Les questions à une journaliste correspondante en Turquie.

Le 28 novembre 2017, les élèves du Lycée Saint Benoît ont assisté à une conférence avec une journaliste correspondante qui s'appelle Camille Lafrance dans la salle Silhouette. Les élèves l’ont écoutée raconter ses expériences après ils lui ont posé des questions sur le journalisme et sur le travail correspondante dans un autre pays.Les élèves se sont informés sur le journalisme.

Mardi dernier, le 28 novembre 2017, Camille Lafrance, une journaliste correspondante est venue au lycée Saint-Benoît.  Elle a expliqué son travail de journaliste et elle a répondu au sujet de la liberté que donne le numérique dans son travail.Elle a aussi précisé pour quel média elle préférait travailler.        

Camille Lafrance a dit qu’elle exerçait son travail librement. Mais c’est parfois un problème de trouver un média qui accepte les sujets qu’elle propose.

Camille Lafrance a travaillé pour la radio pendant longtemps. Elle a également travaillé pour la télé mais quand on lui a demandé de choisir le média qu’elle préférait, elle n’a pas pu choisir parce qu’elle pense ça dépend de quelle chaîne. Elle préfère travailler pour les médias qui suivent des sur le long terme. Elle préfère la presse écrite maintenant mais ça peut changer.

L1E




 

La semaine dernière, la journaliste française, Mme Camille LAFRANCE est venue informer les élèves du lycée Saint Benoît sur la presse et les médias. De nos jours, grâce à la technologie obtenir une information est très facile. Pendant sa conférence, Madame Lafrance a expliqué les étapes nécessaires pour l’obtenir.

    D’après  Mme Lafrance, la première étape pour obtenir l’information est de lire, d’écouter et de regarder l’actualité tous les jours, au minimum 10 minutes. La deuxième étape est de télécharger des applications de média sur son smartphone ou sur sa tablette. On peut rechercher des mots-clefs et tout ce qui nous intéresse sur l’internet. Une autre étape est d’aller à la médiathèque pour consulter des titres spécialisés pour les jeunes. Des sites comme globe-reporters.com donnent beaucoup d’opportunité aux jeunes.

   L’une des élèves a demandé à Mme Lafrance si la presse papier pour jeunes était menacée par les réseaux sociaux. Mme Lafrance lui a répondu “Tous les médias peuvent se sentir menacés. Depuis le développement de l’internet, il y en a beaucoup qui ont réagi en créant des supports pour l’internet. La presse pour jeunes, ça va dépendre de vous. Si vous n’avez pas le réflexe d’aller sur les réseaux, ça sera mieux pour vous. 

    Camille Lafrance a répondu à la question suivante sur le journal qu’elle suggère pour les jeunes. La journaliste a dit qu’il y avait beaucoup de choix pour les jeunes. Elle a parlé d’une BD qui s’appelait “Topo” et qui existait à la médiathèque du lycée. Elle a insisté sur la facilité de lire des bandes dessinées grâce à leurs images et a ajouté que les élèves du lycée avaient de la chance de pouvoir lire et de s’abonner aux plusieurs type de magazines (quotidien, hebdomadaire, mensuel) pour jeunes.

    D’après Mme Lafrance, l’essentiel est de bien chercher et comparer l’information et la vérifier en faisant un peu d’effort. La rencontre avec Madame Lafrance, sur la presse et les médias a apporté un autre regard aux lycéens qui étudieront le sujet pendant leurs cours de français.

Lycée 1 H




  Notre Rencontre Avec Camille Lafrance

 Madame Lafrance est venu à notre école pour nous nous parler du métier correspondant à l’étranger à travers son expérience.

 

Mardi, le 28 Novembre 2017,la journaliste Camille Lafrance est venue à notre école pour nous informer sur les points positifs et négatifs de son métier.

 

Photo de Nil Keskin, Camille Lafrance, Lycée Saint Benoît

 D’abord elle s’est présentée et après elle a parlé de la route d’information. Elle a partagé ses précieuses idées avec nous. Elle a dit que la partie la  plus difficile était le montage des vidéos et des photos (toutes les illustrations que vous avez). Et quand le journaliste a fait le montage, tous les lecteurs peuvent le regarder ou le lire chez eux.

