https://lh6.googleusercontent.com/uXyMg6jYpcUWZn7BEOMh_cocDEeW9rmHMN0tLbVYakV1va9165kH2zXBunhVlhA7WQE7c6qC9c2FKcQBegsLdMo6LidL-EAoExBoIT2NGfYFFA6doqTTw7h_7Nv-JFfBhNWYVjNF

Les dirigeants mondiaux appellent à plus d’investissements en faveur de la planification familiale pour générer des retombées sociales et économiques dans les pays en développement

Les orateurs de l’ICFP soulignent les impacts considérables des investissements dans les moyens de contraception modernes le même jour que les donateurs annoncent des financements supplémentaires de $350M USD pour la planification familiale

Kigali, Rwanda (13 novembre 2018) – Dans ses propos tenus aujourd’hui en présence d’économistes et de jeunes défenseurs de la planification familiale lors de la Conférence internationale sur la planification familiale (ICFP) 2018, Dr. Uzziel Ndagijimana, Ministre des finances et de la planification économique de la République du Rwanda, a mis l’accent sur les bienfaits de la planification familiale dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’économie et de l’environnement. Devant un public de plus de 3 700 personnes, les différents orateurs ont appelé à une hausse des financements destinés aux programmes visant à élargir l’accès aux moyens de contraception dans les pays en développement en vue de promouvoir la stabilité à long terme et la croissance économique. L’événement fait l’objet de retransmissions en direct, toutes accessibles ici.

Dans les heures avant et après de la plénière, trois principaux donateurs ont fait des annonces liées au financement de la planification familiale :

Ces annonces ont complété la session plénière du matin, où Dr. Ndagijimana a été rejoint d’une table ronde par Dr. Ernesto Pernia, Ministre de la planification économique des Philippines et Annette Dixon, Vice-Présidente du Département du développement humain à la Banque mondiale, pour une discussion table ronde du rôle essentiel de la planification familiale dans la réalisation du dividende démographique. Ce dernier est défini par les experts comme le potentiel de croissance économique résultant de l’évolution de la pyramide des âges d’une population donnée. Les progrès en matière de santé et d’accès des femmes aux moyens de contraception entraînent une baisse des taux de natalité ainsi qu’une hausse de la population active et une diminution du nombre d’inactifs. Si ce dividende est combiné à des investissements appropriés dans les domaines social et économique, les pays concernés ont toutes les chances de connaître une croissance économique soutenue.

« Le dividende démographique se réfère aux gains de croissance économique et aux changements de la pyramide des âges lorsque nous avons une plus grande population en âge de travailler et moins de personnes à charge, » a expliqué le Dr. Uzziel Ndagijimana, Ministre des finances et de la planification économique du Rwanda. « Pour que cette population active génère un dividende, elle doit être équipée des bonnes connaissances et compétences [dont la planification familiale] pour être productive et contribuer à la croissance économique. »

Les participants à la plénière ont souligné qu’une période critique s’ouvrait pour la planète : sur les 1,2 milliard de jeunes âgés de 10 à 19 qui vivent dans les pays en développement, plus de la moitié n’a toujours pas accès à des moyens de contraception. Ils ont indiqué qu’un meilleur accès à des services de santé reproductive pouvait permettre à cette jeune génération de planifier les naissances, améliorant ainsi ses chances de poursuivre des études, d’intégrer la population active et de devenir la prochaine génération d’adultes productifs, aptes à élever des enfants en bonne santé et à contribuer à la prospérité économique.

Hans-Peter Kohler, démographe et économiste à l’université de Pennsylvanie ainsi que Jane Nyathi, jeune leader ICFP de 24 ans originaire du Zimbabwe, ont de nouveau attiré l’attention sur ces points lors d’une deuxième table ronde, clôturée par un message spécial de l'environnementaliste Jane Goodall.

Mlle Jane Nyathi a expliqué que « les questions de planification familiale affectent d’abord les jeunes. [De nombreux] pays africains n’ont pas encore réalisé leurs engagements [FP2020], et [par conséquence] l’avenir des personnes en est diminué, voire détruit. Il est important de prendre les jeunes au sérieux, car nous sommes le présent et nous sommes l’avenir. »

Outre la réduction des décès de mères et de nouveau-nés, ainsi que le recul des abandons scolaires liés à des grossesses précoces, les experts estiment que la réalisation d’un accès universel aux services de santé sexuelle et reproductive d’ici 2030 ainsi que l’élimination des besoins non comblés en matière de contraception moderne d’ici 2040 produiraient des bénéfices sanitaires et économiques de 120 dollars US pour chaque dollar dépensé.[1] Des études suggèrent également que des investissements suffisants dans les services de planification familiale volontaire et l’éducation des filles se traduiraient par une baisse des émissions de carbone avoisinant les 60 gigatonnes d’ici à 2050.[2] 

À l’issue de la plénière du matin, Première Dame de la République du Rwanda, Mme Jeannette Kagame, a été rejointe par d’éminentes femmes d’influence, parmi lesquelles S. E. Mme Martine Moïse, Première Dame d’Haïti, S. E. Mme Toyin Ojora-Saraki, fondatrice de Wellbeing Foundation Africa et, Son Altesse Royale la Princesse Sarah Zeid de Jordanie lors d’un panel de discussion intitulée Femmes d’impact : des leaders mondiaux qui créent des changements positifs.

