Akara tos Ajameng na Shimbe Yo na Ayinyun fe Wana - P.O. (1979)

Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination Against Women - U.N. (1979)

BOYOKO

TABLE DES MATIÈRES

ABOKA

Bonyo ai ikungi na Jeluva

INTRODUCTION

Contenu et signification de la Convention

KUCHUKA

AMBE NA 1

Ayinyun (Ambeko na 1)

Tongono na noren (Ambeko na 2)

Areshika na koika na jevu na yunga ai inamil na jevu (Ambeko na 3)

Tongono sisa (Ambeko na 4)

Anyosatanza na aleke na sensa ai lenku (Ambeko na 5)

Ajaipo (Ambeko na 6)

PRÈAMBULE

PREMIÈRE PARTIE

Discrimination (article premier)

Mesures politiques (article 2)

Garantie des droits de l’homme et des libertés fondamentales (article 3)

Mesures spéciales (article 4)

Rôles stéréotypés par sexe et préjugés (article 5)

Prostitution (article 6)

AMBE NA 2

Ihai na nyonoka ai ronyo (Ambeko na 7)

Alaka (Ambeko na 8)

Punko (Ambeko na 9)

DEUXIÈME PARTIE

Vie politique et publique (article 7)

Représentation (article 8)

Nationalité (article 9)

AMBE NA 3

Amukwan (Ambeko na 10)

Akanka (Ambeko na 11)

Inensa (Ambeko na 12)

Nenku na pokwe ai ronyo (Ambeko na 13)

Wana na sayanyo (Ambeka na 14)

TROISIÈME PARTIE

Education (article 10)

Emploi (article 11)

Santé (article 12)

Prestations économiques et sociales (article 13)

Femmes rurales (article 14)

AMBE NA 4

Renya (Ambeko na 15)

Idova ai ihai na vanyo (Ambeko na 16)

QUATRIÈME PARTIE

Egalité devant la loi (article 15)

Mariage et vie de famille (article 16)

AMBE NA 5

Tosonyo tos Ajameng na Ayinyun fe Wana (Ambeko na 17)

Atoka na punan (Ambeko na 18)

Renya tos kembenu (|Ambeko na 19)

Akara na Tosonyo (Ambeko na 20)

Atoka na Tosonyo (Ambeko na 21)

Aleke na punchombe otunjoza (Ambeko na 22)

CINQUIÈME PARTIE

Comité pour l’é1imination de la discrimination à l'égard des femmes (article 17)

Rapports nationaux (article 18)

Règlements intérieurs (article 19)

Réunions du Comité (article 20)

Rapports du Comité (article 21)

Rôle des institutions spécialisées (article 22)

AMBE NA 6

Zeto tos luko yin (Ambeko na 23)

Avaza na Umbe chu Punan (Ambeko na 24)

Kokan na Jeluko (Ambeko na 25-30)

SIXIÈME PARTIE

Influence sur les autres traités (article 23)

Engagement des Etats parties (article 24)

Administration de la Convention (articles 25-30)

ABOKA

La Zemaro na 18 la 1979 lo, Jeluko tos Ajameng na Shimbe Yo na Ayinyun fe Wana be Wokwara Yoza na Punan Okwa joza. Ya nubo amunto shi luko amwiva la Sastamaro na 3 la 1981 ze punan na sunini kwi tushunko ya.

La tiroto na nini na Jeluva la 1989 lo, punan mel fafau kwi jelu yulonyo vasku tos atonto na ya.

Jeluva adetio na tiro wi tunti ayenini chu Lekenyo na Punan Okwa tos Nyongi na Wana, wonyo be al munku la 1946 eno wesayun toshi na wana ai eno chore koika na wana.

INTRODUCTION

La Convention sur 1’élimination de toutes les formes de discrimination à 1’égard des femmes a été adoptée le 18 décembre 1979 par l’Assemblée générale des Nations Unies. Elle est entrée en vigueur en tant que traits international le 3 septembre 1981 après avoir été ratifiée par 20 pays. Dix ans après son adoption, en 1989, c'est presque une centaine de pays qui se sont engagés à respecter ses clauses.

La Convention a marqué l'aboutissement de plus de 30 années de travail de la Commission de la condition de la femme, organe fondé en 1946 par les Nations Unies pour examiner la situation des femmes et promouvoir leurs droits.

Akan na Lekenyo zashivu eno munyun jaman yo al muleng wana iwengi tos ubu lai. Adonza wau tos aweku na wana tonzeto ayoka ai jeluva siwi, chu yanyo lo Jeluva tos Ajameng na Shimbe Yo na Ayinyun fe Wana ana ban ai atenjebo tio.

Bambosko luko amwiva yo na koika na yunga,

Les travaux de la Commission ont contribué à mettre en évidence tous les domaines dons lesquels les femmes se voient dénier l'égalité avec les hommes. Ces efforts en faveur de la cause des femmes ont trouvé leur expression concrète dans plusieurs déclarations et conventions, et notamment dans la Convention sur 1'élimination de toutes les formes de discrimination à 1'égard des femmes qui est l'instrument juridique fondamental le plus complet.

Jeluva bora ala kungi eno deza usumbe wanasa chu yunganyo nubo ijela na aya tos koika na yunga. Kevu na Jeluva chuvu auno na Punan Okwa: eno kaho ijeho tos koika na jevu na yunga wai, tos iwempu ai itempa na uyu na yunga, tos koika wengi na ubu ai wana.

Joko taula koren akano na iwengi ai ashi al tengi sekanto shai. La jam shai lo, Jeluva nong sisi munku renjepau amwiva tos wana, esto mau tayoko na ajam chu punan eno reshika apauza na koika ye.

La kuchuka lo, Jeluva joza yochau en “ayinyun wilu fe wana kura laila”, ai katika en ayinyun shai “bairu jevu na iwengi tos koika ai iwenju tos iwempu na yunga”.

La Convention occupe une place importante parmi les traités internationaux relatifs aux droits de la personne humaine car elle rappelle les droits inaliénables des femmes, moitié de la population mondiale. L'esprit de la Convention s'inspire des principes fondamentaux des Nations Unies qui ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine et dans l'égalité de droits des hommes et des femmes. En analysant en détail la signification de la notion d'égalité et les moyens de l'atteindre, la Convention, en plus d'être une déclaration internationale des droits des femmes, énonce aussi un programme d'action pour que les Etats parties garantissent l'exercice de ces droits.

Dans son préambule, la Convention reconnaît explicitement que "la discrimination généralisée contre les femmes existe toujours" et souligne qu'une telle discrimination "viole les principes de l’égalité des droits et du respect de la dignité humaine".

Shi al chauka ya bo ambeko na 1 lo, al jebo ayinyun shi “asain, alechi eom ajambotusung be al jam chumun sensa...la jaman na nyonoka, pokwe, ronyo, janjanyo, punanyo eom ayin kakwa”.

Jeluva pau akaho nyeno jevu na iwengi la pauka Umbe chu Punan “jantongono ayo, ya lebo arenyako, ana jareshi ajarim kwambe na reshika yunyo amunto ai apauza na koika na yunga ai inamil na jevu be iwengi tos ubu werevu yanyo” (ambeko na 3).

D'après l’article premier de la Convention, on entend par discrimination "toute distinction, exclusion ou restriction fondée sur le sexe dans les domaines politique, économique, social, culturel et civil ou dans tout autre domaine". La Convention réaffirme le principe de l’égalité en demandant aux Etats parties de prendre "toutes les mesures appropriées, y compris des mesures législatives, pour assurer le plein épanouissement et le progrès des femmes en vue de leur garantir l'exercice et la jouissance des droits de l'homme et des libertés fondamentales sur la base de l'égalité avec les hommes" (art. 3).

Tayoko tos iwengi be al chauka la ambeko zezenu nini pan. Tos afaunu, Jeluva lebo latano yem na toshi na wana.

Koika na punanyo ai nyongi tos renya na wana be ya za sinchau wamwa tos. Mau lo, ai shishing luko yin na koika na yunga, Jeluva mau tos latano na abenyo ai mau zeto na mumbe na janjanyo tos ava na sensa.

Le programme d'action pour l'égalité est énoncé dans 14 articles. Dans son approche méthodologique, la Convention a choisi de couvrir trois aspects de la situation des femmes. La Convention expose en détail les droits civiques et le statut juridique des femmes mais porte aussi - et c'est cela qui la différencie en particulier des autres traités sur les droits de l'homme - sur la procréation ainsi que sur les incidences des facteurs culturels sur les relations entre les hommes et les femmes.

Nyongi na renya na wana pauza ijela wilu tio. Isinyi tos renya na adembe na nyonoka nong kwi tonsi tachu apauza na Jeluva la 1952. Atonto na ya, echu, be al yoka wai la ambeko na 7 na joko taula, za ya al reshika wana renya na punza, ana kan la punchombe yotos ai ana jam akan yotos.

Une place particulièrement importante est faite au statut juridique des femmes. En effet, l'inquiétude quant a l'exercice du droit fondamental qu'est la participation à la vie politique est restée vive depuis l’adoption de la Convention sur les droits politiques de la femme en 1952. C'est pourquoi ses clauses ont été rappelées dans l’article 7 de la Convention qui garantit aux femmes le droit de voter, d'occuper des emplois publics et d'exercer des fonctions publiques.

Awau lebo renya wengi tos wana eno laka punan na yunyo la angi amwiva (ambeko na 8). Jeluva na Punko na Wana Odova -be al joza la 1957- be al boshi bo ambeko na 9 ya mule ipunan na wana, jetong iwe tos idova.

