Interview de Sylvie Barbaroux par Nathalie Ratajczyk

Pour le site L’Ecrivain Public

http://sylvie-barbaroux.blogspot.com

Sylvie Barbaroux voit le jour à Paris en février 1965 puis quitte la capitale en 1972 pour vivre dans le Sud Est de la France avec sa famille. En 1975, son père a l'opportunité de travailler en Libye, à Tripoli et les emmène avec lui pour y rester sept ans. Sylvie vit alors les années les plus mémorables de son adolescence, découvrant les joyaux archéologiques de ce pays. Sa première passion naît avec la découverte des vieilles pierres pleines d'âme de l'antiquité et avec les incontournables cours d'Histoire sur l'Egypte antique en classe de 6ème ! Les livres sur l'Egypte ancienne meublent alors sa bibliothèque tandis que L'Egypte la passionne depuis son vécu en Libye malgré les conflits entre les deux pays en 1975, les tanks dans les rues tendues par la situation et l'impossibilité de franchir la frontière égyptienne. Mère à 19 ans, Sylvie se consacre à l'éducation de ses deux enfants tout en exerçant divers emplois. Les années passent, Sylvie se marie, divorce à deux reprises puis se consacre pleinement à sa vie professionnelle et à ses passions basées sur les voyages et l’écriture lorsque ses enfants quittent le nid maternel.

C’est en Avril 2000 que Sylvie découvre l'Egypte pour la toute première fois. Après ce premier périple, dès que l'avion quitte le tarmac de l'aéroport du Caire, les larmes l’envahissent comme si elle laissait une partie d’elle. Quelque chose la lie à ce pays ; il est évident alors qu’elle y retournera coûte que coûte. De retour chez elle, elle n’a plus qu’une seule envie : immortaliser ses souvenirs. Elle prend alors la plume et écrit son premier récit de voyage car l'Egypte est fascinante… On l'aime ou on la déteste, c'est ainsi. Le brouhaha du Caire, la noblesse d'Alexandrie, l'envoûtement de ses déserts Libyque et oriental, la vie sur les rives du Nil en Haute Egypte et les nombreuses et surprenantes traces de son passé pharaonique réveillent en elle une passion sans limites pour cette Egypte d'hier et d'aujourd'hui. Sylvie Barbaroux ne cesse alors de partager son affection et son inquiétude pour ce pays à travers ses livres.

 

Quelles sont les raisons qui, un jour, vous ont amenée à prendre la plume pour écrire ?

En raison d'un immense mal-être, le besoin de m'évader fut urgent et depuis, mon équilibre existentiel demeure grâce à l'écriture.

L’écriture était-elle une évidence (une vocation) qui s’est révélée plus tard dans votre vie d’adulte ou enfant écriviez-vous déjà ?

Jamais je n’aurais pensé écrire un livre, c’est ma passion du partage qui m’a guidée vers le chemin de l’écriture. Cependant, lorsque je vivais en Libye de la classe de 4ème à la Seconde, je suivais des cours par correspondance. Je lisais toute la journée ; j'aimais beaucoup les textes moyenâgeux. Soudain, je me mis à écrire quelques poèmes sans grand intérêt, cependant cela m'occupait et brisait ma solitude certaine. Vingt ans plus tard me vint l'envie d'immortaliser mon premier périple égyptien, "Egypte tant désirée". Suite à mon second voyage en terre égyptienne, alors que je n'avais prévu d'écrire qu'un second récit de voyage, je me laissais prendre par mon imagination et de cet écrit naquit mon premier roman "Le secret du Fayoum" en 2004.

Qu’avez-vous ressenti à l’écriture de votre premier livre ?

Mon premier roman terminé " Le secret du Fayoum" - fin août 2003 - je ressentis, pour la première fois de mon existence, de la fierté. J'avais prouvé, alors, à mon entourage, que j'étais capable de réaliser quelque chose de passionnant.

En quelque sorte, je fis un pied de nez à ceux qui ne croyaient pas en moi !

Quels ont été les moments les plus forts et ceux qui vous ont apporté le plus de satisfaction dans votre vie d’écrivain ?

Ecrire est une passion dévorante qui, pourtant, présente des moments difficiles lorsque je dois me couper totalement du monde, de mes enfants, me priver de repos, de vacances, de sommeil pour me consacrer à un ouvrage. La plus grande des contradictions est que ces instants-là sont alors forts en adrénaline ! Il est douloureux aussi de découvrir des commentaires acides de lecteurs qui n’auraient pas apprécié un livre, pourtant les accepter aide à s’améliorer.

Quant à la satisfaction, elle est immense lorsque les lecteurs vous complimentent sur votre ouvrage ; j'en oublie alors les sacrifices qu'il m'aura demandés et grande est ma joie d'avoir offert du plaisir et de l'évasion à mes lecteurs.

« Je me plais aussi à fermer les yeux, avant d'écrire, afin de m'imaginer la vie qui pouvait régner en Egypte il y a plus de quatre mille ans, tenter de revivre sa douceur de vie et ses complots politico-cultuels qui semblent reprendre, à mon grand regret, en pensant chaque jour à mes amis égyptiens coptes, musulmans et français qui vivent sur place. »

Quel moyen d’édition avez-vous choisi ? 

