Chronologie de la Chine dans les années 2010

2010 

19 % de la population mondiale mais 22 % de la population mondiale en âge actif.

Le PIB chinois représente 20 % du PIB mondial. Croissance du PIB de 10,4 %.

19,8 % de la production manufacturière de la planète contre 19,4% pour les Etats-Unis.

Dans l’année, plus de 18 millions de voitures se sont vendues. Les marques étrangères représentent 70 % du marché. Elles doivent s'associer à un constructeur local pour produire sur place.

La pollution de l’air extérieur provoque dans l’année 1,2 million de morts prématurées, soit presque 40 % du total mondial des morts prématurées dues à la pollution dans le monde.

La Chine devient le premier consommateur d'énergie de la planète, devant les États-Unis.

En mai-juin, une série de conflits et de grèves affectent un nombre important d'usines manufacturières en Chine dont les usines automobiles.

2011 

Croissance du PIB : 9,3 %.

La Chine est le premier créancier des États-Unis.

L'économie chinoise est dépendante des exportations (45 % du PIB), donc de la consommation dans les pays développés.

Le salaire minimum est fixé par villes. Il n'est pas toujours respecté. Le salaire de base moyen est de 150 à 200 euros.

277 milliardaires.

Achat de terres à l'étranger.

Santé 95 % de la population a accès à l'assurance santé (un tiers en 2003).

Mort, après 21 ans de prison, du militant démocratique Li Wangyang dans des conditions suspectes.

12 ans de prison pour le poète militant Li Bifeng.

Soulèvement de Rebkong au Tibet après des immolations par le feu.

Les habitants du village de Wukan de soulèvent pour chasser les caciques locaux du parti qu'ils accusent de s'enrichir à leur dépens en expropriant leurs terres.

En novembre, 18e congrès du Parti communiste. Nouvelle direction dirigée par Xi Jinping.

En novembre-décembre, vague de grèves (Shanghaï) dans les usines électroniques contre les licenciements massifs et dans la confection dans la province de Guangdong (sud).

2012 

Plus de 50 % de la population est urbaine.

Création de 12 agglomérations géantes.

Tensions après la nationalisation par le Japon des îles Senkakou-Diaoyu, potentiellement riches en matières premières.

89,7 milliards de dollars sont aux mains de 70 membres de l'Assemblée nationale.

Congrès du PCC. Xi Jinping devient secrétaire du Parti communiste.

La famille de sa soeur a amassé une fortune de 376 millions de dollars.

Croissance du PIB : 7,7 %. Croissance du PIB de 56 % entre 2007 et 2012.

Le pays compte 22 % de la population mondiale mais seulement 7 % des terres arables de la planète.

La très mauvaise qualité de l'air cause 1 million de morts dans l'année (OMS).

En novembre, dans la province du Guangdong, apparition d’un syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-Cov) créé par un coronavirus. Il est passé des chauve-souris aux civettes et des civettes aux humains.

2013 

Une loi rappelle aux enfants leurs obligations filiales.

Croissance du PIB : 7,7 %.

Mise en service d’un oléoduc et d’un gazoduc entre la ville Kunning en Chine et le port de Kyauk Phyu en Birmanie sur le golfe de Bengale.

À la fin de l'année, la Chine annonce la fin des loagai, les camps de travail forcé et commence à libérer plus de 160.000 prisonniers. Mais le système répressif arbitraire perdure.

2014 

A l’automne, à Honk Kong, Mouvement des parapluies”, révolte citoyenne menée par les étudiants occupant le quartier d’affaires et exigeant de Pékin de réelles réformes démocratiques (élection directe du chef de l'exécutif). 79 jours de manifestations et d'occupation des grands axes de la ville. Pékin ne recule pas. Répression.

2015 

Les Han forment 92 % de la population totale du pays.

Inflexion de la politique démographique. Abandon de la politique de l’enfant unique. Le gouvernement invite à faire un deuxième enfant.

