Les Mots Corrects

Ce glossaire est inspiré de celui du MOOC ITyPA, intitulé Les Mots Barbares. Le but est de proposer des définitions claires et concises des notions et termes vus au cours du MOOC ABC Gestion de Projet, dans l’optique :

N’hésitez pas à y insérer vos définitions, ou à en demander, ou bien à suggérer (en commentaire) des modifications de définitions existantes. Ce qui va sans dire va mieux en le disant : si vous insérez de nouveaux termes (avec ou sans définition), merci de respecter l’ordre alphabétique.

Ce glossaire est placé sous licence libre MOOC ABC Gestion de Projet CC BY-NC-SA 3.0 FR.

Liste des collaborateurs à ce glossaire (n’hésitez pas à rajouter votre nom s’il est absent de cette liste) :

CONTIÉ Sylvain

GAJEOT Bertrand @Khakaoura

GARIBBO Audrey

Solidairnet Chôm’Actif @solidairnet

Note à l’équipe encadrante : s’il y a une plateforme plus centrale que mon Google Drive pour héberger ce document, ne pas hésiter à l’y déplacer et à communiquer le nouveau lien. ;-)

0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A

Actualisation : calcul servant à mesurer la rentabilité d’un projet, en fonction de son flux financier (cash flow) et d’un taux d’actualisation t%. Le produit du flux financier par le taux d’actualisation permet de calculer, à échéances régulières la valeur présente, et à terme la V.A.N. d’un projet.

Analyse fonctionnelle : méthodologie d’étude des besoins auxquels un projet doit répondre. Cette analyse peut être réalisée par différentes approches: méthode FAST, méthode SADT, méthode UML, méthode APTE®, etc. Selon le type de produit, une méthode peut être plus appropriée qu’une autre.

APTE : méthode d’analyse fonctionnelle et d’analyse de la valeur servant à définir les fonctions principales (FP) et les fonctions de contrainte (FC) à fin d’innovation ou d’optimisation d’un projet.

 

C

C.A.M.E.R.A. : acronyme pour Cadré Approuvé Mesurable Échéance Réaliste Ambitieux (en anglais : S.M.A.R.T. : Stretching Measurable Agreed-upon Realistic Time-framed). Moyen mnémotechnique permettant de définir et vérifier la pertinence et la cohérence d’un objectif ou d’un indicateur au sein d’un projet.

Carte conceptuelle : mode de représentation permettant de clarifier des questions complexes, proposer un support de communication et de partage, mettre en application une théorie pour analyser une situation. Une carte conceptuelle trouve son origine dans une question (à laquelle elle doit permettre de répondre), et se compose d’un réseau de concepts, de liens et de ressources. La carte conceptuelle ne doit pas être confondue avec la carte heuristique ; cette dernière est également un schéma d’organisation d’idées, mais n’a pas vocation à répondre à une question. Logiciels proposés : http://creately.com/  http://vue.tufts.edu/ 

C.d.C.F. : acronyme pour cahier des charges fonctionnel. Document contractuel produit à l’issue d’une analyse fonctionnelle, et reprenant l’ensemble des spécifications et des besoins auquel un projet doit répondre.

Coût global : ensemble des coûts induits par les différentes phases d’un projet. Il se répartissent en cinq catégories : coût de développement, coût d’industrialisation, coût de production, coût d’utilisation et de maintenance, et coût d’extinction. Généralement, les trois premiers premières catégorie de coûts sont à la charge du porteur de projet, la quatrième à la charge du consommateur du produit résultant d’un projet, et la cinquième à la charge de la collectivité (en incluant au besoin les générations futures).

D

Développement de projet : le développement d’un projet s’organise en différente phases : étude marketing et étude de faisabilité, avant-projet, conception, industrialisation, qualification et production. Ces phases peuvent se succéder ou être menées de front, selon le mode de développement choisi (développement séquentiel ou ingénierie simultanée).

Développement séquentiel : dénommé en anglais over the wall design et parfois qualifié de “système Taylor”, ce mode de développement consiste à élaborer un projet phase par phase. Son inconvénient majeur est une perte de temps liée, en cas de problème, aux nombreux transferts de dossiers entre les différents services impliqués à chaque phase de développement.

F

F.A.S.T. : acronyme pour Function Analysis System Technique. Méthode d’analyse fonctionnelle consistant à modéliser une séquence d’opérations en termes fonctionnels. Les fonctions sont présentées sur un diagramme vertical, par ordre chronologique (les premières en haut, les dernières en bas), et peuvent se ramifier en sous-fonctions (ramification ouverte à droite des fonctions) présentées elles aussi chronologiquement.

Flux financier : Pour un temps donné t, le flux est la somme arithmétique des recettes déduites des dépenses. Pour en prendre en compte la variabilité des flux au fil du temps, voir Actualisation.

