérance, exprimer mon avis sans être jugé.
Enfin, c’est un projet assez fou mais j’aimerais créer un évènement en fin de voyage autour d’une activité d’expression avec des locaux. Cela pourrait se matérialiser par une pièce de théâtre ou encore une approche de l’éloquence, j’espère bien, avec le soutien de mes camarades, aller au bout de ce projet.

Khawla Chater KAMMAS, 4ème promo PRESS START, entreprise d’expositions artistiques et engagées

26 ans, née en Algérie, habite à Marseille, PACA

Khawla a fait l'université à Aix Marseille et a entendu parler de Press Start via son service civique. Elle aimerait approfondir ses savoir faire qu'elle a acquise lors de son service civique. Elle a déjà créé une page Facebook vendant des produits personnalisés qu'elle confectionne. Pour être entrepreneur, elle dit qu'il faut persévérer et avoir confiance en soi.

Khawla aimerait plus tard via son projet faire des expositions photos engagées, vendre ses créations artistiques liées à la peinture (sur toile, porcelaine, tissu) et aider socialement et culturellement toutes personnes partageant des valeurs éthiques et engagées. Elle a été chroniqueuse à la radio (Gazelle) qui lui a permis de toucher à une grande audience et véhiculer un message de soutien à des causes sociales.

Khawla a réussi à faire un diplôme de photographie à distance. Elle aimerait surtout être utile à soi même et à un maximum de personnes. Elle est bénévole à Hameb Marseille, une association qui lutte pour les droits du peuple Rohingya. Elle organise aussi des maraudes avec les sans-abris à Marseille.

Riad KHENOUNE, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018

Riad Khenoune a 22 ans et est étudiant issu d’un DUT GACO. C’est un grand passionné de Football qu’il aime pratiquer mais aussi suivre les championnats. Cependant il est également très investi dans l’apprentissage et l’éducation des enfants. Etant issu d’une grande famille, pour lui, l’éducation et l’apprentissage sont importants pour les enfants. Son projet serait de partir en voyage humanitaire et de s’engager auprès des enfants dans des écoles de village et leur apprendre l’alphabet, les chiffres, les couleurs ainsi que des comptines. Cela leur permettra d’avoir une ouverture et des connaissances en plus. Il souhaiterait se rendre par exemple chaque matin ou chaque après-midi dans des classes et animer des ateliers ludiques pour les élèves. Il pourrait également organiser des mini-tournois de football afin de leur partager aussi sa passion de ce sport.

Il attend de son mentor une écoute considérable et des conseils afin d’être accompagné au mieux dans ses démarches et ses initiatives dans le cadre de ce projet.

Eric LA, 4ème promo PRESS START, projet de photographie à Toulouse

Bonjour, moi c’est Eric, 21 ans et j’habite Paris. En septembre 2018 je déménage à Toulouse pour aller à l'université paul sabatier 3 (campus à Tarbes, à 100km de Toulouse).

J’ai fait des études dans le commerce et le Management, cependant, dégouté du domaine et du métier de commercial, j’ai ainsi décidé de faire une année sabbatique pour réfléchir sur mon projet d’avenir. Je suis actuellement le président d’une Association Etudiante, The Happiness Factory qui est une association événementielle. Cette aventure m’a insufflé la volonté de mener un projet solidaire (Meet’Asso : Favoriser la coopération entre les associations), en service civique au sein d’Unis-Cité, au sein du programme Rêve et Réalise.

A travers ce programme, j’ai pu étudier et en apprendre plus sur le monde de la solidarité, et de même, me découvrir des compétences, jusqu’à présent insoupçonnés. C’est d’ailleurs ce programme qui m’a redirigé vers le programme Press’Start de Yes Akademia, qui m’a provoqué un véritable « déclic » : J’ai pris confiance en mes compétences et me suis révélé une passion pour la photographie.

Aujourd’hui, j’ai pour vocation poursuivre mes études dans l’entrepreneuriat/Management de projets, de devenir photographe indépendant, et de créer une association de sorties et d’expositions de photos dans toute la France.

Un dernier projet serait de monter une chaine YouTube « Les Ateliers Déclics » à destination des étudiants, jeunes ou moins jeunes, qui exposera de manière animée (cartoon) des ateliers, schémas de connaissances et de développement de soi.

Pour le choix de mon mentor :

Bonus :

Louise LABORIE, 7ème promo IMPOWER, pas de voyage encore avec YAKA

Louise a 22 ans et est actuellement en train de terminer son master 2 en droit public à La Sorbonne. Elle est lauréate de la 7e promotion de YAKA depuis novembre 2017. Elle a rejoint YAKA car elle voulait trouver des clefs pour s’engager dans les domaines de la solidarité et l'interculturalité à travers des actions pratiques et utiles.

A partir de juin, elle sera en stage dans un cabinet d’avocat spécialisé en droit d’asile et en droit des étrangers pour une durée six mois et elle ne voyagera donc pas avec YAKA cet été.

Elle souhaite profiter de son expérience en stage, ainsi que de ses expériences de terrain passées avec les réfugiés (elle a notamment donné des cours de français à Paris et a été bénévole à Calais durant un mois) pour entreprendre son projet de 3ème phase dans ce domaine.

Relation avec son mentor : elle souhaite quelqu’un qui puisse lui donner un avis éclairé, avec qui elle puisse discuter et qui soit en mesure si nécessaire de la secouer s’il constate une baisse de motivation.  Elle aimerait que de préférence son mentor travaille dans le domaine de la solidarité/de l’humanitaire ou droit politique mais cela n’est pas obligatoire.

Pauline LAZARD, 4ème promo PRESS START lieu de vie et de rencontre incluant un espace de coworking pour les habitants à Romainville et les villes environnantes telles que Les Lilas et Bobigny.

