Événements

1991

Indépendance. Des milliers de nationaux d'autres Républiques yougoslaves perdent leur droit de résidence. La coalition des partis d'opposition Demos installe le démocrate-chrétien Lojze Peterle comme premier ministre.

1992

Le libéral Janez Dernovšek succéde à Peterle pour devenir ensuite Président de la République. Ces deux hommes sont les acteurs principaux du passage de l'économie slovène à l'économie de marché. L'industrie slovène, fleuron de l'économie yougoslave dans laquelle elle avait une position dominante, devient de plus en plus une économie de sous-traitance principalement pour le marché allemand.

2004

En mai, la Slovénie est la première République yougoslave à rejoindre l'Union européenne, quelques mois après avoir rejoint l'Otan. Arrivée au pouvoir du parti conservateur de Janez Jansa.

2005

En novembre, manifestation de 40.000 personnes à l’appel des syndicats contre le projet de flat-tax (taux d’imposition unique à la place de l’impôt progressif) et de hausse de la TVA (devant passer de 8 % à 20 %).

2007

La Slovénie entre dans la zone euro. En novembre, Danilo Turk gagne l'élection présidentielle.

2011

Un référendum rejette la réforme des retraites. En septembre, le premier ministre social-démocrate Borut Pahor (centre gauche) est renversé par une motion de censure.

2012

En février, le Premier ministre conservateur Janez Janša revient à la tête du gouvernement.

L'Etat débourse des milliards d'euros pour recapitaliser les principales banques du pays et garantir leurs créances toxiques.

En avril, grève des fonctionnaires contre les mesures d’austérité.

Le 17 novembre, une manifestation de plusieurs dizaines de milliers de personnes a lieu à Ljubljana, pour s'opposer aux baisses de salaire dans la fonction publique et les réductions des aides sociales du gouvernement conservateur de Janez Janša.

Manifestations spontanées pacifiques contre l’élite politique réprimées par la police.

En décembre, Borut Pahor gagne l’élection présidentielle avec une faible participation.

2013

Le 23 janvier, à l'initiative des syndicats Branimir Strukelj (SVIZ) et Dusan Semolic (ZSSS), 100.000 fonctionnaires arrêtent le travail dans la fonction publique. D'autres travailleurs se sont également mis en grève, notamment chez les métallurgistes avec le syndicat SKEI. Le même jour, près de 25.000 personnes manifestent dans différentes villes de Slovénie.

Le 8 février, manifestations contre le Premier ministre Janša accusé de corruption et condamné à deux ans de prison.

2014

Mai. Démission du Premier ministre Bratusek.

Juillet. Victoire électorale du parti de centre-gauche SMC, dirigé par Miro Cerar, devenu nouveau Premier ministre de Slovénie avec 34,6 % des suffrages. Entrée au Parlement des socialistes de Združena levica (ZL, Gauche unie).

carte de la Slovénie

© Inprecor/jr

Point actualisé sur l'économie

Population : 2 millions.

PIB et croissance (en %du PIB): 2012 :-2,2%.

Chômage : 2012 : 12%.

Industrie. Peugeot et Renault sont présents.

Partis politiques

Élection présidentielle à la proportionnelle intégrale. Référendums fréquents. Tous les principaux partis politiques en Slovénie, de la droite comme de la dite gauche, acceptent le néolibéralisme.

Chef de l'Etat. Rôle purement cérémoniel sauf pour les Affaires étrangères. Borut PAhor, social-démocrate.

Gouvernement. Coalition de centre-droit. Premier ministre : Janša.

SMC (Stranka Mira Cerarja, littéralement le Parti de Miro Cerar)

Union démocratique slovène (SDS). Parti du l’ancien Premier ministre corrompu 20Janša. Aujourd’hui dans l’opposition.

Združena levica (ZL, Gauche unie). Fondée par les rares initiatives citoyennes capables d’identifier la situation économique et sociale actuelle de la Slovénie comme le résultat de la crise structurelle du capitalisme à l’échelle mondiale.

Initiative pour le socialisme démocratique (IDS)

Slovénie positive. Principal parti de l'opposition. Zoran Jankovic (Zoli), homme d'affaires et maire de Ljubljana.

Organisations syndicales

Zveza svobodnih sindikatov Slovenije (ZSSS) Association slovène des syndicats libres. Largement majoritaire. 300.000 adhérents. Dušan Semolic est le Président de la confédération qui regroupe beaucoup de centrales professionnelles, y compris dans le secteur public. C'est lui qui s'est opposé à la flat tax (taxe unique), qui a revendiqué le salaire minimum à 600 euros, qui a provoqué et organisé le référendum qui s'est opposé à l'augmentation de l'âge de la retraite.

Branimir Strukelj (SVIZ). Branche enseignement d'une autre confédération qui couvre l'ensemble des services publics. Branimir Štrukelj.

Dusan Semolic (ZSSS). Fonction publique.