Méthode fiable et durable de sauvegarde des clés privées

Vous avez probablement vu à la fin de http://bitcoin.wikeo.net/porte-monnaie-papier.html , Quelques précautions élémentaires, que lorsqu'on a une petite fortune il est préférable de répartir ses Bitcoins dans plusieurs portes-monnaie papier, cela pour éviter de divulguer sa richesse qui serait contenue dans un seul porte-monnaie. Si c'est un montant faible, de la petite monnaie pour les dépenses courantes, un ou deux portes-monnaie, ce n'est pas compliqué à gérer.

Pour des sommes plus importantes réparties dans plusieurs porte-monnaie, une dizaine, une trentaine, là ça devient plus complexe. Le deal est le suivant :

Il faut conserver ses bitcoins dans des porte-monnaie papier car cette solution est indépendante de tout logiciel ou application, de toute plateforme d’échange, de tout hardware de sauvegarde sécurisé ou non. Car c’est la seule solution qui permet de maîtriser ses bitcoins, au moyen de ses clés privées, quelque soit le logiciel mis en oeuvre pour les gérer. Et ceci à tout moment, immédiatement, ou dans plusieurs années lorsque certains logiciels seront devenus obsolètes et de nouveaux sont apparus.

Et il faut pouvoir gérer et utiliser à n’importe quand ses porte-monnaies, c’est-à-dire recevoir ou dépenser des bitcoins, en toute sécurité, le plus simplement possible, sans avoir à faire des manipulations contraignantes de restauration de clés ou de configurations compliquées et décourageantes.

Et enfin il faut trouver un moyen simple et efficace de conserver ses clés privées sans se prendre la tête, sans avoir à procéder à diverses manipulations tortueuses pour les retrouver lorsqu’on veut dépenser les bitcoins.

Pour cette méthode de sauvegarde des clés privées la problématique est la suivante, il faut :

En fait la recette de la méthode c’est :

  1. De sauvegarder les Clés Privées dans la Blockchain Bitcoin.

  1. De conserver et d’utiliser un seul MDP qui sera nécessaire pour utiliser une quantité infinie de clés privées.

Pour ceux qui connaissent déjà, cela s'apparente aux portefeuilles déterministes qui, à partir d'une "graine" (seed en anglais), dérivent celle-ci pour calculer les clés privées.

Mais cette méthode Porte-Monnaie Papier est meilleure parce que :

Le seul point commun entre la Graine et le MDP c'est qu'il faut conserver l’une de ces donnée de façon sûre et durable.

Pour comprendre la suite de ce tuto il faut préalablement connaître et manipuler un porte-monnaie papier et le chiffrage BIP38.

Cela est expliqué au chapitre http://bitcoin.wikeo.net/porte-monnaie-papier.html : Comment protéger un Porte-monnaie Papier.

Les néophytes qui sont arrivés ici par hasard, et qui sont vraiment nouveaux dans ce domaine du Bitcoin et des crypto-monnaies,  sont invités à effectuer au moins une fois la manipulation de création d’un porte-monnaie papier. C’est gratuit, c’est anodin, sans risque, mais cela aide beaucoup à comprendre ces nouveaux concepts.


Choix du Mot De Passe

Ce MDP est celui qui va permettre de chiffrer / déchiffrer une Clé Privée cryptée en BIP38.

Il faut un MDP qui soit :

1- Simple à se rappeler

2- Pas trop compliqué à utiliser

3- Difficile à pirater

Avec une CB et son code PIN à 4 chiffres, après 3 essais, la carte est inutilisable. Là c'est différent. Un porte-monnaie papier ne s'auto-détruit pas si on se trompe de MDP. Donc en guise de code PIN il faut un MDP relativement long, mais facile à se rappeler. Le mieux c'est de choisir une formule et/ou des mots qui sont dans un domaine de prédilection qui nous est familier, la famille par exemple ! De tel sorte qu'il soit facile de reconstituer une longue suite de mots et/ou de chiffres. Les exemples suivants montrent comment construire un MDP relativement long et complexe, mais aisé à retenir :

181019862104201023082010 :  ma date de naissance + celle de mon mariage + la date de naissance du mouflet

alain15bermadette23christian16roger29 : ce sont les prénoms et les jours de naissance des membres de la famille.

lethecorbeaucrowetandletherenardfox : traduction mélangée français / anglais de Le corbeau et le renard

2oignons3gousses500griz400gmoules3tomates : ingrédients de la recette de la paella aux moules

dododoremiredomireredo : ce sont les premières notes de Au clair de la lune, un musicien peut s'en inspirer pour coder la nième mesure de sa symphonie préférée, en plus avec des dièses et des bémols ça devrait le faire.