A ce titre, les femmes ont, dans des conditions d'égalité avec les hommes, la possibilité de représenter leur pays à l’échelon international (art. 8). La Convention sur la nationalité de la femme mariée adoptée en 1957, est reprise dans l'article 9, aux termes duquel le mariage ne change pas automatiquement la nationalité de la femme.

Jeluva, za awau, kum ajehea denu rejo en al java wito nyongi na renya idova, akwa ya mun yunyo rava punko na vabu yompo kwalo le renya na yulonyo. Ambeko na 10, 11 ai 13, renoza, kaho renya na wana tos nong ayinyun na mukwan, kampau ai janyo na ronyo.

Par là même, la Convention attire l'attention sur le fait que le statut de la femme sur le plan de la nationalité était souvent lié au mariage et évoluait en fonction de la nationalité de son mari et, de ce fait, les femmes n'étaient pas reconnues comme des personnes à part entière. Les articles 10, 11 et 13 affirment chacun respectivement l'égalité des droits des femmes en matière d'éducation, d'emploi et d'activité économique et sociale.

Al pau apauka wau akatika sisa tos toshi na wana na chian, asekan ochauka na yunyo puyun ijela wi tunti aye tos kureno na noren.

La Convention insiste particulièrement sur la situation des femmes rurales auxquelles il convient d'accorder davantage d'attention au stade de la planification des politiques, compte particulièrement tenu de leurs problèmes particuliers et de leur rôle économique important évoqués à l'article 14.

Ambeko na 15 kaho iwengi kwambe na wanan tos aya na punanyo ai apopo; la pauka en zashi yo yanyo kejo jambotusung itenchu na renya na wana be “al denu jesa hovang ai membo”.

Zebas lo, la ambeko na 16 lo, Jeluva wainu tos idova ai iva na vanyo; la kaho renya wengi ai atinti na wana ai ubu tos ajeza na wodova, ifa, renya na kwalo ai ikoi tos aule.

L'article 15 affirme la pleine égalité des femmes en matière civile et commerciale et stipule que tout instrument visant à limiter la capacité juridique des femmes "doit être considéré comme nul". Enfin, à l'article 16, la Convention considère à nouveau le problème du mariage et des rapports familiaux et affirme que les femmes et les hommes ont le même droit de choisir librement leur conjoint, les mêmes droits de décider librement du nombre et de l'espacement des naissances, les mêmes droits personnels et les mêmes droits en matière de disposition des biens.

Mau lu aya na renya na punanyo lo, Jeluva mau vaza ijela wamwa tos aya telentong na wana, wauka renya na jambenyo. Kuchuka munku jisa yoka en “tinti aleke na wana tos abenyo nong amun na ayinyun”. Ava bambo ayinyun ai aleke na jambenyo na wana aya na asinyi wawaito la Jeluva.

En plus d'exposer en détail les droits civils, la Convention consacre aussi une grande attention à un souci vital entre tous pour les femmes, à savoir leur droit de procréer. Le préambule donne le ton en déclarant que "le rôle de la femme dans la procréation ne doit pas être une cause de discrimination". La relation entre la discrimination et le rôle de la femme dans la procréation est évoquée à plusieurs reprises avec inquiétude dans la Convention.

Shi tanto, ya muluka, la ambeko na 5, “ajebo tongo tos ima shi aleke na ronyo”, la pauka ipuza okwaza tos atizia na ben tos isensa sun yo. Shi awau, al yoka atonto tos ajavan na ima ai atizia na ben koika telenchong ai al lebo yanyo bo lanyo yo na Jeluva, eom al zazia akanka, renya na vanyo, nensazia eom amukwan.

Ainsi, à l'article 5, il est recommandé "de faire bien comprendre que la maternité est une fonction sociale" et de faire reconnaître la responsabilité commune de l’homme et de la femme dans le soin d'élever leurs enfants. En conséquence, la protection de la maternité et les soins donnés aux enfants sont considérés comme des droits essentiels et pris en compte dans tous les domaines abordés par la Convention, qu'il s'agisse d'emploi, de droit de la famille, de soins médicaux ou d'éducation. La Convention exige même de la société qu'elle offre des services sociaux, en particulier des services de garde d'enfants, permettant aux femmes de combiner leurs responsabilités familiales avec leur participation dans la vie publique.

Atinti na ronyo deche lebo ana pau azua na ronyo, tikuti paulaya na zia ben, yanyo munten kwalo ron ipuza na vanyo ai akan ai adembe tos ihai na ronyo. Tongono sisa tos ajavan na ima be al noka ai “tinti al nong jesa yanyo yinyunshi” (ambeko na 4).

I  est recommandé aux Etats d'adopter des mesures spéciales qui visent à protéger la maternité; la Convention spécifie en outre que ces mesures "ne doivent pas être considérées comme discriminatoires" (art. 4).

“Jeluva mau kaho koika na wana tos ajeza na jambenyo. Temwu lo, ya luko sisi na koika na yunga ya cheva ana jankuren na vanyo. Otinti Umbe chu Punan en jalebo anoka tos ana jankuren vanyo bo atonu na amukwan (ambeko na 10) ai en jarim ipu na vanyo yanyo reshika koika na wana en “jebas namil ai puza tos dau na ai ana labotu ben ai en le deshi tos ajo, amukwan, ai zashi eno munten yunyo munto koika wau” (ambeko na 16).

Elle affirme également le droit des femmes de décider librement du nombre des naissances. Il est à remarquer que la Convention est le seul traité relatif aux droits de l'homme à faire état de la planification de la famille. Elle oblige d'ailleurs les Etats parties à inclure des conseils relatifs à la planification de la famille dans le processus éducatif (al. h de l'article 10) et à mettre au point des codes de la famille qui garantissent les droits des femmes "de décider librement et en toute connaissance de cause du nombre et de l'espacement des naissances et d'avoir accès aux informations, à l'éducation et aux moyens nécessaires pour leur permettre d'exercer ces droits" (al. e de l’article 16).

Jevu yoza na yem na Jeluva cheke jamwan ajebo na wanyo tos jevu na koika na yunga, chumun ya pau ajoza pusa tos amunya na janjanyo ai vajanja tos ana jambotusung apauza na wana tos koika na jevu.

Apomun wau tonsa shi nyosatanza, ajanja ai ijanjasa yanyo mun awi chu ajambotusung na renya, nyonoka ai pokwe tomwi tos aweku na wana. Tonto al je ava wau na bambo lo, kuchuka na Jeluva katika “en al tinza atonyin tos mau aleke na ubu na vajanja mau aleke na wana la ronyo ai l vanya eno sekanto iwengi kwambe tos ubu ai wana”.

Le troisième objectif général de la Convention vise à élargir la conception que l'on a des droits de l'homme, car elle reconnaît officiellement que la culture et la tradition peuvent contribuer à restreindre l'exercice, par les femmes, de leurs droits fondamentaux. Ces influences se manifestant sous forme de stéréotypes, d'habitudes et de normes qui donnent naissance à la multitude des contraintes juridiques, politiques et économiques qui freinent le progrès des femmes.

Echu otinti Umbe chu Punan en kan rento ajanyin na sakwe na ronyo ai janjanyo tos asapu na kwalo eno jameng “lenku ai ajanza janjasa ai ayin yo yanyo revuza jevu na ivuangi eom itumangi na ukwa chu sensa eom jevu na aleke na nyosatan tos ubu ai wana” (ambeko na 5).

Remarquant la corrélation entre ces influences, le préambule de la Convention souligne "que le rôle traditionnel de l'homme dans la famille et dans la société doit évoluer autant que celui de la femme si on veut parvenir à une réelle égalité de l'homme et de la femme". Les Etats parties sont donc tenus de modifier peu à peu les schémas et modèles de comportement sociocultural en vue de parvenir à l'élimination "des préjugés et des pratiques coutumières, ou de tout autre type, qui sont fondés sur l’idée de l'infériorité ou de la supériorité de l'un ou l'autre sexe ou d'un rôle stéréotypé des hommes et des femmes" (art. 5).

Ai Ambeko 10c puntusko awain na kaiko na mukwan, kenoko na kwando ai shiren na mukwan, za ijesa eno jameng jevu na nyosatan la jaman na amukwan.

Il est demandé à l'alinéa c de l'article 10 de réviser les livres, les programmes scolaires et les méthodes pédagogiques en vue d'éliminer toute conception stéréotypée des rôles de l'homme et de la femme dans le domaine de l'enseignement.

Zebas lo, sakwe na janjanyo yanyo chauka labo yotos shi yula na ubu ai labo na vanyo shi ana wana be al cheke lon la atonto yo na Jeluva yanyo kaho ipuza wengi na sensa sun yo tos ihai na vanyo ai koika wengi tos mukwan ai akanka.

Kwala lo, Jeluva mule vuski tenjebo eno jandoiku apomun wishi yanyo kwi mula ai mumwe ayinyun ya revuza sensa.

D'une manière générale, les schémas culturels qui définissent le domaine public comme celui de l'homme et le foyer comme celui de la femme sont énergiquement remis en cause dans toutes les clauses de la Convention, qui affirment l'égalité des responsabilités des deux parents dans la vie de la famille et l'égalité de leurs droits en ce qui concerne l’éducation et l’emploi. Prise dans son ensemble, la Convention fournit ainsi un cadre de travail très complet pour lutter contre les diverses forces qui ont crée et maintenu les discriminations fondées sur le sexe.