 Camille Lafrance qui est une correspondante française très célèbre est venue à notre école. Elle a dit quêtre une journaliste correspondante est un travail difficile. En effet elle a travaillé en Tunisie. Elle a montré les photos des journalistes correspondants qui parlent avec le futur président de la Tunisie. Ella a suivi des élections en Tunisie. Ella a fait des vidéos d’elle après l’attentat. Elle a dit comment faire un reportage et trouver des idées pour le reportage.

Puis on a posé des questions:

Est-ce que vous trouvez difficile de s'adapter au lieu où vous travaillez?

Madame LaFrance nous a dit que la difficulté de vivre à l’étranger change de lieu en lieu et que cela dépend de la culture du pays où elle est allée travailler. Elle a aussi dit qu’en Tunisie, elle a trouvé dur d’être une femme car elle a eu des problèmes pour s’adapter à la préférence de vêtement car ce n’est pas la même que celle en Europe. Par exemple, en france, comme dans  la  majorité de l’Europe, les femmes ont la liberté de porter tout ce qu’elles veulent. Alors qu’en Tunisie, les femmes reçoivent 33% moins d’argent par rapport aux hommes, elles préfèrent de porter des vêtements traditionnels de la Tunisie.

Pourquoi vous avez choisi d'être journaliste à l’étranger?

Madame Lafrance nous a dit que pendant qu’elle travaillait à la radio les dirigeants lui ont offert d'être une correspondante. Elle l’a accepté et elle est allée en Tunisie. Après 4 ans, elle est venue ici, en Turquie. Elle aime découvrir un pays différent.  

 Photo de Nil Keskin, Camille Lafrance, Lycée Saint Benoît

   

      On a découvert plusieurs sources pour les jeunes afin d’apprendre les nouvelles. Elle nous a expliqué les avantages et les désavantages de faire un métier de correspondant, les moments difficiles de travailler à l'étranger. Elle parle aussi sur ‘’comment on peut s’informer’’. Elle a travaillé pour Geo Ado que nous lisons cette année.

     Grâce à cette rencontre qui est faite dans notre lycée, on a eu la chance de faire connaissance avec Madame Camille Lafrance. On lui a posé plusieurs questions. Elle a répondu à tout. Donc, on a appris beaucoup d’informations.

Les élèves de 9-C                                          

2017-2018




                 “JE VEUX M’INFORMER MAIS COMMENT ? “

                                           

   

La semaine dernière, une journaliste française est venue à notre école pour nous   informer sur la presse et les médias. L’un de points importants de sa conférence était comment s’informer.

  Savoir ce qui se passe dans le monde entier est très important. Pendant son intervention, la journaliste, Mme Camille Lafrance a insisté sur l’importance de s’informer et a partagé avec les élèves les étapes nécessaires pour trouver la vraie information. Elle a parlé de la facilité de s’informer grâce à la technologie. Premièrement, elle a conseillé d'écouter ou de lire l'actualité chaque jour, au minimum 10 minutes pour être au courant des nouvelles. Deuxièmement, elle pense que c’est très utile de télécharger des applications de médias ainsi nous pouvons tout apprendre tout de suite. S’abonner à un journal aussi est important.

   Suite aux explications, nous lui avons demandé si la presse papier pour jeunes était menacée par les réseaux sociaux. Sa réponse était “Toutes les presses peuvent se sentir menacée à cause de développement d’internet.” Deuxièmement, nous avons voulu savoir son journal préféré pour les jeunes et des sites internet adaptés à notre niveau de français. Madame Lafrance nous a parlé du magazine Géo Ado et de TV5 Monde et de France 24.

   L’une de nos questions était sur les moyens de s’informer objectivement. Madame Lafrance a dit que si les jeunes avaient la curiosité, ils pourraient aller à la médiathèque et consulter de différentes sources et qu’ils pouvaient trouver beaucoup d’informations. De plus, les jeunes peuvent télécharger des applications, des médias sur leur smartphone pour suivre l'actualité. Elle a conseillé encore une fois d’écouter les nouvelles, au minimum 10 minutes chaque jour ou de regarder des documentaires. Finalement, elle nous a conseillé de comparer toutes les sources autour d’un même sujet.