29 ans, résidente à Romainville, 93, Ile-de-France

Pauline a connu Press Start grâce au Moovjee et elle cherche vraiment le déclic pour son projet pour oser faire le premier pas. Elle souhaite rencontrer d'autres porteurs de projet afin d'échanger avec eux sur les différents blocages respectifs et les objectifs de chacun et de rencontrer des personnalités inspirantes qui pourraient aider à développer son leadership. Elle souhaite rencontrer des experts et créer des ateliers pour bâtir son projet et évaluer la faisabilité. Elle a étudié à l’Université Paris Dauphine et l’Université Paris 8 St-Denis

Pauline a fait du WWOOFING en Australie et elle a hâte d’en faire à Os Figueiros près d’Albi pour apprendre certaines techniques et logistique liées à l'agriculture, un secteur avec lequel elle souhaiterait travailler. Quand elle est allée en Australie, elle a eu le courage de quitter son CDI dans un grand groupe international pour vivre son rêve : vivre au rythme de la nature et faire des rencontres extraordinaires. Elle est partie avec 1500€ et elle a réussi à traverser le pays pendant 1 ans, en vivant chez l'habitant, en voyageant en stop, en bateau, en camion, en trouvant des petits boulots au fil des rencontres humaine ! Elle dit que ce voyage résume bien sa philosophie de vie : “qui ne tente rien n'a rien !”

Pauline a été auto-entrepreneur pendant plus d'un an avant de déménager à Nantes. Elle était chargée de projets événementiels auprès de différentes agences. Elle a rejoint le Moovjee en tant que responsable de la communication en 2017 afin de découvrir cet écosystème, rencontrer une communauté d'entrepreneurs, une diversité de projets dans tous les secteurs d'activité et participer à des événements dédiés. Pour être entrepreneur, Pauline dit qu’il faut avoir de la passion, de l'audace, de l'énergie, de la détermination et de l'optimisme !

Le projet de Pauline est de créer un lieu de vie et de rencontre pour les habitants des environs (Romainville, Les Lilas, Bobigny...). Ce lieu sera surtout dédié aux enfants, aux futures mamans et aux jeunes mères. Ce lieu aura un espace de coworking pour les entrepreneurs, free-lance du quartier avec une proposition de restauration le midi avec des produits locaux et si possible bio, café et gâteaux. Il y aura aussi des ateliers de 16h30 à 18h30 et le mercredi dédiés à l'éveil des enfants (apprentissage de la langue des signes, yoga pour les tous petits...), des ateliers pour les futures et jeunes mères (yoga prénatal, cours de cuisine adaptés à l'âge de leurs enfants...). Dans cet espace, Pauline exposera des artistes des quartiers avec une soirée de rencontre et d'échange.

Plus tard elle aimerait développer ce même projet avec les populations locales à l’international pour aider le leadership féminin. Elle aimerait pouvoir allier travail et passion dans un environnement paradisiaque : pouvoir vivre au bord de la mer pour plonger et surfer en rentrant du travail)

Ses inspiration, ses activités bénévoles, associatives et culturelles :

Pauline aime beaucoup Emma Watson car c’est une femme de sa génération, ancrée dans son temps, intelligente, cultivée, féministe, moderne et qui utilise sa notoriété pour des nobles causes (droits des femmes, ONU...).

Pendant près de 10 ans, elle a donné des cours de soutien scolaire à des enfants autistes et dyslexiques. Une des petites filles qu’elle a accompagnée est aujourd’hui au collège avec des copines, ce qui est une grande réussite ! Elle est bénévole sur les Solidays depuis 2007, la prévention vis-à-vis du Sida, ce qui est un sujet qui lui tient à cœur depuis son adolescence. Elle fait de la danse contemporaine depuis 22 ans. La danse est son exutoire, alliant l'art et l'effort physique.

François Dukenson LOUIS, 7ème promo IMPOWER, pas de voyage encore avec YAKA

François Dukenson LOUIS a 22 ans et il prépare actuellement une licence professionnelle en informatique industrielle à l’université Paris-Sud. Après l’obtention de sa licence, il souhaite poursuivre en école d’ingénieur. Dans la vie de tous les jours, c’est une personne plutôt réservée mais curieux tout de même. Il aime les arts martiaux, raison pour laquelle il va se mettre au judo.

Dernièrement, il a entendu parler du concours d’éloquence et a eu la chance d’assister à une finale de ce dernier. Au regard des prestations, il a été impressionné.

Né et ayant vécu en Haïti, il a eu pour idée de faire un concours d’éloquence interscolaire là-bas. Durant son vécu en Haïti, grâce à son lycée, il a pu participer à plusieurs concours interscolaires sur d’autres thématiques comme la culture générale ou encore l’histoire nationale. Ainsi, par sa propre expérience il sait que le milieu scolaire haïtien prête beaucoup d’attention à l’art oratoire.

Cette année, il n’aura pas la chance de voyager avec YAKA, ayant d’autres obligations durant l’été, mais il va profiter de sa seule semaine de vacance pour se rendre en Haïti et commencer à travailler sur son projet sur place. Il compte présenter son projet à son ancien lycée qui a l’habitude d’organiser ce genre d’événements. En cas d’acceptation, ce projet pourrait être intégré dans le cadre de leurs différents événements. Sinon, il compte solliciter d’autres écoles à y prendre part. Il a déjà effectué des démarches auprès de ses camarades, des anciens professeurs qui sont en Haïti pour les solliciter.

Pour lui ce projet s’apparente à une façon comme une autre de donner la parole à la jeunesse haïtienne dans leur pays, d’être capable de se faire entendre et aussi de cultiver leur confiance en eux.

La communication est la base de toute bonne entente, il aimerait que son mentor puisse faire preuve d’écoute et surtout le conseiller par rapport à la mise en place de son projet.

