1823 Guerre anglo-birmane. Colonisation.

1947 La conférence de Panglong scelle l'Union des peuples de la Birmanie.

1948 Indépendance.

1962 Coup d'Etat militaire.

1991 Prix Nobel de la paix pour Aung San Suu Kyi.

1988 Répression sanglante du mouvement démocratique et étudiant à Rangoun. Au moins 3 000 morts parmi les manifestants.

Aung San Qui crée la Ligue nationale pour la démocratie. La junte la plage en résidence surveillée.

2009 Pékin entreprend la construction du gigantesque barrage de Myitsone sur la rivière Irrawaddy, dans l’État Kachin.

2011 Au printemps, dans sa volonté de libéraliser l'économie contrôlée par l'Etat, le gouvernement fait des ouvertures à Mme Aung San Suu Kyi.

Le 30 mars, la junte s'autodissout.

2910 Un vaste programme de privatisations est lancé. De nombreuses entreprises et bâtiments d'Etat sont vendus. Ces ventes sont réalisées sans mises aux enchères et la plupart des actions des entreprises privatisées sont vendues à une poignée de personnalités protégées par l'Etat. Phénomène similaire à celui qui a eu lieu en Russie après l'écroulement de l'Union soviétique, le processus de privatisation renforce la classe oligarchique liée aux militaires.

PIB et croissance  5,3%.

2011 1.800 prisonniers d'opinions qui croupissent dans les geôles.

2012 Aux élections partielles d'avril, la LND gagne une écrasante majorité avec 43 sièges sur les 45 sièges disputés. Aung San Suu Kyi est élue au Parlement après 15 ans de liberté surveillée et de répression des militants. Le parti du pouvoir reste dominant.

Les Etats-Unis assouplissent leurs sanctions depuis l'ouverture démocratique.

Dans l’Etat d’Arakan (ouest, le long du Golfe de Bengale), affrontements religieux entre Arakanais bouddhistes et Rohingyas musulmans. 100 000 Rohingyas vivent cloîtrés dans des camps. La nationalité birmane est refusée aux 1,3 millions de Rohingyas.

Pauvreté Un tiers des 55 millions de Birmans vit sous le seuil de pauvreté.

75% de la population n'a pas accès à l'électricité.

Santé Les dépenses publiques de santé par habitant ne dépassent pas deux dollars par an.

2013 En mars, un pogrom planifié contre la minorité musulmane au centre du pays fait 35 morts

2015 Une vingtaine de groupes rebelles s'opposent à l'armée gouvernementale. En octobre, huit signent un accord paix.

Élections en novembre. Remportées par Aung San Suu.

2016 Le 1er avril, arrivée au pouvoir de Aung San Suu Kyi et de son parti la Ligue nationale pour la délivrer. Elle dirige de fait l'exécutif et prône le dialogue avec les rébellions.

En mai, nouveau gouvernement pro-démocratique.

2017 Représailles de l'armée contre la minorité musulmane rohingya. 65 000 d'entre eux ont fui au Bangladesh. San Suu Kyi laisse le champ libre aux militaires dans cette région de l’Arakan, dans l'ouest de la Birmanie où ils font des atrocités.

PIB et croissance 6,5 % (prévision).

Population

- 60 millions d'habitants. L'ethnie des Bama constitue la majorité birmane (deux-tiers).

- Les minorités ethniques ou religieuses, mais aussi les populations d’origine indienne ou chinoise, subissent des discriminations et ne sont pas traitées à l’égal de la majorité birmane. 135 minorités ethniques forment un tiers de la population et occupent la moitié du territoire. Les principales ethnies sont en guerre contre le pouvoir central depuis des années. La minorité Karen se bat contre l'Etat depuis 1948. L'armée commet de terribles atrocités (travail forcé, viols) contre les populations civiles des ethnies (shan, karen, kachin) des territoires frontaliers.

Religions : 88% de la population est bouddhiste.

5 % de musulmans. Ils sont persécutés par des boudhistes extrémistes.

Naypyidaw est la capitale, une ville nouvelle relativement isolée et principalement habitée par des fonctionnaires.

Ressources naturelles La Birmanie est riche de ressources naturelles (bois de construction, minerais, pierres précieuses, gaz et pétrole entre autres).

Services publics : Après des dizaines d'années de dictature militaire (depuis 1962), le système éducatif et de santé est en ruines. Les universités, qui ont été le centre de la constestation politique, ont été particulièrement touchées par le manque de fiancement.

Privatisations : L'économie est très fortement sous le contrôle de l'Etat.

Corruption La Birmanie est le pays le plus corrompu du monde derrière l'Afghanistan. Les hauts fonctionnaire du gouvernement ont une grande lattitude pour accorder ou non des permis ou des licences, ce qui fournit est une source de corruption.

Sanctions économiques Les sanctions économiques imposées par les Etats-Unis et l'Europe pénalisent plus la population que les hommes d'affaires liés au régime. La France et l’Allemagne se sont opposés à des sanctions touchant les secteurs stratégiques qui rapportent de l’argent à la junte et l’aident à se maintenir au pouvoir parce que ces sanctions menacent leurs propres intérêts en Birmanie.

Le groupe Total est l’un des plus importants investisseurs en Birmanie. Il est accusé d’avoir eu recours au travail forcé.

Chine La Chine a toujours soutenu les juntes qui se sont succédé en Birmanie. C'est le plus gros investisseur dans le pays et elle lui achète son pétrole et son gaz.

Libertés démocratiques. La presse à caractère politique ou historique est soumise à une censure préalable avant toute publication. Les partis politiques et les syndicats sont maintenant autorisés ainsi que le droit de grève, même si cela ne se matérialise pas réellement dans la pratique. Le gouvernement a aussi mis en place une commission pour les droits de l’homme, reconnaissant de ce fait qu’il y a des problèmes de cette nature en Birmanie.

Sites recommandés sur la Birmanie

logo Extrême Asie

(français) Pour une politique progressiste en Asie. Site de Danielle Sabai.