   

En conclusion, s’informer est très important. Cette rencontre avec une vraie journaliste était une expérience très intéressante et utile pour nous, les jeunes. Nous étions impressionnés par son style, son travail et nous avons beaucoup apprécié sa présentation très compréhensible.

L1 G




 ACTUALITẾ     

UNE CONFÉRENCE AVEC CAMILLE LAFRANCE

Nous avons accueilli Mme.Camille Lafrance en cette année scolaire 2017-2018.

    Camille Lafrance est une journaliste française indépendante qui travaille en Turquie depuis 5 ans. Elle a aussi travaillé  dans des différents pays comme Tunisie et France.

   Madame Lafrance a visité le lycée Saint Benoît et a animé une conférence avec les élèves de notre lycée le 29 Novembre 2017. Nous lui avons posé des questions sur la presse et les médias.

Quelles sont les différences dans le métier de journalisme entre votre pays et la Turquie?

     Il est très compliqué de répondre à cette question car je ne travaille pas dans mon pays depuis longtemps. J’ai commencé à apprendre le Turc mais  encore c’est très difficile de faire l’interview seule avec une personne qui est turque. J’ai besoin de traducteur. Après évidemment le contexte n’est pas le même en Turquie et en France et non plus en Tunisie. Il y a des différentes manières de comprendre les choses.

 Quand vous faites un reportage est-ce que vous pouvez poser toutes les questions que vous voulez?

Moi, je pars du principe. Je peux poser toutes les questions que je veux mais avant de poser mes questions, je me pose plus de questions.Il faut même poser des questions sur des sujets que les autres ne connaissent pas. J’essaie de me mettre à la place du lecteur de l'éditeur et du téléspectateur et par contre pour moi, il est très important de ne pas mettre mal à l’aise les personnes que j’interviewe donc s’ils n’ont pas envie de répondre, je ne vais pas les forcer à répondre.

Les élèves de la classe 9F.                             





 

ÊTRE UN CORRESPONDANT À L'ÉTRANGER :

RENCONTRE AVEC MADAME CAMILLE LAFRANCE

 

 Le 28 novembre 2017, la journaliste de correspondant Mme Camille Lafrance est venue à notre école, Lycée Saint-Benoît.

Elle a expliqué son métier (les difficultés, les avantages…) et elle a répondu à nos questions.

 

             https://lh5.googleusercontent.com/V8cCNiazUFkFyMZnevbKt3rbLVlAutSryGy-Vms11C5W8_3aqFT4HJrlmAtPe3jbg04WVaykeq-XJlX9ZhWPVlWb26UnIy2f5aXNhlT_nLUw9vgxrEDX-8OFy0ptJNUUoEqnjZ1v

 

Nous, les élèves du lycée I B, avons posé deux questions à Mme Lafrance.

 

Premièrement, on lui a demandé si elle pensait que l’honnêteté joue un rôle important dans ce métier. Elle a dit que oui et elle a ajouté que c’est une émotion qui joue un rôle important. À son avis, pour bien faire ce travail, il ne faut pas juger des personnes qu’on interviewe: même si on n’a pas le même point de vue.

 

Elle pense qu’il faut garder une distance. Selon sa réponse, on peut penser que l'honnêteté est une bonne émotion par contre ce n’est pas toujours, pour cela qu'il ne faut pas attaquer aux personnes qui ont de différents points de vue.

 

Deuxièmement, on lui ai demandé si elle avait une idole pour ce métier et si oui,c’était qui. Elle a répondu qu’elle n’avait pas d’idole mais il y avait des journalistes et des médias qu’elle admirait beaucoup, et elle a ajouté qu’elle aimait les médias et les émissions. Selon sa réponse, on peut dire qu’elle n’a pas d’idole d’inspiration mais il y a des médias et des journalistes qu’elle admire beaucoup. Nous pensons qu’elle est devenue une grande correspondante grâce à son admiration.

 https://lh4.googleusercontent.com/n2jQwNgITK9HIEDx_NNIcrJ1thy5GC-ta5UxoKNWP7SEWAKAOT_VWP-iHaFs1ZDmaIinoyGsaDjbehfb41ErdNXTtANAPsVkE8PxZXYrMuTe2Q96jhKVjmqq933royHjq-0y49SM

