Published using Google Docs
Chili 21e 2020-
Updated automatically every 5 minutes

Chronologie du Chili dans les années 2020

2020

La Constitution de Pinochet stipule que la gestion de l’électricité, l’eau, la Santé, l'Éducation, les retraites doivent dépendre essentiellement du secteur privé.

⇨ Le 8 mars 2020, 3 millions de chiliennes descendent dans les rues. Les mobilisations se développent grâce à la mobilisation féministe. Elles organisent des ballets de rue de masse qui ont un retentissement international :  L’Etat oppresseur est un macho violeur ! Beaucoup de femmes vivant seules avec beaucoup d’enfants ont perdu leur travail à cause de la pandémie.

Avec l’épidémie et le confinement, la situation sociale devient critique pour beaucoup. Beaucoup de Chiliens manifestent malgré le confinement.

⇨ Le 18 mai 2020, des émeutes de la faim explosent dans la capitale chilienne confinée. Les habitants dénoncent une grave crise sociale et le manque d’aides du gouvernement.

⇨ Le 9 octobre 2020, plus de 30.000 personnes se rassemblent à Santiago du Chili pour célébrer l’anniversaire du grand soulèvement social de 2019. Les revendications n’ont pas changé.

Le 25 octobre 2020, les Chiliens votent à 78 % par référendum pour l’abandon de la Constitution en vigueur, héritée de la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990) et l’écriture d'une nouvelle Constitution. Ils votent pour le principe d’une Convention constitutionnelle chargée de rédiger la future Constitution composée uniquement de citoyens élus et non pour moitié de parlementaires.

2021

La droite pinochétiste entreprend de casser la dynamique du soulèvement d’octobre 2019 contre les prix des services publics et le vieux monde politique, qui s’est réinvestie dans le processus de la Constituante et de recherche d’un nouveau projet de société qualitativement plus démocratique, féministe et égalitaire.

⇨ Les 15 et 16 mai, élections des députés de la Convention constitutionnelle chargés de rédiger la nouvelle Constitution. Faible participation. 155 personnes sont élues pour rédiger une nouvelle constitution. La parité est respectée : 77 hommes et 78 femmes.

Plus de la moitié des élues et des élus sont des indépendants, qui ne militent pas au sein d’un parti. La représentation des peuples autochtones est assurée à travers 17 sièges qui leur sont réservés.

Une seule dirigeante syndicale est élue – Aurora Delgado, travailleuse de la Santé et porte-parole de la Coordinadora de Trabajadores y Trabajadores NO+AFP de la ville de Valdivia.

La Convention est présidée par une femme indigène, Elisa Loncon.

Elisa Loncon

⇨ Le 4 juillet 2021, les membres de la convention ont commencé leurs travaux. Ils ont neuf mois pour rédiger la nouvelle Constitution qui sera ensuite soumise au peuple par référendum. Les membres de la Convention se réunissent chaque semaine en commission pour discuter des dispositions à prendre. Les dispositions doivent ensuite être approuvées par les votes des deux tiers des membres de la Convention et, une semaine par mois, ils se rendent sur le terrain pour tenir la population de l’avancée du processus et recueillir ses doléances. Les thèmes centraux dans l’écriture de la nouvelle Constitution sont : Le droit à la retraite, l’accès à la santé et à l’éducation, les questions féministes, la défense de l’environnement, la reconnaissance des peuples autochtones, la démocratie directe.

⇨ Le 21 novembre 2021, élection présidentielle et parlementaires pour un mandat de quatre ans. Le processus constitutionnel dépend des résultats. Le candidat José Antonio Kast, représentant de l’extrême droite, admirateur de Pinochet, dépasse de deux points Gabriel Boric, le candidat de gauche de l’alliance Apruebo Dignidad (Approbation dignité).

> Le dimanche 19 décembre 2021, Gabriel Boric Font, candidat de gauche, est élu président du Chili au second tour. Lors d’une élection avec des niveaux de participation sans précédent, le candidat des partis de gauche regroupés dans la coalition Apruebo Dignidad l’emporte par près de douze points de différence (56 % contre 44 %) sur le candidat d’extrême droite, José Antonio Kast, devenant, à 35 ans, le plus jeune président et aussi celui qui a reçu le plus de suffrages dans l’histoire du pays.

45 % d'abstention.

Cette élection de l’ancien leader étudiant semble confirmer, indirectement et dans les urnes, une forte volonté de changement social, même si c’est sur la base d’un programme de centre-gauche très modéré.

La coalition de gauche n'a pas la majorité au Parlement.

Dans la rue et dans les urnes, le peuple chilien a réussi à repousser ces assauts ultra-réactionnaires.

2022

> En mars 2022, une ministre est prise en embuscade par des Mapuches dans une région du sud en État d'urgence où l'armée est déployée.

> Le 16 mai 2022, le projet de la nouvelle Carta Magna est officiellement remis. Il consacre des changements majeurs pour la société chilienne, notamment en matière de droits sociaux, de parité dans la participation politique et de reconnaissance constitutionnelle des peuples indigènes.

> Le 4 septembre 2022, rejet retentissant du projet de Constitution : 62 % contre.

Population

Population : 19 millions d’habitants

Population jeune avec un âge médian de 35 ans.

Les Mapuches sont en conflit avec les puissantes entreprises forestières pour la récupération de leurs terres. L'espace des Mapuches est de plus en plus réduit.

L'assemblée constituante prévoit la reconnaissance d'un État plurinational.

Inégalités

Le Chili est le troisième pays le plus inégalitaire de l’OCDE : 1 % des Chiliens détient 26,5 % du PIB national.