Passage progressif d’une croissance par l’accumulation de capital et l’exportation à une croissance par la demande intérieure et l’innovation.

Croissance du PIB : 6,9 %, la plus faible progression depuis 25 ans (la vraie croissance serait de 3 %). 

Baisse de la production industrielle, en particulier de l’acier.

Les services l’emportent sur l’industrie pour le première fois dans le PIB.

Le ralentissement de la Chine entraîne un effondrement des prix de pétrole et d’autres matières premières, déstabilisant les économies au Brésil, en Russie, en Arabie saoudite, au Venezuela et ailleurs.

Les exportations commencent à baisser.

Les réserves de la Chine culminent à plus de 4 000 milliards de dollars.

Entre 1978 et 2015, les 10 % des Chinois les plus riches connaissent une progression de près de 1 300 % par personne de leurs revenus, elle  est de 400 % pour la moitié des habitants les plus pauvres, de quoi faire accepter la progression des écarts de croissance.

Pékin s’engage à atteindre le pic des émissions de GES en 2030.

En janvier, adoption d'une loi sur la protection de l'environnement.

En août, dévaluation du yen de 2 %.

Explosion de 700 tonnes de cyanure dans un entrepôt de la zone portuaire de Tianjin, 4e port mondial, situé à 150 km de Pékin. Le stock de produits toxiques était 300 fois plus élevé que celui autorisé. Des niveaux de cyanure jusqu’à 356 fois supérieurs au seuil de tolérance sont relevés dans l’eau et dans l’air dans la ville de Tianjin (15 millions d’habitants). 159 morts, 700 blessés (bilan officiel) et des milliers d’habitants sont privés de leur logement.

En décembre, vague d’arrestations de militants d’association de défense des droits des travailleurs.

2016 

13e plan quinquennal 2016-2020. La Chine réagit au ralentissement économique en lançant un programme de relance de 1100 milliards de dollars (routes, voies ferrées, aéroports).

Publication des Panama papers où de nombreux dirigeants chinois sont impliqués.

Croissance du PIB : 6,7 %. 10.000 milliards d’euros, 15 % du PIB mondial. Ceux qui sont sceptiques envers les statistiques officielles chinoises estiment que le taux de croissance réel serait entre 2 % et 4 %.

Excédent du commerce extérieur de 265 milliards de dollars.

Mise au chômage de 1,8  million de salariés de l'industrie du charbon et de l'acier.

Wang Jianlin est la deuxième fortune du pays avec 31 milliards de dollars).

Les salaires des travailleurs chinois ont augmenté de 12 % par an au cours des dix dernières années, contrairement aux États-Unis et au monde avancé.

Le charbon fournit 75% de l'électricité.

La Chine est le premier marché automobile du monde. Il s’y est vendu 24 millions de voitures, soit un quart de la production mondiale.

Volkswagen, premier fabricant automobile du pays, y vend 40 % de sa production mondiale, soit 4 millions de voitures. 

PSA dispose de 5 usines en Chine (1,2 millions d’automobiles par an).

La Chine dépasse le USA en matière de publications dans les revues scientifiques.

Depuis 1990, la part d'émission de CO2 par habitant a crû de 16 %.

A Honk Kong, des élus indépendantistes sont interdits de siéger sous pression de Pékin.

En juin, rébellion dans le village de pêcheurs de Wukan au sud de la Chine contre les expropriations de terres et l'arrestation du chef du comité de village élu démocratiquement.

2017 

Mort prématurée en prison de Liu Xiaobo.

Croissance du PIB : 6,3 % (prévision).

Les 1 % de Chinois les plus riches concentrent pratiquement 40 % des revenus (45 % aux Etats-Unis), les 10 % les plus fortunés détiennent 70 % des richesses.

La Chine a besoin de créer 10 millions d’emplois par an. 290 millions de travailleurs migrants.