Amunto na Jeluva be Tosonyo tos Jameng Ayinyun fe Wana wesayun (TJAW). Puntusko na Tosonyo ai muntonyo na luko be al chauka la Ambeko na 17 deche ana 30 chu Jeluva. Tosony weron utunjo 23 yunyo be Punyo na yulonyo jezaku ai yunyo be Umbe chu Punan punza shi kwalo “le nyongi wen na ipu ai ikangi tos jaman be Jeluva tos ya”.

La mise en œuvre de la Convention est contrôlée par le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes. Le mandat du Comité et la manière de suivre l’application de la Convention sont définis dans les articles 17 à 30 de la Convention. Le Comité se compose de 23 experts proposés par leur gouvernement et élus par les Etats parties sur des critères "d'une haute autorité morale et éminemment compétents dans le domaine auquel s'applique la Convention".

Tiro pan wivule lo, al jeku Umbe chu Punan zapau atoka na punan Tosonyo, la munyun

tongono be yunyo zalo yanyo eno mun zeto tos atonto na Jeluva.

Tabo kwarato na tiro lo, Umbe na Tosonyo totosko atoka wau lu ulaka na Punan ai henu lu yunyo lanyo be tos yanyo punan ochaula jamau ajam. Tosonyo mau jampo anoka sisang tos Umbe chu Punan tos ajameng na ayinyun fe wana.

Auko kwambe na Jeluva be al janko munyun bo awau.

Tous les quatre ans au moins, les Etats parties doivent présenter au Comité un rapport sur les mesures qu'ils ont adoptées pour donner effet aux dispositions de la Convention. Au cours de la session annuelle du Comité, les membres du Comité analysent les rapports nationaux avec les représentants de chacun des gouvernements et étudient avec eux les domaines dans lesquels le pays concerné devrait prendre de nouvelles mesures. Le Comité fait également des recommandations générales aux Etats parties sur les questions concernant l’élimination des discriminations à l’égard des femmes.

On trouvera ci-après le texte intégral de la Convention.

JELUVA TOS AJAMENG NA SHIMBE YO CHU AYINYUN FE WANA

CONVENTION SUR L’ÉLIMINATION DE TOUTES LES FORMES

DE DISCRIMINATION À L’ÉGARD DES FEMMES

Umbe chu Punan tos Jeluva laula,

Les Etats parties à la présente Convention,

La boyun en Koikeno na Punan Okwa kaho wai ijeho tos koika na jevu na yunga, tos iwempu ai atempa na uyu na yunga ai koika wengi na ubu ai wana,

Notant que la Charte des Nations Unies réaffirme la foi dons les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine et dans l’égalité des droits de l’homme et de la femme,

La boyun en Ayoka Yoza na Koika na Yunga kaho jevu na itenjozang na ayinyun ai ya yoka en yunga yo be al sencho namil ai wengi tos iwempu ai koika ai en uyo koikale tos koika ai inamil yo be al chuka yanyo bo aye, leleng asain na simbe kakwa, lebo asain ya revuza sensa,

Notant que la Déclaration universelle des droits de l’homme affirme le principe de la non-discrimination et proclame que tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit et que chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés qui y sont énoncés, sans distinction aucune, notamment de sexe,

La boyun en Umbe chu Punan tos Revoka Amwiva tos Koika na Yunga le atinti en jareshi koika wengi na ubu ai wana en pauza koika yo na pokwe, ronyo, janjanyo, punanyo ai nyonoka,

Notant que les Etats parties aux Pactes internationaux relatifs aux droits de l’homme ont l'obligation d'assurer l'égalité des droits de l’homme et de la femme dans l’exercice de tous les droits économiques, sociaux, culturels, civils et politiques,

La boyun jeluva amwiva be al jebas za kelu na Punan Okwa ai punchombe

otunjoza yunyo chore iwengi tos koika na ubu ai wana,

Considérant les conventions internationales conclues sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies et des institutions spécialisées en vue de promouvoir l’égalité des droits de l’homme et de la femme,

La boyun mau noreko, ayoka ai anoka be Punan Okwa ai punchombe otunjoza yanyo chore iwengi tos koika na ubu ai wana kwi zalo yanyo,

Notant également les résolutions, déclarations et recommandations adoptées par l’Organisation des Nations Unies et les institutions spécialisées en vue de promouvoir l’égalité des droits de l’homme et de la femme,

La sinyi, esto, en tosto zaya wishi wau lo, ayinyun wamwilu fe wana kura laila,

Préoccupés toutefois de constater qu'en dépit de ces divers instruments les femmes continuent de faire l’objet d’importantes discriminations,

La jewai en ayinyun fe wana bairu jevu na iwengi tos koika ai iwenju tos iwempu na yunga, kunyau tos adembe na wana, za atonto wengi lu ubu, la ihai na nyonoka, ronyo, pokwe ai janyanyo na punan na yunyo, ya nyausi atomwan na ifosa na ronyo ai vanyo ai ya mun atorim na iterim na wana la zua punan na yulonyo ai yunganyo lo tom reza tunti,

Rappelant que la discrimination à l’encontre des femmes viole les principes de l’égalité des droits et du respect de la dignité humaine, qu'elle entrave la participation des femmes, dans les mêmes conditions que les hommes, à la vie politique, sociale, économique et culturelle de leur pays, qu'elle fait obstacle à l’accroissement du bien-être de la société et de la famille et qu'elle empêche les femmes de servir leur pays et l’humanité dans toute la mesure de leurs possibilités,

La sinyi en la toshi na isile lo wana le deshi si tio tos aki, nensazia, amukwan, akwanku ai tengito tos akanka ai itinza yin,

Préoccupés par le fait que, dans les situations de pauvreté, les femmes ont un minimum d'accès à l’alimentation, aux services médicaux, à l’éducation, à la formation ainsi qu'aux possibilités d’emploi et à la satisfaction d'autres besoins,

La reje en amunku na aren hen amwiva na pokwe be al vuza ya iwengi ai inempu denu lupau kungile kura denu achore na iwengi bambo ubu ai wana,

Convaincus que l’instauration du nouvel ordre économique international fondé sur l’équité et la justice contribuera de façon significative à promouvoir l’égalité entre l’homme et la femme,

La katika en telenchong ajameng na amumbera, simbe yo chu chungi, ayinyun tos chunyo, naizapuno, naizapuno hen, ikeru, aboraza ai itiva ai abanzau tos aya bola na Punan tos apauza kwambe na koika na ubu ai wana,

Soulignant que l’élimination de l’apartheid, de toutes les formes de racisme, de discrimination raciale, de colonialisme, de néo-colonialisme, d’agression, d’occupation et domination étrangères et d’ingérence dans les affaires intérieures des Etats est indispensable à la pleine jouissance par l’homme et la femme de leurs droits,

La kaho en ana jansere ivera ai ivan amwiva, ana jamwera ihiju amwiva, alukan noyonsa bambosko Punan yo

jetong aren na ronyo ai pokwe, amoruya sisang ai kwambe, tikuti amoruya tos bamberuya za akoi chaubas ai temunya, akaho tos jevu na inempu, iwengi ai nenku noyonsa tos ava bambosko punan ai amunto tos koika na unyo yunyo za ativa chilan ai na naizapuno ai aboraza chilan en yanyo tom ilomun ai ivavang, mau iwenju tos ilopun na punan ai ikwambe na kwapunan, denu chore aweku na ronyo ai ajarim ai shi zeto lo denu lupau adeche na iwengi kwambe bambo ubu ai wana,

Affirmant que le renforcement de la paix et de la sécurité internationales, le relâchement de la tension internationale, la coopération entre tous les Etats quels que soient leurs systèmes sociaux et économiques, le désarmement général et complet et, en particulier, le désarmement nucléaire sous contrôle international strict et efficace, l’affirmation des principes de la justice, de l’égalité et de l’avantage mutuel dans les relations entre pays et la réalisation du droit des peuples assujettis à une domination étrangère et coloniale et à une occupation étrangère à l’autodétermination et à l’indépendance, ainsi que le respect de la souveraineté nationale et de l'intégrité territoriale favoriseront le progrès social et le développement et contribueront par conséquent à la réalisation de la pleine égalité entre l’homme et la femme,

La reje en ajarim kwambe ai oyo na punan, ifosa na Yula ai amun na ivera tinza adembe witile na wana le atonto wengi lu ubu la jaman yo,

Convaincus que le développement complet d'un pays, le bien-être du monde et la cause de la paix demandent la participation maximale des femmes, à l’égalité avec les hommes, dans tous les domaines,

La lera bo jea alupau wamwa ne wana tos ifosa na vanyo ai ajarim na ronyo, akwa be al deche tau nong joza kwambe, ikungile na ronya na ima ai aleke na ufa sun yo tos vanyo ai atizia na ben, ai la jele en tinti aleke na wanan tos ajambenyo nong amun na ayinyun esto en atizia na ben tinza akwaza na ipuza bambo ubu ai wana ai ronyo shi ukwambe,

Ayant à l’esprit l’importance de la contribution des femmes au bien-être de la famille et au progrès de la société, qui jusqu'à présent n'a pas été pleinement reconnue, de l’importance sociale de la maternité et du rôle des parents dans la famille et dans l’éducation des enfants, et conscients du fait que le rôle de la femme dans la procréation ne doit pas être une cause de discrimination et que l’éducation des enfants exige le portage des responsabilités entre les hommes, les femmes et la société dans son ensemble,

La jele en ya tinza en ajanyin tos aleke na vajanja na ubu mau aleke na wana la ronyo ai vanyo sekanto iwengi kwambe bambo ubu ai wana,

Conscients que le rôle traditionnel de l’homme dans la famille et dans la société doit évoluer autant que celui de la femme si on veut parvenir à une réelle égalité de l’homme et de la femme,

La nore en munto jevu be al chuka yanyo bo Ayoka tos Ajameng na Ayinyun fe Wana ai, chumun ikeno ye, zalo tongono be al tinza yanyo eno jameng ayinyun shai tos shimbe yo na ya ai amunyun,

Résolus à mettre en œuvre les principes énoncés dans la Déclaration sur l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes et, pour ce faire, à adopter les mesures nécessaires à la suppression de cette discrimination sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations,

La kwi jelu tos akwa ya zenu:

Sont convenus de ce qui suit :

AMBE NA 1

Ambeko na 1

Tos ikeno na Jeluva taula lo, rokoka “ayinyun fe wana” denu kano asain, alechi eom ajambotusung kakwa be al jam ya revuza sensa ya mun zeto eom ikeno na nyausi eom jahovang ajoza, apauza eom  ajanza na wana, jetong nyongi na idova, la revuza iwengi na ubu ai wana, na koika na yunga ai inamil na jevu la jaman na nyonoka, pokwe, ronyo, janjanyo, punanyo eom akakwa yin.