G

Gantt (diagramme de ~) : diagramme datant des années 1910 et servant à visualiser l’ensemble d’un projet à travers une succession de barres (indiquant les lots de travail) et de losanges (indiquant les jalons), dans une structure de type calendrier horizontal (le temps se déroulant de gauche à droite). Ce type de diagramme permet de suivre l’avancement d’un projet.

I

Ingénierie simultanée : ce mode de développement consiste à mener plusieurs phases d’un projet de front (étude marketing et étude de faisabilité) ou en léger décalage (conception et industrialisation). Son avantage majeur est un gain de temps lié au transfert d’information en temps réel et à la réalisation en parallèle de différentes phases.

J

Jalon : Les jalons  (en anglais : milestone) d’un projet se définissent comme:

Dans le cadre du planning, les jalons limitent le début et la fin de chaque phase et servent de point de synchronisation. Sur les diagrammes de Gantt, les jalons sont représentés par des losanges.

L

Livrable : Un livrable est tout résultat, document, mesurable, tangible ou vérifiable, qui résulte de l’achèvement d’une partie de projet ou du projet. Exemples : Un cahier des charges et une étude de faisabilité sont des livrables.

Localisation d’un projet (dans l’entreprise) : il existe quatre grandes natures de projet, à l’une desquelles un projet peut être rattaché : projet local (au sein d’un service), projet transversal (impliquant plusieurs services), projet sorti (impliquant la mise en place d’une équipe dédiée), et co-entreprise (joint venture).

M

Maître d’œuvre : personne en charge de la gestion d’un projet. Parfois identifié par l’acronyme M.O.E.

Maître d’ouvrage : personne qui finance un projet. Parfois identifié par l’acronyme M.O.A. Synonyme : client final, commanditaire.

O

O.B.S. : acronyme pour Organization Breakdown Structure (en français : structure organisationelle du projet). Méthode d’affectation à une personne, qui en est responsable, d’un ou plusieurs lot(s) défini(s) par W.B.S. Ce système convient aux petits projets ; pour les projets plus importants, il convient d’utiliser une matrice R.A.C.I.

P

Paradoxe principal du management de projet :  En début de projet le niveau de connaissance est faible et la marge de manoeuvre importante. En fin de projet la connaissance est importante et la marge de manoeuvre faible. Le rationnel consiste à développer le niveau de connaissance au début pour effectuer les bons choix

P.D.C.A. : acronyme pour Plan Do Check Act (en français : Préparer Dérouler Contrôler Ancrer, ou Planifier Développer Contrôler Ajuster). Moyen mnémotechnique permettant un repérage simple des différentes étapes d’une action prenant place au sein d’un projet. Synonymes : cycle d’action ou roue de Deming (illustration du processus d’amélioration continue de la qualité).

P.E.R.T. (diagramme) : acronyme pour Program Evaluation and Review Technique. Diagramme datant de la fin des années 1950, et servant à calculer la durée cumulée de tous les lots de travail d’un projet de deux façons : le calcul de la date au plus tôt se fait par addition des durées minimales de progression étape par étape (en tenant compte des prérequis éventuels, tels que terminer un lot de travail avant de pouvoir en commencer un autre) à partir du point de départ ; le calcul de la date au plus tard se fait par soustraction de ces mêmes durées à partir du point d’arrivée. Une différence entre date au plus tôt et date au plus tard indique une marge libre, c’est-à-dire le temps supplémentaire dont un lot de travail dispose pour sa réalisation sans ralentir le projet. La succession des lots de travail sans marge libre et respectant les prérequis éventuels détermine le chemin critique du projet. Un retard sur le chemin critique se répercute sur tout le projet.

Périmètre du projet : le périmètre de projet est son étendue en terme de qualité, de temps et de coût. Il est représenté de façon symbolique via le triangle QCD, ou de façon concrète par l’estimation de ses trois paramètres. Ainsi la Qualité est définie au niveau du cahier des charges fonctionnel, le coût est défini par l’analyse du budget, et les délais sont calculés à partir des éléments de planification (PERT, Gantt).

Profil de projet : le profil d’un projet est déterminé par plusieurs éléments, qui sont plus ou moins importants selon les projets : l’enjeu, la complexité, le degré d’innovation, la matérialité (ou l’immatérialité) du résultat final, la taille (financière), l’autonomie de la structure-projet et l’intégration par rapport à l’organisation porteuse.

Projet : trois critères importants : organisation temporaire (doit être réalisé en un temps donné), comporte des étapes (ou jalons) et aboutit à un ou des livrables. ISO 10006 — Un projet est un processus unique, qui consiste en un ensemble d'activités coordonnées et maîtrisées comportant des dates de début et de fin, entrepris dans le but d'atteindre un objectif conforme à des exigences spécifiques telles que des contraintes de délais, de coûts et de ressources.

