2

Distribution : Deux personnages appelés A et B (Albert et Bertrand, si l'on

veut)

ACTE I

(Décor d'îlot désert, boites de conserves vides, etc. le personnage A est en

haillons et s'éveille)

(...)

J'ai encore fait ce rêve idiot... un rêve idiot et pénétrant. Il y avait un grand bateau

blanc qui venait me chercher avec une cargaison de pâtisseries Fleury-Michon, du

café Gringo de Jacques Vabre et des confitures Bonne Maman. Elles étaient

rudement bonnes, les confitures Bonne Maman... Alors bien sûr, je me jette sur un

petit déjeuner géant, je m'en mets jusque-là , et tout de suite, une tempête se lève...

(il tangue) Berk ! Alors jusqu'à ce que je me réveille, je suis en ballottage

défavorable, et j'en ai pour une heure à me remettre. Ça me fait ça chaque fois.

Chaque fois que je bouffe du cassoulet... C'est-à-dire tous les jours depuis ... Oh

(II se précipite pour tirer sur le rouleau de Papier toilette rose qui lui sert de

d'agenda) .

3618 jours ! Bon sang ... Ça fait exactement ...10 ans et 4 jours. Ils devraient être là

depuis 4 jours. C'est aujourd'hui... Je le sens

(Il scrute un instant l'horizon )

Sûr que je vais leur dire ma façon de penser... Merde , les jours supplémentaires au

cassoulet, ça compte double !

(Il tire sur un second rouleau de papier toilette et déroule un interminable

griffonnage).

Qu'est-ce que le monde aura changé... Parce que déjà à l'époque, si tu t'absentais

de chez toi pendant six mois, en rentrant, tu trouvais un grand immeuble devant ta

maison, un Crédit Agricole en général, avec parking souterrain. Le Crédit Agricole,

ça poussait comme des champignons .

(...)La première chose que je ferais en rentrant, c'est m'installer à la terrasse d'un café et ...

Garçon ! Un Gringo de Jacques Favre. Avec deux croissants chauds. Vous savez, cette

sorte de pâtisserie, une pâte feuilletée au beurre, croustillante et moelleuse.

A combien il doit être le petit noir maintenant ? Quoi ? 12 Euros 50 ? ... Mais c'est du vol ! Et le

SMIG ? 2 briques et demi... Ah, oui, dans ce cas

(Il se dirige vers le coin toilette et entreprend de se laver les dents avec le

doigt ).

C'est bien l'administration dans toute sa splendeur : 120 tubes de dentifrices mais

une seule brosse à dent... Ils ont tout calculé pour t'emmerder au maximum. Non,

ce qui me fait le plus peur; je me vois arriver chez moi, j'essaye la clef dans la

serrure et la porte s'ouvre brutalement et un type me demande : Qu'est-ce que vous

faites là ?

- Ben, je rentre chez moi... On est bien au troisième gauche du 10 rue Salvador

Allende ?

- D'abord, y'a dix ans que la rue a été rebaptisée, maintenant c'est la Rue Augusto

Pinochet. Ensuite, ça fait 9 ans que j'habite ici. Non mais, où qu'il sort celui-là ?

Germaine, téléphone aux flics, y'a un clodo qui voudrait squatter...

- Hé là, attendez ! Je peux vous le prouvez : les Bellavoine, ils habitent toujours au

rez-de-chaussée ?

- Connais pas .

- Et les Gonzalès, c'est bien toujours la porte en face ?

- Les Gonzalès ? Ah oui, ils ont déménagé il y a bien cinq ans .

- Dommage, ils étaient sympa, les Gonzalès .

- Sympas ? C'est eux qui me bouchaient le vide-ordures tous les 15 jours...

