Ayoka Yoza na Koika na Yunga

Punan Okwa (1948)

Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

Nations Unies (1948)

Ambeko na kwa

Yunga yo al sencho namil ai wengi tos iwempu ai koika. Al mule yunyo ijepu ai ipuju ai tinti en yunyo za kevu na ivashi zazia noyom.

Article premier

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Ambeko na sun

Uyo koikale koika ai inamil yo be al chuka yanyo la Ayoka wau leleng asain na ashi kakwa shi chunyo, chisan, sensa, yuka, nampuno, ajesa na nyonoka eom yin, achu na punan eom na ronyo, lenyo, asencho eom nyongi yin. Mau, tinti al nong sain chumun nyongi na nyonoka, na renja eom nyongi na punan eom kwapunan be uyu wechu lai, nonto ya omokwa, yimpunan, lopunung eom le awiti yin kakwa na ilopun.

Article 2

1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

2.De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Ambeko na yem

Uyo koikale ihai, inamil ai ivan na uyu.

Article 3

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Ambeko na pan

Tinti yuyung be al dozia shi zana eom usekan;

tinti tusung ashi yo na izana ai apopo na zana.

Article 4

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Ambeko na jom

Tinti yuyung be al munza amunyai, eom azazia eom afon mweng, yupung eom na mompungi.

Article 5

Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Ambeko na vai

Uyo koikale al joza shi uyu tos renya.

Article 6

Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

Ambeko na teo

Uyo wengi tos renya ai koikale awevan na renya wengi leleng ayinyun kakwa. Uyo koikale awevan wengi chu ayinyun kakwa ya mimun Ayoka wau ai chu aponku kakwa ya mun ayinyun shai.

Article 7

Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

Ambeko na dia

Uyo koikale amumong jamale chu renkanyo kangi na punan chu ajam ya mimun koika na jevu be vurenya eom renya pau yu ya.

Article 8

Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

Ambeko na sasta

Tinti yuyung be al munza akayoza, ikayole eom aponchi loshi

Article 9

Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

Ambeko na nini

Uyo koikale wengi kwambe hinto nempu ai nyola chu renkanyo vavang ai luleng yunyo la chauka koika ai itinti na yu ai afono minjashi kakwa tos yu.

Article 10

Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

Ambeko na nini kwa

(1) Uyo yu be al fono yu jam aminja tefon  koikale en al kuje yu fonong deche al reyun yu fonza noza renya za renkato nyola la lai al reshika yu ayo ya tentim tos awairu.

(2) Yuyung be al renka fonza en yu jam aminja tefon kakwa chumun ajam eom awonja kakwa ya nong wengi aminja tefon la ata yu jam ya tai. Mau nong tinti al pau afon wan tunti afon ya tenzajam la ata yu jam aminja tefon tai.

Article 11

1. Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.

2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d'après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l'acte délictueux a été commis.

Ambeko na nini sun

Yuyung be al munza abanzau loshi na ilobo, vanyo, vado au yonkonyo eom mau aderu na pungi ai putan. Uyo koikale awevan na renya chu abanzau eom aderu shau

Article 12

Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

Ambeko na nini yem

(1) Uyo koikale inamil na denu ai dora bo basano na punan yo.

(2) Uyo koikale nuchi punan yo, mau ana yulo, ai wainu punan na yulo.

Article 13

1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat.

2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Ambeko na nini pan

(1) Uyo koikale kele ai pauza la punan yin vanko chu azauru.

(2) Nong tus al zaka koika wau tonto ya weron arenku be al ho nuku yanyo chumun aminja nong na nyonoka eom chumun ajam yanyo feno ikeno ai jevu na Punan Okwa

Article 14

1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l'asile en d'autres pays.

2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

Ambeko na nini jom

(1) Uyo koikale punko

(2) Chu yuyung be al zachu loshi punko mau nong al muleng koika na janyin punko.

Article 15

1. Tout individu a droit à une nationalité.

2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

Ambeko na nini vai

(1) Buyu ai wana yunyo wanta leleng awiti chumun chunyo, punko eom nampuno lo, koikale dova ai munku vanyo. Yunyo koikale koika wengi tos adova,

tabo idova ai amongova na ya.

(2) Tinti al munku idova sisi tonto za atuska namil ai kwambe na wova weke.

(3) Vanyo yonyo na tokwe ai na jevu na ronyo ai koikale awevan na ronyo ai punan.

Article 16

1. A partir de l'âge nubile, l'homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.

2. Le mariage ne peut être conclu qu'avec le libre et plein consentement des futurs époux.

3. La famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l'Etat.

Ambeko na nini teo

(1) Uyo koikale en le lenyo kwasi mau okwe lu uyin.

(2) Tinti yuyung be al zachu loshi lenyo.

Article 17

1. Toute personne, aussi bien seule qu'en collectivité, a droit à la propriété.

2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

Ambeko na nini dia

Uyo koikale inamil na je, puju ai nampuno; koika wau lebo inamil na janyin nampuno eom ajeho, ai inamil, eom kwashi eom lu yonyo le uyin ai nyola eom lobo, na munyun nampuno eom ajeho la mukwan, janza ai tiju.

Article 18

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites.

Ambeko na nini sasta

Uyo koikale inamil na jesa ai chuka; koika wau lebo inamil na jesa leleng abanzau ai na kele, pauza ai munjo jonyo ai jevu tunde chovanyo kakwa ai nonto basano.

