Published using Google Docs
Chili 20e 1980-1999
Updated automatically every 5 minutes

Chronologie du Chili de 1980 à 1999

1980

Des luttes de clans donnent naissance à plusieurs limogeages d’officiers supérieurs des services  de répression. Le général Odlanier Mena est remplacé à la tête de la Centrale nationale d’information (CNI).

La répression, qui s’est faite sélective dans les années précédentes, reprend un caractère de masse. Parallèlement à la répression officielle, se mettent en place des corps répressifs clandestins liés à des fractions de l’appareil d’Etat qui, comme le Commando des vengeurs martyrs (Covema, équivalent de l’Escadron de la mort brésilien), se chargent des bases besognes du régime et multiplie les enlèvements et les tortures des militants syndicaux.

La Grande-Bretagne lève l’embargo sur les ventes d’armes à Santiago. 

⇨ Le 10 août 1980, Pinochet annonce un référendum constitutionnel, le jour anniversaire du coup d’Etat. Le projet soumis à cette mascarade électorale prévoit l'institutionnalisation de la dictature de Pinochet. Il est prévu que l’armée garde sa mainmise politique au travers d’un Conseil national de sécurité.

Le 11 août 1980, le chef de la police civile démissionne à la suite d’accusations  selon lesquelles  certains de ses subordonnés seraient impliqués dans les enlèvements de militants syndicaux qui se multiplient.

Le 27 août 1980, meeting de protestation de la Démocratie chrétienne, toléré par Pinochet. Le gouvernement chilien laisse l’ancien président Edouardo Frei, dirigeant de la DC, exprimer son opposition au référendum. Plusieurs milliers de personnes attendent la fin de la réunion pour manifester contre la dictature et s’affronter aux policiers. C’est la plus grande manifestation d’opposition depuis le coup d’Etat de 1973.

Le 11 septembre 1980, référendum sur une Constitution imposée par la dictature militaire de Pinochet.

1982 

Crise économique. Elle stoppe les importations.

Le 22 janvier 1982, mort de l'ex-président Frei, dirigeant de la DC, empoisonné par la Dina.

1983 

Vastes mouvements de protestation (protestas).

⇨  En janvier 1983, création du FPMR, une dissidence du PC prônant la lutte armée.

1985 

Le Chicago boy Hernan Buchi devient ministre des finances.

1986 

Le 6 septembre 1986, attentat raté contre Pinochet. Un commando du Front patriotique Manuel Rodriguez (FPMR) bombarde le cortège du dictateur. Les représailles déclenchées par le pouvoir sont sanglantes : l'état de siège est décrété et la plupart des militants du FPMR sont arrêtés ou tués.

1987

Les prisonniers politiques sont regroupés à la prison de Santiago transformée en prison de haute sécurité.

Malgré les protestations de la CSU, le ministre chrétien-démocrate allemand Norbert Blüm se rend au Chili pour aider 14 Chiliens condamnés à mort. Il demande à Pinochet d’arrêter de pratiquer la torture. Il demande sans succès à visiter la colonie Dignidad. Il accuse la colonie d’avoir participé aux crimes commis sous le régime Pinochet.

1988 

Le parquet allemand ouvre une enquête contre certains membres de la colonie Dignidad.

Référendum plébiscite constitutionnel sur le prolongement du mandat du dictateur Pinochet au pouvoir :  57,8 % des Chiliens votent non.

Pinochet cède la place.

Plus de la moitié des habitants du grand Santiago sont des pauvres.

1989 

Les partis politiques qui forment alors la «Concertation» décident que les prisonniers politiques arrêtés en vertu de la loi antiterroriste seront exclus de toute amnistie.

⇨  Le 14 décembre 1989, le démocrate chrétien Patricio Alwyn est élu président de la République.

Augusto Pinochet reste commandant en chef des armées.

Années 1990

Les Mapuches commencent à se mobiliser autour de revendications essentiellement territoriales et culturelles. De nombreuses communautés exigent de retrouver des terres perdues, ainsi que l’accès à des forêts. Les Mapuches occupaient 10 millions d’hectares avant l’indépendance du Chili.

1990 

Au début de l’année 1990, départ du général Pinochet. 35.000 personnes ont été torturées sous la dictature de Pinochet.

⇨  Le 29 janvier 1990, 49 prisonniers politiques du FPMR s'évadent de la prison de Santiago après avoir creusé en 18 mois un tunnel de 60 mètres.

Retour de la démocratie parlementaire.

Gouvernement de la Concertation démocratique, coalition de centre-gauche (PS et démocratie chrétienne).

1996

En juin 1996, premières investigations de Luis Enriquez contre la colonie Dignidad suite à des plaintes d’enfants chiliens violés. Après plusieurs mois d’enquête, les indices réunis par la police chilienne suffisent à émettre une mandat d’arrêt contre Pal Schäfer.

1997

En juillet 1997, deux jeunes s’échappent de la colonie Dignidad.

1998 

Le 16 octobre 1998, à la demande des autorités judiciaires espagnoles et du juge espagnol Balthazar Garzón, le général Augusto Pinochet est arrêté à Londres.