Sommaire

La jeune fille sans mains

L’eau de vie

L’ondine de l’étang

La mariée blanche et la mariée noire

La mariée blanche et la mariée noire

Une lecture psychanalytique du conte

proposée par

Aude LAFEUILLADE, Maud LANGLAIS, Pauline SAINT-OMER, Victorie REGALES,

Marine  ROUSSEAU, Llona KORZENIOWSKI, Julie LANDAIS

La mariée blanche et la mariée noire illustration.jpg

Lycée René Cassin, Arpajon - Philosophie, décembre 2014


Texte du conte : La mariée blanche et la mariée noire (Grimm)

Une pauvre paysanne s'en alla dans les champs pour couper le fourrage. Elle y alla avec ses filles - sa propre fille et sa belle-fille. Soudain, Dieu se présenta devant elles sous l'apparence d'un homme pauvre et demanda :

- Pouvez-vous m'indiquer le chemin pour aller au village ? 

- Il faudra le trouver vous-même, rétorqua la mère. 

Et la fille renchérit : 

- Quand on a peur de s'égarer, on part accompagné. 

Mais la belle-fille proposa : 

- Venez, brave homme, je vous guiderai. 

Dieu se fâcha contre la mère et la fille, se détourna d'elles, et les fit devenir noires comme la nuit et laides comme le péché. La belle-fille en revanche entra dans ses bonnes grâces ; il se laissa accompagner et lorsqu'ils s'approchèrent du village, il la bénit et dit :

- Prononce trois voues, ils seront exaucés. 

- Je désire être belle et pure comme le soleil, dit la jeune fille. 

Et immédiatement, elle devint blanche et belle comme une journée de soleil. 

- Ensuite, je voudrais une bourse pleine d'écus qui ne désemplirait jamais. 

Dieu la lui donna mais il ajouta :

- N'oublie pas le meilleur. 

La jeune fille dit alors : 

- Mon troisième voue est la joie éternelle après ma mort. 

Dieu l'en assura et se sépara d'elle. 

La mère et sa fille rentrèrent à la maison et constatèrent qu'elles étaient toutes les deux laides et noires comme le charbon, tandis que la belle-fille était belle et immaculée. Une plus grande cruauté s'empara alors de leurs cœurs et elles n'eurent plus qu'une idée en tête : lui faire du mal. Or, l'orpheline avait un frère qui s'appelait Régis. Elle l'aimait par-dessus tout. Un jour, Régis lui dit :

- Ma petite sœur, j'ai envie de dessiner ton portrait pour t'avoir toujours à mes côtés. je t'aime tant que Je voudrais pouvoir te contempler à tout instant. 

- Ne montre surtout jamais mon portrait à personne, exigea sa sœur. 

Le frère accrocha le tableau, très fidèle à l'original, dans la pièce qu'il habitait au château, car il était le cocher du roi. Tous les jours il regardait le portrait et remerciait Dieu du bonheur qu'il avait donné à sa sœur. 

Le roi que Régis servait venait de perdre son épouse. 

Les serviteurs à la cour avaient remarqué que le cocher s'arrêtait tous les jours devant le magnifique tableau et, jaloux et envieux, ils le rapportèrent au roi. Ce dernier ordonna alors qu'on lui apporte le tableau et, dès qu'il le vit, il put constater que la jeune fille du portrait ressemblait incroyablement à son épouse défunte, et qu'elle était même encore plus gracieuse ; il en tomba amoureux. Il fit appeler le cocher et lui demanda qui était la personne sur le tableau. 

- C'est ma sœur, répondit Régis. 

- C'est elle, la seule et unique que je veux épouser, décida le roi. Il donna au cocher une superbe robe brodée d'or, un cheval et un carrosse, et il lui demanda de lui ramener l'heureuse élue de son cœur. 

Lorsque Régis arriva avec le carrosse, sa sœur écouta avec joie le message du roi. Mais sa belle-mère et sa belle-sœur furent terriblement jalouses du bonheur de l'orpheline et, de dépit, faillirent devenir encore plus noires. 

- À quoi sert toute votre magie, reprocha la fille à sa mère, puisque vous êtes incapable de me procurer un tel bonheur ! 