Camille MAURY, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018

Camille a 22 ans et est actuellement étudiante spécialisée en Droit social. Elle est née à Paris et y a toujours vécu. Cependant, sa famille est originaire de Corrèze et elle y a passé une grande partie de son enfance lors de ses vacances et de certains weekends. Aujourd’hui encore il lui plaît de s’y rendre pour laisser de côté le stress parisien et pour profiter de l’air pur de la campagne. Ce contact qu’elle a avec la nature depuis toute petite la pousse aujourd’hui à en prendre soin. Ses randonnées en montagne l’ont également fait prendre conscience de l’importance de la préservation de notre environnement. Elle essaie alors d’adopter dans sa vie quotidienne des gestes et des habitudes qui respectent au mieux la nature.

Elle privilégie les moyens de transport écologique, elle recycle, elle limite les emballages, elle réduit sa consommation d’eau en réduisant sa consommation de viande, elle privilégie les produits réutilisables, et elle installe actuellement un lombricomposteur à son domicile.

 

Ces gestes peuvent également avoir un impact sur le bien-être humain qui selon elle est en lien étroit avec la préservation de la nature et qui est un autre de ses objectifs dans sa vie. Elle compte d’ailleurs intégrer un master d’ergonomie l’année prochaine dans un but de devenir ergonome et ainsi participer à l’amélioration des conditions de travail des salariés.

 

Pour son projet de troisième phase elle souhaite alors s’investir dans ces thématiques du bien-être et/ou de l’écologie. Une de ses idées serait de développer le compostage dans les écoles/collèges/lycées en incitant les cantines à trier leurs déchets et en organisant des ateliers avec les élèves qui réaliseraient eux-mêmes le compost dans leur établissement.

Avec un peu de chance, cette approche pourrait par la suite les inciter à réaliser le même processus chez eux. Ce projet pourrait également être réalisé auprès des cantines d’entreprise ou auprès de n’importe quel restaurant. Un mentor pourrait alors dans cette optique l’aider à entrer en relation avec ces institutions et l’appuyer pour trouver les fonds nécessaires à la construction des composteurs. Concernant les établissements scolaires, la Mairie de Paris pourrait par exemple se révéler être un soutien financier.

Elle reste cependant ouverte à d’autres propositions de projets sur les thèmes du bien-être et de l’écologie.

Laura MICHEL, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018

 

 

 

 

A propos d’elle : 23 ans, étudiante en Master 1 Management International à La Sorbonne et diplômée d’une licence en Marketing et Communication.

Ses passions : la danse, la cuisine, les sports nautiques, les relations humaines, les voyages…

 

Thèmes généraux de projets / Domaines de préférences du mentor

 

Commerce équitable

 

Photographie/Vidéo/Écriture

 

Développement de projet et partenariat

 

Ses ébauches de projets

 

- Projet photo et d’écriture - (projet collectif)

 

Figer l’instant par la photo, telle est sa volonté pour restituer une part de l’aventure qu’elles vont allons vivre à Galtare avec ses habitants. Laura programme avec Nour et Clémentine (lauréates participantes au voyage en Inde) de combiner la photo et l’écriture afin de conter leur expérience sur place. Le thème de ce reportage photo reste encore à définir, parmi les pistes voici quelques idées : portrait d’habitants et leur histoire respective, le rituel et les coutumes des femmes, la vie du village de Galtare et ses habitants…

 

-Développement d’un cinéma itinérant-

 

En échos au projet de développement d’un cinéma itinérant au Sénégal pour l’été 2018, il serait intéressant de reprendre le partenariat et de développer ce même projet en Inde pour l’été 2019. Les problématiques seront donc d’évaluer la faisabilité sur place au village de Galtare, de discuter des contenus à diffuser et de créer des partenariats sur place pour faciliter l’installation.

 

-Partenariats d’associations locales et de marques commerciales pour le développement de produits « équitables et solidaires »- (projet personnel)

 

Sur le modèle du partenariat réalisé par Monoprix avec l’association World Fair Trade Organization, il s’agirait de mettre en relation des associations locales, des créateurs et des marques pour développer des produits « responsables ». Pour l’anecdote, cette idée lui est venue en achetant un sac en tissu fabriqué artisanalement et soutenant par ce fait l’émancipation de femmes marginalisées en Inde à devenir économiquement responsable.

 

Intéressée par cette dimension de commerce équitable, Laura aimerait lors du voyage en Inde investiguer sur les partenariats d’associations à créer sur place comme l’hôpital BAKTIVEDANDTA ou avec l’éco village GOVARDHAN, avec lesquels YES Akademia a déjà eu un premier contact et qui serait enclin à développer ce type de projet.

 

 

Profil du mentor idéal

 

Un coach qui pourrait l’emmener hors des sentiers battus pour faciliter son inspiration. Un coach pour l’encourager et la libérer de ses appréhensions. Bref, un coach pour partager également les futures réalisations !

PS : un coach qui s’y connaît éventuellement dans le domaine du commerce équitable et/ou du développement international.

Ayafine MOUHAMAD IBRAHIM, 7ème promo IMPOWER, pas encore de voyage avec YAKA

Ayafine a 16 ans, avec son entourage elle était un peu "folle" mais avec YAKA elle est devenue quelqu’un de calme, discret et elle reste tout de même une personne joviale. Elle voulait faire partie d’une association, devenir actrice de changement et rencontrer des personnes pour partager ensemble, profiter de leurs savoir et avec YAKA elle a pu trouver des personnes qui partagent les mêmes ambitions qu’elle sans être jugée.

Son projet de 3ème phase était à la base d’intervenir dans des classes de primaires pour pouvoir les sensibiliser au harcèlement mais devant l’impossibilité d’intervenir dans des classes, une autre idée lui est venue à l’esprit : mobiliser les livres. Elle a toujours été passionnée par la lecture mais une fois qu’elle a lu un livre, elle ne sait plus quoi en faire et elle est certaine que beaucoup de personnes sont dans la même situation. Afin que ces livres profitent à tous, son projet consiste à récolter un maximum de livres pour les orphelinats ou les hôpitaux. Elle pourrait mettre en place une mini-bibliothèque ou les personnes pourront prendre des livres et s’échanger des livres à leur guise.