Je contactai plusieurs maisons d'édition, mais en vain. Pourtant, un beau jour de janvier 2004, « La société des écrivains » à Paris m’envoya le contrat pour édition, certes avec un bémol : cela me coûta quelques milliers d'euros, ce qui fut un immense sacrifice financier. Aussi, à présent, je prône l'auto-édition, sinon, plus jamais je n'aurais pu continuer à publier, j'aurais cessé d'écrire sans aucun doute.

Comment vous vient l’idée d’un roman, comment et à quel rythme écrivez-vous ?

Le plus difficile me paraît être le premier mot à écrire et la chute de l'histoire. Incapable de créer devant un écran et un clavier, j'écris tous mes ouvrages sur papier. Je suis une grande passionnée de l'Egypte, certes, mais du monde qui m'entoure aussi. Je pourrais écrire sur de nombreux sujets. Cependant, l'Ancien Empire égyptien m'intrigue tant que j'ai décidé de faire connaître cette période à mes lecteurs, trop lasse de constater que l'Egypte semble se cloisonner à Ramsès II, Akhenaton et Tout-Ankh-Amon…

Dès une idée, je me pose dans le silence le plus complet si possible, avec mon chat couché sur mes notes posées sur la table. Alors, je suis ailleurs. Dès que des scènes se présentent à mes yeux (fermés), j'écris au kilomètre en suivant mon synopsis.

Je n'ai pas de rythme de travail. Menant une vie professionnelle en parallèle, j'écris lorsque je ne suis pas fatiguée, si les idées viennent, si le bruit de la ville ne me perturbe pas trop, c'est aussi pour cela que j'écris surtout la nuit, lorsque tout est endormi.

J'ai mis presque deux ans pour donner naissance à mon dernier roma n "Horus La proie de l'or" publié en mai 2014 pour lequel j'ai sacrifié tous mes weekends, mes congés, mes soirées. C'était le prix à payer et je ne peux le regretter lorsque je constate combien le livre plaît ; voici une bien belle récompense !

Quelles sont les personnes proches, amis, collaborateurs qui vous suivent dans l’écriture de vos livres et que vous apportent-elles ?

Je suis une grande solitaire, cependant, je demande conseil à mon fils journaliste en presse écrite. La personne qui me suit le plus est un grand ami à qui je confie mes idées et la réalisation de mes couvertures de livres, la gestion de mes blogs. Un livre écrit, il est alors le seul à le lire et nous corrigeons ensemble les passages suivant son regard extérieur. Il me motive énormément, cela fait un bien fou. Le livre publié, ma famille me donne alors son avis, mais le travail est réalisé !

Quels conseils pourriez-vous donner à ceux qui, comme vous, désirent écrire et publier leur œuvre ?

On ne peut pas écrire sur tout et n’importe quoi...  Bien choisir son sujet. Travailler son synopsis quitte à le reprendre maintes et maintes fois, il est la base essentielle. Ensuite, prendre son temps. La précipitation n'est pas le meilleur ingrédient. Si parfois le découragement nous gagne, il suffit de faire une pause, de mettre de côté le manuscrit et le reprendre dès qu'une idée surgit, là, ne plus attendre et étaler l'encre jusqu'à la scène suivante. Le livre terminé, il est très important de le relire plusieurs fois et de le faire lire à d’autres personnes de confiance pour corriger toutes fautes de syntaxe et d’orthographe. Il est très difficile de corriger son propre manuscrit, pourtant cela a une très grande importance.

Les maisons d'édition travaillent avec un nombre restreint d'auteurs. Il est très difficile d'être publié sans avoir à avancer des frais. C'est pour cela que l'auto-édition est une solution bien pratique pour donner vie à nos écrits. Dans tous les cas, ne pas payer pour publier son ouvrage.

Parlez-nous de vos projets…

Actuellement, j'ai deux projets d'écriture dont les scènes se déroulent dans l'Egypte antique, deux romans historiques qui seront eux aussi publiés chez Amazon en édition imprimée et numérique. Je ne pense pas écrire uniquement sur l'Egypte, mais pour l'instant l'inspiration est toujours présente ! Il me plaît tellement de m'évader ainsi de mon siècle et faire renaître un brin de passé lointain. J'envisage aussi de participer davantage à des journées dédicaces, à des salons du livre pour échanger avec les lecteurs et les remercier par une dédicace pour immortaliser l'instant.  

Ces phrases qui vous ressemblent : 

Je crée mon bonheur à travers les événements quotidiens et m'éveille chaque matin avec le sourire, heureuse de vivre, tout simplement ! Je voyage dès que possible pour quitter mes us et coutumes et mon langage. M’imprégnant du pays visité, je m’enrichis alors l’esprit et y trouve éventuellement l’inspiration pour un prochain roman.

"Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage" - Joachim du Bellay  

" Un jour, la joie, un jour la tristesse, tous les jours le sourire" - Sébastien Fauvel