BoryaceaeCasuarinaceaeCephalotaxaceae : ce sont les 3 familles de plantes que j'ai dans mon jardin, en latin, parfait pour un jardinier paysagiste chevronné.

pi31415926beta0280169499phi1618033988749894 : constantes d'Archimède (pi), de Bernstein et nombre d'or.... pour les matheux et les scientifiques.

En prenant son temps, et avec un peu d'imagination, c'est finalement facile de trouver quelque chose qui soit bien spécifique à sa vie privée et/ou professionnelle ayant une très faible probabilité d'être découvert.

Il est certain que plus le MDP est long et mélangé (chiffres/lettres/langue étrangère) plus les chances de le deviner sont faibles, mais plus c'est agaçant lorsqu'on aura besoin de le saisir pour effectuer un paiement en Bitcoin. Il faut donc choisir un bon compromis.

Pour le tester on peut essayer avec un MDP qui ressemble à celui qu'on a choisi en allant sur ce site : https://howsecureismypassword.net/. C'est en anglais, mais facile à comprendre : cela donne le nombre d'années nécessaire à pirater le MDP, par exemple plusieurs milliards pour la recette de la paella. Le fond d'écran change de couleur, rouge / orange / vert, selon la complexité. Pour les exemples ci-dessus Au clair de la lune est orange, les autres sont verts.


Conservation du MDP

C'est le talon d'achille de cette méthode de sauvegarde : pour le MDP il faut trouver une bonne cachette, préservée des intempéries, sur un support qui ne se dégrade pas avec le temps, et durablement accessible.

Les commentaires et conseils qui suivent sont valables pour le MDP qu'on vient de choisir au paragraphe précédent, mais peuvent également être utiles pour toutes les données secrètes et confidentielles comme une graine de portefeuille et autres mots de passe, nr de compte bancaire, login, etc...

Cette sauvegarde sécurisée est un vrai dilemme car on peut imaginer une carte au trésor, un jeu de piste, une liste d'instructions, ou encore des coordonnées GPS qui mènent à la cachette où se trouve le MDP. Mais c'est une façon de déplacer le problème puisque ensuite il faut trouver un moyen de cacher dans un lieu sécurisé cette carte, ou cette liste, ou ces coordonnées... !

Exemple concret : faire graver, ou utiliser, une inscription se trouvant sur la pierre tombale d'un proche est une bonne idée. Gravée dans le marbre ou la pierre, comme le faisaient les égyptiens ou les mésopotamiens, est la garantie que l'écrit sera lisible pendant des centaines d'années. On peut s’inspirer de cette pierre tombale comme MDP :

Mais encore faut-il expliquer à qui de droit "L'inscription se trouvant sur la pierre tombale du grand-père inhumé au cimetière de Triffouillis les Canards est le mot de passe de mes clés privées". Ceci est une information qu'il faut bien conserver quelque part. Donc on a 2 entités à conserver de façon durable : le MDP et le message en clair qui permet d'y accéder.

On peut imaginer aussi une instruction qui permet de reconstituer le MDP "Le mot de passe c'est le surnom de mon chien + son année de naissance + mon chanteur préféré + le nombre de carreaux dans la largeur de la cuisine + le nom de jeune fille de mémé". Dans ce cas il n'y a pas besoin de conserver le MDP, mais seulement ce message. En espérant que les héritiers seront capable de deviner la réponse.

Bref dans tous les cas il faut conserver durablement au moins une information, le MDP lui même et/ou un message qui explique où le trouver et/ou un message qui explique comment le reconstituer.

Concernant le support et les moyens de stockage longue durée, voici un extrait de la page suivante L'archivage pérenne des données numériques personnelles 

qui résume assez bien les cas de défaillance des méthodes de sauvegarde :

Sans entrer dans un débat stérile pour ou contre, on peut se rendre compte qu'en fait aucune des méthodes de stockage sous-jacentes aux évènements citées ci-dessus n'est fiable à 100 %.

