C:\Users\acabo-adc\Pictures\size_4_ft-london-logo-landscape.png

Communiqué de presse – Mardi 21 février 2017

Sondage post-brexit

Très forte inquiétude liée à l’incertitude, mais pas de mouvement panique

La France est la destination privilégiée en cas de départ du UK

L’expatriation reste une option de choix pour les jeunes actifs

Les députés britanniques ont adopté il y a quelques jours le projet de loi autorisant Theresa May à invoquer le fameux “article 50” qui enclenche le début des négociations avec l’Union Européenne.

La French Tech London, fédérant l’ensemble des acteurs français évoluant dans la Tech du Grand Londres (entrepreneurs, investisseurs, cadre dirigeants, associations privés, pouvoir publics) a réalisé un sondage au sein de sa communauté pour mieux comprendre l’impact probable du BREXIT et le ressenti des français de la Tech. Plus de 300 personnes de la communauté French Tech London ont répondu à ce sondage.

Les résultats de cette étude permettent de mettre en lumière un certain nombre de tendances liées au BREXIT :

Albin Serviant, entrepreneur & investisseur, coordinateur de la FrenchTech à Londres : « l’écosystème start-up français connaît un vif essor et les conditions pour entreprendre se sont améliorées. Je ne suis pas étonné que la France reste la destination de choix si un retour devait être envisagé. Je note aussi que le désir expatriation reste fort chez les 25-35 ans; cela démontre un fort potentiel pour faire briller la FrenchTech à l’international, et ainsi attirer des investisseurs dans notre pays. »  

Jules Minvielle, CEO et co-fondateur de Mozoo " Une des raisons de l'implantation de notre société à Londres est l'accès privilégié à de nombreuses nationalités pour soutenir nos différentes activités à l'international (autres pays européens, Asie, US, etc). En 3 ans nous avons créé à Londres une équipe de 60 personnes composée de 10 nationalités différentes. Si Londres se referme sur elle-même en rendant plus difficile l'accès à des profils diverses les entreprises comme la nôtre pourraient implanter leur siège commercial ailleurs. C'est pourquoi en favorisant l'accueil de différentes nationalités Paris pourrait avoir une carte à jouer. "

François Barrault, Président fondateur de FDB Partners, Président de l’IDATE et ancien CEO de BT Global Services, relativise l’impact potentiel du Brexit sur le secteur des start-up tech : « Elles sont agiles par nature et obligation. Elles allouent les ressources en fonction des nécessités géographiques du business, et la croissance du Cloud simplifie ces arbitrages. Enfin, compte tenu de la moyenne d’âge de cette communauté, la mobilité est de mise pour les « digital natives » pour qui la notion de frontière perde de son sens, sans parler des contraintes financières faibles qui pèsent sur leurs épaules (remboursement d’emprunt, famille à charge,…).»

Pour Axelle Lemaire, Secrétaire d'Etat au Numérique et à l'Innovation : « La première conséquence du Brexit, c’est d’installer un contexte d’incertitude latente qui frappe particulièrement les écosystèmes innovants, réactifs et ouverts comme celui de la tech à Londres. Alors que la French Tech a le vent en poupe et affiche ses bons résultats, la France est bien classée comme terre d’accueil parmi les candidats au retour. Il importe de continuer à renforcer l’image de la France comme pays d’accueil des innovateurs et entrepreneurs. Ce gouvernement est tout particulièrement attentif au respect des droits des ressortissants français et à leur liberté de mouvement, conditions essentielles de l’innovation et de la création au 21e siècle ».

 

La French Tech London réalisera à la fin 2017 un  nouveau sondage pour suivre l’évolution de ces tendances.

Dans ce contexte, la France se positionne comme terre d’accueil des entrepreneurs étrangers. Deux initiatives publiques ont été lancées récemment pour inciter entrepreneurs et talents internationaux de la Tech à venir en France,  le French Tech Ticket : (http://www.frenchtechticket.com/) et le French Tech Visa (http://visa.lafrenchtech.com/). En 2016, plus de 2 700 startups de plus de 90 pays ont candidaté au French Tech Ticket avec pour objectif de venir s’installer en France pour y développer leur startup. Cet intérêt des entrepreneurs étrangers pour la France fait écho au dynamisme actuel de l’écosystème « French Tech ». Un récent rapport sur le capital-risque en Europe titrait “France is firing on all cylinders: seed rounds tripled, early stage doubled, in a country-wide phenomenon” (Dealroom 2016 European venture capital report).

