Comité : ECOSOC

Problématique : Arrêter les Violences et le Harcèlement Scolaire, Notamment les Violences Sexistes

Chair : Génesis Monge

INTRODUCTION

Plus d’un milliard d’enfants à travers le monde vont à l’école et la plupart d’entre eux profitent de leur droit à un environnement sûr et stimulant au sein de leur établissement. Malheureusement, ceci n’est pas le cas pour tous les enfants. Il existe différents types de violences manifestées aussi bien par les élèves que par les professeurs tels que, le harcèlement, les violences sexuels et sexiste, les punitions corporelles et la cyberintimidation, parmi d’autres.

 

Une revue des preuves disponibles a été entreprise par l’UNESCO et a trouvé qu’une proportion importante d’étudiant(e)s lesbiennes, gays, bisexuels et transgenre (LGBT) subissent à l’école des violences et du harcèlement, et 82% de cette jeune communauté LGBT rencontrait des difficultés au cours de leur scolarité.

L’éducation est une base fondamentale qui habilite et transforme les vies des jeunes, notamment des filles puisqu’elles ont moins accès à l’éducation. De plus, l’éducation est une clé essentielle pour le développement des nations ; il est donc extrêmement important d’avoir une éducation de qualité pour le bon développement des pays.

 

DEFINITIONS DE MOTS CLES

 

 

(Objectifs de développement durable, créé en Septembre 2015)

 

-G4 : Accès à une éducation de qualité.

-G5 : Égalité entre les sexes.

 

CONTEXTE GENERAL

Dès le début des premières civilisations humaines, il y a eu des manifestations de violence. Cependant, ce n’est qu’en 1993 que le psychologue norvégien Dan Olweus définit la notion de « Bullying ». Dans les années 70, Olweus commença une étude sur les suicides de quelques adolescents, et découvrit que ces adolescents avaient souffert  la violence physique et émotionnelle de la part de leurs camarades de classe. Olweus conclut son étude en appelant ce phénomène « Bullying ». Il choisit ce mot à cause de sa ressemblance au mot « Mobbing » qui est utilisé en étiologie pour décrire le phénomène dans lequel un groupe d’oiseaux attaque un individu d’une autre espèce.

 

La violence scolaire ou le harcèlement peuvent se présenter de différentes manières. Le harcèlement physique inclut le châtiment corporel effectué par des enfants ou des adultes. La violence psychologique  se manifeste par des abus verbaux et émotionnels, tels que : mépris et isolement, insultes, ignorance, diffusion de rumeurs, invention de commérages, etc.

Image de UNESCO, 2017

La technologie a entraîné de grands progrès dans notre société de façon positive. Par exemple, elle a permis de simplifier la vie en termes de santé, de communication et d’échanges. Malheureusement, elle peut aussi être utilisée de façon destructive ; un exemple étant la cyberintimidation, qui apporte une dimension ajoutée de risque et de souffrance. La cyberintimidation implique poster ou envoyer des messages électroniques, y compris les textes, photos ou vidéos, destinés à harceler, menacer ou cibler une autre personne via une variété de médias et plateformes sociales telles que les réseaux sociaux, chat room, blogs et SMS. Ceci permet aux malfaiteurs de rester anonymes et par conséquent de pouvoir harceler la victime à tout moment. De plus, les messages et images peuvent rapidement atteindre un très grand public. Si on analysait les cas récents de harcèlement dans les pays où la technologie est dans les mains de tous, on peut voir que c’est la manière la plus répandue par les agresseurs pour harceler leurs victimes.

         (Statistiques de cyberintimidation et de suicide, de NOBullying.com, 2015)

 

Les enfants et adolescents qui vivent dans un environnement difficile ont souvent un grand risque d’être soumis à des violences scolaires et au harcèlement. Ceux qui sont rendus vulnérables par la pauvreté, leur statut social, leur ethnicité, leur langue et culture, l’immigration, un déplacement, un handicap, une maladie ou bien parce qu’ils sont orphelins, auraient plus de chances d’être une cible.

Des études de l’UNICEF en 2016 indiquent que l’apparence physique, par exemple être en surpoids ou très maigre, est souvent une raison de harcèlement.