PREMIÈRE PARTIE

Article PREMIER

Aux fins de la présente Convention, l’expression "discrimination à l’égard des femmes" vise toute distinction, exclusion ou restriction fondée sur le sexe qui a pour effet ou pour but de compromettre ou de détruire la reconnaissance, la jouissance ou l’exercice par les femmes, quel que soit leur état matrimonial, sur la base de l’égalité de l’homme et de la femme, des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans les domaines politique, économique, social, culturel et civil ou dans tout autre domaine.

Ambeko na 2

Adembe chu Punan tushununka ayinyun fe wana tos asa yo, jelu en za zashi tongo yo ai leleng amunzevi kakwa keze noren na jameng ayinyun fe wana ai, eno mun awau, vaza:

Article 2

Les Etats parties condamnent la discrimination à l’égard des femmes sous toutes ses formes, conviennent de poursuivre par tous les moyens appropriés et sans retard une politique tendant à éliminer la discrimination à l’égard des femmes et, à cette fin, s'engagent à :

(a) Eno tanku jevu na iwengi na ubu ai wana bo vurenya na punya na yulonyo eom arenyako tongo yin tonto al nong rata leboza ya bo aye ai en jareshi, za renya ai zashi tongo yin lo, arento zazajam na jevu wau;

a) Inscrire dans leur constitution nationale ou toute autre disposition législative appropriée le principe de l’égalité des hommes et des femmes, si ce n'est déjà fait, et à assurer par voie de législation ou par d'autres moyens appropriés, l’application effective dudit principe;

(b) Eno zalo tongono tongo na arenyako ai ayin, lebo amimunza la ala ya tongo lai, la tusunka ayinyun yo fe wana;

b) Adopter des mesures législatives et d’autres mesures appropriées assorties, y compris des sanctions en cas de besoin, interdisant toute discrimination à l’égard des femmes;

(c) Eno munku ajavan na renya tos koika na wana la angi wengi lu ubu ai za renjato kangi na punan ai kekwe yotos yin jareshi ajavan temunya na wana tos ajam kakwa na ayinyun;

c) Instaurer une protection juridictionnelle des droits des femmes sur un pied d’égalité avec les hommes et garantir, par le truchement des tribunaux nationaux compétents et d’autres institutions publiques, la protection effective des femmes contre tout acte discriminatoire;

(d) Eno janchu dembe ajam eom ajanza kakwa na ayinyun fe wana ai jareshi koinyo ai kekwe yotos denu jam la noza atinti wau;

d) S'abstenir de tout acte ou pratique discriminatoire à l’égard des femmes et

faire en sorte que les autorités publiques et les institutions publiques se conforment à cette obligation;

(e) Eno munto tongono tongo yo eno jameng ayinyun fe wana chu yunga, kekwe eom ponyo kakwa;

e) Prendre toutes mesures appropriées pour éliminer la discrimination pratiquée à l’égard des femmes par une personne, une organisation ou une entreprise quelconque;

(f) Eno munto tongono tongo yo, lebo arenyako, eno janyin eom membas renya, ajanja ai ajanza laila yanyo weron ayinyun fe wana;

f) Prendre toutes les mesures appropriées, y compris des dispositions législatives, pour modifier ou abroger toute loi, disposition réglementaire, coutume ou pratique qui constitue une discrimination à l’égard des femmes;

(g) Eno momunto atonto yo na punan yanyo weron ayinyun fe wana.

g) Abroger toutes les dispositions pénales qui constituent une discrimination à l’égard des femmes.

Ambeko na 3

Umbe chu Punan denu munto la jaman yo, tikuti jaman na nyonoka, ronyo, pokwe ai janjanyo, tongono tongo yo, lebo arenyako, eno jareshi atorim ai aweku kwambe na wana, tos ikeno na reshika yunyo amunto ai apauza na koika na yunga ai inamil na jevu yanyo revuza iwengi lu ubu.

Article 3

Les Etats parties prennent dans tous les domaines, notamment dans les domaines politique, social, économique et culturel, toutes les mesures appropriées, y compris des dispositions législatives, pour assurer le plein développement et le progrès des femmes, en vue de leur garantir l’exercice et la jouissance des droits de l’homme et des libertés fondamentales sur la base de l’égalité avec les hommes.

Ambeko na 4

1. Azalo chu Umbe chu Punan na tongono tashi sisa yanyo cheke agetum iwengi zazajam bambo ubu ai wana be al nong jesa ayinyun shi al chauka ya bo Jeluva taula, esto yanyo yoyong denu zetole shi zeto amumwe na wangi wenging eom yinchu; tongono wau be al bas eta al kwi sekanto auno na iwengi tos tengito ai azazia.

Article 4

1. L’adoption par les Etats parties de mesures temporaires spéciale visant à accélérer l’instauration d'une égalité de fait entre les hommes et les femmes n'est pas considéré comme un acte de discrimination tel qu'il est défini dans la présente Convention, mais ne doit en aucune façon avoir pour conséquence le maintien de normes inégales ou distinctes; ces mesures doivent être abrogées dès que les objectifs en matière d’égalité de chances et de traitement ont été atteints.

2. Tinti al nong jesa yinyunshi azalo na Umbe chu Punen na tongono sisa, lebo tongono be al leboza bo Jeluva taula, yanyo cheke ajavan na ima.

2. L’adoption par les Etats parties de mesures spéciales, y compris de mesures prévues dans la présente Convention, qui visent à protéger la maternité n'est pas considérée comme un acte discriminatoire.

Ambeko na 5

Umbe chu Punan denu munto tongono tongo yo:

(a) Eno janyin sakwe na ronyo ai janjanyo na asapu na ubu ai wana, le akeja na sekanto ajameng na lenku ai ajanza janjasa ai ayin yo yanyo revuza jevu na ivuangi eom itumangi na ukakwa chu sensa sun eom aleke na nyosatan tos ubu ai wana;

Article 5

Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour :

a) Modifier les schémas et modèles de comportement sociocultural de l’homme et de la femme en vue de parvenir à l’élimination des préjugés et des pratiques coutumières, ou de tout autre type, qui sont fondés sur l’idée de l’infériorité ou de la supériorité de l’un ou l’autre sexe ou d'un rôle stéréotypé des hommes et des femmes;

(b) Eno jareshi amukwan na vanyo lebo ajebo tongo na ima shi aleke na ronyo ai ajoza na ipuza nyoshi na ubu ai wana tos atizia ai ajarim na ben, la jebo en nenku na ben ajehea tiku la atoshi yo.

b) Faire en sorte que l’éducation familiale contribue à faire bien comprendre que la maternité est une fonction sociale et à faire reconnaître la responsabilité commune de l’homme et de la femme dans le soin d’élever leurs enfants et d’assurer leur développement, étant entendu que l’intérêt des enfants est la condition primordiale dans tous les cas.

Ambeko na 6

Tinti Umbe chu Punan munto tongono tongo yo, lebo arenyako, eno muvu shimbe yo chu asispo na wana ai amintenza na ajaipo na wana.

Article 6

Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées, y compris des dispositions législatives, pour réprimer, sous toutes leurs formes, le trafic des femmes et l’exploitation de la prostitution des femmes.

AMBE NA II

Ambeko na 7

Tinti Umbe chu Punan munto tongono tongo yo eno jameng ayinyun fe wana tos ihai na nyonoka ai ronyo na punan ai, tikuti, tinti jareshi pau wana, za atonto wengi lu ubu, koika:

DEUXIÈME PARTIE

Article 7

Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour éliminer la discrimination à l’égard des femmes dans la vie politique et publique du pays et, en particulier, leur assurent, dans des conditions d’égalité avec les hommes, le droit :

(a) Na punza la punzato ai kwapunza yo ai en yunyo tempunza la punzato tos wonyo yotos yo be al punza yunyo;

a) De voter à toutes les élections et dans tous les référendums publics et être

éligibles à tous les organismes publiquement élus;

(b) Na dembe asaren na noren na punyo ai amunto na aye ai na munto akanka la punchombe yotos ai munto aleke yotos yo la angi yo na punyo;

b) De prendre part à l’élaboration de la politique de l’Etat et à son exécution,

occuper des emplois publics et exercer toutes les fonctions publiques à tous les échelons du gouvernement;

(c) Na dembe la kekwe yunyo nong una punyo ai kekwe yunyo tos ihai na ronyo ai nyonoka na punan.

c) De participer aux organisations et associations non gouvernementales s’occupant de la vie publique et politique du pays.