Pour cette méthode de sauvegarde des clés privées il n'y a que le MDP à conserver, donc la quantité d'information à sauvegarder est relativement faible, elle peut être retranscrite tel quel sur un support physique : impression sur papier, gravure sur plastique / pierre / verre / métal. Cela permet donc de passer outre les support informatique, et les tiers de confiance. Il ne reste plus, d'après la liste ci-dessus, que les Sinistres (vol de matériel, incendie, inondation, tremblement de terre…). Sachant que le sinistre peut survenir n'importe où : chez soi, chez le voisin, chez le notaire qui conserve le testament.

Donc après avoir soigneusement imprimé, plastifié, gravé le MDP, il faut le dissimuler. Voici quelques idées de cachettes chez soi :

En dehors de chez soi, on peut imaginer des lieux privés, par exemple le MDP est enseveli dans le jardin au pied du chêne. Ou des lieux publics, sachant que dans ce dernier cas il faut être vraiment certains que personne ne trouvera l'objet facilement.

Bref, ceci n’est qu’un très court échantillon d’idées et de possibilités. Il faut prendre le temps d’y réfléchir, en discuter, chercher sur le web, jusqu’à trouver le lieu le plus original et adéquat.

Mais en marge de cette trouvaille le dilemme déjà  évoqué au-dessus va ressurgir, à savoir : il faut conserver cette information du lieu de la cachette et si besoin en informer qui de droit, en cas de besoin et au moment opportun. Une tentative de réponse est développée plus loin au paragraphe Transmission.


Conservation des clés

En fait il s'agit de choisir le meilleur support et/ou le meilleur endroit de sauvegarde.

Le mieux c'est de prévoir le pire avec une très longue durée de conservation. Il ne faut pas se dire "Provisoirement je vais stocker mes clés privées dans ce petit carnet planqué dans ce tiroir..." Tout le monde sait que le provisoire devient très vite définitif. Il vaut mieux plutôt se dire dès à présent : "Dans 20 ans je veux retrouver facilement mes clés que j'utilise aujourd'hui".

Le problème donc c'est de trouver le support de stockage suffisamment fiable capable de conserver des clés numériques pendant plusieurs décennies. Dans le paragraphe précédent il y a une liste de défaillances qui montre que tous les moyens de stockage de données numériques actuels ne sont pas fiables à 100 %.

...sauf un, cela a été annoncé dès le début : quoi de mieux que la Blockchain Bitcoin ? Il s’avère que cette structure de données, de par sa conception, est verrouillée, reproduite en centaines ou milliers d’exemplaires sur internet, accessible facilement quelque soit le devenir du web et les moyens d’y accéder pendant au moins une centaine d’années. Et si un jour le Bitcoin disparaît ou tombe en désuétude, avec la Blockchain, alors évidemment les clés ne seront ni accessibles ni utiles, en même temps que le Bitcoin.

Mis à part la durée illimitée il y a de nombreux autres avantages : la quantité de clés sauvegardées est infinie. Le coût d’enregistrement est quasiment nul, moins de 1 € par clé. L’accès est immédiat, dès qu’il y a une nouvelle clés à sauvegarder il n’y a pas besoin d’un rendez-vous chez un banquier qui ouvre le coffre ou un notaire qui modifie le testament. Il n’y a pas d’abonnement à un fournisseur de service internet. Il n’y a pas besoin de backup, c’est-à-dire d’une sauvegarde de sécurité qui serait stockée ailleurs. Et enfin un seul mot de passe permet de retrouver si nécessaire tout les portes-monnaie pour y extraire des bitcoins.

Maintenant on est dans le vif du sujet, pour les manipulations suivantes il faudra prévoir du temps et de l’attention. Mais une fois que cela est fait on peut dormir l’esprit tranquille.

 Question qui brûle les lèvres : où, dans la Blockchain, et comment stocker des Clés Privées ?

Où ?  Dans un champ nommé OP_RETURN.

Comment ? Les explications détaillées sont dans un autre chapitre : Message personnel.

Là, le Message personnel c’est tout simplement la Clé Privée que l’on veut définitivement sauvegarder.

