Chronologie de la Belgique dans les années 2010

2004

Les deux régions francophones, la Wallonie et la région Bruxelles-Capitale sont gouvernées par un gouvernement dirigé par le PS.

2010 

En juin, le NVA remporte les législatives en Flandre avec près de 30 % des suffrages exprimés.

Le PTB-PVDA a obtenu 101.088 suffrages (1,55 %).

La Belgique est sans gouvernement.

Le 29 septembre, manifestation syndicale européenne à Bruxelles.

2011

La dette frôle les 100 % du PIB.

Déficit de 3,8 % du PIB.

En octobre, le gouvernement décide de « sauver » Dexia en rachetant 100 % de Dexia Banque Belgique pour un montant de 4 milliards.

Le 6 décembre, après plus de 541 jours de crise, un gouvernement d'alliance gauche-centre-droite est mis en place.

Les deux partis sociaux-démocrates font partie du gouvernement de coalition avec la droite néolibérale.

2012 

Le 20 janvier, grève générale pour protester en particulier contre le durcissement des conditions de départ à la retraite anticipée. La première depuis 20 ans.

En août, des fissures sont découvertes dans une cuve d'un des réacteurs de la centrale de Doel, près d'Anvers. L'opérateur est Electrabel, filiale du groupe GDF-Suez.

Le 12 octobre, le NVA remporte les élections municipales. Bart de Wever remporte la municipalité d'Anvers avec 38 % des suffrages.

Le PTB perce dans plusieurs grandes villes de Wallonie et de Flandre ainsi que dans deux communes de l’agglomération bruxelloise.

2013

Bart de Wever est élu maire d'Anvers.

Le 21 février, plus de 40.000 manifestants défilent dans les rues de Bruxelles, en front commun syndical, pour dénoncer notamment le blocage des salaires, la manipulation de l’index, l’allongement de la durée du travail, la chasse aux chômeurs.

2014 

Au printemps, élections régionales et législatives. Progression des listes de PTB-GO. Deux candidats du PTB entrent à la Chambre, deux au parlement wallon et quatre au parlement bruxellois.

Le 24 mai, le terroriste Mehdi Nemmouche assassine froidement quatre personnes au musée juif de Belgique.

A l'automne, les deux grandes confédérations mènent un plan d'action pour lutter contre les premiers plans d'austérité de la droite et des nationalistes flamands.

Le 15 décembre, grève générale.

2015 

En novembre, Etat d’exception (lockdown) à Bruxelles à cause des menaces d’attentats terroristes. Toute activité est stoppée dans la ville pendant quatre jours.

2016

Le 22 mars, des attentats terroristes à l’aéroport et dans le métro de Bruxelles font 34 morts et plus de 198 blessés.

2018

Démission du Premier ministre Charles Michel. La Belgique est sans gouvernement. Gouvernement “en affaires courantes” de compétences limitées. 

2019

Sept réacteurs nucléaires assurent la moitié de la production électrique. Le gouvernement souhaite les fermer d’ici 2025.

Le 13 février, grève générale pour les salaires.

En mai, élections législatives.

En Flandre, après une campagne contre les immigrés, progression de l’extrême droite Vlaams Belang (18 %) et bon score du parti indépendantiste de Flandre, le VB.

En Wallonie, bons résultats des écologistes (14,5 %) et de l’extrême gauche (PTB 13,7 %) qui doublent leurs scores.

Importante division entre le nord (Flandre) et le sud (Wallonie).

Pas de majorité gouvernementale.

Le 4 avril, la Chambre des représentants adopte une loi destinée à subventionner des centrales électrogènes à gaz afin de sortir du nucléaire avec l’aide financière du Qatar.