Ambeko na 8

Tinti Umbe chu Punan munto tongono tongo yo eno jareshi wana le, za atonto wengi lu ubu ai leleng ayinyun kakwa lo, tengito na laka Punyo na yulonyo la angi amwiva ai na dembe akan na kekwe amwiva.

Article 8

Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour que les femmes, dans des conditions d’égalité avec les hommes et sans aucune discrimination, aient la possibilité de représenter leur gouvernement à l’échelon international et de participer aux travaux des organisations internationales.

Ambeko na 9

1. Tinti Umbe chu Punan pau wana koika wengi lu ubu eno jale, janyin eom lera punko na yulonyo. Tinti yunyo jareshi tikuti en mau nong ana dova uchilan mau nong ajanyin na punko na vabu tabo idova denu janyin lori punko na vawana, mun yu punkoleng eom pomun yu pauza punko na vabu.

Article 9

1. Les Etats parties accordent aux femmes des droits égaux à ceux des hommes en ce qui concerne l’acquisition, le changement et la conservation de la nationalité ils garantissent en particulier que ni le mariage avec un étranger, ni le changement de nationalité du mari pendant le mariage ne change automatiquement la nationalité de la femme, ni ne la rend apatride, ni ne l’oblige à prendre la nationalité de son mari ce qui concerne la nationalité de leurs enfants.

2. Tinti Umbe chu Punan pau wana koika wengi lu ubu tos punko na ben na yulonyo.

2. Les Etats parties accordent à la femme des droits égaux à ceux de l’homme en ce qui concerne la nationalité de leurs enfants.

AMBE NA III

Ambeko na 10

Tinti Umbe chu Punan munto tongono tongo yo jameng ayinyun fe wana eno jareshi yunyo koika wengi lu ubu la jaman na amukwan ai tikuti jareshi, la revuza iwengi na ubu ai wana:

TROISIÈME PARTIE

Article 10

Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour éliminer la discrimination à l’égard des femmes afin de leur assurer des droits égaux à ceux des hommes en ce qui concerne l’éducation et, en particulier, pour assurer, sur la base de l’égalité de l’homme et de la femme :

(a) Atonto kwashi tos kansanu ai

aheno na deju, tos deshi nubo akakwan ai asekanto na kwanko la kekwe na mukwan na shimbe yo mau la lanyo na sayanyo mau la lanyo na dola; iwengi wau be al jareshi la kukwando, amukwan yoza, na tal, na kansa ai amukwan wen na tal, ai mau shimbe yo chu akwanku na deju;

a) Les mêmes conditions d’orientation professionnelle, d'accès aux études et d’obtention de diplômes dans les établissements d’enseignement de toutes catégories, dans les zones rurales comme dans les zones urbaines, cette égalité devant être assurée dans l’enseignement préscolaire, général, technique, professionnel et technique supérieur, ainsi que dans tout autre moyen de formation professionnelle;

(b) Deshi nubo tayoko kwashi yo, wengiko kwashi, kankanyo kwashi na mukwan le kanginyo na angi kwashi ai lulan na kwando ai zazaya sangile kwashi;

b) L’accès aux mêmes programmes, aux mêmes examens, à un personnel enseignant possédant les qualifications de même ordre, à des locaux scolaires et à un équipement de même qualité;

(c) Ajameng na jevu kakwa na nyosatan na aleke na ubu ai wana la angi yo ai la shimbe yo na amukwan, la tunka amukwan kwara ai shimbe yin na amukwan yanyo denu leo sekanto auno wau ai, tikuti, chumun awain na kwanchuko ai kenoko na mukwan ai ajanengo na zashi na mukwan;

c) L’élimination de toute conception stéréotypée des rôles de l’homme et de la femme à tous les niveaux et dans toutes les formes d’enseignement en encourageant l’éducation mixte et d’autres types d’éducation qui aideront à réaliser cet objectif et, en particulier, en révisant les livres et programmes scolaires et en adaptant les méthodes pédagogiques;

(d) Tengito kwashi nenkuza bokwampa ai aupau yin na kwan;

d) Les mêmes possibilités en ce qui concerne l’octroi des bourses et autres subventions pour les études;

(e) Tengito kwashi tos deshi nubo kenoko na kura amukwan, lebo kenoko na uwanta tos ikoten na leke, tikuti akwa yanyo cheke atonsi decha tos amukwan ya laila bambo ubu ai wana;

e) Les mêmes possibilités d’accès aux programmes d’éducation permanents, y compris aux programmes d'alphabétisation pour adultes et d'alphabétisation fonctionnelle, en vue notamment de réduire au plus tôt tout écart d’instruction existant entre les hommes et les femmes;

(f) Atonsi na adau chu umondembe wanasa ai arento na kenoko tos simwana ai wana yunyo kwi nuchi rinku kwando;

f) La réduction des taux d’abandon féminin des études et l’organisation des programmes pour les filles et les femmes qui ont quitté l’école prématurément;

(g) Tengito kwashi dembe janyole sefi ai amukwan na senyo;

g) Les mêmes possibilités de participer activement aux sports et à l’éducation physique;

(h) Deshi nubo aujo sisa na mukwan en leo jareshi inensa ai ifosa na vanyo, lebo aujo ai anoka tos kuren na vanyo.

h) L’accès à des renseignements spécifiques d’ordre éducatif tendant à assurer la santé et le bien-être des familles, y compris l’information et des conseils relatifs à la planification de la famille.

Ambeko na 11

1. Tinti Umbe chu Punan munto tongono tongo yo eno jameng ayinyun fe wana la jaman na akanka eno jareshi, revuza iwengi na ubu ai wana, koika kwashi, tikuti:

Article 11

1. Les Etats parties s’engagent prendre toutes les mesures appropriées pour éliminer la discrimination à l’égard des femmes dans le domaine de l’emploi, afin d'assurer, sur la base de l’égalité de l’homme et de la femme, les mêmes droits, et en particulier:

(a) Koika na kan shi koika tenzachung na yunga yo;

a) Le droit au travail en tant que droit inaliénable de tous les êtres humains;

(b) Koika na tengito kwashi tos akanka, lebo azajam na tontoko kwashi tos ajeza la aya na akanka;

b) Le droit aux mêmes possibilités d’emploi, y compris l’application des mêmescritères de sélection en matière d’emploi;

(c) Koika na jeza namil tos akansa ai akanka, koika na tonti, avan na akanka ai nenku ai atonto na zua ai koika na pauza akwanku na deju ai akwanku wai, lebo ikwankan, akwanku wekule na deju ai akwanku waito;

c) Le droit au libre choix de la profession et de l’emploi, le droit à la promotion,

à la stabilité de l’emploi et à toutes les prestations et conditions de travail, le droit à la formation professionnelle et au recyclage, y compris l’apprentissage, le perfectionnement professionnel et la formation permanents;

(d) Koika na awaipa wengi, lebo nenku, ai azazia wengi tos akanka le itempa wengi, mau iwengi na azazia la azeyun na sangi na akan;

d) Le droit à l’égalité de rémunération, y compris de prestation, à l’égalité de traitement pour un travail d'égale valeur aussi bien qu'à l’égalité de traitement en ce qui concerne l’évaluation de la qualité du travail;

(e) Koika na fosaleo, tikuti wetonto akanchu, ikankaleng, isemi, isembai ai inaita ai itenging yin na kan, mau lo koika na laulantus opapau;

e) Le droit a la sécurité sociale, notamment aux prestations de retraite, de chômage, de maladie, d’invalidité et de vieillesse au pour toute autre perte de capacité de travail, ainsi que le droit à des congés payés;

(f) Koika na ajavan na inensa ai ivan la mumbenyo na kan, lebo arevan na aleke na jambenyo.

f) Le droit à la protection de la santé et à la sécurité des conditions de travail, y compris la sauvegarde de la fonction de reproduction.

2. Eno kubas ayinyun fe wana chumun idova eom ima ai eno jareshi koika ribo en kan lo, tinti Umbe chu Punan munto tongono tongo:

2. Afin de prévenir la discrimination à l’égard des femmes en raison de leur mariage au de leur maternité et de garantir leur droit effectif au travail, les Etats parties s’engagent à prendre des mesures appropriées ayant pour objet :

(a) Tusunka, munza amuntinti na mimunza, amunchu ya revuza ibenjau eom laulantus na ima ai ayinyun la amunchu ya revuza nyongi na idova;

a) D’interdire, sous peine de sanctions, le licenciement pour cause de grossesse ou de congé de maternité et la discrimination dans les licenciements fondée sur le statut matrimonial;

(b) Henka laulantus na ima ya lebo kampa eom nenku na ronyo yanyo temashun leleng mole akanka kwito, ituntira eom tapa na fosaleo;

b) D’instituer l’octroi de congés de maternité payés ou ouvrant droit à des prestations sociales comparables, avec la garantie du maintien de l’emploi antérieur, des droits d’ancienneté et des avantages sociaux;

(c) Tunka amule na azua otinza na fosaleo eno munten ufa ron atinti na vanyo ai ipuza na kan ai adembe la iha na ronyo, tikuti za chore amunku ai ajarim na akwe na paulado na benzia;

c) D’encourager la fourniture des services sociaux d'appui nécessaires pour permettre aux parents de combiner les obligations familiales avec les responsabilités professionnelles et la participation à la vie publique, en particulier en favorisant l’établissement et le développement d'un réseau de garderies d'enfants;

(d) Mule ajavan sisa wana tabo ibenjau wauka akan ya tonyunza tembaishi tos yunyo.

d) D'assurer une protection spéciale aux femmes enceintes dont il est prouvé que le travail est nocif;

3. Tinti al zeyun arenyako wejavan ya tos aya be al toska yanyo bo ambeko wau za yunchu na aujo na jono ai joshi ai al denu wain, momunto eom wanu ya tonto ya tentim.

