Une sélection d’arguments apocalyptiques recensés lors des débats parlementaires sur le PACS en 1998-1999 :

1/

Je le réaffirme, ce texte est un monstre juridique qui bouleversera jusqu'aux fondements de notre droit.

[…]

Or le PACS enlève toute raison d'être juridique et sociale au mariage civil. Il le tue par asphyxie.

[…]

Si ce texte était adopté, il n'est pas exclu qu'il ait contre lui, et à terme assez court, les homosexuels eux-mêmes. Je suis, en effet, intimement persuadée qu'ils seront les principales victimes de la société éclatée et conflictuelle que le PACS viendrait renforcer.

[…]

Le pacte civil de solidarité est, je le répète, un monstre juridique qui insulte la grande tradition juridique française.

Il discrédite notre pays.

Avec l'adoption de ce texte, on ouvrirait une véritable boîte de Pandore. Par une série de réactions en chaîne, c'est toute la cohérence du droit, mais aussi l'équilibre des finances de l'Etat qui seraient compromis !

Christine Boutin, AN 3/11/1998

2/

Le PACS est aussi inopportun, car il prend acte d'évolutions non souhaitables de la société française qui mettent en cause sa pérennité et sa cohésion. Il crée une concurrence déloyale avec le mariage et sa signature devant le tribunal d'instance risque même de lui accorder un statut symbolique supérieur.

[…]

Il risque de déboussoler encore un peu plus de nombreux jeunes qui manquent de repères et il fait ainsi le lit des extrémistes.

Il introduit la confusion entre les couples homosexuels et hétérosexuels dans une société qui, pour être tolérante, a néanmoins des valeurs à défendre.

[…]

Enfin, le PACS est inquiétant, car, non content de légitimer certaines dérives de la société, il risque de les amplifier et de poser des problèmes éthiques.

Quand les bornes sont franchies, il n'y a plus de limites.

Didier Quentin, AN 3/11/1998

3/

«Ensuite, vous prétendez que le Pacs concernerait les cinq millions de Français qui vivent aujourd'hui hors mariage. Or il n'en sera rien. Tout au plus quelques centaines de personnes par an en concluront-elles un. D'une part, certains homosexuels ne recherchent aucunement une situation stable emportant des effets de droit. D'autre part, bien des concubins, notamment les jeunes, ne demandent pas de droits particuliers : les jeunes vivent souvent l'union libre du début de leur relation comme une période de fiançailles civiles qui se terminera par la rupture ou le mariage, et seulement rarement par un concubinage durable. Ils ne concluront pas de Pacs alors qu'ils pourraient être intéressés par une attestation de vie commune qui les engagerait moins.

Dominique Dord, AN 3/11/1998

4/

Avez-vous réalisé que vous vous apprêtez à voter l'éclatement de la famille, la précarité des couples, la fraude fiscale ?

Thierry Mariani, AN 3/11/1998

5/

Car le Pacs sera inapplicable, et sera source d'un contentieux insurmontable.

Maurice Leroy, AN 3/11/1998

6/

En mettant sur un pied d'égalité tous les couples, quelle que soit leur orientation sexuelle, vous allez déstabiliser la société tout entière. Loin de moi d'être homophobe mais permettez-moi de rappeler que le meilleur moyen d'assurer la continuité de notre société est de faire des enfants qui travaillent et paieront les retraites des plus âgés. Et, que je sache -peut-être certains d'entre vous disposent-ils d'éléments nouveaux-, le meilleur moyen pour un couple de faire des enfants est d'être constitué d'un homme et d'une femme, et non de deux hommes ou de deux femmes. Détourner cette loi de la nature pourrait avoir des conséquences imprévisibles pour notre société, et même notre civilisation.

Christian Estrosi, AN 3/11/1998

7/

Au demeurant, le Pacs n'est pas seulement inutile, il est dangereux. Il crée le règne de la confusion et de l'irresponsabilité, il multiplie les risques de fraudes et d'abus. Il va aggraver la décomposition de la famille en favorisant la précarité de couples à géométrie variable.

Henri Plagnol, AN 7/04/1999

8/

Mais ce texte réussit tout de même un tour de force, celui de ne convenir à personne !
Il n'offre pas aux homosexuels le statut qu'ils revendiquent, et il en propose un aux hétérosexuels, qui n'en demandent pas !

Alain Lambert, Sénat 17/03/1999

9/

.Certains ont pu penser un moment qu'une meilleure organisation du concubinage pouvait constituer un substitut astucieux au monstre juridique qui nous est offert avec le PACS […] Je suis sceptique. Toute tentative d'apporter une solution à un problème structurellement insoluble ne ferait que précipiter la société vers un accroissement de ses pathologies, déjà mesurables au travers de la drogue, des suicides et des tranquillisants.

Bernard Seillier, Sénat 17/03/1999

10/

Dans le PACS, ce qui est en cause, c'est l'application purement individualiste des droits de l'homme et, en contrepartie, la méconnaissance des droits de la société, qui a sa cohérence propre. Or le PACS porte atteinte à notre cohésion sociale, en décomposant, par ses conséquences - c'est ce qui est important - l'ensemble de notre droit civil, social et fiscal.

Anne Heinis, Sénat 17/03/1999

11/

Le PACS n'est-il pas, dans une société déjà déboussolée, inutilement et dangereusement source de nouvelles incohérences ?

Hubert Haenel, Sénat 17/03/1999