Oh bon sang ! Et ma bagnole: elle est resté en bas, sur le parking. Une bagnole

toute neuve, Peugeot modèle salon 2010. Comment? la fourrière... Vendue aux

enchères? Et ce serait une pièce de musée maintenant

(il se débarbouille dans une cuvette)

Merde, je vais faire quoi? Aller en Vélo? Un caisse de 2011... 2011! C'est ça!!! C'est

2011 que je suis arrivé. Ouais 2011. A l'époque, c'était Giscard d'Estain. Un matin,

on sonne à la porte, j'ouvre, c'était deux flics. Je me dis ça, c'est un coup du

concierge. Parce qu'il m'avait dit: si je vois encore ce graffiti dans l'escalier, je

préviens les flics, je suis sûr que c'est vous ... Attend, c'était bien Giscard en 2010 ?

J'ai un doute. Chirac, peut-être ? Mince ! Où elle est, la petite cuillère ? Bon Dieu,

c'est bien l'administration. Comme si une seule cuillère suffisait... On la perd sans

arrêt. Sans compter que je pourrais avoir envie d'inviter quelqu'un, ah, ah. ah ! La

Reine d'Angleterre, pourquoi pas? ou Mitterrand ! Mitterrand, c'était lui! C'était pas

Mitterrand ? Bon, c'est simple, Auriol, De Gaulle, Pompidou, je m'en souviens pas.

Y'a eu Giscard, le seul à avoir fait 2 septennats, je devrais m'en souvenir. Et

ensuite, Chirac, puis c'est Mitterrand en 2010 ou 11... Faut que je le note.

(Il tire sur le rouleau de papier toilette).

II faut l'entretenir, la mémoire, sinon... Ma plume, où est encore ma plume ? Il faut

toujours la mettre là, je l'ai dit cent fois ! Sinon on cherche, on cherche et ... Ah, la

voilà. Bon, fallait que je note quelque chose... D'important. Ah oui : les flics entrent

et je leur dis le graffiti, c'est pas moi. Quel graffiti? Qu'ils demandent, les flics. hé,

hé, méfiance ... Ben celui qui dit" A BAS LE S.T.O.", dans la montée d'escalier. On a

rien remarqué, qu'ils répondent ... Tu parles !

Qu'est-ce que j'ai encore foutu de l'encrier ?.. Faut tout pouvoir noter tout de suite,

sinon on mélange tout, et t'as vite fait de perdre le fil . Ah, voilà, ne pas perdre le fil .

(...)

120 bobines de fil, qu'ils vous laissent, mais question aiguilles, une petite et une

grosse. La petite, il te faut pas plus de 15 jours pour la péter et la grosse, chaque

fois qu'elle passe dans le tissu, ça fait un nouvel accroc ! C'est bien l'administration

dans toute sa splendeur... Tiens, il me semble que j'ai déjà dit ça ce matin.

Attention, hein, il faut pas trop rabâcher, c'est un coup à devenir gâteux. Je vais

noter de ne pas trop rabâcher.

(regardant le rouleau)

Ah, Je l'ai déjà noté ... Et même plusieurs fois : 8 juin, Calme plat. Ils ne sont

toujours pas là. Me suis rendu compte que je répète les mêmes choses. Vais tâcher

désormais de ne pas rabâcher. 12 septembre. Grande marée.

(...)

Bon, fallait que je marque quelque chose d'important... Ah oui, alors le commissaire me dit

que non, on n'est pas là pour graffiti contre le STO...non, attend, c'est pas le STO,

le STO c'était pendant la guerre de 40. Service du Travail Obligatoire, ceux qu'on a forcé à

aller bosser en Allemagne. Non, en 2012 c'était le S.P.O. Faut pas confondre. C'est en

2012 ue le gouvernement a instauré le S.P.O. Un beau matin, un type sonne à la

porte. On aurait dit un facteur ou un employé de gaz.

(...)  Six mois de campagne intensive,

des débats à la télé, des manifestations de rue, tout le monde ne parle que de ça et

vous, vous n'en saviez rien ! Au lieu de consommer, vous traduisez des jeux de

mots même pas en français... Les gens sont de plus en plus réfractaires à

l'information, ils ne se laissent plus guider par les mêmes impulsions, ils ne

regardent plus les affiches, ils résistent, ils surfent, ils zappent ou éteignent les

medias saturés de publicités... Comment dans ces conditions, voulez-vous écouler

la production ? Comment la rationaliser? Vous avez vu la gueule de la courbe de la

production ?

