Published using Google Docs
Plantes médicinales et grossesse
Updated automatically every 5 minutes

Quelles plantes médicinales à utiliser pendant la grossesse?

 

Publié dans « En attendant bébé », la revue de la Maison des Naissances Colette-Julien

Révisé Septembre 2020

 

Par Sarah-Maria LeBlanc,

Herboriste-Thérapeute Accréditée (HTA) spécialisée en santé des femmes  

www.sarah-maria-herboriste.com

 

Dans ma pratique, j'entends de nombreuses femmes se questionner sur l'utilisation des plantes pendant la grossesse. Des informations sont disponibles à travers plusieurs médiums : livres, internet, conseillers... et sont parfois contradictoires. À travers la famille, les amis, plusieurs femmes se sentent un peu perdues et ont de la difficulté à discerner les plantes sécuritaires lors de ce moment important. J'essaierai d'amener un peu de clarté et de sécurité à travers ce brouillard d'informations et d'agrandir la réflexion pour nous permettre une compréhension plus juste.

 

Ce que l'on souhaite dans la grossesse

 

Lorsque la vie grandit dans un ventre de femme, nous voulons tout favoriser pour la supporter. Nous allons choisir des plantes nutritives, qui vont venir apporter des vitamines et minéraux dans le sang, comme l'ortie ou le trèfle rouge, par exemple. Ensuite nous voulons renforcir l'utérus, la matrice qui permettra à la vie de croître en toute sécurité. Nous prendrons alors des toniques utérins. Important : tonique ne veut pas dire stimulant, au contraire de ce qu'on peut interpréter. Tonique veut dire que ça donne de la force à l'organe ou partie du corps concernée. C'est pourquoi le framboisier est considéré comme la plante de la femme et de la grossesse. Contrairement à ce qui circule parfois, le framboisier n'est ni stimulant ni emménagogue, il est donc sécuritaire pour la femme. Parce que la grossesse peut être parfois exigeante au niveau intérieur, particulièrement les trois premiers mois, il est soutenant d'utiliser des toniques nerveux ou des calmantes, comme la scutellaire et la mélisse ou comme la camomille et l'avoine, ces dernières étant également très nutritives . Notre digestion peut être aussi dérangée par les changements hormonaux et physiologiques (l'intestin et l'utérus sont très proches anatomiquement l'un de l'autre). On aura avantage à prendre des plantes carminatives ou digestives, comme la mélisse et la camomille. Ainsi, l’on essaiera de choisir des plantes qui possèdent plusieurs propriétés recherchées.

 

Sous quelle forme on les prend, ces plantes  ?

 

En général, on suggère de consommer les plantes en infusion ou en décoction lors de la grossesse, comme si elles étaient un aliment à intégrer dans notre vie. Il arrive parfois, cependant, qu'on ait besoin d'un petit coup de pouce supplémentaire. Dans certains cas, il est nécessaire ou plus pratique de prendre les plantes sous forme de capsules ou de teinture. Dans le cas d'une prise d'une plante en teinture qui nécessiterait des plus grosses doses, il peut être judicieux, pour éviter de consommer de l'alcool, de déposer les gouttes de teinture dans de l'eau chaude et de laisser l'alcool s'évaporer un peu de l'eau avant de la boire.

 

Des propriétés spécifiques

 

Il y aurait beaucoup à écrire sur les plantes à utiliser en cas de constipation ou d'acidité, d'infections lors de la grossesse, de diabète gestationnel, de haute pression, de grossesses à risque, etc. Mais chaque cas est différent, c'est pourquoi  il est préférable de consulter un-e herboriste-thérapeute ou un-e naturopathe et bien sûr, d'en parler avec votre sage-femme.

 

 

Ce que l’on souhaite éviter

 

Nous éviterons les plantes qui contiennent des alcaloïdes, la plupart des plantes qui stimulent le foie, les stimulants utérins, les emménagogues et abortives, les modificateurs hormonaux, les stimulants lymphatiques et sanguins, les laxatives fortes, les stimulantes du système nerveux (incluant le café et le thé noir selon certaines recherches) et les plantes qui contiennent des fortes huiles essentielles.

 

En conclusion...

 

S'il est important de bien s'informer avant d'utiliser les plantes lors de la grossesse, il serait dommage de se priver des vertus de nos chères alliées lorsqu'on en a besoin parce que nous en avons peur. En ce sens, éduquons-nous et notre entourage à l'usage des simples et utilisons-les comme tant de femmes l'ont fait avant nous depuis des milliers d'années pour soutenir la grossesse et préparer l'accouchement.

 

Plantes sécuritaires communément utilisées lors de la grossesse

Nom commun

Nom latin

Commentaires

Ail

Allium sativum

Fait baisser la pression artérielle

Anis

Pimpinella anisum

À petite doses pour la digestion au besoin

Aubépine

Crataegus spp

Régularise les fonctions cardio-vasculaires

Avoine

Avena Sativa

 

Camomille

Matricaria recutita

 

Échinacée

Echinacea spp

Toutes les variétés médicinales sont ok

Framboisier

Rubus idaeus

 

Gingembre

Zingiber officinale

 

Guimauve

Althea officinalis

 

Lavande

Lavandula officinalis

Jamais en huile essentielle à l'interne

Luzerne

Medicago sativa

Contient des phyto-oestrogènes en petites doses

Maca

Lepidium meyenii

Phyto-oestrogénique mais traditionnellement utilisée au Pérou

Mélisse

Melissa officinalis

 

Menthe poivrée

Mentha piperita

À ne pas confondre avec la menthe pouliot

Menthe verte

Mentha spicata

À ne pas confondre avec la menthe pouliot

Orme rouge

Ulmus rubra

 

Ortie

Urtica dioica

 

Passiflore

Passiflora incarnata

 

Pimbina

Viburnum opulus

Prévient les fausses-couches

Pissenlit

Taraxacum officinale

 

Reishi

Ganoderma lucidum

Stimulant circulatoire périphérique, à éviter juste avant l'accouchement

Scutellaire

Scutellaria lateriflora

 

Shatavari

Asparagus racemosa

Phyto-oestrogénique mais très douce, aide à l'allaitement aussi

Shiitake

Lentonila edodes

 

Trèfle rouge

Trifolium pratense

Elle contient des phyto-oestrogènes. Des vaches ayant brouté des grandes quantités de trèfle ont eu des fausses-couches.  Par contre, elle est est traditionnellement et encore fréquemment utilisée  et conseillée au Québec en herboristerie

Verveine citronnée

Aloysia citrodora

 

 

 

Plantes contre-indiquées lors de la grossesse ( liste de plantes connues)

Nom commun

Nom botanique

Commentaires

Achillée

Achillea millefolium

Certains auteurs diffèrent sur cette plante

Actée Bleue

Caulophyllum thalictroides

Modificateur hormonal et stimulant utérin

Actée Noire

Actaea racemosa

Modificateur hormonal et possible stimulant utérin

Agripaume

Leonorus cardiaca

Peut être utilisée en très faibles dosages au besoin

Aloes

Aloe spp

Laxatif. Ok à l'externe.

Angélique

Angelica archangelica

Stimulant utérin

Arnica

Arnica montana

Ok à l'externe

Ashwaganda

Withania somnifera

Utilisée en ayurveda pour prévenir les fausses-couches

Aunée

Inula helenium

 

Armoise

Artemisia vulgare

 

Baies de génévrier

Juniperis communis

 

Basilic

Ocimum basilicum

Ok pour la cuisine, pas en tisane ( huiles essentielles)

Bourrache

Borago officinalis

 

Bourse à pasteur

Capsella bursa-pastoris

 

Cascara sagrada

Rhamnus purshiana

 

Chardon Bénit

Cnicus Benedictus

 

Consoude

Symphytum officinale

 

Fenouil

Foenicum vulgare

Ok pour la cuisine

Fenugrec

Trigonella fenum-graecum

Ok pour la cuisine

Grande camomille

Tanacetum parthenium

 

Ginkgo

Gingko biloba

 

Ginseng

Panax quinquefolius

Utilisé en MTC pour la grossesse

Gotu Kola

Hydrocotyle asiatica

 

Griffe de chat

Uncaria tomentosa

Selon les recherches

Houblon

Humulus lupulus

 

Hydraste

Hydrastis canadensis

Ok en externe

Lobélie

Lobelia inflata

 

Marronier d'Inde

Zanthoxylum americanum

 

Menthe pouliot

Mentha pulegium

À savoir : les autres sortes de menthe sont sans danger

Pau d'Arco

Tabebuia heptaphylla

 

Pavot Californien

Escholzia californica

 

Persil

Carum petroselinum

 

Prêle

Equisetum spp

 

Réglisse

Glycyrrhiza glabra

 

Reine des Prés

Filipendula ulmaria

Selon certaines études sur les animaux

Romarin

Rosmarinus officinalis

Ok en cuisine

Sauge

Salvia officinalis

Ok en cuisine

Sené

Cassia senna

 

Tussilage

Tussilago farfara

 

Verveine bleue

Verbena hastata

 

 

Cet article ne remplace en aucun cas l'avis d'une sage-femme ou d'un médecin et sert à titre informatif seulement.

 

Bibliographie :

 

Romm Aviva, 2010, Botanical Medecine for Women's Health, St-Louis: Elsevier, Churchill Livingstone

Gladstar Rosemary, 1993, Herbal Healing for Women, US : Simon and Shuster, Fireside books

Northrup Christiane, 1998, Women's Bodies, Women's Wisdom, New York : Random House, Bantam Books

Pérès, Marie Pénélope et LeBlanc, Sarah-Maria (2014) Sagesse et Pouvoirs du Cycle Féminin. Santé, fertilité et plantes amies : découvrez tous les secrets de votre bien-être. Paris : Le Souffle d' Or, Coll. « Chrysalide  ».