 

              Merci à Madame Camille Lafrance pour venir à notre lycée et faire une bonne présentation à nous! Grâce à elle, on a appris beaucoup de choses sur être un correspondant à l'étranger! :

                                                   

Correspondant à l’étranger

 

Travailler à l’étranger est un sujet très important pour les personnes qui veulent améliorer leurs études à un niveau international. Comme Camille LaFrance, travailler à l’étranger peut être une expérience très intéressante pour faire mieux notre métier et connaître de nouvelles cultures.

Elle est allée en Tunisie pour apprendre une nouvelle culture et faire son métier là-bas, journaliste. Elle a travaillé pour des journaux et la télévision. Et maintenant elle continue de faire son métier à Istanbul.

Mais comment on peut travailler à l’étranger dans cette âge très tôt? Par exemple, il y a des programme pour nous comme 1 an de l’échange scolaire à la France. On peut faire nos études là pour mieux comprendre la langue français et son culture. On apprend bien la langue français au lycée SB maternelle de vrai Français. Ce pour cela qu’à nos avis, correspondent à l’étranger est bien pour améliorer notre culture.

 

TRAVAİLLER A L’ETRANGER  

Camille Lafrance est une journaliste française. Elle a 32 ans. Elle a travaillé en Tunisie pour 4 ans. Elle a dit que c’était trop difficile d’être une femme correspondante en Tunisie. Elle doit voyager tout le temps pour son métier. La chose la plus difficile, c’était décrire et expliquer la pauvreté des gens. Maintenant elle est en Turquie pour continuer son travail. D’après elle, travailler en Turquie est plus facile que travailler en Tunisie.

 

 Les élèves de la classe 9B.                             




LES LYCÉENS RENCONTRENT UNE JOURNALISTE FRANÇAISE

Camille Lafrance, journaliste internationale, a donné une conférence sur le métier de correspondante au lycée Saint Benoît la semaine dernière.

                

Mme Lafrance explique le métier de journaliste aux élèves.

La journaliste a expliqué aux élèves qu'une correspondante travaille dans des pays étrangers, voyage, rencontre des gens et suit des grands événements.

Avant la Turquie, elle travaillait en Tunisie où elle a suivi des élections et écrit sur réfugiés. Elle a expliqué comment être une bonne journaliste :

"Vous devez avoir un sujet passionnant et bien expliquer aux lecteurs."

Un élève lui a demandé quelles étaient les difficultés du métier. Elle a répondu: « Une difficulté est de chercher si l’information est juste parce qu’il y a beaucoup d’informations fausses. »
L’une des élèves a demandé

 quelles études on devait faire. Elle a expliqué que c'était difficile car “les places sont chères”. On doit aller dans une école de journalisme pour trouver un bon travail.

Les élèves étaient très contents de l’accueillir dans leur lycée.


             
Les élèves de 9A





INTERVIEW

 La journaliste Camille Lafrance au     Lycée Saint Benoît d’Istanbul

    La semaine dernière, le lycée Saint Benoît a accueilli la journaliste Camille Lafrance pour connaître plus d’information sur son métier de correspondante.

  comme La Presse et Médias est le nouveau sujet qu’on aborde en classe, ça nous aide beaucoup. Madame Camille Lafrance  nous a informée sur les grands titres de la presse  comme “La route de l’Information : l’information part du terrain, rédiger un article ou faire du montage, le métier de correspondante, suivre l’actualité, les conférences de presse, comment suivre des élections, monter des reportages, trouver des idées de reportages en dehors de l’actualité, rédiger des articles pour des médias différents et le journalisme.”

Actuellement, s’il n’y a pas de correspondantes, personne ne pourrait savoir la vérité. Alors  faire un travail sérieux et de poursuivre les étapes sont très important.