(...) . Ah, non... finalement

c'est en 2013... Juste après que la plupart des pays aient fermé leurs frontières.

Après le japon et les États-Unis, l'Europe a éclaté. Une véritable guerre

économique... Il paraît que des pays entiers se sont effondrés. Ceux qui ne

produisaient que des chemises à fleur ou des composants électroniques sont

revenus à l'agriculture... On s'est rendu compte brutalement que ça ne se mange

pas les portables et les circuits imprimés. Bon bref, le préposé au SPO m'informe

qu'il est là pour m'informer et il termine en disant monsieur, voilà le slogan du jour :

LE CASSOULET C'EST FRANÇAIS; LE CASSOULET, C'EST LA SANTÉ !

Veuillez signer ma fiche de passage, et à demain.

- Dites, faut-il que je courre acheter du cassoulet ?

(...)  D'ailleurs laissez moi vous

rappeler que cette loi du 15 juillet 2012, décret 123.456 sur le SPO prévoit des

peines lourdes contre les réfractaires au SPO. Cela va jusqu'au bannissement ...

Le cassoulet c'est la santé !

(Il brandit une boite vide)

2892 boites, que j'en bouffé, j'ai fait le calcul. On s'est remis à cultiver le rutabaga et

le topinambour. Les enfants ont dû oublier le Coca cola et les cornflakes pour du jus

de betterave et de la soupe aux navets. A côté de ça, la Révolution Culturelle de

Mao Tsé Toung, c'était un déjeuner sur l'herbe... (...)

Et crac ! Vous tombez sous le coup de l'article 16 décret 123456 réprimant les réfractaires au Service de Publicité Obligatoire...

Enfantin. C'est comme ça qu'ils m'ont coincé... Et que je suis là depuis 10 ans déjà.

10 ans ? Non : 10 ans et 9 jours... Mais qu'est-ce qu'ils foutent ? J'ai tiré ma peine

depuis plus d'une semaine, qu'est-ce qu'ils attendent pour venir me chercher ?

Et juste avant de m'embarquer, le juge me dit : vous vous y connaissez en culture,

mais si, mais si, on a nos fiches, vous auriez traduit Yourcenar en braille... Une

question classique me tarabuste: Qu'est-ce que vous emporteriez sur une île

déserte ?

- Une jolie fille.

- Ah oui, très drôle. Un peu de sérieux, voyons, du culturel. Bon, des livres,

d'accord, mais lesquels ? Robinson Crusoé? Toujours le mot pour rire... et

puis quoi ? L'Esthétique de Hegel, la Critique de la raison Dialectique de

Kant, le Banquet de Platon et Ia Bible, le genre d'ouvrages dont on a toujours

remis la lecture à plus tard, je vois. Très bien, réfractaire, nous avons noté

vos desiderata. Vous êtes donc passible d'une peine de 10 ans de réclusion

sur une île inhabitée des DOM TOM avec les objets que vous venez de

choisir...

(...)


acte II

(Pas d'interruption, voix lointaine)

B- H é h o !

A- C'est drôle, des fois, on jurerait entendre la voix des marins qui

(Même cri plus distinct. A. bondit, scrute la mer puis s'agite, et s'excite)

A- Ah! Oh! Les voili, les voiça, Ils arrivent, ils sont là !

(Apparition de B. sur un drôle d'esquif déglingué couvert d'autocollants et

logos. Il a l'allure du sportif type avec son équipement. II lance une corde)

B- hé, vous, là, aidez-moi à débarquer !

(A; ne bouge pas, pétrifié)

B- Alors, qu'est-ce que vous attendez ? Tirez !

A- Excusez-moi, je .. J'ai perdu l'habitude de voir du monde.