Pour elle, le mentor idéal serait quelqu’un qui aurait une profession en contact avec les enfants car c’est pour eux qu’elle veut monter ce projet ou qui serait en contact avec des hôpitaux ou des orphelinats. Ayafine espère développer avec son mentor une relation d'aide, d’engagement mutuel, d'échanges et d'apprentissage, dans laquelle il lui ferait profiter de sa sagesse acquise et de son expertise dans le but de favoriser le développement de son projet. Elle souhaite qu’il la motive et qu’il l’accompagne en la guidant. Une personne en qui elle aurait confiance et qu’elle voudrait prendre en exemple et lui ressembler.

Robbynne MUKENA YALA, 4ème promo PRESS START, création de la marque en ligne de vêtement prêt à porter, Rojoya

21 ans, née à Kinshasa, Robbynne habite à Bondy en Seine-Saint-Denis, Ile-de-France

Robbynne est allée à Emile Dubois dans le 14ème arrondissement pour sa formation BTS Assistante de Gestion. Pendant cette formation, elle a fait un projet de développement de la PME qui avait beaucoup de problèmes financiers et elle a réussi à faire face à cela !

Robbynne aimerait créer sa marque de prêt à porter et combiner le digital. Le nom de sa marque sera Rojoya, venant de différents prénoms (RO, les deux premières lettres de son prénom ; JO, les deux premières lettres du prénom de sa mère Joséphine ; YA, les deux preimères lettres de son nom de famille Yala). Rojoya est une marque de prêt à porter sur internet qui sera à son image streetwear/chic dédiée aux femmes et jeunes femmes à l'international.

Elle aura aussi une application Rojoya pour promouvoir la diversité de la beauté des femmes. Robbynne aime la mode et elle aimerait partager sa vision. Elle est créative et aimerait que ses produits mettent en valeur le corps de la femme sans être vulgaire. Elle a hâte de travailler avec des futurs employés dans de très bonnes conditions.

Elle a entendu parler de Press Start par la mission locale de sa ville et a voulu participer parce qu’elle espère que cela sera un vrai tremplin pour Rojoya ! Robbynne est quelqu’un qui sait saisir les opportunités qui s’offrent à elle. Elle fait du sport en salle fitness et adore la streetwear.

Lors de Press Start, Robbynne espère acquérir lors de Press Start de solides bases pour le futur, prendre en confiance, ne pas avoir peur de prendre des risques car elle veut vraiment se lancer dans l'entreprenariat avec Rojoya. Elle a hâte de sortir de sa zone de confort et “mettre en pratique la pyramide de Maslow” dans sa vie.

Elle a toujours rêvé grand depuis le lycée et elle a la volonté d’apprendre pour mieux apprivoiser le futur. Au fond elle a toujours été ambitieuse mais n’était pas assez convaincu par soi même. Après avoir effectué son tout premier job, cela l’avait “anéanti” et elle a rapidement eu la volonté de vouloir être libre via l’entrepreneuriat. Pour être entrepreneur selon Robbynne, il faut être ambitieux (rêver grand), être courageux, consciencieux, vouloir être libre, déterminé et passionné

Grâce à Press Start, Robbynne compte avoir encore plus confiance en soi, montrer son côté de battante, mettant plus de culot et d’audace dans ses projets et s’accomplir dans tous les domaines de sa vie ! Elle souhaite être une inspiration pour les autres dans sa vie et via sa marque ! Enfin, elle aimerait être heureuse dans tous les domaines de sa vie et dans la meilleure version de soi-même ! Robbynne incarnera tout cela.

Laura PRUDHOMME, 4ème promo PRESS START, projet de formation digitale autour de la communauté, la sexualité et l’égalité des genres.

22 ans, résidente à Marseille, PACA

Ayant fait ses études au CNED (Paris Sorbonne),  Laura a entendu parler de Press Start via un ancien lauréat. Elle n’a jamais fait du WWOOFING et a hâte d’être à la ferme à Os Figueiros en mai 2018. Laura est toujours à la recherche de nouvelles idées à mettre en œuvre. Etant dans le domaine de la vidéo, et voulant faire de l'éducation sexuelle sur le web, elle souhaite être auto-entrepreneur pour acquérir une liberté d'expression. Pour être entrepreneur, Laura dit qu’il faut des idées, de la motivation et surtout de la patience.

Laura souhaite développer un concept autour de la communication, la sexualité et l'égalité des genres, avec une partie sur le terrain et des formations pour les écoles, les entreprises. Une autre partie du projet sera sur le web avec des contenus vidéos (exemples : documentaires, web-série, court-métrage)

Laura est partie 6 mois seule à l'étranger dans le but d'apprendre l'anglais et développer son potentiel vidéo. Elle adore Freddie Mercury, parce que "I want to break free" de Queen en 1984 ! Elle aimerait combattre le sexismejusqu'à son abolition ! Laura est bénévole chez Coexister Marseille depuis 2017 en tant que secrétaire et responsable communication. Elle couvre la communication des événements et il lui arrive aussi de les organiser aussi.

Ioana RADU, 4ème promo PRESS START, entreprise d’ateliers de photographie et création visuelle pour les mineurs réfugiés en Grèce

30 ans, née à Ploiesti en Roumanie, résidente à Paris et emménage en Grèce en automne

Ioana a étudié à la Free University of Amsterdam et a découvert Press Start sur le site de l'Auberge de la Solidarité. Elle a voulu se joindre à l’aventure grâce à son intérêt particulier à l'entrepreneuriat responsable, l'ESS, le développement durable, et l'innovation sociale. Ioana a un fort désir de travailler en autonomie et en synergie avec une équipe dirigée par la solidarité et l'action sociale.