3. Les lois visant à protéger les femmes dans les domaines visés par le présent article seront revues périodiquement en fonction des connaissances scientifiques et techniques et seront révisées, abrogées ou étendues, selon les besoins.

Ambeko na 12

1. Tinti Umbe chu Punan munto tongono tongo yo eno jameng ayinyun fe wana la jaman ne nensazia eno jareshi, za angi na iwengi tos ubu ai wana, deshi nubo nensazia, lebo akwa yanyo weva kuren na vanyo.

Article 12

1. Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour éliminer la discrimination à l’égard des femmes dans le domaine des soins de santé en vue de leur assurer, sur la base de l’égalité de l’homme et de la femme, les moyens d’accéder aux services médicaux, y compris ceux qui concernent la planification de la famille.

2. Ewe atonto na sinkombe na kwa la ambeko wau lo, tinti Umbe chu Punan jareshi wana azia tongo tos ibenjau, akancho ai tanyo ze asencho, la reshika azua lempa eta yanyo tentim tai, ai mau akivo yosale tabo ibemjau ai amumos.

2. Nonobstant les dispositions du paragraphe 1 ci-dessus, les Etats parties fourniront aux femmes pendant la grossesse, pendant l’accouchement et après l’accouchement, des services appropriés et, au besoin, gratuits, ainsi qu'une nutrition adéquate pendant la grossesse et l’allaitement.

Ambeko na 13

Tinti Umbe chu Punan munto tongono tongo yo eno jameng ayinyun

fe wana la jaman yin chu ihai na pokwe ai ronyo eno jareshi, la revuza iwengi na ubu ai wana, koika kwashi, tikuti:

Article 13

1. Les Etats parties s’engagent à prendre toutes les mesures appropriées pour éliminer la discrimination à l’égard des femmes dans d'autres domaines de la vie économique et sociale, afin d'assurer, sur la base de l’égalité de l’homme et de la femme, les mêmes droits et, en particulier :

(a) Koika na nenku ma vanyo;

(b) Koika na atapau chu parado, arepuza, ai shimbe yin chu tipa na panu;

a) Le droit aux prestations familiales;

b) Le droit aux prêts bancaires, prêts hypothécaires et autres formes de crédit financier;

(c) Koika na dembe janyo na zamil, sefi ai lumbe yo chu ihai na janjanyo.

c) Le droit de participer aux activités récréatives, aux sports et à tous les aspects de la vie culturelle.

Ambeko na 14

1. Tinti Umbe chu Punan jehea doi tikuti be wana na sayanyo pauza yanyo ai aleke kungile wana na sayanyo munto yanyo tos ahaira na pokwe na vanyo na yulonyo, lebo akan la lambe oyompanung na pokwe, ai munto tongono tongo yo jareshi azajam na atonto na Jeluva taula tos wana la lanyo na sayanyo.

Article 14

1. Les Etats parties tiennent compte des problèmes particuliers qui se posent aux femmes rurales et du rôle important que ces femmes jouent dans la survie économique de leurs familles, notamment par leur travail dans les secteurs non monétaires de l’économie, et prennent toutes les mesures appropriées pour assurer l’application des dispositions de la présente Convention aux femmes des zones rurales.

2. Tinti Umbe chu Punan munto tongono tongo yo eno jameng ayinyun fe wana la lanyo na sayanyo eno jareshi, la revuza iwengi na ubu ai wana, en yunyo dembe ai nenkuza ajarim na sayan ai, tikuti,tinti jareshi wana shai pauza koika:

2. Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour éliminer la discrimination à l’égard des femmes dans les zones rurales afin d’assurer, sur la base de l’égalité de l’homme et de la femme, leur participation au développement rural et à ses avantages et, en particulier, ils leur assurent le droit:

(a) Na dembe asinchauka ai amunto na kuren na jarim la angi yo;

a) De participer pleinement à l’élaboration et à l’exécution des plans de développement à tous les échelons;

(b) Na le deshi nubo paulado tongo na nensazia, lebo aujo, anoke ai azua tos kuren na vanyo;

b) D’avoir accès aux services adéquats dans le domaine de la santé, y compris aux informations, conseils et services en matière de planification de la famille;

(c) Na nenkuza noshi chu kenoko na fosaleo;

c) De bénéficier directement des programmes de sécurité sociale;

(d) Na jale shimbe yu chu akwanku ai amukwan, pusa ai pusang, lebo akwa yanyo tos ikoten na leke, ai mai, bambosko ayin, nenku na azua yo na kwalanyo ai na wanu, eno tomwi ikangi na joshi na yunyo;

d) De recevoir tout type de formation et d’éducation, scolaires ou non, y compris en matière d’alphabétisation fonctionnelle, et de pouvoir bénéficier de tous les services communautaires et de vulgarisation, notamment pour accroître leurs compétences techniques;

(e) Na rento wonyo na leo yulo ai lukanyo eno jale deshi wengi nubo tengito na pokwe za akanka eom akanka na yulo;

e) D’organiser des groupes d’entraide et des coopératives afin de permettre l’égalité de chances sur le plan économique, qu'il s'agisse de travail salarié ou de travail indépendant;

(f) Na dembe janyo yo na kwalanyo;

f) De participer à toutes les activités de la communauté;

(g) Na le deshi nubo tipa ai atapau na sai, paulado na nyopo, joshi tongo ai azazia wengi mau la awairen na an ai na sai mau la tayoko na ranu sayan;

g) D’avoir accès au crédit et aux prêts agricoles, ainsi qu'aux services de commercialisation et aux technologies appropriées, et de recevoir un traitement égal dans les réformes foncières et agraires et dans les projets d’aménagement rural;

(h) Na pauza mumbenyo tongo na dora, tikuti akwa yanyo tos adopau, shinukwe, tipi ai amule na aso, anujau ai ajoka.

h) De bénéficier de conditions de vie convenables, notamment en ce qui concerne le logement, l’assainissement, l’approvisionnement en électricité et en eau, les transports et les communications.

AMBE NA 4

Ambeko na 15

1. Tinti Umbe chu Punan jelu pau wana iwengi lu ubu tos renya.

QUATRIÈME PARTIE

Article 15

1. Les Etats parties reconnaissent à la femme l’égalité avec l’homme devant la loi.

2. Tinti Umbe chu Punan jelu pau wana, la aya na punanyo, itenchu shikosa tos ana ubu ai tengito kwashi en munto itenchu ye. Tikuti lo, tinti yunyo pau wana koika wengi koza kanko ai reno aule ai tinti yunyo zazia yunyo wengi la nungi yo chu kembenu la renyanyo ai renjato.

2. Les Etats parties reconnaissent à la femme, en matière civile, une capacité juridique identique à celle de l’homme et les mêmes possibilités pour exercer cette capacité. Ils lui reconnaissent en particulier des droits égaux en ce qui concerne la conclusion de contrats et l’administration des biens et leur accordant le même traitement à tous les stades de la procédure judiciaire.

3. Umbe chu Punan jelu kanko yo ai zashi na kwalo na shimbe kakwa le zeto na renya ya keno jambotusung itenchu na renya na wana be al jesa hovang ai membo.

3. Les Etats parties conviennent que tout contrat et tout autre instrument privé, de quelque type que ce soit, ayant un effet juridique visant à limiter la capacité juridique de la femme doit être considéré comme nul.

4) Tinti Umbe chu Punan jelu pau ubu ai wana koika kwashi tos renya ya tos anunu na yunga ai inamil na jeza dorala ai yudo.

4. Les Etats parties reconnaissent à l’homme et à la femme les mêmes droits en ce qui concerne la législation relative au droit des personnes à circuler librement et à choisir leur résidence et leur domicile.

Ambeko na 16

1. Tinti Umbe chu Punan munto tongono tongo yo jameng ayinyun fe wana tos aya yo yanyo tos idova ai ava na vanyo ai tikuti en yunyo jareshi, la revuza iwengi na ubu ai wana:

Article 16

1. Les Etats parties prennent toutes les mesures nécessaires pour éliminer la discrimination à l’égard des femmes dans toutes les questions découlant du mariage et dans les rapports familiaux et, en particulier, assurer, sur la base de l’égalité de l’homme et de la femme:

(a) Koika kwashi na nubo idova;

(b) Koika kwashi na jeza wodova ai nubo idova le atuska namil ai kwambe na yulonyo;

a) Le même droit de contracter mariage;

b) Le même droit de choisir librement son conjoint et de ne contracter mariage

que de son libre et plein consentement;

(c) Koika ai ipuza kwashi tabo idova ai amongova;

c) Les mêmes droits et les mêmes responsabilités au cours du mariage et lors de sa dissolution;

(d) Koika ai ipuza kwashi shi ufa, jetong nyongi na idova, la aya yanyo tos ben na yulonyo; la atoshi yo lo tinti tiku nenku na ben;

d) Les mêmes droits et les mêmes responsabilités en tant que parents, quel que soit leur état matrimonial, pour les questions se rapportant à leurs enfants; dans tous les cas, l’intérêt des enfants sera la considération primordiale;

(e) Koika kwashi na jebas namil ai puza tos dau chu ai labotu na ben ai koika na deshi deche aujo, amukwan ai zashi na munten yunyo munto koika ye;

e) Les mêmes droits de décider librement et en toute connaissance de cause du

nombre et de l’espacement des naissances et d’avoir accès aux informations, à l’éducation et aux moyens nécessaires pour leur permettre d’exercer ces droits;

(f) Koika ai ipuza kwashi tos ipuzazia, nenkupa ai abenzia na ben, eom ajanja weshi tos yanyo jevu wau laila la arenyako na punan; la atoshi yo li, tinti tiku nenku na ben;

f) Les mêmes droits et responsabilités en matière de tutelle, de curatelle, de garde et d’adoption des enfants, ou d’institutions similaires, lorsque ces concepts existent dans la législation nationale; dans tous les cas, l’intérêt des enfants sera la considération primordiale;

(g) Koika kwashi shi ubu ai wana, lebo koika na jeza vanyoka, kansa ai akanka;

g) Les mêmes droits personnels au mari et à la femme, y compris en ce qui concerne les choix du nom de familles d'une profession et d'une occupation;

(h) Koika kwashi tos wodova sun yo tos ile, ajale, areno, kokan, apauza ai alenza na aule, eom lempa eom yompo awaipa tempale.

h) Les mêmes droits à chacun des époux en matière de propriété, d’acquisition, de gestion, d'administration, de jouissance et de disposition des biens, tant à titre gratuit qu'à titre onéreux.