(Il l'aide B. qui se met à vérifier son matériel)

B- Allez, vite ! Aie ! Quelle catastrophe: le kevlar complètement déchiré, la moitié du

matériel perdu... Bon, il faut réparer, et vite !

A- Ah ?

B- (examinant l'alentour) Vous habitez là, mon brave ?

A- ben...

L'ANNÉE DES HARICOTS BLANCS


14

B- Parfait ! Mais au lieu de rester planté là, rendez-vous utile. Tiens, vous pourriez

peut-être faire quelque chose de chaud, du café ?

A- Du café ??? Et puis quoi? Des croissants chauds, croustillants, comme au

Carlton? Non, tout ce que je peux vous proposer c'est des yeux de lézard pilés dans

du jus de tripes de cormoran.

B- (reniflant avec dégoût) Oh, je vois... Un original, un ermite macrobiote...

Excusez-moi, mon vieux, j'ai pas de temps à perdre.

(...)

Je ne vois pas le bateau ...

B- Aïe, quel bateau ?

A- Vous êtes bien venu avec un bateau ? Pour me récupérer ?

B- Vous récupérer ? Pas du tout : j'étais entrain de battre le record de vitesse de la

traversée entre Pointe-à-Pitre et le Cap de Bonne Espérance en Ultra Léger

Flottant. J'ai cassé un winch il y a deux jours et la voile en kevlar s'est déchirée. Et

puis faut réparer le compulseur de phase du GPM et la balise. Vous avez du

matériel, un fer à souder, des clous, des aiguilles ?

L'ANNÉE DES HARICOTS BLANCS


15

(...)

B- Le... Ah oui... Attendez, le SPO, c'était bien le... Oui, oui je me souviens de cette

histoire. C'était il y a bien...

A- 10 ans ... et 15 jours; .

B- C'est possible. Ah bon, vous avez été... Je comprends... Moi qui vous prenais

pour un original... Mais alors, ils vous ont oublié !

A- Oublié ? Comment ça oublié ?

B- II me semble avoir entendu quelque chose à ce sujet, il y a bien 6 ou 7 ans. On

avait rapatrié des exilés ou je sais pas trop quoi, quelque part. Il y avait encore des

centaines de bannis sur les atolls de Polynésie quand ils ont abrogé le SPO. Ouais,

c'est ça, j'ai vu un reportage à la télé quand on les a ramené.

A- (abattu) Qu'est-ce que vous dites ? Ils ont rien ramené puisque je suis toujours

là!

B- Moi ce que j'en dis...

A- (se jetant sur lui pour le secouer) Mais enfin, c'est pas possible ! Qu'est-ce que

vous me chantez là ?

B- Oh là, doucement ! J'y suis pour rien, moi dans vos histoires. C'est pas mes

oignons... Je m'en occupe pas, de ces trucs : c'est que j'ai un record à battre, moi !

A- Oh pardon ! J'avais pas réalisé. C'est vrai : je me plains alors qu'il y a des choses

tellement plus importantes ! Pendant que je me prélasse au soleil depuis des

années, sans soucis, loin de la foule et occupé seulement à des loisirs d'oisif....

Vous, pendant ce temps, vous battez des records ! Excusez-moi ...Si j'avais su,

j'aurais applaudi en vous voyant... Mais voilà, on est mal informé ici... Les nouvelles

datent de plus de 10 ans... D'ailleurs tiens, ça vous dérangerait pas de me donner

des nouvelles. Quoi de neuf au pays ?

B- Bof, vous savez, c'est bien toujours la même chose.

A- Mais enfin, vous allez pas me dire qu'il s'est rien passé pendant tout ce temps?

Est-ce que le SIDA est vaincu, Israël existe-il encore, Chantal Goya chante-elle

toujours ? Enfin, tout ça ...

B- Pfff! Est-ce que je sais, moi ? Le salon Nautique est toujours en octobre et le

Tour de France en Juillet.

(...)