Ioana a toujours documenté son travail à travers la photographie et son projet entrepreneurial serait de créer un atelier de photographie et de création visuelle pour les mineurs réfugiés, comme un moyen de raconter par leurs propres perspectives l'histoire de la communauté qu'ils vivent tous les jours, en utilisant la narration et les matériaux visuels. Elle souhaite rassembler des jeunes migrants pour qu'ils s'impliquent dans des essais photographiques et vidéos courts métrages, qui pourront constituer des témoignages capables de déclencher des actions personnelles et sociales.

Ioana aimerait partager ses expériences d'entrepreneuriat et apprendre des connaissances d’autres entrepreneurs dans le groupe. Ioana a fait un stage de service civique à Lisbonne, lorsqu’elle a pu développer un projet de rue visant à réduire l'analphabétisme et à augmenter la motivation pour l'apprentissage parmi les enfants et les jeunes issus de milieux défavorisés. A ce moment là elle s’est tellement impliquée dans le travail socio-éducatif et entrepreneurial que c'est devenu sa passion. Au fil des années elle est restée active dans ce domaine stimulant et enrichissant où l'autonomisation de chacun occupe une place de très grande portée. Ioana fait du bénévolat pour l'association Utopia56, qui milite pour les droits des réfugiés nouvellement arrivés; elle accompagne les mineurs migrants vers les lieux de mise à l’abri et elle va chercher les personnes mises à l’abri.

Pour être entrepreneur, Ioana dit qu’il faut être curieux, débrouillard, résilient, bienveillant, adaptable, passionné. Elle dit que dans toute action entreprise que l’on doit sortir de sa zone de confort, qu’il faut de l'audace pour prendre des risques, de l'envie pour apprendre à apprendre, et surtout croire en ses projets.

Ioana a été médiatrice sociale et culturelle indépendante, lorsqu’elle a aidé et facilité le processus d'inclusion sociale pour les communautés marginalisées de familles roms, récemment déménagées de Roumanie à Berlin. Elle a aussi été facilitateur d'apprentissage, soutenant les écoliers défavorisés avec leurs devoirs et leurs activités extra-scolaires dans un centre socioculturel qui sert de point de rencontre entre les habitants et les nouveaux arrivants.

Ioana adore Miles Davis, parce qu'il fut à la pointe de beaucoup d'évolutions dans le jazz et s'est particulièrement distingué par sa capacité à découvrir et à s'entourer de nouveaux talents. Elle adore surtout sa citation: “Do not fear mistakes - there are none.”

Alice N TAKPE, 4ème promo PRESS START, restaurant kebab bio en Côte d’Ivoire avec des produits locaux 

29 ans, née et résidente à Villeneuve-Saint-Georges, 94, Ile-de-France

aliciabucks@hotmail.fr 

Alice est allée à l'école Greta à et elle a entendu parler de Press Start grâce à une ancienne lauréate de la 3ème promotion de Press Start. Son objectif principal à Press Start c'est de mieux savoir comment monter son entreprise en Côte d'Ivoire et mieux mettre en place l'économie sociale et solidaire.

En 2013 lors d’un long séjour en Côte d’Ivoire, Alice a rencontré la gérante canadienne d’un restaurant Face Food. Cela l’a poussé à faire des recherches sur le type de clientèle et le prix des loyers dans ce quartier. Elle a commencé à évoquer ce projet à ses proches de manière très déterminée et elle est restée motivée depuis. Elle souhaite motiver ses futurs collaborateurs avec qui elle travaillera pour son projet et conserver une âme de leadership. Alice dit que pour être entrepreneur il faut savoir prendre des risques et ne pas compter ses heures tout en faisant des sacrifices, tout en étant déterminé, avec un esprit créatif et innovant. Elle dit aussi qu'il faut avoir un bon sens du relationnel et savoir bien s’exprimer.

Le projet d'Alice est de créer un kebab, un produit très apprécié par la jeunesse plus précisément par les expatriés et touristes. À long terme elle souhaite implanter une chaîne de restauration rapide solidaire via l’utilisation des produits locaux bio comme la patate douce, la banane plantain (pour remplacer les frites), le jus de passion, le jus d’hibiscus, le jus de gingembre et le jus de bissap (pour remplacer les boissons importer). Elle souhaite faire ce projet pour valoriser les produits locaux et ainsi participer à la vie économique de la Côte d’Ivoire notamment Abidjan.

La personne qui inspire Alice est Jeff Bezos, le créateur d'Amazon car elle dit que c'était une idée à laquelle personne ne croyait : le commerce de livre et de CD sur internet à longtemps était critiqué pour ces investissements à perte jusqu’à 5 ans après le lancement du site, et qu'il n'a jamais fait machine arrière, n'a jamais baissé les bras.

Le rêve d'Alice est que l’Afrique soit stable économiquement et indépendante. Elle rêve de voir l’Afrique utiliser la nouvelle technologie comme les panneaux solaires

Alice participe une fois dans l’année à des maraudes afin d’ apporter de l’aide aux plus démunis et elle fait partie de l’association l’Araf (Association communautaire Ivoirienne). Avec les jeunes de l’association ils ont mis en place des outils pour effectuer des cours de langues maternelle.

En mai 2018 elle a signé un CDI et compte se stabiliser professionnellement et économiser tout en développant toujours son projet. Elle projette dans peu de temps un voyage en Côte d’Ivoire pour pouvoir commencer à faire son étude de marché.

Pour son projet d’ouverture d’un fast-food bio en Côte d’Ivoire elle souhaite être accompagnée d’un mentor “assez visionnaire, talentueux  qui souhaite me faire bénéficier de son expertise sur certaines problématiques que je pourrais rencontrer, pour appréhender avec justesse les enjeux et toutes les étapes nécessaires pour que mon entreprise voit le jour et perdure.”