La Chine, manquant de terre, importe 80 % de sa consommation de soja (États-Unis, Brésil) et des produits laitiers.

La surface moyenne est de 0,6 ha.

Le priorité de la terre est restée collective, pas son usufruit.

Les revenus des ruraux sont trois fois inférieurs aux revenus des urbains.

La Chine a dépassé les Etats-Unis en tant que premier importateur mondial de pétrole brut.

La Chine assure environ la moitié de la production de la planète. Elle produit plus d’un milliard de tonnes d’acier par an, contre 80 millions de tonnes aux États-Unis.

831 millions de tonnes d’acier sortent des hauts-fourneaux chinois, soit près de la moitié de la production mondiale. Subventionné et vendu à bas coût, l’acier chinois provoque la chute des prix mondiaux – ils se sont effondrés de 40 % les dix dernières années –, et déstabilise en profondeur l’industrie sidérurgique des pays occidentaux.

La Chine est la plus grande usine au monde de produits contrefaits.

20.000 km de TGV.

Espérance de vie de 75 ans.

La Chine diminue ses rejets de CO2. Premier pays pollueur au monde devant les États-Unis, elle fait la course en tête pour la production d'énergie solaire et d'énergie éolienne.

Réduction de 20% de la pollution à Beijing en allant détruire les chauffages au charbon chez les gens. En promettant certes de les remplacer, mais pas dans l’immédiat, car le premier objectif est de réduire la pollution. Résultat : des gens passe l’hiver sans chauffage.

Arrivée au pouvoir de Carrie Lam à Honk Kong.

En avril, un train de marchandises relie Londres à Yiwu en Chine, 12.000 km en 3 semaines.

En novembre, 19e congrès du PCC.

2018

Le PIB chinois représente 28 % du PIB mondial.

La Chine est le premier producteur mondial d’automobiles (25 millions d’automobiles). C’est le premier marché pour l'électrique avec 1 million d'unités vendues dans l’année.

Hong Kong est une des villes les plus densément peuplée du monde (27000/km2) et aussi la ville la plus chère au monde pour se loger.

Le PIB de Hong Kong ne représente plus que 3 % de celui de la Chine.

Inauguration de l’un des plus longs ponts du monde entre Macao et Hong Kong (42 km)

Le nombre d’automobiles a plus que quintuplé au cours des dix dernières années.

La Chine est troisième dans le monde avec 46 réacteurs (derrière les Etats-Unis et la France). La Chine construit 13 nouveaux réacteurs.

2019

A Hong Kong, profonde rébellion contre un projet de loi qui permettrait des extraditions vers la Chine du gouvernement pro-Pékin.

En juin, manifestations historiques de deux millions de personnes (un quart de la population).

Le 1er juillet, de jeunes manifestants mettent à sac le Parlement local.

Après avoir obtenu le retrait du projet de loi autorisant les extraditions vers Pékin, les militants réclament le départ de la cheffe du gouvernement Carrie Lam, la tenue d'élections libres et ciblent le pouvoir central chinois.

Début octobre, l’interdiction de manifester à Hong Kong avec un masque provoque des manifestations.

En novembre, le mouvement démocratique de Hong Kong culmine avec le siège violent de plusieurs universités.

Le 17 novembre, premier cas avéré de coronavirus Sars-CoV-2.

En décembre, début de l’épidémie de coronavirus Sars-CoV-2 à Wuhan, ville de 11 millions d’habitants. La gestion des premières semaines de l’épidémie par les dirigeants politiques de Wuhan, ne permet pas de la stopper quand il en était encore temps.  La mort de Li Wenliang, médecin infecté qui a pris  le risque d'alerter d'autres médecins et a été réduit au silence par les autorités, est l'étincelle qui a cristallisé la colère de la population estimant  que l’ampleur de la crise actuelle est largement liée à l’absence de liberté d’expression.