B- C'est vrai, vous ne pouvez pas savoir. C'est qu'il s'en est passé des changements

depuis quelques années. Au gouvernement, on a Turpin, Falloquet, Vignard et

Justin à la Jeunesse et Sport.

A- Jamais entendu parler ... Et Bernard Tapie, heu... Villepin, Borloo ?

B- ça ne me dit rien.

A - Ben dis donc ! Et le SPO, le fameux SPO, il aurait été abrogé ?

B- Oh, vous savez, les règlements, ça change tout le temps. Tenez, rien que ceux

de la fédération des ULF, ils ont changé deux fois cette année, vous vous rendez

compte ?

A- Non, pas vraiment.

B- Avant, il fallait 12000 points pour passer en deuxième série, mais à partir

d'octobre, en plus, il faudra être licencié depuis au moins 5 ans et avoir gagné une

compétition fédérale...

A- Mais je m'en fiche, de ça... II m'énerve... En fait de règlement, je veux savoir si le

Code Pénal a changé.

B- Puisque je vous dis que j'y connais rien !... Attendez... Vous vous souvenez

quand ils ont privatisé les prisons ?

A- N o n ? !

B- Et bien ensuite, elles ont été mises en autogestion, vous vous souvenez ?

A- N o n ? !

B- Ah ça, les établissements pénitentiaires sont vite devenu rentables, pensez:

gérés par la Maffia ! Il y a deux ans, la Centrale de Clairvaux a été une des 50

entreprises les plus performantes, avec un excédent brut d'exploitation de 23% et

un ratio financier de 1,85 avec des marges de coût variable supérieures aux tiers

des charges structurelles ! Vous vous rendez compte ?

(...)

A- Vous pouvez pas comprendre... C'est que j'ai tellement attendu ce moment où je

verrais enfin quelqu'un. J'en ai rêvé des années, et ça ne se passe pas vraiment

comme j'imaginais...

B- Hé, vous allez pas me faire le coup de la phase dépressive ? Ouais, la phase

dépressive, j'ai un peu étudié ça. C'est le B-A BA du navigateur solitaire. Vous allez

voir.

(montrant une courbe en créneau avec un mètre pliant)...

Vous étiez seul depuis des lustres quand je suis arrivé. Voilà la courbe de votre

humeur. Au début, votre psychisme a fait un bon, vous voyez, là ? Ensuite, il y a eu

un plateau, inévitablement suivi d'une phase dépressive. Vous voyez la chute ?

C'est classique, je vous rassure. En ce moment, vous en êtes à peu près là. Prenez

donc un Vigorex, c'est fait pour ça. Radical, y'a de la vitamine A, B, C, du Prozic et

de la méthenphétaminée

(il lui tend un tube. A croque et pousse un cri)...

B- Qu'est-ce que qui se passe ?

A- C'est rien, c'est les gencives. 10 ans sans soin, vous pensez...

B- Ah, mais faut faire attention. Tenez:

(montrant la même courbe comme un schéma de dentition)

C'est là que les bactéries attaquent et si l'on ne fait rien, c'est la carie, les dents qui

se déchaussent. C'est pour cela qu'il faut choisir un dentifrice adapté à la protection

des gencives...

A- C'est curieux. Y'a pas un quart d'heure que vous êtes là et j'ai déjà plein

d'impressions bizarres, des sentiments de déjà-vu, comme des troubles de la

mémoire.

(...)

A - Mon record, mon record... Vous n'avez que ça à la bouche ! Je vous l'ai dit : pas

de place pas d'aiguille... Si vous voulez repartir à la nage, il y a probablement un

record à battre la traversée de l'Atlantique...

B- (après réflexion) Bon. Après tout... J'ai l'impression que le record est mal

barré... Mais rien que pour le retour, on va en baver... Vous n'imaginez pas...

A - Bah ! Baver, j'ai l'habitude... Voilà votre aiguille.

B- Et du fil aussi. Dès que j'ai fini, on y va. Le temps de réparer les tubulures du...

A- Bon, je vais préparer mes affaires.