- Attends un peu, la rassura sa mère, je tournerai ce bonheur en ta faveur. 

Et elle se eut recours à la magie : elle voila les yeux du cocher de manière qu'il ne vît plus qu'à moitié ; quant à la mariée blanche, elle la rendit à moitié sourde. Tous ensemble montèrent ensuite dans le carrosse : d'abord la mariée dans sa belle robe royale, et derrière elle sa belle-mère et sa belle-sœur ; Régis monta sur le siège de cocher et ils se mirent en route. 

Peu de temps après Régis appela :

Voile ton beau visage, ma petite sœur, gare à tes jolies joues, car le ciel pleure : Empêche le vent fort de te décoiffer, que bientôt le roi admire ta grande beauté !

- Que dit-il, mon petit frère ? demanda la mariée. 

- Il dit seulement que tu dois enlever ta robe dorée et la donner à ta sœur, répondit la marâtre. 

La jeune fille ôta la robe, sa sœur noire se glissa à l'intérieur, et donna à la mariée sa chemise grise en toile grossière. 

Ils poursuivirent leur route, puis le cocher appela à nouveau :

Voile ton beau visage, ma petite sœur, gare à tes jolies joues, car le ciel pleure ; Empêche le vent fort de te décoiffer, que bientôt le roi admire ta grande beauté !

- Qu'est-ce qu'il dit, mon petit frère ? demanda la jeune fille. 

- Il dit seulement que tu dois ôter ton chapeau doré de ta tête et le donner à ta sœur. 

La jeune fille ôta son chapeau doré, en coiffa la tête de sa sœur et poursuivit le voyage tête nue. Peu de temps après, Régis appela de nouveau :

Voile ton beau visage, ma petite sœur, gare à tes jolies joues, car le ciel pleure ; Empêche le vent fort de te décoiffer, que bientôt le roi admire ta grande beauté !

-Que dit-il, mon petit frère ? demanda la mariée pour la troisième fois. 

- Il dit seulement que tu dois regarder un peu le paysage. 

Ils étaient justement en train de passer sur un pont franchissant des eaux profondes. Et dès que la mariée se leva et se pencha par la fenêtre du carrosse, sa belle-mère et sa belle-fille la poussèrent si fort qu'elle tomba dans la rivière. L'eau se referma sur elle ; à cet instant apparut à la surface d'eau une petite cane d'une blancheur immaculée qui flottait en suivant le courant. 

Le frère sur le siège du cocher n'avait rien remarqué ; il continuait à foncer avec le carrosse jusqu'à la cour du roi. Son regard était voilé mais percevant l'éclat de la robe dorée il était de bonne foi lorsqu'il conduisit devant le roi la fille noire à la place de sa sœur. Lorsque le roi vit la prétendue mariée et son inénarrable laideur, il devint fou furieux et ordonna de jeter le cocher dans une fosse pleine de serpents. 

Pendant ce temps, la vieille sorcière réussit à ensorceler le roi et à l'aveugler à tel point qu'il ne les chassa pas, ni elle, ni sa fille ; et mieux encore : elle l'envoûta si bien que le roi finit par trouver la mariée noire plutôt acceptable et il l'épousa. 

Un soir, tandis que l'épouse noire était assise sur les genoux du roi, arriva dans les cuisines du château, par le conduit de l'évier une petite cane blanche qui parla ainsi au jeune marmiton :

Allume le feu, jeune apprenti, 

Un court instant, sans doute, suffit 

Pour faire sécher mes plumes flétries.

Le garçon obéit et alluma le feu ; la petite cane s'approcha, secoua ses plumes et les lissa avec son petit bec. Un peu ragaillardie, elle demanda : 

- Que fait mon frère Régis ? 

Le marmiton répondit :

Parmi les serpents, dans une fosse, 

Sa prison semble plus qu'atroce.

Et la petite cane demanda :

Que fait la sorcière noire ? 

Le garçon répondit :

Elle tremble de joie 

Dans les bras du roi.

Et la petite cane soupira :

Mon Dieu, sois à mes côtés 

Face à toute adversité !

et elle s'en alla par où elle était venue. 