Pour procéder il faut donc préparer le jeu de clés privées à sauvegarder. Pour cela il est nécessaire, avec un ordinateur hors ligne, de chiffrer toutes ces clés en BIP38 avec le mot de passe qui a été soigneusement choisi au 1er paragraphe ci-dessus. Cette manipulation de chiffrage de clés privées est décrite dans le chapitre Porte-Monnaie Papier, dernier paragraphe (Quelques précautions élémentaires). Il est aussi conseillé à ce moment là de préparer un fichier à imprimer contenant les QR Code des portes-monnaie que l’on compte utiliser plus tard. Ce sont bien sûr les QR Code des clés chiffrées, celles qui commencent par un 6. Et tant qu’on y est, les QR Code des adresses publiques seront utiles aussi, pas pour la sauvegarde, mais pour recevoir ultérieurement des bitcoins.

Il faut garder sous le coude cet ordinateur non connecté à internet pour la suite des manipulations.

Résumé du chapitre Message personnel (pour les fainéants) : le champ OPRETURN est présent optionnellement dans toute transaction Bitcoin. On crée donc une transaction en choisissant l’option de présence de ce champ, dans lequel on va enregistrer un Message, en l'occurrence ici c’est la Clé Privée. Cette transaction suppose qu’on a un porte-monnaie expéditeur et un porte-monnaie destinataire. Le montant en bitcoins du transfert n’est pas important, du moment que ce sont deux portes-monnaie qui nous appartiennent d’une part. Et que d’autre part c’est bien l’enregistrement de la Clé Privée dans OPRETURN qui est primordial.

Mais on va faire plus simple : c’est le même porte-monnaie qui sera expéditeur et destinataire.

Le mieux pour comprendre c’est de consulter la transaction suivante, en bas de la page on peut voir ceci :

La valeur 6PRTJRjHeVphpX7G8zLmkSB56Z9AQxw7QLoD9V2SeESjm4xrXzHo78KcHN est une Clé Privée sauvegardée définitivement dans la Blockchain.

( Au paragraphe suivant on a des explications détaillées qui expliquent quoi en faire )

Au milieu de la page on peut voir ceci :

Le porte-monnaie 17pH65...Ucvjz est à la fois expéditeur et destinataire. Le montant envoyé est de 0,0035 BTC et le montant reçu de 0,0034 BTC, sur la même adresse publique, donc sur le même porte-monnaie. La différence de 0,0001 BTC correspond aux frais, qui étaient, au moment de la transaction en septembre 2018, d'environ 0,5 €.

Pour créer la transaction sur le site https://coinb.in/, la configuration suivante a été programmée:

Rappel : pour comprendre ce genre de charabia il faut avoir vu le chapitre : Message personnel.

Remarque : pour que la transaction soit rapidement confirmée, il ne faut pas hésiter à “forcer” un peu sur les fees, un montant de 0,5 € est élevé et permet d’avoir au moins une confirmation dans les 10 minutes.

Et si on a donc plusieurs Clés Privées à sauvegarder ?

Alors il suffit de recommencer avec la même adresse de porte-monnaie, c’est-à-dire qu’on régénère la même transaction avec une nouvelle valeur de Clé Privée dans le champ OPRETURN, et ainsi de suite, jusqu’à ce que la collection de clés soit complètement sauvegardée. Il est préférable d’attendre plusieurs confirmations entre chaque transaction, c’est pour cela qu’il faut prévoir du temps, se prendre un jour de RTT !


Utilisation

La clé privée montrée en exemple au paragraphe précédent, 6PRTJRjHeVphpX7G8zLmkSB56Z9AQxw7QLoD9V2SeESjm4xrXzHo78KcHN,

est bien réelle.

Aller dans https://www.bitaddress.org et cliquer Détails du Porte-Monnaie.

Copier / Coller la clé privée 6PRTJR....78KcHN, et cliquer Voir les détails.

Saisir le mot de passe (Enter BIP38 Passphrase)   ”plastrindrome”  et cliquer Decrypt BIP38

(c’est un mauvais exemple de MDP)

Après quelques secondes on peut visualiser les clés déchiffrées.

On peut aller constater, avec l'adresse publique, que ce porte-monnaie a été utilisé en août/sept. 2017 : https://www.blockchain.com/btc/address/132kvhUHuRj69LZRF91z7m4pkgEyRDBkAx

On a donc bien une Clé Privée chiffrée enregistrée dans la Blockchain, CQFD.

Donc une personne qui a besoin de récupérer le jeu de clés doit d’abord consulter dans la blockchain l’adresse publique qui a servi à créer toutes les transactions contenant les clés privées dans les champs OPRETURN, c’est l’adresse 17pH65...Ucvjz citée dans les exemples ci-dessus.