 

 

Les violences scolaires et le harcèlement peuvent se produire n’importe où ; par exemple dans et en dehors des salles de classes, autour des établissements scolaires , sur le chemin de l’école, ainsi que sur internet. En conclusion, les étudiants sont vulnérables partout, et certains même dans leur propre maison.  Les violences physiques dont les auteurs sont les professeurs ou d’autre membres du personnel peuvent également se produire, par exemple dans la cours de récréation, dans la salle de classe ou dans le contexte des sports scolaires. D’après un rapport du ministère de l’Education de la République de Corée en 2015, 75.5% des violences scolaires se produisent dans l’école et 24.5% se produisent à l’extérieur.

 

              Malheureusement, un grand nombre d’enfants et adolescents ne dénoncent pas ou ne demande pas d’aide face à ces situations de violence, alors qu’ils sont les plus vulnérables et ceux qui ont le plus besoin d’assistance. . Il y a beaucoup de motifs derrière ce silence face au harcèlement. Il peut s’agir d’un manque de confiance en les adultes, en particulier les professeurs, la peur de répercussions ou de représailles, le sentiment de culpabilité, de honte ou de confusion, l’inquiétude de ne pas être pris au sérieux ou ne pas savoir où chercher de l’aide. Les enfants et adolescents pensent souvent que les adultes, y compris les professeurs, ne voient pas le harcèlement ou pensent qu’ils n’arrivent pas à identifier certains actes comme du harcèlement même si les enfants y arrivent. Quand les auteurs des violences sont les professeurs ou d’autres membres du personnel, dénoncer la violence ou la maltraitance dont ils sont victime peut être particulièrement difficile pour les élèves puisqu’ils se sentent inférieurs par rapport à leurs professeurs.

 

La violence basée sur le genre en milieu scolaire (VBGMS) a toujours été un obstacle dans l’égalité et l’opportunité de l’éducation pour tous. Cette violence basée sur le genre des enfants entraîne les violences sexuels, physiques et psychologiques qui se déroulent à l’école ou sur le chemin de l’école. C’est la violence qui est perpétuée à cause des stéréotypes de genre, des pratiques discriminatoires et des relations inégales entre les genres. Cela inclut les menaces explicites ou des actes de violences physiques, le harcèlement, l’intimidation verbale ou sexuelle, les attouchements non-consensuels, la coercition sexuelle, l’agression sexuelle et le viol.

 

D’autre part, les enfants et adolescents LGBT dont l’orientation sexuelle ou l’identité de genre n’est pas conforme aux normes traditionnelles des sexes, sont disproportionnément affectés par les violences scolaires et le harcèlement. Le harcèlement homophobe cible les étudiants LGBT et les élèves de sexe non conforme qui ne sont pas LGBT. Les étudiants LGBT ont plus de probabilité de subir un harcèlement homophobe à l’école que à la maison ou dans la communauté, avec des violences psychologiques, incluant l’exclusion sociale et le harcèlement verbal, le plus fréquemment signalé.  

 

 

 

En conséquence, les enfants et les adolescents harcelés ont plus de probabilité que ceux qui ne sont pas harcelés de souffrir de difficultés interpersonnelles, de dépression, de solitude et d’anxiété, d’avoir une estime personnelle très basse, et d’avoir des pensées suicidaires ou de faire des tentatives de suicide. Les violences scolaires et le harcèlement ont aussi un impact sur la santé mentale et émotionnelle des auteurs et des témoins, aussi une violence physique peut causer des blessures fatales ou non-fatales ou d’autres sortes de dommages physiques. Les violences sexuelles portent le risque du VIH, ou de d’autres infections sexuellement transmises et de grossesse involontaire et, de plus, l’exposition à la violence et au harcèlement à un jeune âge peut avoir des conséquences négatives au long terme sur la santé.