Contact presse :

Albin Serviant, entrepreneur, investisseur, co-fondateur de FrenchConnect London et coordinateur de la French Tech London

albin.serviant@gmail.com

Au sujet du FrenchTech London

Lancé en Avril 2016, le Hub londonien de la FrenchTech a pour mission de fédérer la communauté des français du Grand Londres travaillant dans la Tech, de coordonner les différentes initiatives locales, d’accompagner les entreprises désireuses de s’installer Outre-Manche, et de participer au rayonnement de la tech française. Le Hub a été lancé à l’initiative de 6 membres fondateurs issus du secteur privé ou public: FrogValley, French Digital, FrenchConnect London, la Chambre de Commerce française en Grande Bretagne, Business France et les services économiques de l’Ambassade.

Plus d’informations sur la French Tech London http://london.lafrenchtech.com/

Les Membres fondateurs du Hub

                        Contact presse : Loïc Dumas - frogvalleyuk@gmail.com 

                        Contact presse : Hakim Mendjeli -  hakim@frenchdigital.com

        Contact presse : Albin Serviant - aserviant@gmail.com

                        Contact presse : Patrick.MANON@businessfrance.fr 

        Contact presse : Florence Gomez - fgomez@ccfgb.co.uk 

                        Contact presse : Adèle Petit - adele.petit@dgtresor.gouv.fr 

Les chiffres clés

Premiers enseignements du sondage BREXIT sur un échantillon de plus de 300 personnes de la FRENCHTECH à Londres (Population évaluée à 4,000 personnes, soit 7,5%).

Période : Février 2017

Premiers effets du BREXIT :

Depuis juin 2016, avez-vous déjà ressenti des conséquences du résultat du référendum ?

  1. 54% ont déjà ressenti les conséquences du referendum de Juin 2016 ;
  2. Ce % augmente avec :
  1. l’âge des personnes interrogées (+45 ans à 60%+)
  2. la fonction en Entreprise et les responsabilités managériales (CEO, VP, Directeurs) à 60%
  3. la date d’installation au UK >10 ans 60%+

Inquiétude quant à la tournure des évènements sur le BREXIT

Êtes-vous inquiet quant à la tournure des discussions sur le Brexit et notamment les conditions de sortie de l’UE?

  1. 77,9% sont inquiets
  2. 49,3% très inquiets
  3. Ce % augmente avec :
  1. l’âge des personnes interrogées,
  2. la date d’installation au UK,
  3. La fonction, notamment chez les employés.

Les points d’inquiétudes principaux.

  1. Avenir des citoyens français au UK : 58%
  1. Notamment dans les fonctions employées
  2. Avec une surpondération sur les 26-35 ans
  1. Libre circulation : 57% ; ce % augmentant …
  1. Notamment dans les fonctions dirigeantes
  2. Et on fonction de l’âge des personnes interrogées 
  1. Echanges commerciaux : 49%
  1. Notamment dans les fonctions dirigeantes
  2. Avec une surpondération sur les 26-35 ans

Classement des réponses les plus fréquentes :

Autres sources d’inquiétudes souvent citées :

Premiers effets sur la vie professionnelle : oui à 68%

  1. Les 18-25 ans et les 45+ sont les plus concernés à +70%
  2. Les fonctions dirigeantes a +70%
  3. Et ceux installés depuis plus de 10 ans

Premiers effets sur la vie personnelle : oui à 61%

  1. Les 35+ et les employés
  2. Ceux installés depuis plus de 10 ans

Les thèmes clefs.

Si vous deviez quitter Londres, vers quel pays iriez-vous ?

  1. France : 47%
  2. Etats-Unis : 8.5%
  3. Espagne : 7,5%
  4. Suisse : 6,9%
  5. Allemagne : 5%
  6. Autres :
  1. Canada
  2. Irlande
  3. Portugal

 

Répartition des pays de destination hors France

Concernant le retour en France, le pourcentage évolue en fonction de l’âge des sondés.

  1. Globalement homogène
  2. 40% des 26-35 ans rentreraient vers la France,
  3. Pour les 60% restant : Etats-Unis, Espagne, Canada et Portugal sont surpondérés dans leur choix de destination pour une nouvelle expatriation.

Néanmoins, pas d’effet de panique notable.

Une majorité, 77%, n’ont pris aucune disposition pour palier une difficulté.

  1. Globalement homogène sur l’ensemble du panel
  2. Légère surpondération à la hausse sur les 36-45 ans, et +55 ans
  3. Les populations présentes ici depuis plus de 5 ans et +

Pour ceux qui ont pris leurs dispositions (23%), évolution des réponses par type de profil:

Pour ceux qui disent avoir pris leurs dispositions

  1. 40% parlent de départ
  2. 40% parlent d’obtention de la nationalité britannique (possible après 5 ans de résidence)