2. Tinti ikuva ai idova na ben le zeto yoyong na renya, ai ajam tentim yo, lebo arenyako, be al jam yanyo en chauka wivu na lata tos adova ai en muntintishi al boko adova la bokola.

2. Les fiançailles et les mariages d’enfants n’auront pas d'effets juridiques et toutes les mesures nécessaires, y compris des dispositions législatives, seront prises afin de fixer un âge minimal pour le mariage et de rendre obligatoire l’inscription du mariage sur un registre officiel.

AMBE NA 5

Ambeko na 17

1. Tos ikeno na jehea aweku be al sekanto ya tos amunto na Jeluva taushi lo, tinti al munku Tosonyo tos Ajameng na Ayinyun ge Wana (be al cheva yunyo ze awau shi Tosonyo) yunyo weron, la ata Jeluva nubo amunto lo, unini-dia ai, ze atushunko na eom adeche nubo Jeluva na Umbe na jonono yem chu Punan, na utunjo sunini yem yunyo le nyongi wen na ipu ai le ikangi na jaman be Jeluva tos ya.

CINQUIÈME PARTIE

Article 17

1. Aux fins d'examiner les progrès réalisés dans l’application de la présente Convention, il est constitué un Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (ci-après dénommé le Comité) qui se compose, au moment de l’entrée en vigueur de la Convention, de dix-huit, et après sa ratification ou l’adhésion du trente cinquième Etat partie, de vingt-trois experts d'une haute autorité morale et éminemment compétents dans le domaine auquel s'applique la présente Convention.

Tinti utunjo be Umbe chu Punan punza chu upunan na yulonyo ai yunyo za itenchu na kwalo leke, la jehea apaucho wengi bambosko an ai alaka na shimbe yinshi na janjayo ai mau aren na jevu na renya.

Ces experts sont élus par les Etats parties parmi leurs ressortissants et siègent à titre personnel, compte tenu du principe d'une répartition géographique équitable et de la représentation des différentes formes de civilisation ainsi que des principaux systèmes juridiques.

2. Tinti Umbe chu Punan be al punza za punzato sis chu yoko le yunga be Umbe chu Punan jezaku yunyo. Tus Umbe kwa yo chu Punan jezaku uyu kwa chu ubambosko chu upunan na yulo.

2. Les membres du Comité sont élus au scrutin secret sur une liste de candidats désignés par les Etats parties. Chaque Etat partie peut désigner un candidat choisi parmi ses ressortissants.

3. Tinti punzato na nuku be al munto maro vai ze ninka na nubo wonyo na Jeluva taula. Maro yem wivule ku nika na punzato yo lo, tinti Muntonyoti na Punan Okwa za nuko kapau Umbe chu Punan deka yunyo zapau ajezaku cheku maro sun.

Tinti Muntonyoti jankuri yoko le aren na kotanyo ya le yunga yo be al jezaku yunyo shai, ya munyun Umbe chu Punanyunyo kwi jezaku yunyo, ai tinti yu zapau ya Umbe chu Punan.

3. La première élection a lieu six mois après la date d’entrée en vigueur de la présente Convention. Trois mois au moins avant la date de chaque élection, le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies adresse une lettre aux Etats parties pour les inviter à soumettre leurs candidatures dans un délai de deux mois. Le Secrétaire général dresse une liste alphabétique de tous les candidats, en indiquant par quel Etat ils ont été désignés, liste qu'il communique aux Etats parties.

4. Tinti al munto punzato na Umbe na Tosonyo la akara na Umbe chu Punan be Muntonyoti munde yunyo la Tibando na Punan Okwa. La akawa lo, tos ya yembe sun chu Umbe chu Punan denu weron wivunyo, yunga be al punza yunyo nubo Tosonyo lo ukwa yunyo jale dau wan tio chu apunza ai winyombe yoyo chu apunza ai winyombe yoyo chu apunza na ulaka na Umbe chu Punan yunyo laula ai punza.

4. Les membres du Comité sont élus au cours d'une réunion des Etats parties convoquée par le Secrétaire général au Siège de l'Organisation des Nations Unies. A cette réunion, où le quorum est constitué par les deux tiers des Etats parties, sont élus membres du Comité les candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix et la majorité absolue des votes des représentants des Etats parties présents et votants.

5. Umbe na Tosonyo be al punza tos tanyo ya le tiro pan. Esto lo, tanyo na usasta chu Umbe be al punza yunyo la punzato na kwa lo denu chibas la abas na tiro sun; geta ze punzato na kwa lo, senka na Umbe sasta wau be Kwarati na Tosonyo za ferenza jeza.

5. Les membres du Comité sont élus pour quatre ans. Toutefois, le mandat de neuf des membres élus à la première élection prendra fin au bout de deux ans; le Président du Comité tirera au sort les noms de ces neuf membres immédiatement après la première élection.

6. Tinti punzato na Umbe maushi jom na Tosonyo be al munto la noza atonto na sinkombe 2, 3 ai 4 na ambeko wau, la zenu atushunko na yenini jom eom anubo. Tanyo na usun chu Umbe maushi be al punza la tengito wau denu chibas la abas na tiro sun, ai senka na Umbe sun ye be Kwarati na Tosonyo za ferenza jeza.

6. L’élection des cinq membres additionnels du Comité se fera conformément aux dispositions des paragraphes 2, 3 et 4 du présent article à la suite de la trente-cinquième ratification ou adhésion. Le mandat de deux des membres additionnels élus à cette occasion prendra fin au bout de deux ans; le nom de ces deux membres sera tiré au sort par le Président du Comité.

7. Tos ana janyobo boranto lo, tinti Umbe chu Punan utunjo na yunyo bas leke shi Umbe na Tosonyo jampau utunjo yun chu bambosko upunan na yulo, ukwa be ya tim Tosonyo munza tushun yu.

7. Pour remplir les vacances fortuites, l’Etat partie dont l’expert a cessé d'exercer ses fonctions de membre du Comité nommera un autre expert parmi ses ressortissants, sous réserve de l’approbation du Comité.

8. Tinti Umbe na Tosonyo, le atushun na Wokwara Yoza, pauza awaipa chu zavo na Punan Okwa noza renya ai atonto Wokwara ke jebas yanyo, la jehea ikungi na ipuza na Tosonyo.

8. Les membres du Comité reçoivent, avec l’approbation de l’Assemblée générale, des émoluments prélevés sur les ressources de l’Organisation des Nations Unies dans les conditions fixées par l’Assemblée eu égard à l’importance des fonctions du Comité.

9. Tinti Muntonyoti na Punan Okwa mule tinyo ai paulaya otinza tos amunto ribo na aleke na Tosonyo la noza Jeluva taula.

9. Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies met à la disposition du Comité le personnel et les moyens matériels qui lui sont nécessaires pour s'acquitter efficacement des fonctions qui lui sont confiées en vertu de la présente Convention.

Ambeko na 18

1. Umbe chu Punan reshika zapau Muntonyoti na Punan Okwa, eno Tosonyo jehea ya, atoka tos tongono na renkayo, inempo, konan eom yin be ai zalo yanyo eno mun zeto tos atonto na Jeluva taula ai aweku be al sekanto ya tos awau:

Article 18

1. Les Etats parties s'engagent à présenter au Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, pour examen par le Comité, un rapport sur les mesures d'ordre législatif, judiciaire, administratif ou autre qu'ils ont adoptées pour donner effet aux dispositions de la présente Convention et sur les progrès réalisés à cet égard:

(a) Cheku tiro kwa ze anuku na ribo tos punan ya tos ya; ai

a) Dans l’année suivant l’entrée en vigueur de la Convention dans l’Etat intéressé; et

(b) Ze aye tos tiro pan wivule ai mau tato kakwa Tosonyo soi tai.

b) Puis tous les quatre ans, ainsi qu’à la demande du Comité.

2. Atoka tente munyun mumbe ai adoi yanyo vato nungi na jamoyo na atinti noza Jeluva taula.

2. Les rapports peuvent indiquer les facteurs et difficultés influant sur la mesure dans laquelle sont remplies les obligations prévues par la présente Convention.