Le lendemain soir elle revint et elle reposa les mêmes questions et le troisième soir également. Le jeune marmiton eut pitié d'elle et décida d'aller voir le roi pour tout lui raconter. Le roi, voulant voir de ses propres yeux ce qui se passait, se rendit le soir à la cuisine et dès que la petite cane sortit la tête de l'évier, il brandit son épée et lui transperça la gorge. 

Et tout à coup, la petite cane se transforma - et devant le roi apparut une fille d'une beauté indescriptible ressemblant comme deux gouttes d'eau à la belle du tableau de Régis. Le visage du roi s'illumina de joie et comme la jeune fille était toute mouillée, il fit immédiatement apporter une robe magnifique et ordonna qu'on l'en vêtit. 

La Jeune fille lui raconta ensuite comment elle se fit abuser par sa belle-mère et sa belle-sœur et comment celles-ci l'avaient poussée à l'eau. Mais en premier lieu elle pria le roi de faire sortir son frère de la fosse aux serpents. Le roi exauça son voue et se dirigea ensuite vers la chambre de la vieille sorcière. Il lui raconta l'histoire telle qu'elle s'était passée et à la fin lui demanda : 

- Que mérite la femme qui a commis de telles abominations ? 

La sorcière, dans son aveuglement, n'avait pas compris de qui il était question et répondit : 

- Elle mérite d'être enfermée toute nue dans un fût garni de clous pointus et que l'on attache ce fût à un attelage et que cet attelage soit lancé à toute allure. 

Et c'est ainsi qu'on les traita, elle et sa fille noire. 

Le roi épousa sa belle mariée blanche et récompensa le fidèle Régis : il en fit l'homme le plus riche et le plus estimé de son royaume.


Interprétation psychanalytique du conte : La mariée blanche et la mariée noire

Avertissement : Ce travail ne prétend pas proposer une interprétation exhaustive et définitive ; les commentaires sont les bienvenus.

PERSONNAGES:

MÈRE: sorcière, malsaine, représente obscurité humaine

FILLE: même caractéristiques que la mère

BELLE-FILLE: inverse de la mère et de la fille: pureté, généreuse

DIEU: pouvoir tout puissant, génère le bien ou punit

RÉGIS: Seule figure paternelle pour la Belle-Fille, ce qui entraîne des désirs ambigus de la part de cette dernière pour lui (complexe d’Oedipe)

LE ROI:  représentant/intermédiaire de dieu

MARMITON : Élément de résolution

La belle fille est appelée ainsi car elle n’a pas de famille. Il s’agit ici d’un cas particulier car en général, dans les autres contes, on trouve plutôt une belle mère ou une belle soeur par exemple, qui constitue une figure maléfique. On remarque alors que le seul membre de sa famille est Régis, son frère, à qui elle s’identifie et qui représente la figure paternelle, qu’elle désir donc malgré elle dans le complexe d’oedipe. Il y a ensuite un relais de la figure masculine, qui passera par Dieu qui lui offrira la beauté et la richesse tel un père, puis enfin par le Roi, qu’elle épousera à la fin.

En refusant d’aider Dieu, la mère et la fille cèdent à leurs pulsions, et c’est pour cela que Dieu les punit. En revanche, la belle-fille résiste à ses pulsions en aidant Dieu (qui avait prit l’apparence d’un pauvre vieillard), elle est donc récompensée.

Les serpents dans la fosse: Régis est puni par le roi en étant jeté dans une fosse remplie de serpents qui peuvent représenter ses pulsions sexuelles refoulées car serpent est un symbole phallique.

La cane: la transformation de la fille en cane freine justement la sexualité de la fille. En effet, la cane évoque la naïveté peut-être l’enfance . De plus, elle est blanche, cela indique un symbole de pureté.

La transformation évoque la renaissance : une façon de dire que la fille est prête à s’engager .

L’action violente du roi montre qu’il a le pouvoir de Dieu, il brise le sort et redonne sa forme humaine à la belle qu’il va ensuite épouser.

La sorcière est tuée par ses propres pulsions violentes car c’est elle qui suggère indirectement au roi sa sentence cruelle.

 Conclusion: Le conte montre qu’il faut résister à ses pulsions.