R

R.A.C.I. (matrice) : acronyme pour Réalisateur Autorité Consulté Informé. Matrice d’affectation de lots de tâches au sein d’une équipe projet. Réalisateur désigne la personne qui effectue le lot concerné ; Autorité désigne la personne qutti coordonne la réalisation du lot et est responsable en cas de problème et/ou de retard ; Consulté désigne la personne qui valide le lot avant la mise en œuvre de sa réalisation ; Informé désigne la personne qui doit être tenu informée lorsqu’un lot est terminé. Un objectif : tous les lots doivent être affectés. Une obligation : une autorité et une seule pour chaque lot. Il s’agit d’un système plus complexe que l’O.B.S.

S

S.A.D.T. : acronyme pour Structured Analysis and Design Technique (en français : Technique Structurée d’Analyse et de Conception). Méthode d’analyse fonctionnelle consistant à modéliser un processus centré sur une action (indiquée par un verbe à l’infinitif), et indiquant ce sur quoi on agit (matière d’œuvre en entrée) et ce qui résulte de l’action (matière d’œuvre en sortie), ce qui permet d’alimenter et de piloter l’action, et ce avec quoi on effectue l’action. L’action initiale est dénommée A0 ; elle peut se ramifier en sous-actions, dénommées de façon incrémentielle (A1, A2... An).

Structure-support de projet : il existe quatre structures qui permettent de faire fonctionner un projet : la structure fonctionnelle, la coordination de projet, la direction de projet (ou structure matricielle) et l’équipe dédiée (ou tiger team).

T

Taux d’actualisation : ce taux, abrégé t%, est constitué par la somme du taux d’investissement i% et du taux de risque r%. Le choix du taux dépend du projet : élevé pour les projets courts, faible pour les projets longs. Le coefficient d’actualisation évolue au fur et à mesure des échéances selon la formule suivante : , où t% est le taux d’actualisation et n le quantième de l’échéance (0 pour l’échéance initiale). Ainsi, l’évolution d’un taux d’actualisation sur quatre échéances sera la suivante :

Todo list : en français : liste des tâches à effectuer. Document permettant de répartir le travail au sein d’une équipe-projet, d’en suivre l’avancement et de vérifier si les tâches et objectifs sont C.A.M.E.R.A. Les informations indispensables d’une todo list doivent répondre à la question suivante: qui fait quoi et pour quand ?

T.R.I. : acronyme pour Taux de Rentabilité Interne. Taux tel que la V.A.N. est égale à 0, le T.R.I. constitue un indicateur de la rentabilité d’un projet. Plus le T.R.I. est élevé, plus le projet est rentable. Le calcul du T.R.I. se fait sur la base du flux financier d’un projet ; des fonctions intégrées aux tableurs en permettent un calcul rapide (fonction TRI sur Calc et Excel, IRR sur Google), mais il est possible de le calculer sans utiliser ces fonctions (exemple).

Triangle Q.C.D. : représentation visuelle de trois facteurs influant sur un projet : qualité, coût, délai. Chaque côté du triangle est gradué de 0 à 100, et la somme des trois facteurs est de 100. Augmenter ou diminuer la valeur de l’un des facteurs influe sur les deux autres, par la réduction ou l’augmentation d’une marge de manœuvre les concernant. Le triangle Q.C.D. n’est pas vraiment un outil de gestion, mais plutôt une métaphore utile lors de toute phase de négociation du projet.

Typologie de projet : la typologie d’un projet se définit par la taille financière (en €, $ ou £, par exemple) et la complexité (par le nombre de facteurs qui interviennent) de celui-ci. Taille et complexité sont deux éléments constitutifs du profil d’un projet.

U

U.M.L. : acronyme pour Unified Modeling Language (en français : langage de modélisation unifié). Langage de modélisation fréquent dans la définition de méthode d’analyse et de conception, et comportant de nombreux diagrammes, dont trois peuvent servir à l’analyse fonctionnelle : le diagramme de cas d’utilisation, le diagramme de séquences système et le diagramme d’interaction.

V

V.A.N. : acronyme pour Valeur Actuelle Nette. Somme des valeurs présentes d’un calcul d’actualisation, la V.A.N. constitue un indicateur de la rentabilité d’un projet. Plus la V.A.N. est élevée, plus le projet est rentable. La V.A.N. peut être inférieure, supérieure ou égale à 0. Un exemple de calcul de V.A.N. est disponible sur cette page Wikipédia.

Valeur présente : calcul à échéance régulière (journalière, hebdomadaire, mensuelle, annuelle) du produit du flux financier d’un projet par son taux d’actualisation.

W

W.B.S. : acronyme pour Work Breakdown Structure (en français : structure de découpage du projet). Diagramme utilisé pour séparer en lots les tâches à réaliser dans le cadre d’un projet.