Ayoka na Koika na Yunga ai Upunan

Wokwara na Punan (1789)

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen

Assemblée Nationale (1789)

Ambeko na kwa.

Al sencho yunga namil ai yunyo lara namil ai wengi tos koika. Asain na ronyo nong tengi revuza akakwa chito itinza.

Article premier.

Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Ambeko na 2.

Auno na avayun na nyonoka yo ya aramun na koika na tokwe ai temontinting na yunga. Koika wau inamil, aule, ivan ai anonkeru.

II.

Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

Ambeko na 3.

Jevu na ilopun yo revuza telenchong bo Punan. Wonyo meng, kwalo meng tengi munto ikoi ya nong wechu yochau ya.

III.

Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

Ambeko na 4.

Inamil weron ana jam ayo ya nong baishi uyin: echu amunto na koika na tokwe na yunga yo le basano sisi yanyo jareshi umbe yin chu ronyo pauza koika kwashi wau. Basano wau be renya sisi tengi chauka.

IV.

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société, la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

Ambeko na 5.

Renya koikale tusunka ajam sisi yanyo tembaishi tos ronyo. Ayo be renya nong tusunka ya be al nong tengi nyausi, ai yuyung be al tengi jamwiti en yu jam akwa be renya nong kamun ya.

V.

La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.

Ambeko na 6.

Renya achuka na akeju yoza. Upunan yo koikale en yu na kwalo eom za ulaka lupau atonsa. Tim ya kwashi tos uyo, eom akwa be ya javan yanyo, eom akwa be ya fon yanyo. Upunan yo, la wengi noza ya, tembotos wengi tos nyongi, ala ai akanka yotos, la noza itembo, ai leleng asain yin chito ana nempulu ai ititen na yunyo.

VI.

La Loi est l’expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentans, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protége, soit qu’elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talens.

Ambeko na 7.

Tinti yuyung be al fono, kayoza, mau nong kayole chito la atoshi be renya chauka yanyo, ai noza asa be ya renyaka yanyo. Ukwa yunyo muru, cho, munto eom mun en al munto akamun loshi lo, tim al fon yunyo; esto upunan yo odeka eom okayole noza Renya lo, tim yunyo hinkeza geta; yu mun yulo tefonzaka chumun anonkeru.

VII.

Nul homme ne peut être accusé, arrêté, ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout Citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi, doit obéir à l’instant : il se rend coupable par la résistance.

Article VIII

Tim renya munku afon sisi yanyo tentim chaubas ai tenyunga, ai tinti yuyung be al fon chito noza renya be al munku ai yoka ya ku aminja ai al zajam rensa ya.

VIII.

La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

Ambeko na 9.

Yunga yo be al kuje yu fonzang deche al yoka yu tefonzaka, tonto al jesa ya telenchong al kayoza yu, ichaubas kakwa ya nong ke tentim tos eno kayole uwau lo ya tim renya waifon rele ya.

IX.

Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne seroit pas nécessaire pour s’assurer de sa personne, doit être sévèrement réprimée par la Loi.

Ambeko na 10.

Tinti al densi yuyung chumun ijesa, eye ana nampuno, tonto ajanza na ya nong jandoi aren na ronyo be renya munku ya.

X.

Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.

Ambeko na 11.

Ajoka namil na aje ai ijesa koika shingu tio na yunga: echu upunan yo tengi ka, janko, kopon namil, chito waiji aminzia na inamil wau, la atoshi be renya chauka yanyo.

XI.

La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi.

Ambeko na 12.

Areshika na koika na yunga ai upunan tinza kenonyo na ronyo: kenonyo wau echu al munku tos nenku na uyo, ai nong tos aza na kwalo na ukwa be al rezia ya yunyo.

XII.

La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

Ambeko na 13.

Tos amumwe na kenonyo na ronyo, ai tos awepopa na muntonyo, telenchong abopa na ronyo. Tim al paucho ya bambosko upunan yo, la noza iten na yunyo na papau.

XIII.

Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les Citoyens, en raison de leurs facultés.

Ambeko na 14.

Upunan yo koikale na reshun, kwalo eom za ulaka, itinza na pumbe na ronyo, na tuska namil ya, na jo ikeno be al za ya tos ya, ai na baska vambe, revu, akwara ai akura.

XIV.

Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentans, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiète, le recouvrement et la durée.

Ambeko na 15.

Ronyo koikale na pauka atoka chu puncho yo na ronyo na muntonyo na ya.

XV.

La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.

Ambeko na 16.

Ronyo yo bo ya areshika na koika be al nong jareshi lo, mau nong asunu na ikoi ochauka lo, nong le vurenya.

XVI.

Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Ambeko na 17.

Aule koika tembairung ai nampu, tinti yuyung be al muleng, tonto nong noza itentim na ronyo, oreshi rensa, tinza tenyunge ya, ai le atonto na amompa nempu ai kutonto.

XVII.

Les propriétés étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.