Alice dit :

“J’accepte l’idée de communiquer régulièrement à distance.

- Idéalement Je souhaite que le Mentor ait déjà créé son entreprise en Afrique,  

-Je souhaite qu’il m’apporte encouragements, motivation

-Et surtout je souhaite qu’il m’apporte une grande aide dans la mise en place de mon business plan.”

Alice NICOLAS, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018

Étudiante en L3 d’Arts Plastiques mention Photographie à l’Université Paris VIII, Alice  s'intéresse aux créations artistiques collaboratives. L’engagement associatif est très important pour elle au point qu’elle aimerait se professionnaliser dans ce milieu. Le projet audiovisuel au Sénégal qu’elle va mettre en place avec Justine Gégout est l’opportunité de mettre en pratique ces engagements dans un projet solidaire. Ce projet valorisant l’échange d’égal à égal est dans la continuité de son travail artistique. Il lui permettra de transmettre les apprentissages reçus dans le cadre de sa formation. Ses expériences précédentes seront également une base pour construire ce projet. Elle a notamment réalisé l’année dernière un projet photographique avec les résidents aux Grands Voisins, lieu associatif mêlant hébergements d’urgence, associations et ateliers d’artistes.

Son projet de troisième phase sera dans la lignée de cet échange artistique au Sénégal. Dans un premier temps, Alice et Justine organiseront une ou plusieurs exposition à leurs retours. Alice aimerait ensuite s'engager dans d'autres projets similaires, pour se professionnaliser. Son projet de troisième phase sera directement lié à un objectif pas si évident: espérer un jour trouver un travail dans le milieu artistique et associatif.

En ce qui concerne le mentor, elle imagine quelqu'un qui l'aiderait à dépasser ses limites, ses peurs. Elle pense qu'un avis extérieur peut être très utile pour dédramatiser les choses et partager une autre expérience. Pour le niveau professionnel, elle souhaiterait de préférence une personne qui connaît les milieux dans lesquels elle aimerait travailler, pour l'aider à percevoir leur fonctionnement et éventuellement partager avec elle son réseau. Elle imagine malgré tout des échanges assez informels, et une chouette rencontre.

Nicolas NIETO, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018

D’origine Vénézuélien mais né à Miami, ma vie à été fortement marqué par l’importance du multiculturalisme. Avec une contradiction constante entre le monde de mes parents et celui du jeune américain avec lequel je me sentais plus attaché, la flexibilité culturelle a toujours été un des fondements importants de ma personnalité.

Passionné par l'étranger, je suivais des cours de japonais, et j’essayais d’enrichir ma vie avec la connaissance d’un monde qui semblait de plus en plus diverse avec chaque découverte dès un très jeune âge. J'ai eu l'opportunité en déménageant à paris à mes 13 ans, de vivre dans un continent qui m’a transmis l'expérience d’une société que la littérature et la philosophie ont du mal à démêler.

Par mon trajet non-orthodoxe, la connaissance de personnes d’origines et de nationalités diverses m’ont permis d'apprécier l'éventail culturel que constitue la société mondialisée en me permettant d'apprécier les sensibilités éthiques de différents peuples. Dans ce contexte, j’ai pu réaliser, qu’une connaissance partielle de la complexité culturelle humaine est essentiel pour la bonne coordination de la société mondiale dont on est tous citoyens.

C’est pour ces raisons, que face à ma rencontre avec une lauréate du programme Impower de YAKA, qui m’a raconté sa trajectoire avec l'association, mon intérêt pour l’association et les valeurs que je partageais pour leur cause, m’a incité à adhérer à la 7éme promotion du programme.

Par leurs programmes orientés vers l’humanitaire et le développement, ils m’ont permis de découvrir l'économie du développement, secteur dans lequel je souhaite me spécialiser une fois mes études à paris 1 achevés. Que ça soit pour leurs ateliers, ou leurs initiatives de projets sociaux, cette première phase m’a donné dans le peu de temps depuis que je l’ai débuté en novembre, les outils pour m'orienter vers ce que je considère ma place dans le monde.

Le voyage en Inde qu’ils proposent, comme deuxième phase, me permettra d'apprécier une réalité du monde que je n’ai pas encore eu l’opportunité de découvrir et que je souhaite, me formera à saisir les attentes du monde en voie de développement. Par le projet de troisième phase je voudrais faire un travail qui relie l'économie et la finance au financement de projets de développement dans des pays où la recherche de ces prêts est laborieuse et compromettante.

Cela permettra de donner à des personnes les capacités d'élaborer des projets de développement, qui puissent être bénéfiques pour leur commune, municipalité, ville ou département.

Sophie QUARESMA, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018

Sophie Quaresma Pruvost-Oliverira est actuellement en terminale littéraire. C’est une femme très sportive qui fait de la danse, de la dancehall plus précisément. Elle est également modèle photo à ses heures perdues. Elle est passionnée d’art, quel qu’il soit. Elle estime qu’il faut aider son prochain lorsqu’on en a les moyens, la possibilité. Ne serait-ce qu’un sourire c’est gratuit et ça réchauffe le cœur. C’est pour cela qu’elle est impliquée dans le domaine associatif depuis bientôt deux ans. Elle s’y est intéressée assez tôt et compte bien continuer dans cette voie.

Cet été elle part en voyage d’immersion au Sénégal. Elle n’a pas encore de projet déterminé mais quelques idées:

Ces quelques idées doivent être formalisées avec l’aide de son mentor. Toutefois, Sophie ne se ferme pas à l’idée que son immersion au Sénégal soit un déclencheur et qu’elle soit inspirée.

Elle attend énormément de son mentor. Qu’il l’accompagne de A à Z car elle n’a, jusqu’à présent, jamais monté de projet. Elle aimerait qu’il soit sur Paris ou aux alentours afin qu’elle puisse le voir et discuter de vive voix avec lui. Elle se définit comme très têtue donc elle aimerait un mentor qui la soutienne et qui soit diplomate avec elle. Elle a beaucoup de mal à demander de l’aide il faudra donc qu’il fasse preuve de discernement pour la motiver et se montrer présent.

