La campagne incourtoise gagne en biodiversité !

Avant la Sainte-Catherine, tout bois prend racine…, comme le dit la sagesse populaire. C’est pourquoi, l’asbl RIAL (Ruralité – Incourt & Alentours), association citoyenne promouvant une ruralité durable, a profité du mois de novembre 2018 pour réaliser une série de plantations (haies et arbres) dans la campagne entre Piétrebais et Roux-Miroir. Objectif : renforcer la biodiversité et la qualité de nos paysages ruraux.

Des choix mûrement réfléchis

Les zones de plantation n’ont pas été choisies par hasard. Certes, nous sommes en Hesbaye avec sa prédominance de paysages ouverts, mais notre région ne se résume pas à cela. Pensons à la végétation le long des cours d’eau, aux talus arborés, aux îlots boisés et aux espaces jardinés où ont subsisté des arbres à haute tige, souvent des vergers. Or, avec la mécanisation des techniques agricoles, le paysage rural subit une tendance à la rationalisation. Des chemins de campagne disparaissent, des haies et des bosquets sont rasés. Il en résulte un appauvrissement non seulement paysager, mais aussi en termes de richesse environnementale. Faune et flore en pâtissent.

Consciente de cette problématique, la Province du Brabant Wallon a lancé un appel à projet « biodiversité », auquel RIAL a répondu. En collaboration avec l’échevine de l’Environnement et l’asbl GAL Culturalité en Hesbaye Brabançonne (Opération mille feuilles), plusieurs zones de plantation ont été déterminées le long de la Transincourtoise entre Piétrebais et Roux-Miroir, ainsi que du chemin prolongeant la rue du Champ des Sept Bonniers à Roux-Miroir. Il s’agit de talus (partiellement) dénudés, qui offrent de l’espace pour des plantations sans que cela ne soit trop encombrant pour les champs voisins. Les haies vives sont composées d’essences endogènes, certaines produisant même des fruits comestibles. Elles offriront refuge à la faune d’ici. On a particulièrement veillé à restaurer une transition douce entre les espaces jardinés de Roux-Miroir et la campagne ouverte. Les haies sont, en outre, ponctuées de quelques arbres qui contribueront à structurer le paysage.

L’union fait la force

Après avoir reçu l’aval de la Commune d’Incourt et les subsides nécessaires de la Province, il a fallu se mettre au travail. Le 15 novembre, les bénévoles de RIAL, aidés par deux spécialistes (respectivement du GAL Culturalité et de l’asbl Faune et Biotopes), ont entamé les plantations sous un soleil radieux. L’après-midi, vingt élèves enthousiastes de la classe de Madame Isabelle (école communale de Piétrebais) sont venus prêter main-forte (lire son témoignage dans ce même bulletin). À titre de préparation, ils avaient pu bénéficier d’une animation en classe sur l’utilité des haies et des arbres, assurée par le GAL Culturalité. Il faut dire que les enfants ont fourni un travail de qualité ! Dévouement qu’ont pu constater un journaliste du journal Le Soir et le député provincial Marc Bastin, en charge de l’environnement et qu’il convient de remercier pour l’aide reçue par la Province.

Notons aussi l’aide précieuse des ouvriers communaux, venus arroser les plants. De plus, la Commune veillera à un bon entretien des talus concernés par le projet et une réflexion sera entamée au niveau du GAL Culturalité (dont le domaine d’action couvre les sept communes de l’Est du Brabant Wallon) pour que la gestion des éléments naturels en bordure le long des chemins se fasse dorénavant de façon structurée.

Des réactions prometteuses

Le plus difficile, quand on réalise de tels projets, est de trouver un juste équilibre entre la nécessaire réintroduction d’éléments de biodiversité et les impératifs d’une agriculture à grande échelle. Dans ce cadre, il a été tenu compte des remarques judicieuses émises par des agriculteurs riverains des talus replantés. Il est souhaitable que ce genre de dialogue puisse encore s’intensifier à l’avenir, et davantage en aval dans le processus de mise en place des projets.

Pendant les deux jours qu’ont duré les plantations, nombreux ont été les promeneurs qui se sont arrêtés pour se renseigner et qui ont félicité l’équipe de RIAL pour cette initiative. Gageons que cet enthousiasme des citoyens pourra être bénéfique également pour les agriculteurs qui gagnent leur vie en travaillant la terre et dont le métier est souvent décrié ces dernières années. Leur adhésion à ce type de plantations en marge de leurs champs pourrait démontrer à ceux qui en douteraient que, même dans une région d’agriculture intensive, une volonté commune existe de faire cohabiter nature et cultures… Et c’est là aussi un des objectifs de RIAL : promouvoir une ruralité où chacun a sa place, une ruralité qui rime avec convivialité…

L’équipe de RIAL

www.rialasbl.be