Puis constituer une liste de ces clés, une clé par transaction. Cette adresse publique 17pH65...Ucvjz montre ceci dans un explorateur de blockchain :

Pour voir la transaction elle même il faut cliquer sur son identifiant à gauche 21529...22a6, on obtient ceci en bas de la page suivante :

La clé privée 6PRTJ...78KcHN, est visible et peut être copiée / collée pour la rajouter dans la liste. Et recommencer depuis la page de l’adresse publique pour sélectionner la transaction suivante par ordre chronologique.

Ensuite, s’il faut récupérer par exemple tous les bitcoins se trouvant dans les portes-monnaie, on peut les vider directement en utilisant le MDP en sa possession, celui qui a donc servi au chiffrage BIP38. Si on veut utiliser les QR Code il faut aller sur le site https://www.bitaddress.org comme expliqué au début de ce paragraphe, de façon à voir la clé privée non chiffrée et son QR Code.

Mais pour utiliser simplement un porte-monnaie dont la clé privée a été stockée dans la blockchain on n’a pas besoin de faire tout cela.

Si vous en êtes arrivé à la lecture de ce paragraphe, alors vous devriez savoir comment recevoir des bitcoins, cela est déjà expliqué dans le chapitre Démarrage rapide.

Pour dépenser les bitcoins, on peut aller voir comment faire dans les chapitres Payer en bitcoins et Exemple.


Transmission

Ce paragraphe sort un peu de l’univers du Bitcoin. Le but du baratin suivant, largement critiquable et perfectible, est plutôt de faire prendre conscience qu’il ne faut pas négliger un aspect désagréable de son existence et qu’on a probablement des trucs à mettre au point avant qu’il ne soit trop tard.

Il faut bien avoir conscience que lorsque le propriétaire d'un patrimoine disparaît, ou bien s’il est dans l'incapacité de gérer sa fortune, jusqu'à maintenant il y a toujours la possibilité pour les ayants droit ou le tuteur de faire appel à l'administration, aux notaires et autres professionnels assermentés pour gérer et/ou récupérer et/ou transmettre la succession selon des procédures et règlements bien verrouillés. Quoique malgré cela des milliers de comptes, du genre assurances vie, sont en déshérence depuis des dizaines d'années.

Mais pour le Bitcoin, et les crypto-monnaies en général, que nenni. Le propriétaire de Bitcoin et autres Alt-coins est en charge de tout gérer (et il est fortement déconseillé de passer par un intermédiaire) : mots de passe, clés, seeds, login, etc... Il faut ranger tout cela quelque part en sûreté et s'assurer que c'est transmissible sans trop de difficultés. Et sans faille de sécurité qui permettrait à quiconque de mettre la main sur le patrimoine si la clé d’accès est découverte .

La méthode proposée dans ce chapitre est très simple et se résume à la conservation et à la transmission d'une seule donnée secrète c’est-à dire l’unique mot de passe.

Voici quelques idées pour assurer la transmission de ce MDP. Même si ce n’est pas trop son genre, il faut passer un instant en mode paranoïa et catastrophisme, en envisagent le pire. En espérant que ce pire n’arrivera pas et que tout se passera de façon ordinaire.

La méthode elle même, pour trouver les clés, n'est pas confidentielle, elle peut être transmise aux héritiers dès qu'elle est au point. C’est-à-dire : dès que la première sauvegarde dans la Blockchain a été effectuée, il faut par exemple transmettre en clair, mais quand même de façon discrète, un message du genre :

Mes chers héritiers, ma fortune a été en grande partie convertie en bitcoins. Pour y accéder il faut aller consulter l’adresse publique 17pH65YUX4v8ZSwLEK2N75gSG6MbHUcvjz où chaque transaction contient une clé privée chiffrée. Chacune de ses clés fait référence à un porte-monnaie qui contient, ou ne contient plus, des bitcoins que je vous laisse en héritage. Pour savoir comment faire pour les récupérer allez donc voir http://bitcoin.wikeo.net/. Le mot de passe pour déchiffrer les clés est dans mon testament, chez Maître de Cezacte, le notaire de Bruyère. Vous êtes priés de bien conserver ce message en lieu sûr, surtout l’adresse publique qui n’est connue que de vous, et de personne d’autre. Ne la communiquez pas au notaire !   Sous aucun prétexte.