Si on ne savait si l’information était  vrai ou fausse ça deviendrait un canular. Donc pour éviter cette situation, les correspondantes font des vérifications de l’information. Ils comparent  les sources. Mais il ne font pas des recherches sur n’importe quoi, ils choisissent des citations attentivement. Pour créer la meilleure nouvelle, ils devraient être plus objectifs sinon on les confondrait  avec des journalistes de magazine. Ils devraient analyser la nouvelle  dans son contexte. Puis ils résumaient l’article et le vurgaliser. Finalement ils devraient finaliser l’article et la diffuser sur divers médias..

        

      Pour publier un article ils devraient passer par des étapes : rédiger l’article ou faire le montage.

 Ils pourraient couper des images ou des sons pour améliorer l’article. Après toutes ces étapes l’information arrivait dans votre salon ou sur votre smartphone et vous pourriez regarder cette information quand vous voudriez.

Pendant l’entretien  les auditeurs ont posé des questions comme : “Mais qui fabrique l’information ?” Qu’es-ce que le métier de correspondant ?”

 Des journalistes qui travaillent à l’étranger pour les rédactions  des médias de leur pays d’origine s’appellent les correspondants. Un correspondant est toujours indépendant pour travailler dans plusieurs médias. Un correspondant devraient faire un travail de terrain.

Les étapes d’un travail de terrain sont se déplacer pour apprendre des informations, plus aller à la rencontre des gens pour les savoir , suivre les grands événements pour savoir les événements et aller aux conférences de presse pour améliorer leurs informations. La chose la plus importante  est d’aller chercher l’information. Si les correspondants ne cherchent pas ils ne peuvent pas savoir l’événement. Ils devraient suivre l’actualité pour savoir la politique du pays. Ils suivent des élections aussi pour savoir la situation du pays. Et bien sûr ils attendent les résultats pour savoir la situation finale. Puis ils devraient aller à l’assemblée nationale pour suivre les discussions des députés puis le vote d'après  les lois. Finalement ils écrivent et après ils montent leur reportage. Quand un interview prend fin les

correspondants rédigent l’article.

Dernièrement les auditeurs ont posé la question au journaliste :”Quels médias pour quel type d’information?”

 Les correspondants ne cherchent pas les mêmes informations selon les médias qu’ils  consultent. Quand des personnes font des choix ils peuvent s’informer sur les radios, les télévisions ou sur internet. Ils peuvent trouver l’information rapidement sur internet. Pour être informé via des enquêtes des personnes, ils peuvent écouter, regarder ou lire l’actualité un peu tous les jours, télécharger des applications de médias, aller à la médiathèque pour consulter des titres spécialisés pour les jeunes, lire les articles de leurs camarades sur le site de Globe Reporters etc.  

 

Lara Kader, Efe Çalışkan, Ata Develioğlu 9D



 Comment s’informer en français

  Camille Lafrance, une journaliste correspondante très connue en France est venue à notre lycée pour donner une conférence où elle a expliqué comment on peut s’informer en français et elle a conseillé pleins de sites de médias et magazines accessibles aux élèves étrangers.

        Selon Camille Lafrance, on doit écouter, regarder et lire les actualités tous les jours.                

       Elle pense que l’on peut avant tout consulter la médiathèque de notre lycée et trouver beaucoup d’informations dans les revues pour les jeunes, surtout dans Géo Ado à laquelle nous sommes abonnés.                                                                                                                                                                                    

        D’après la journaliste,  il n y a pas de critiques précis des journaux qui sont pour les jeunes. Ce qui est important, ce sont les sujets qui sont dans les magazines ou les journaux.

Cependant, elle trouve que les bandes dessinées sont faciles à lire et elle nous les propose vivement. Elle nous recommande surtout “Topo” qui est une revue en BD intéressante et ludique pour les jeunes qui veulent améliorer leur français.

       

         De plus, il faut regarder le journal sur les chaînes comme TV5 Monde, France 24 et Il faut écouter “les actualités en français facile” sur RFI pendant 10 minutes tous les jours. Pour cela, il suffit de télécharger une application. L’avantage de RFI est qu’il transmet les informations spécialement pour les étrangers.          

       Finalement, grâce à Camille Lafrance, nous avons appris que nous pouvions accéder aux actualités en français facilement et rapidement.

Alors, prenez votre portable et écoutez RFI. Ne vous privez pas de l’information! “Il faut que ça devienne une habitude, un réflexe.”


             
Les élèves de 9I