Yassine SAHRAOUI, projet de média alternatif pour mettre en avant des acteurs culturels de la région Grand Est.  

25 ans, né à Sarreguemines, résident à Metz.

Yassine a un BPJEPS (Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et des sports) de la CFA Camille Weiss à Forbach. Il a connu Press Start grâce à l'association Banlieus'Art. Yassine a l’expérience à rédiger des projets, les mettre en oeuvre et assurer le bon fonctionnement de l’organisation ainsi que des équipes pédagogiques. En juillet 2017, Yassine a été directeur de centre aéré où il a eu une première expérience en tant que leader.

Tous les projets antérieurs de Yassine portait essentiellement sur la responsabilisation et émancipation, des valeurs qui sont selon lui sont ancrées dans entrepreneuriat. Avec Press Start, Yassine souhaite accroître ses connaissances entrepreneuriales afin de pouvoir répondre convenablement et efficacement à ses projets personnels et associatifs

En devenant social marketer depuis 2016, Yassine a travaillé pour deux sociétés dans le marketing de réseau. Son but est d’atteindre une liberté financière, en toute autonomie en étant son propre patron, afin de mener à bien ses projets personnels. Selon Yassine, les qualités à avoir quand on veut devenir un entrepreneur sont avant toutes choses des valeurs, tels que l'authenticité, le sens des responsabilités, le respect (des règles, de soi et des autres), l'audace, des qualités en communication, faire preuve de recul, savoir déléguer, savoir prendre des risques, la bienveillance et l'ambition etc.

Porté par les valeurs de l'ouverture aux autres, de l'échange, de l'unité et de l'indépendance, Yassine a ce projet qui mettra en avant les principaux acteurs culturels de la région Grand Est. A une époque où l’ère est au numérique, où les médias traditionnels ont pour la plupart tendance à se dématérialiser, Yassine souhaite créer un média alternatif, s'appuyant sur le pouvoir des réseaux sociaux, afin de promouvoir les cultures urbaines en Moselle (puis en France/Europe).

Malgré les différents médias locaux qui se déplacent rarement aux événements hip hop, il n’y a pas de médias spécialisés dans le domaine. Yassine aimerait montrer les différents aspects de la danse. Considérée pour beaucoup comme une simple pratique sportive, il la présente comme un moyen d'expression, qui, malgré son influence à travers les époques et son évolution constante depuis plus de 30 ans, n'a pas la reconnaissance qu'elle mérite en France et à plus forte raison dans la région de Moselle.

Ainsi, Yassine pourra mettre en lumière les centaines d'artistes et/ou organisateurs d’événements, qui sont contraints de s'entraider pour promouvoir leurs événements et tentent au mieux qu'ils le peuvent de pérenniser leurs cultures. Le projet de média de Yassine interrogera à travers un point de vu créatif tous ceux qui ont su se rassembler autour d’une passion commune, dans une société où “beaucoup de choses poussent les gens à se diviser”. Ce média favorisera les différentes formes d'expressions artistiques, le vivre ensemble et la citoyenneté en soulignant particulièrement le lien étroit entre le milieux associatif et les événement culturels.

Au fil des années, Yassine a vécu une succession de différents échecs dûs au fait qu’il pensait par erreur qu’il n’y arriverait pas ! Mais il est reconnaissant pour ces échecs car avec ces expériences il arrive maintenant à s'adapter en fonction de la situation et à toujours repartir sur de nouvelles bases plus solides en s'appuyant sur les points positifs d'un problème.

L’une des principales sources d'inspiration et de motivation de Yassine est James Brown parce qu”il “était l'homme de tous les superlatifs. Infatigable travailleur issue d'une population discriminée et d'un milieu social extrêmement pauvre, touche à tout, il était perfectionniste en studio comme dans la mise en place de ses shows. Il a eu une ascension fulgurante de part son talent naturel et son travail, mais aussi de par ses choix "politiques" ou ses engagements. Il fut l'un des premiers artistes à porter sa curiosité sur la commercialisation de sa musique et en y modifiant certains codes, il a contribué à l’émergence et la popularisation du rhytm'n'blues, de la soul et du funk, son influence a traversé les décennies, touchant les sphères disco, hiphop, electro et dance pour finir par marquer, encore aujourd'hui, tout musicien épris d’énergie et de générosité.”

Yassine aimerait amener à terme ce qu’il entreprend et ce qu’il défend. Il aimerait pouvoir vivre de ce qu’il fait, faire ce qu’il aime et aimer ce qu’il fait ! C'est à dire: vivre de ses passions.

Passionné par les cultures urbaines et de musique, Yassine a développé certaines compétences artistiques en danse et en musique, qu’il façonne depuis 2008. Il est membre de l'association Banlieus'Art qui a pour rôle le développement de la citoyenneté et de l'engagement de la jeunesse à travers différentes activités culturels telles que la danse ou le théâtre. Banlieus’Art propose également de l'aide aux devoirs et de l'accompagnement scolaire. Ils organisent aussi différentes rencontres débats sous forme de conférences, des interviews, des reportages et animent régulièrement leur propre émission radio développé sous forme d'application web.

Abdoulkadri SEYDI, 7ème promo IMPOWER, voyage au Sénégal été 2018

Abdoulkadri Seydi est étudiant en 3ème année en Licence d’Administration Economique et Social parcours ressources humaines à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Il aime regarder le football, jouer au basket et pratiquer des sports de combat. Il a prit la décision de rejoindre YAKA car il a été séduit par le programme IMPOWER qui vise à favoriser l’échange interculturel, de plus le fait de pouvoir voyager avec une ONG dans un pays en voie de développement l’a poussé à candidater. Il aimerait plus tard travailler aux Nations Unies, plus précisément au département en rapport avec le développement économique et social.