Le testament lui même peut contenir un paragraphe comme :

Le mot de passe tant attendu par mes héritiers est

”Depuis10ansIlNyaPlusGrandChoseARecuperer”.

Ils sauront quoi en faire.

On peut remarquer là que l’adresse publique d’un côté (connue des héritiers) et le MDP (connu du notaire) de l’autre sont physiquement séparés, sachant que l’un sans l’autre est inutile. Cela de façon à éviter certains écueils comme un héritier pressé de récupérer le magot, ou un clerc de notaire qui a flairé une façon d’arrondir ses fins de mois.

La solution du notaire est actuellement la plus simple et la plus fiable. Le coût est fixe et réglementé, il n’y  a pas d’abonnement. La durée de conservation est au moins de 75 ans, au delà les documents sont stockés aux archives départementales. Un notaire qui arrête son activité a obligatoirement un successeur qu’il est facile de retrouver sur internet. En envisageant une grosse catastrophe du genre alerte nucléaire ou invasion barbare, en théorie il serait bien que le notaire soit le plus éloigné possible de son lieu de vie. La contrainte c’est d’informer ses proches de l’existence du testament et des coordonnées du notaire.

Là on retrouve l’inconvénient et le dilemme évoqué plus haut : il faut s’assurer à tout prix que le notaire avec le mot de passe puisse être bien retrouvé. Ce n’est pas comme une banque qui peut retrouver le possesseur d’un compte avec un patronyme et une date de naissance par exemple. Là, sans MDP les bitcoins sont définitivement perdus.

La solution c’est de doubler la sauvegarde du MDP par exemple au moyen de cette gravure sur pierre, métal ou verre. Après avoir bien emballé et planqué ce genre de relique, on peut arranger et imprimer une photo du genre de celles ci :

Sur le dos du cliché on peut écrire les coordonnées GPS de la planque, par exemple :

46.799633, 2.558260

ou bien

46°47'58.7"N 2°33'29.7"E

ou bien

https://www.google.fr/maps/place/46%C2%B047'58.7%22N+2%C2%B033'29.7%22E/@46.799633,2.5560713,519m

(Pas besoin d’aller voir sur le net, ça tombe au hasard au milieu d’un champs !)

Les coordonnées du notaire peuvent être aussi inscrites au dos, au cas ou le lieu soit devenu inaccessible. La photo peut être imprimée en autant d’exemplaires que nécessaire et confiée à des proches, voisins, amis, relations, qui ne sont pas prévus dans l’héritage, c’est-à-dire qui ne connaissent pas le message initial contenant l’adresse bitcoin publique. Et  cela dans une enveloppe avec une mention du style “à remettre à mes enfants en cas d’accident ou de disparition”. L’enveloppe ne contient donc pas le MDP, mais le moyen de le retrouver. Et il ne faut pas trop abuser non plus, en faire un jeu de piste ou une chasse au trésor du genre Indiana Jones. Éventuellement la gravure a été faite en deux exemplaires ou +, chacun étant stocké dans un lieu différent.

Sinon, toujours dans le but de doubler, ou même de tripler, les possibilités d’accès au MDP, les solutions disponibles sur internet apparaissent petit à petit en proposant des services de sauvegarde fiables, certains se servent d’une structure de Blockchain et de smartcontracts automatisés. Disons que cela serait le plan C, en se rappelant qu’il peut s’écouler plusieurs dizaines d’années entre la sauvegarde et la récupération.

En final il faut arriver à une conclusion rassurante comme : “Ça c’est fait, et on y revient pas !

Bref, on arrête là les divagations, maintenant ce n’est plus qu’une question d’imagination et de réalisation aboutie en fonction du contexte et de ses moyens.

Autre chose : on change d’avis et/ou d’héritiers, comment faire ? Comme le contenu de la Blockchain Bitcoin est inaltérable, alors les clés privées avec leurs mots de passe sous-jacent sont stockées là ad vitam æternam. C’est un peu le revers de la médaille. Il n’y a plus qu’à recommencer, en ayant préalablement vidé les portes-monnaie d’origine.

Un dernier point : la sécurité. Quelqu’un qui a mis au point cette sauvegarde peut toujours être la cible d’un saucissonnage. Ce genre d’aléa, plutôt déplaisant pour la victime, est déblatéré dans le chapitre concernant la sécurité.


++ 24/09/2018 ++