B - Vos affaires ? Et puis quoi encore? Voyons, on ne va pas s'embarrasser de

loques et de dépouilles ! Je la connais : on charge, on charge et puis on coule.

A - Vous permettez ?

B - RIEN DU TOUT !

A - Rendez-moi mon aiguille !

B- Bon d'accord, mais rien que l'essentiel...

A- L'essentiel ? Si on pouvait savoir ce que c'est... C'est quand même 10 ans de ma

vie qui sont là, alors on a bien 5 minutes pour choisir, non ? Vous savez ce que

c'est, on accumule, on accumule, on se retrouve avec plein de trucs dans la cave et

le grenier. Allez, occupez-vous de votre matériel pendant que je fais le tour pour ne

rien oublier.

(B coud sa voile et bricole)

Au début, je me suis installé près de la mer, pratiquement sur la plage. Fallait être

con ! La plage, ça va bien un mois, en août à Cagnes-sur-mer ou à la Baule...

J'avais de vieux souvenirs de colonies de vacances, de très bons souvenirs... Les

moules, les oursins, le sable fin et les embruns...Tout ça, c'est O.K. un mois, mais

en permanence le sel, le sable dans les cheveux, dans la culotte...

(...)

(il se précipite dans un coin  gît un vieux livre déchiré)

Je croyais l'avoir égaré, c'est une grammaire de cantonnais en phonétique. Je

l'emmène ? (coup d'œil vers B). Non, vous avez raison. J'ai étudié ça un an en me

disant que peut toujours servir... Gawa toulimi tou bida...

B - Oupalok gaboucé poukagamiti ?

A - Kavou cépif s'r'pa toloba m'billo.

B - Walou koubalati m'galé tapoupo

(ils rient en esquissant une danse)

Dites, c'est pas du cantonnais, c'est un dialecte Inuit, en plus, vous avez l'accent du

Sud-Ouest de Grand Nord...

A - Quoi ?

(considérant son bouquin avec surprise)

De l'esquimau ? Moi qui ai horreur du froid ! J'ai jamais eu le moindre frisson en

utilisant ce vocabulaire... D'abord qu'est-ce que vous en savez que c'est de

l'esquimau ?

B- Je détiens le record de vitesse entre le détroit de Béring et le Groenland. Des

mois sous le cercle polaire, alors j'ai appris la langue.

A- Vraiment ? Je me fais toujours avoir. On n'est jamais assez instruit... C'est du

moins ce que je croyais

(il sort d'une caisse quelque gros livres)

L'Esthétique dégueule, faut vraiment être stupide, 4 volumes gros comme la cuisse.

Je vous rassure, je ne l'emporte pas. Je vous prends un extrait au hasard :

"D'UNE FAÇON GENERALE, ON POURRAIT QUALIFIER DE BELLE LA NATURE EN TANT QUE

REPRÉSENTATION SENSIBLE DU CONCRET ET DE L'IDÉE DANS LA MESURE OU LA CONTEMPLATION

DES FORMATION NATURELLES CONFORMES AU CONCEPT LAISSE PRESSENTIR UNE PAREILLE

CORRESPONDANCE ET QUE L'OBSERVATION SENSIBLE RÉVÈLE EN MÊME TEMPS AU SENS LA

NÉCESSITÉ ET LA CONCORDANCE DE L'ORGANISATION TOTALE".

B- Et alors ? Jusque là je ne vois rien à redire.

(...)

A - Mouais. Et encore pire : la bible ! C'est effarant !

B- Chez nous, en bon catholiques on ne lisait pas la bible, à la maison.

A- Je comprends ça ! On dirait du Hegel qui aurait lu Freud en chinois ! Des millions

de gens prennent ça pour un livre sacré...

"TU NE REGARDERAS POINT LA FEMME DE TON VOISiN".

La femme à qui alors ? Je vous le demande !

B- C'est vrai, sur une île déserte, c'est le genre de conseil qu'on apprécie!