Concernant son projet de 3ème phase, il est en train d’y réfléchir, pour l’instant il songe à tenter de fournir l’accès à l’électricité aux villageois de Soussane. Ceci n’est qu’une idée parmi d’autres, il pense qu’une fois sur place il sera en mesure de trouver un projet de 3ème phase. Il aura la possibilité d’échanger avec les locaux pour déterminer quelles sont les principaux problèmes auxquels ils font face. Il pense que son projet se fera au Sénégal.

Concernant son mentor, il espère collaborer avec une personne motivée, qui a du temps à lui consacrer ainsi qu’à son projet. Une personne qui travaille dans une ONG ou association qui fait de la coopération internationale serait pour lui l’idéal pour pouvoir si possible échanger sur son expérience, pour qu’il puisse également lui donner des conseils.

Ena SORIC, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018

Ena Soric est actuellement en Licence 2 de Science politique à Paris Nanterre. Elle vit à Argenteuil en banlieue parisienne. C’est quelqu’un d’assez réservée et discrète aux premiers abord. Elle est animée par le cinéma, la littérature, occupation auxquels elle se consacre dès qu’elle peut.

Cet été elle voyage en Inde avec la 7ème promotion de YAKA, elle est à la fois impatiente de vivre cette aventure avec des gens formidables, mais elle croit qu’elle ne réalise toujours pas pour le moment.  

La réflexion sur son projet de 3ème phase est encore en cours. Elle aimerait dans les faits réaliser une étude en lien avec la condition féminine en Inde, et ceux dès le plus jeune âge.

Durant son cursus universitaire elle a eu l’occasion de suivre de nombreux cours de sociologie et notamment la sociologie sexuée c’est un sujet qui lui plait énormément et elle trouve pertinent de l’étudier dans le cas de l’Inde qui a des coutumes et une culture éloignée de la nôtre.

Pour ce faire elle s’appuierait sur des observations qu’elle fera durant son séjour, sur le discours des femmes et des petites filles qu’elles portent sur elles-mêmes, et également des hommes sur ces dernières. Quant à la forme elle y réfléchit encore, elle pensait à un dossier, un article avec des photos et des vidéos pour illustrer mes observations, les propos recueillis et leurs interprétations.

Pour l’appuyer pour ce projet elle aimerait tout d’abord une personne animée par ce sujet. Selon Ena, le plus important est que le projet l’intéresse et lui donne envie de l’épauler. La disponibilité est également primordiale.

Nour ZORAI, 7ème promo IMPOWER, voyage en Inde été 2018

                        

Nour ZORAI a 20 ans depuis peu. C’est une personne assez active. Elle a eu l’occasion d’experimenter tout pleins de sports durant toute son enfance, jusqu’à l’année dernière, en club ou en association sportive. Elle a principalement fait du handball (pendant 7 ans). Elle  a développé certaines valeurs sportives comme le travail d’équipe, la persévérance, le dépassement de soi ou encore le fair-play, qu’elle a pu mettre en pratique à l’école ou même en milieu associatif.

                        

Elle a, à côté de ça, toujours aimé lire et écrire, ce qui a beaucoup développé son imagination et sa créativité. Il lui plaît de réinventer un monde à partir d’une scène dont elle a été spectatrice.

                        

En ce qui concerne les études, à la suite de son bac S science de l’ingénieur, elle a intégré une école d’ingénieur robotique en première année de prépa intégrée. Elle s’est très vite rendue compte que cette formation ne lui correspondait pas: en plus du fait que cette école était hors de prix, elle ne la préparait pas à ce qu’elle voulait réellement faire plus tard. Entre les cours d’électronique, de physique ou encore de programmation java, elle ne voyait qu’un mélange de théories et aucune pratique en contact direct avec l’Homme.

Elle a donc pris la décision de quitter cette école, et ça a été la meilleure décision de sa vie, selon elle, puisque c’est grâce à celle-ci qu’elle a pu s’engager auprès de Yes Akademia. Elle a connue YAKA au forum des associations de Paris 8, sa fac actuelle où elle étudie les mathématiques et l’informatique appliquées aux sciences humaines et sociales en première année de licence.

                        

Pour son projet, elle a déjà recensé quelques idées dont deux principalement.

Voyageant en Inde cet été pour une durée de 43 jours avec Yes Akademia, elle souhaiterait, avec deux autres lauréates du programme, retranscrire à l’écrit un storytelling contant l’histoire du village raconté par les locaux. Ses deux autres camarades accompagneraient ce storytelling par un reportage photo.

L’histoire du village n’est qu’un idée, le but étant d’écouter et de partager ce que la population locale a à nous dire.

                        

Son autre idée serait de mettre en place des ateliers scientifiques pour les enfants du village. Ce serait sous la forme d’experiences amusantes, ne demandant pas trop de materiel, comme utiliser la pression pour matérialiser une fusée à partir d’une bouteille, allumer une led avec une pomme de terre... Elle a même pensé à expliquer le fonctionnement d’un algorithme basique (une boucle tant que, si,..) sous forme de jeu de parcours, ce qui développerait leur raisonnement et leur logique. Elle aimerait tout d’abord tester ces ateliers cet été, pour ensuite si possible les mettre en place tout au long de l’année sous forme d’ateliers après les cours.

                        

Ce qu’elle’attend tout d’abord de son mentor est qu’il sache la diriger lors des différentes étapes de son projet. Qu’il puisse lui poser les bonnes questions, l’aiguiller tout en lui laissant une marge de manoeuvre. Qu’il soit à l’écoute de ses questions ou de ses doutes.

Elle aimerait aussi qu’il ait de l’experience dans les projets solidaires, le développement personnel ou encore l’enseignement auprès des enfants. Le petit plus: que l’écriture ou les sciences fassent parties de ses compétences !