Ambeko na 19

1. Tinti Tosonyo zalo renya na yulonyo na kembenu.

2. Tinti Tosonyo punza punkan tos tanyo le tiro sun.

Article 19

1. Le Comité adopte son propre règlement intérieur.

2. Le Comité élit son Bureau pour une période de deux ans.

Ambeko na 20

1. Tinti Tosonyo janja kwaranu tabo tanyo ya nong tunti ninyo sun tos tiro eno jehea atoka be al zapau yanyo noza Ambeko na 18 na Jeluva taula.

Article 20

1. Le Comité se réunit normalement pendant une période de deux semaine ou plus chaque année pour examiner les rapports présentés conformément à l’article 18 de la présente Convention.

2. Tinti Akara na Tosonyo be al janja munto la tibando na Punan Okwa eom la ala ketongo yin kakwa

shi Tosonyo chauka shai.

2. Les séances du Comité se tiennent normalement au Siège de l'Organisation des Nations Unies ou en tout autre lieu adéquat déterminé par le Comité.

Ambeko na 21

1. Tinti Tosonyo, tum Nokanyo na Pokwe ai Ronyo, toka tos tiro yo Wokwara Yoza na Punan Okwa tos janyo ai ya tus yunyo pau ajeka ai anoka yanyo revuza asayun na atoka ai aujo be yunyo pauza chu Umbe chu Punan. Tinti ajeka ai anoka sisa shai be yunyo jalebo bo atoka na Tosonyo kwala lu atoska, tonto akakwa la, chu Umbe chu Punan.

Article 21

1. Le Comité rend compte chaque année à l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies par l’intermédiaire du Conseil économique et social de ses activités et peut formuler des suggestions et des recommandations générales fondées sur l’examen des rapports et des renseignements reçus des Etats parties. Ces suggestions et recommandations sont incluses dans le rapport du Comité, accompagnées, le cas échéant, des observations des Etats parties.

2. Tinti Muntonyoti na Punan Okwa munu atoka na Tosonyo denu Lekenyo tos Nyongi na Wana tos aujo na ya.

2. Le Secrétaire général transmet les rapports du Comité à la Commission de la condition de la femme, pour information.

Ambeko na 22

Tinti punchombe otunjoza koikale en al laka yunyo la jehea amunto na atonto shai na Jeluva taula shi yanyo bo itenai na janyo na yulonyo. Ya tus Tosonyo deka punchombe otunjoza zapau atoka tos amunto na Jeluva la jaman yanyo bo itenai na janyo na yulonyo.

Article 22

Les institutions spécialisées ont le droit d'être représentées lors de l’examen de la mise en œuvre de toute disposition de la présente Convention qui entre dans le cadre de leurs activités. Le Comité peut inviter les institutions spécialisées à soumettre des rapports sur l’application de la Convention dans les domaines qui entrent dans le cadre de leurs activités.

AMBE NA 4

Ambeko na 23

Tinti yayang bo Jeluva vato atonto kakwa yanyo tentumpau tunti aye tos asekanto na iwengi na ubu ai wana yanyo be al bole:

SIXIÈME PARTIE

Article 23

Aucune des dispositions de la présente Convention ne portera atteinte aux dispositions plus propices à la réalisation de l’égalité entre l’homme et la femme pouvant être contenues:

(a) Bo arenyako na Umbe chu Punan; eom

a) Dans la législation d'un Etat partie; ou

(b) Bo jeluva, luko eom ajelu yin kakwa ya ribo tos Punan ye.

b) Dans toute autre convention, tout autre traits ou accord international en vigueur dans cet Etat.

Ambeko na 24

Umbe chu Punan reshika zalo tongono tentim yo la angi na punan yanyo cheke sekanto arento kwambe na koika be al joza yanyo bo Jeluva taula.

Article 24

Les Etats parties s'engagent à adopter toutes les mesures nécessaires au niveau national pour assurer le plein exercice des droits reconnus par la présente Convention.

Ambeko na 25

1. Tinti Jeluva taula mil en Punan yo sentan ya.

Article 25

1. La présente Convention est ouverte à la signature de tous les Etats.

2. Muntonyoti na Punan Okwa be al jampau shi vankaira na Jeluva taula.

2. Le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies est désigné comme dépositaire de la présente Convention.

3. Omunza Jeluva taula tos atushunko. Zaya na tushunko be al rezia Muntonyoti na Punan Okwa.

3. La présente Convention est sujette à ratification et les instruments de ratification seront déposés auprès du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies.

4. Tinti Jeluva taula mil tos anubo na Puna yo. Anubo denu ribo za arezia na zashi kwa na nubo la Muntonyoti na Punan Okwa.

4. La présente Convention sera ouverte à l’adhésion de tous les Etats. L'adhésion l'effectuera par le dépôt d'un instrument d'adhésion auprès du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies.

Ambeko na 26

1. Tus al zapau asoi tos awain na Jeluva taula la ata yo chu Umbe chu Punan yo za akahea oko be al kapau Muntonyoti na Punan Okwa.

Article 26

1. Tout Etat partie peut demander à tout moment la révision de la présente Convention en adressant une communication écrite à cet effet au Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies.

2. Tinti Wokwara Yoza jebas tos nungi, tonto akakwa laila, be tim al munto tos asoi shai.

2. L'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies décide des mesures à prendre le cas échéant, au sujet d'une demande de cette nature.

Ambeko na 27

1. Tinti Jeluva taula nuku ribo la anin na yenini ze ninka na rezia la Muntonyoti na Punan Okwa na zashi na sunini na tushunko eom nubo.

Article 27

1. La présente Convention entrera en vigueur le trentième jour qui suivra la date du dépôt auprès du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies du vingtième instrument de ratification ou d'adhésion.

2. Tos Punan kwa yo ya tushunko Jeluva taula eom ukwa yu nubo ya ze arezia na zashi na sunini na tushunko eom anubo lo, Jeluva denu nuku ribo la anin na yenini ze ninka na rezia na zashi na yulo na tushunko eom nubo.

2. Pour chacun des Etats qui ratifieront la présente Convention ou y adhéreront après le dépôt du vingtième instrument de ratification ou d'adhésion, ladite Convention entrera en vigueur le trentième jour après la date du dépôt par cet Etat de son instrument de ratification ou d'adhésion.

Ambeko na 28

1. Tinti Muntonyoti na Punan Okwa pauza ai paucho Punan yo auko na izevan be Punan jam yanyo la ata na atushunko eom anubo

Article 28

1. Le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies recevra et communiquera à tous les Etats le texte des réserves qui auront été faites au moment de la ratification ou de l’adhésion.

2. Tinti tusung izevan ya jeluring auno ai ikeno na Jeluva taula.

2. Aucune réserve incompatible avec l'objet et le but de la présente Convention ne sera autorisée.

3. Tus al raza izevan la sinta yo la munu akahea akwa ya kano shai Muntonyoti na Punan Okwa, ukwa ya tinti yu tai munjo Punan yo tos aye. Tinti amunjo shai nuku al munto ya la ninko al pauza ya tai.

3. Les réserves peuvent être retirées à tout moment par voie de notification adressée au Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, lequel informe tous les Etats parties à la Convention. La notification prendra effet à la date de réception.

Ambeko na 29

1. Tinti al zapau yinjesa aruyun kakwa bambo Umbe sun eom wi tunti chu Punan ya tos ajeboza eom azajam na Jaluva taula ya be al nong za apopoka rembas ya ze ukwa chu yunyo soi ya. Tonto cheku maro vai chu ninko na soi yinjesa lo, umbe tenong jelu tos aren na yinjesa, ya tus ukakwa chu umbe ye yuno aruyun denu Renkanyo Amwiva na Inempu ze asoi ya noza renya na Renkanyo.

Article 29

1. Tout différend entre deux ou plusieurs Etats parties concernant l'interprétation ou l’application de la présente Convention qui n'est pas réglé par voie de négociation est soumis à l’arbitrage, à la demande de l'un d'entre eux. Si, dans les six mois qui suivent la date de la demande d'arbitrage, les parties ne parviennent pas à se mettre d'accord sur l'organisation de l’arbitrage, l'une quelconque d'entre elles peut soumettre le différend à la Cour Internationale de Justice, en déposant une requête conformément au Statut de la Cour.

2. Tus Umbe chu Punan yo la ata na sentan eom tushunko Jeluva taula eom anubo na ya lo yoka en yunyo nong jesa yulonyo vasku sinkombe na 1 na ambeko wau. Tinti umbe yin chu Punan nong vasku sinkombe ye tonto ya tos Umbe kakwa chu Punan yunyo yoka izevan shai.

2. Tout Etat partie pourra, au moment où il signera la présente Convention, la ratifiera ou y adhérera, déclarer qu'il ne se considère pas lié par les dispositions du paragraphe 1 du présent article. Les autres Etats parties ne seront pas liés par lesdites dispositions envers un Etat partie qui aura formulé une telle réserve.

3. Tus Umbe yo chu Punan yunyo yoka izevan ya noza sinkombe na 2 na ambeko wau raza izevan ye za amunjo tos Muntonyoti na Punan Okwa

3. Tout Etat partie qui aura formulé une réserve conformément aux dispositions du paragraphe 2 du présent article pourra à tout moment lever cette réserve par une notification adressée au Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies.

Ambeko na 30

Tinti Jeluva taula, auko na Arabaka, Hanka, Ingilka, Faransaka, Ruska ai Espanyanka yanyo hokasa wengi be al rezia la Muntonyoti na Punan Okwa.

Article 30

La présente Convention, dont les textes en anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposée auprès du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies.