Meliponi, pour les enfants. Avec vous ?

Sauvez les enfants du Ratanakiri qui ne grandissent pas faute de manger correctement

C’est le matin au sein du petit village de Saom Kol dans le Ratanakiri à l’est du Cambodge. Et Pich vient de se lever. Elle a ses petits yeux encore gonflés par le sommeil dans cet endroit où l’absence d’électricité amène la lumière naturelle à ce que le jour commence tôt.  Pich n’est pas très grande pour ses 4 ans, la faute à la malnutrition infantile très fréquente dans sa région. Un enfant sur 5 décède d’ailleurs avant ses 5 années. A son âge, Pich a vu beaucoup plus de ses proches mourir que la plupart des français avant leur retraite… Sita et Sira. Sros et Sotun. Borey et Bona. Et puis aussi Phikoun. Et puis aussi… Oh il y en a beaucoup. Trop de petits corps enterrés ensuite devant des parents éplorés. Souvent. Et puis souvent.

Les indicateurs de santé de la région du Ratanikiri sont les pires du pays. Qui lui-même est l’un des plus pauvres du monde. Au Ratanikiri, seule une femme sur cent est aidée d’un médecin lors de l’accouchement. Et la majorité des enfants souffrent de retards de croissance. Si la production de nourriture, la construction d’infrastructures de santé, le développement de débouchés économiques sont des chantiers importants pour aider les habitants à se sortir de si grande misère, des associations cambodgiennes comme Bandos Komar jouent un rôle essentiel dans l’apprentissage des bonnes pratiques alimentaires et d’hygiène pour assurer la santé des enfants et diminuer fortement la mortalité infantile.

Dans une région où les écoles sont très rares et difficiles d’accès, l’éducation quotidienne est un enjeu énorme. Bandos Komar, ONG locale, manque hélas de moyens de faire connaître son action pour d’éventuelles levées de fonds auprès de financeurs. Pour sauver plus d’enfants. Et puis, dans un endroit où l’on sait rarement lire, souhaite aussi disposer de petits films simples et pédagogiques pour informer et impliquer les populations. Alors Bandos Komar a fait appel à Meliponi. Pour faire des films participatifs. Avec les habitants et leurs enfants. Avec Chamroun et Pom. Et avec Pich aussi. Alimentation, bonnes pratiques, aides. On réfléchira à tout ça. On filmera. Avec eux. Avec vous en soutien ?

Le soir à Koh Kong pour un tourisme équitable

C’est le soir à Koh Kong. Dans cet endroit superbe du Royaume Khmer, situé loin du Ratanakiri, si l’on ouvre les yeux, on a l’impression d’avoir pour décor une bande-annonce du Paradis. Les cascades sublimes, les rivières riches en poisson, la nature sauvage, les forêtsDans ce monde sans le déflorage qu’impose malheureusement le tourisme de massage qui s’écrase sur les plages de Thaïlande, les habitants ont peu de perspectives

économiques et pas de travail. Alors ils vont vers les villes. Abandonnant leur bel écrin.

Mais les ONGs cambodgiennes avec la communauté forestière de Phnom Tobcheang ont eu une belle idée, une de celles qui peuvent aider les populations tout en conservant la beauté de la nature et celle de l’âme des peuples : installer des projets d’écotourisme, de résidence respectueuses de la nature, alimentées en énergie verte. S’ouvrir à l’autre tout en restant soi-même. Donner du travail et de la dignité.

Mais les ONGs locales et la communauté manquent de moyens pour faire connaître leur offre, à côté de celles des chaînes de grands hôteliers. Elle veulent faire connaître leurs projets et leurs atouts. Alors elles ont fait appel à l’ONG française Meliponi. Qui va donc filmer tout cela, concevoir ensemble des films avec le concours et les idées des populations locales. Afin de les amener à connaître leurs envies, leurs projets. Et de vous les faire connaître. On vient les aider. Avec eux. Pour eux. Avec vous ?

Soutenez Meliponi dans sa mission au Cambodge en faveur des enfants souffrant de malnutrition.

Meliponi.jpg

Meliponi est une ONG française qui agit à l’international et aide les associations et communautés à faire connaître leurs initiatives et à communiquer sur leurs actions en créant des vidéos avec les personnes concernées.