A - C'est surtout vous et moi qui ne devons pas regarder la femme du voisin, les

prophètes de la bible, eux, non seulement il la regarde, la femme du voisin, mais il

ne se prive pas de la sauter. Parfaitement. Dès que je serai de retour, je

demanderais des comptes. On laisse ça entre toutes les mains alors que c'est du X

du XXL avec meurtres sordides, adultères, assassinats comme s'ils en pleuvait.

J'irais le gueuler jusqu'au Vatican s'il le faut.

B- Vous vous ferez encore arrêter.

A- Mais enfin vous savez ce qu'on découvre dans la bible ?

5

(il brandit le Livre où tombe un morceau de papier que B ramasse)

B- la recette du cassoulet à la Lyonnaise !

A- Ah, bon sang, deux ans que je la cherchais. Oui, il y a là-dedans des meurtres,

crimes, viols... C'est bien simple, en la lisant seul sur mon île, j'avais un sentiment

d'insécurité... Et puis la 2eme année, je me suis tapé le Capital de Marx. Ah, c'est

du lourd, ça !

B- Ouais, ben alors on l'emporte pas, j'ai pas envie de couler !

A- L'explication de la condition du prolétaire. Mais le prolo, s'il n'est pas licencié en

économie et en philo, il peut pas lire ça.

B- C'est peut-être pour ça qu'il en a toujours, des prolétaires.

A- CAMARADES ! Je pose la question : pourquoi qu'le camarade Zacharie et son

pote Ezéchiel ils auraient le droit de se taper la femme du voisin et pas nous autres

de la base... N'est-il pas écrit "à chacun selon ses besoins ? "

B- Et ben dites donc, ça ne vaut rien, la lecture ! Pas d'usage prolongé sans avis

médical.

(en bricolant, B sort un appareil qui attire A)

A - Tiens, c'est quoi, ce truc ?

(il tripote)

B- Technologie moderne. C'est un Ouillophone, ça fait carte bancaire, GPS, accès

Internet, cinéma, autoroute, TGV, parking

(on entend une musique)

A - Oh de la musique, faites moi écouter, ça fait si longtemps...

B - Ben, on capte rien ici, mais j'ai des trucs enregistrés.

(...)

A - Vous manquez d'imagination : pour quelqu'un qui reste longtemps sans entendre

une voix humaine, un magnétophone peut rendre des services. J'aurais enregistré

chaque jour un bulletin météorologique pour me remonter le moral. Demain, il

neigera sur l'ensemble des atolls du Pacifique jusqu'à Pâques. L'île de Pâques.

J'aurais aussi enregistré des histoires drôles pour les écouter de temps à autre,

parce qu'on oublie facilement quand on est seul. Tenez, je me serais trouvé un

interlocuteur qui aurait répondu à mes questions, un Vendredi.

B- Pourquoi rien que le vendredi ?

A- Mais non, Vendredi, le compagnon de Robinson Crusoé.

B - Ah, je comprends ! Vous auriez enregistré juste les répliques pour causer. Une

question, une réponse... Mais vous vous réservez les questions ou les réponses ?

A - Vous êtes bien un sportif, vous ! Les réponses on s'en fout ! Tout le monde les

connaît. L'important c'est les questions.

B - Quelles questions ?

A - Voilà ! zat is ze kouestion, vous commencez à comprendre.

B - Rien du tout. Vous avez un sérieux problème, vous : vous les perdez de vue, les

vraies questions...

(...)  Donc, je pousse la porte. Bonjour monsieur, je viens pour l'annonce...

Et bien ? Dites-moi d'entrer

- Entrez

-Bonjour monsieur...

-Je pousse la porte.

-Juste. Je pousse la porte. Bonjour monsieur, je viens pour l'annonce.

-bonjour monsieur je pousse la porte.

-Non, c'est moi. je pousse la porte. Bonjour monsieur, je viens pour l'annonce

Et bien... demandez-moi mes références.

B- (de mauvaise grâce) Ouais, bon, si vous y tenez... montrez-moi vos références.