« Voilà ce que signifie le leadership des femmes. Nous catalysons le changement positif, nous dirigeons sans imposer. Nous relevons les défis de manière frontale, en ‘leaders naturelles’ que nous sommes, » a soutenu la Première Dame du Rwanda, Mme Jeannette Kagame. « Notre savoir collectif, nos compétences et nos expériences vastes et variées, nous aideront à innover, à défier les normes et les standards qui ne promeuvent pas l’égalité, et à toujours trouver les meilleures solutions possibles, celles qui s’assurent véritablement que ‘personne ne soit laissé de côté’ ».

Une autre séance de la journée a été consacrée à la santé communautaire. La discussion a porté sur la manière de surmonter les obstacles à l'accès à un programme de fourniture de services de planification familiale basé sur la communauté par les agents de santé communautaires (CHWs).

Mme Katty Mugeni, responsable de l’unité mère-enfant et de la communauté du Centre biomédical du Rwanda (RBC), a déclaré, « La planification familiale est une priorité au Rwanda, nous ne le proclame pas seulement, mais nous la mettons en œuvre ! »

La ministre de la santé de la République du Rwanda, le docteur Diane Gashumba, a salué le travail accompli par les CHWs au Rwanda, en disant : « Le travail que vous accomplissez est gratuit, grâce à vos efforts, nous avons atteint les objectifs de développement du Millénaire liés à la santé grâce à votre contribution importante. » Les CHWs contribuent à sensibiliser à l’importance de la planification familiale, les renseignent sur les méthodes existantes et fournissent des services à ceux qui choisissent de l’utiliser.

Ce soir, ces femmes d’influence participent aux côtés de dirigeants politiques, de défenseurs de la planification familiale et de célébrités à une réception de personnalité de marque, Evening among the stars, co-organisée par Population Services International. Un prix était décerné à cette occasion à quatre personnes ayant énormément œuvré pour la diffusion de moyens de contraception moderne. PSI a remis également un Young Maverick Award à un(e) jeune philanthrope ayant contribué à révolutionner l’accès aux soins de santé reproductive.

Parmi les principaux temps forts des prochains jours, citons :

###

À PROPOS DE L’ICFP : Organisée tous les deux ans depuis 2009, la Conférence internationale sur la planification familiale (ICFP) sert de plateforme d’influence stratégique pour la communauté de la planification familiale à travers le monde. Elle offre à des scientifiques, des chercheurs, des décideurs et à des défenseurs de la planification familiale l’occasion de diffuser leurs connaissances, de célébrer des réussites et d’identifier les prochaines étapes vers la réalisation de l’objectif d’offrir à 120 millions de femmes supplémentaires un accès à une contraception volontaire et de qualité d’ici 2020.

L’édition 2018 de l’ICFP est co-organisée  par l’Institut Bill et Melinda Gates pour la population et la santé de la reproduction, au sein du département de la population, de la famille et de la santé reproductive de l’École Bloomberg de santé publique de l’université John Hopkins, et par le Ministère de la santé de la République du Rwanda. Elle a été rendue possible grâce au soutien d’un noyau d’acteurs : le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), la Fondation Bill et Melinda Gates, la Fondation David et Lucile Packard, la Fondation William et Flora Hewlett, le Département du Royaume-Uni pour le développement international (DfID), la Fédération internationale pour la planification familiale (IPPF), Family Planning 2020 (FP2020), la Fondation des Nations Unies (UNF), le Gouvernement des Pays-Bas et Marie Stopes International (MSI), ainsi que le Comité directeur international, constitué de plus d’une cinquantaine d’organisations partenaires, et le Comité directeur national de l’ICFP. Pour en savoir plus sur l’ICFP, rendez-vous sur le site : http://2018.fpconference.org/?lang=fr

RESSOURCES POUR LES MÉDIAS : des ressources en ligne pour les médias, y compris le programme à l’intention des médias et les communiqués de presse, sont disponibles ici. L’intégralité du programme est disponible ici.

LIVESTREAM : des retransmissions en direct (livestream) sont accessibles depuis le programme de la conférence virtuelle ICFP ici.

RÉSEAUX SOCIAUX : pour en savoir plus sur l’ICFP, suivez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram et sur le portail de ressources numériques de l’ICFP.


CONTACT MÉDIAS : Global Health Strategies (icfp2018@globalhealthstrategies.com)


[1] Hans-Peter Kohler et Jere R. Behrman. Copenhagen Consensus Center. Post-2015 Consensus : Population and Demography Assessment, Summary of Targets from the Paper. 2014. http://www.copenhagenconsensus.com/publication/post-2015-consensus-population-and-demography-
assessment-kohler-behrman (en anglais)

[2] Project Drawdown. 2014. http://www.drawdown.org/solutions/women-and-girls/family-planning (en anglais)