 

 

CONTEXTE PAR CONTINENT ET PAYS

 

Etats Unis d’Amérique

Chaque jour aux USA, 160 000 élèves sèchent les cours de peur d’être harcelé, 15% d’absentéisme est directement associé à la peur d’être harcelé à l’école. 25% des professeurs ne voient rien de mal avec le harcèlement et par conséquent n’interviennent que dans 4% des cas, conduisant au fait que plus de deux-tiers des élèves trouvent que les écoles réagissent mal face au harcèlement. Cette situation a engendré plusieurs cas de suicide et de fusillades de masse, par exemple 40% des tireurs dans les lycées ont subi une forme de harcèlement. Par ce fait, les Etats Unis ont créé des programmes pour empêcher le harcèlement et les preuves disponibles suggèrent que ces programmes réduisent le taux général de harcèlement et de victimisation.

 

Afrique du Sud

Le harcèlement scolaire est devenu un problème critique en Afrique du Sud, les statistiques sur le harcèlement sont souvent négligées aussi bien par le public que par les écoles, qui ont tendance à prendre les incidents d’intimidation à la légère et ignorer le problème à cause d’un manque de préparation nécessaire pour gérer ces situations. Le pays a été soumis à tellement de violences qu’il n’y a plus de séparation claire entre le harcèlement et les violences qui ont été normalisées. Les violences de gang ont aussi incité les fonctionnaires à fermer 16 écoles pendant plusieurs jours après que les citoyens aient signalé avoir été blessés ou avoir été témoin d’un meurtre dans différents endroits. La décision de fermer des écoles a été prise après que des professeurs refusent de se rendre au travail de peur d’y laisser leur vie.

 

Europe

Le conseil de l’Europe promeut des programmes d’éducation pour les Droits de l’Homme et la citoyenneté pour aborder le harcèlement et les violences à l’école. Ces programmes d’éducation sont basés sur les principes de la Charte du Conseil de l’Europe sur l'Éducation à la Citoyenneté Démocratique et l'Éducation aux Droits de l’Homme que tous les 47 pays membres du conseil ont adopté. La Direction de la Citoyenneté Démocratique et de la Participation qui mène à bien les efforts du conseil de l’Europe pour combattre le harcèlement a créé une grande variété d’outils qui peuvent être utilisés dans la lutte contre le harcèlement. Entre autres, il y a des outils adaptés aux enfants et des outils d’éducation pour les professionnels de l’éducation à utiliser dans des écoles tel que le manuel Compasito sur les droits de l’Homme et à l’éducation pour les enfants.

 

SOLUTIONS POSSIBLES

 

 

D’après l’UNESCO il y 6 façons de combattre le harcèlement :

 

1. Renforcer le leadership politique et la mobilisation en vue d’éliminer la violence et le harcèlement à l’école.

 

2. Avertir les populations de la violence à l’encontre des enfants. Et leur faire part des conséquences bénéfiques du bannissement de la violence dans les écoles ainsi que des effets néfastes de la violence et du harcèlement à l’école.

 

3. Établir des partenariats, en s’assurant notamment la participation active des enfants et des adolescents, afin de combattre la violence et le harcèlement à l’école.

 

4. Développer la capacité du personnel éducatif et des enfants et des adolescents de prévenir et combattre la violence et le harcèlement à l’école.

 

5. Mettre en place des systèmes de signalement de la violence et du harcèlement à l’école et des services de soutien.

 

6. Améliorer la collecte de données et d’éléments factuels sur les causes, la nature, l’ampleur et l’impact de la violence et du harcèlement à l’école et sur les réponses efficaces qui y sont apportées.

 

BIBLIOGRAPHIE

http://unesdoc.unesco.org/images/0024/002469/246970e.pdf

http://unesdoc.unesco.org/images/0023/002321/232107E.pdf

http://www.un.org/sustainabledevelopment/education/

http://www.un.org/sustainabledevelopment/gender-equality/

https://bullyingnoway.gov.au/WhatIsBullying/DefinitionOfBullying

http://citiscope.org/habitatIII/explainer/2015/03/what-are-sustainable-development-goals

http://www.ungei.org/news/247_srgbv.html

https://en.oxforddictionaries.com

http://historiapedia.com/bullying/

https://nobullying.com/bullying-suicide-statistics/

http://www.legalservicesindia.com/articles/punish.htm