A- Vous n'êtes pas dans le rôle.. Il faut être plus sec... je me souviens que les

patrons, c'était plutôt le style "Mon gaillard qui vous a dit de vous asseoir ? Et

d'abord enlevez votre chapeau" Allez, dites le moi.

A - O.K., enlevez votre chapeau.

B - Pourquoi ? Vous embauchez selon la forme du crâne ? Ah ! Ah ah ! Elle est

bonne, que je suis rieur ! Mon chapeau, monsieur, je le porte sur le côté parce que

c'est la seule chose que je pourrais mettre de côté avec ce salaire ! Ouaff ! Celle là

aussi, elle est bonne...

B-(sinistre) effectivement. Bon, passons aux choses sérieuses. On perd du temps,

et...

A et B (à l'unisson) -J'ai un record à battre..

A- Voilà, c'est déjà bien mieux comme ton... Vous tenez le personnage, pressé,

arriviste, insensible. Alors, vous voulez des références ? Et bien, j'ai fait pas mal de

choses, ces 10 dernières années... J'ai acquis un savoir-faire et une expérience

inégalé dans des domaines comme... allumer un feu par un vent de force 6... ou

repérer les crustacés dans l'eau trouble, pêcher à la fourchette, accommoder le

cassoulet de 25 manières... Pour la gestion des stocks, je suis imbattable jusqu'à

120 articles... Langues étrangères ? Je parle... j'allais dire le chinois, non :

l'esquimau : akali kontoudé ikaladou lapic pick...

B- Quoi ? Vous avez échangé le collier de votre cousine contre un couteau en

ivoire?

(...)

B - (soupir) Vous aimez la comédie, vous, hein ?

A - Qu'est ce que vous voulez faire d'autre ici ? Bon je campe le décor : la rue...

Passe une jeune fille... et observez bien la manœuvre.

Mademoiselle ! Un mot SVP. Voila, je vais vous le dire sans détour, inutile de

tourner autour du pot. Je me suis souvent montré complaisant envers les jeunes et

jolies femmes... Autant le reconnaître honnêtement, tout cela ne mène à rien, alors

inutile d'insister... Non, non, je vous en prie n'insistez pas ... Comment ? Chez les

grecs? Ah, mademoiselle... Platon, le Banquet... Je ne connais que ça. Mais il vaut

mieux que nous en restions la, quittons nos bons amis. Comment? taré ? Nous

venons de vivre en 2 minutes un grand amour jusqu'à la rupture.... Qu'est ce qu'on a

gagné comme temps, non ? Allez au revoir mademoiselle, quel beau souvenir!

Alors, qu'est-ce que vous en dites ?

B- ça parle de quoi, le Banquet de Platon ?

A- Oh, je vous le recommande pas. Surtout lorsqu'en fait de banquet, vous n'avez

que des boites de cassoulet à portée...

B- Bon, alors inutile de l'emporter. Vous êtes prêt ?

A - Je crois.

B- Allez, pas de regrets...

A- Non. J'y vais pas.

(il s'assied)

J'ai un coup de pompe c'est d'avoir trop causé, trop fréquenté l'humanité.

A- Prenez un Vigorex.

A- Non, j'en ai déjà ingurgité trois

 (...)

- Vous êtes à l'écoute de Radio Marie Thérèse la radio qui rit jusqu'au Zambèze. On

est toujours sans nouvelle du "Célestin Bananes du Cameroun" qui tentait de

battre le record Pointe-à-Pitre-Cap de Bonne Espérance... On a cependant retrouvé

sur une plage du Mozambique le message suivant dans une bouteille: "MEY MUTA

M'ZAMBI. NEY ", ce qui signifie en cantonais : la bouteille est consignée jusqu'au 2

janvier. On peut donc supposer que le Célestin Bananes du Cameroun pourrait

pulvériser le précédent record

(...)

(rideau)

****************************************************

L'ANNÉE DES HARICOTS BLANCS