Article 19

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

Ambeko na sunini

(1) Uyo koikale inamil na jakwara ai jakwe vera

(2) Nong tus uyu be al mimun en wembe kekwe

Article 20

1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques.

2. Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association.

Ambeko na sunini kwa

(1) Uyo koikale wembe punyo na an noshi eom tunde ulaka be al jeza namil yunyo.

(2) Uyo koikale deshi wengi azia nyola la punan na yulo.

(3) Tinti akeju na punanyo jevu na ikoi na punyo;

tinti akeju wau be al chuka za apunza daito ai hoshi ya tinti noza koika na punza yoza ai wengi ai ya tinti al za punza sis eom kembenu temwengi namil na punza munto ya.

Article 21

1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l'intermédiaire de représentants librement choisis.

2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d'égalité, aux fonctions publiques de son pays.

3. La volonté du peuple est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s'exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

Ambeko na sunini sun

Uyo, shi umbe na ronyo, koikale ivan na ronyo ai koikale amunto, tunde donza na punan ai alukan wivan ai noza aren ai zara na punan yo, na koika na ponyonu, ronyo ai janjanyo telenchong tos iwempu

ai arim namil na jusa.

Article 22

Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l'effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l'organisation et des ressources de chaque pays.

Ambeko na sunini yem

(1) Uyo koikale kan ai ajeza namil na akanka,

mumbenyo nempu ai nenkule na kan ai awevan chu ikankaleng,

(2) Uyo, leleng ayinyun kakwa, koikale kampa wengi tos akan wengi.

(3) Uyo yu kan koikale awaipa nempu ai nenkule ya jareshi tos yulo ai vanyo ilaila wenjele tos iwempu na yunga, ai omau eto tentim za zashi yin na awevan na ronyo.

(4) Uyo koikale jakwe ai tombe kwenyo na apo eno wevan pombe.

Article 23

1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.

2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.

3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.

4. Toute personne a le droit de fonder avec d'autres des syndicats et de s'affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Ambeko na sunini pan

Uyo koikale izoza ai zazanta, lebo awiti jepu na ata na kan ai milta daito le kampa.

Article 24

Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

Ambeko na sunini jom

(1) Uyo koikale angi na hai ya yosale tos inensa ai inen ai ya na vanyo, lebo aki, angonyo, audo, azia na momijono ai azia na ronyo, ai koika na ivan eto ikankaleng, ami, isembai, ihaitum, inaita eom isivi yin na laivu chumun mumbenyo chi ikoi.

(2) Ima ai iben koikale azia ai aleo sisa. Tinti ben yo, nonto senchu bo eom chi idova, pauza awevan kwashi.

Article 25

1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d'invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.

2. La maternité et l'enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu'ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale

Ambeko na sunini vai

(1) Uyo koikale amukwan. Tinti amukwan lempa, wivule la nungi na ku ai na jevu. Tinti amukwan na ku tim. Tinti al mun amukwan na janjono ai kansashi tenchele yoza ai tinti amukwan na ti tenchele tos uyo ovuza chuten.

(2) Tinti amukwan keno arim kwambe na jusa na yunga ai adon na wenju tos koika na yunga ai inamil na jevu. Tinti ya chore ajoju, ayintus ai istu sumbo punan yo, wonyo na chunyo eom nampuno, ai ya mumweku janyo na Punan Okwa tos amumwe na ive.

(3) Fanyo koikale wenti en jeza ashi na amukwan benyo pauza ya.

Article 26

1. Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire et fondamental. L'enseignement élémentaire est obligatoire. L'enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l'accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.

2. L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.

3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants.

Ambeko na sunini teo

(1) Uyo koikale dembe namil ihai na janjanyo na kwalanyo, pauza yus ai kwaza aweku na jono ai nenku na ya.

(2) Uyo koikale awevan na pombe na ipu ai yasa yanyo zeto na ajam na jono, koyus eom yus yu ujampo na ya.

Article 27

1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.

2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l'auteur.

Ambeko na sunini dia

Uyo koikale aren na ronyo ai wivan bo ya al tengi munto kwambe koika ai inamil al chuka yanyo la Ayoka wau.

Article 28

Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

Ambeko na sunini sasta

(1) Uyo le ketim tos kwalanyo tos ya sisi arim namil ai kwambe na jusa ten

(2) Tos ajanza na koika ai inamil, Tinti al munza uyo awiti shai sisi al za renya chauka yanyo eno javan ajoza ya otinza ai iwenju tos koika ai inamil na uyin ai adeche na itinza nempu na ipu, aren na ronyo ai inen yoza tos ronyo na nyokapuno.

(3) Tus yoyong al janza koika ai inamil wau feno ikeno ai jevu na Punan Okwa.

Article 29

1. L'individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seul le libre et plein développement de sa personnalité est possible.

2. Dans l'exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n'est soumis qu'aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d'assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d'autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l'ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.

3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s'exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

Ambeko na yenini

Yayang la Ayoka wau be tus al jojuza shi ya siske tos punan, wonyo eom uyu kakwa koika kakwa en dembe janyo kakwa eom en jam ajam kakwa ya ke abayo na koika ai inamil kakwa al chuka yanyo bo awau.

Article 30

Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.