XIXe siècle

1900 - 1963

1964 - 1999

2000 - 2009

2010

Au printemps, suite aux pluies diluviennes, des plans de transfert de 3 600 familles des favelas sont mis en place sous prétexte de sécurité. La gauche et les mouvements sociaux dénoncent une sélection qui n'a rien à voir avec les zones à risques ou inondables, mais qui cible des terrains devenus intéressants pour la spéculation foncière et immobilière.

En novembre, élection de Dilma Roussef au deuxième tour face au candidat réactionnaire lié à l'Opus Dei, Gerald Alckmin.

Le PSOL présente comme candidat Plinio de Arruda Sampaio, figure historique de la gauche brésilienne, un chrétien socialiste inspirateur des premiers projets de réforme agraire, qui fait une bonne campagne mais n'a que 1 % des voix.

Population Au recensement, 51 % des Brésiliens se sont définis comme non blancs.

Croissance du PIB : 7,5 %.

2011 Premier mandat de Dilma Rousseff.

Corruption Les élus politiques du PT sont très corrompus. Depuis sept ans, plus de 18 milliards d'euros ont été détournés des coffres publics dans différentes affaires de corruption. Soit l'équivalent du PIB de la Bolivie.

PIB de 2 440 milliards de dollars, croissance : 2,7 %.

2012 En octobre, élections municipales. Adoption du code forestier.

Le gouvernement Dilma prend clairement le chemin de la régression dans le domaine des droits sociaux.

Croissance du PIB : 1 %.

Chômage : 12 %.

Pauvreté Un des pays les plus inégalitaires de la planète, où l'écart entre la minorité privilégiée et la majorité appauvrie est un des plus grand.

Inflation La hausse des prix est devenue un problème pour les familles les plus pauvres qui vivent dans les grands centres urbains. Le kilogramme de viande de bœuf augmente de près de 30 %, celui du kilogramme de poulet de 15 %. Une conséquence directe de la hausse de 15 % prix du soja sur le premier semestre.

Femmes Les femmes travailleuses représentent 46 % de la population active.

Société 76,5 % des 30 000 jeunes assassinés en 2012 étaient noirs ou métis.

Agriculture Second producteur mondial de soja (30 % de la production mondiale). La moitié est exportée (Chine). Les agriculteurs, attirés par la rentabilité très importante de la culture du soja, délaissent peu à peu le coton et le maïs.

2013 En juin, mouvement social appelé les “journées de juin” : 250 000 manifestants envahissent les grandes villes du pays pour protester contre les dépenses faites pour les événements de football (11 milliards de dollars), la hausse des prix des transports publics, réclamant plus d'investissements dans l'Éducation, la Santé et les transports publics.

Vague de grèves des travailleurs municipaux.

Croissance du PIB 2,5 %.

Inflation 6,5 %. La demande des consommateurs est forte et les entreprises ont du mal à fournir. Blocage des prix de l’énergie.

Chômage : 5 %.

Pauvreté Selon le gouvernement, 22 millions de Brésiliens sont sortis de la pauvreté depuis deux ans.

Santé Manque important de médecins : 1,8 médecin pour 1000 habitants.

Société 312 meurtres d’homosexuels en 2013. Le mariage homosexuel est légalisé.

Energie 

En octobre, effondrement de la firme pétrolière OGX.

L’insuffisance du nombre de barrages hydrauliques impose aux usines de vivre sous la menace des coupures d’électricité, au gré des sécheresses.

Agriculture La faiblesse des infrastructures de transport triple le prix du soja, entre sa production dans le Mato Grosso et le port de la côte qui lui permet d’être exporté jusqu’en Chine. 

2014 

Election Pendant la campagne électorale, face au risque de perdre l’élection, Dilma Rousseff vire à gauche et s’en prend aux banquiers, aux patrons et aux riches en général. Elle est réélue de justesse en octobre (51,6 %) face au candidat de droite Aécio Neves. Sa majorité est fragile. Le Congrès National élu est le plus conservateur depuis la dictature militaire (40 % des députés sont liés à l’église protestante, à l’agrobusiness ou à l’industrie de l’armement).

Croissance du PIB : 0 %. Aggravation de la crise économique.

Inflation : 6,4 %.

Chômage de 4,9 %.

Agriculture 36 assassinats dans les conflits liés à la terre. 

2015 Second mandat de Dilma Rousseff. 

Politique d’austérité, touchant les fonctionnaires retraités notamment, avec coupes budgétaires et hausse d’impôts. Les électeurs de Rousseff se sentent trahis. Sa cote de popularité s’effondre.

L’exécution de politiques d’austérité dans une économie déjà entrée en récession aggrave considérablement celle-ci, sans aucune amélioration des comptes publics dont la situation se détériore.

Projets de loi pour précariser la fonction publique et plus généralement le droit du travail.

Attaques anti-démocratiques contre le droit de manifestation, avec la loi antiterrorisme sous le prétexte des Jeux olympiques.

Le PT ayant encore des liens avec des mouvements syndicaux et populaires, prend  position contre certains aspects de cette politique.

Opposition croissante de la société civile.

Croissance du PIB : -3,8 %. Profonde récession, la plus grave depuis les années 1930. Baisse de la production industrielle (moins 22 % pour l’automobile).

Inflation : 10 %. L’inflation pèse sur le pouvoir d’achat des ménages et sur leur consommation.

Déficit public de 10 % du PIB.

Dette publique de 65 % du PIB.

Chômage : 8 %.

Industrie Une grève à Volkswagen permet la réintégration de 800 ouvriers licenciés.

Ecologie Sécheresse (due à la déforestation amazonienne ?). Projet de construction, à Belo Monte, du troisième plus grand barrage du monde en Amazonie sur la rivière Xingu. Ce barrage qui va entraîner l'inondation de vastes zones de la forêt tropicale, va expulser 20 000 à 40 000 Indiens de leurs terres et va libérer de grandes quantité de méthane dans l'atmosphère.

Corruption Grave affaire de corruption généralisée touchant les principaux partis, le pouvoir législatif et judiciaire via Petrobras. Corruption de dirigeants politiques sud américains (Argentine, Pérou, Panama,Colombie, Mexique et Venezuela) via le géant du BTP Odebrecht pour l’accaparement de marchés publics.

2016 Mobilisation de la population face à la corruption des élus.

En se servant des preuves évidentes de corruption du PT, du PP, du PMDB et d’autres dans l’affaire Petrobras, des secteurs fondamentaux du capital en profitent pour déchaîner un mouvement dans les rues et dans les institutions qui met à exécution le coup d’État institutionnel.

En mars, Lula est mis en examen pour corruption dans l’affaire Petrobras.

Trois millions de Brésiliens défilent pour obtenir le départ de Dilma Roussef. Le mouvement anti-corruption devient un mouvement anti-PT mais il y a une grande variété de positions parmi les manifestants.

Lula entre au gouvernement pour échapper aux poursuites judiciaires.

En avril, les députés votent la destitution de Dilma Roussef. Cette destitution est l’oeuvre de la droite et des médias conservateurs. Le motif est la prorogation d’une année à l’autre du paiement de certaines dépenses pour ne pas compromettre la cible budgétaire de l’année courante.

Dilma Roussef quitte le pouvoir le 12 mai et Michel Temer (PMDB parti conservateur), avocat et poète, devient président intérimaire.

Le PT, qui conserve un pouvoir de mobilisation, réunit des milliers de personnes dans les rues en défense du gouvernement, dénonçant un coup d'État. La destitution ne peut être contrecarrée par un soutien populaire massif car Dilma Roussef a mis en place une politique économique d’austérité totalement suicidaire.

En août, Jeux Olympiques.

En octobre, élections municipales. Débâcle du PT qui perd les deux-tiers des mairies gagnées en 2012.

Avec la bénédiction du FMI, le gouvernement Temer intensifie la politique libérale et veut inscrire dans la constitution la rigueur budgétaire. Il est impliqué dans les affaires de corruption.

En novembre, l’Etat de Rio est ruiné. Des milliers de fonctionnaires manifestent.

Amendement constitutionnel de gel pendant 20 ans des dépenses publiques. 10 000 personnes manifestent contre dans les rues de Brasilia.

Population Forte expansion du culte évangélique. Pays comportant le plus de catholiques au monde                Croissance du PIB : - 3,6 % (troisième année de récession).

L’économie brésilienne dépend surtout de son marché interne.

La Chine est le principal partenaire commercial du Brésil.

Inflation 4,5%.

Dette 70% du PIB.

Chômage 11 %

Pouvoir d’achat Le pouvoir d'achat des ménages a chuté de 10 % en deux ans.La Bolsa familial ne coûte que 0,4% du PIB.

Santé La sécurité sociale pèse de 8 % dans le PIB.

2 millions de Brésiliens cessent de cotiser à leur assurance-maladie privée, faute de moyens.

1,5 million de personnes infectées par le virus Zina.

Agriculture En 2016, la déforestation en Amazonie a augmenté de 29 % par rapport à 2015, après avoir ralenti pendant dix ans jusqu’en 2013.

118 assassinats dans les conflits liés à la terre. Seuls 10 % des assassinats ont été suivis d’un jugement pendant les trente dernières années.

"Si des pauvres des favelas brésiliennes ont faim, c’est parce que le pays exporte son maïs et son soja vers les pays occidentaux pour nourrir leurs cochons ou pour fabriquer des agrocarburants et donner à boire à leurs voitures et à leurs avions".

2017

Corruption En juin, le président Michel Temer est mis en accusation pour corruption passive (pots de vin du géant industriel de la viande).

En juillet, au cours de l’enquête “Lava Jato” sur un gigantesque scandale de corruption.

Lula est condamné à 12 ans de prison par la justice qui l’accuse d’avoir bénéficié d’un triplex en bord de mer dans l’État de Sao Paulo, mis à disposition par une entreprise de BTP. Les procédures d’enquête contre lui sont très rapides et la base de sa condamnation est mince.

Ecologie Fin août, le président Michel Temer publie un décret autorisant l’exploration minière dans un territoire gigantesque en Amazonie, pourtant protégé, sur lequel vivent plusieurs tribus.

Croissance du PIB : 1 % (prévision).

Commerce La Chine devient le premier partenaire commercial du Brésil.

Chômage 12 millions de chômeurs.

Santé Plus d’un adulte sur sept et obèse (malbouffe).

Industrie Le secteur aéronautique est stratégique. Le constructeur d’avions civils et militaires Embraer (privé) emploie 16 000 personnes.

2018 

Election présidentielle Le député d’extrême droite, ancien militaire et soutien de la dictature Jair Bolsonaro (PSL), raciste, misogyne et homophobe, obtient au premier tour 46 % des voix contre 29 % pour le candidat du parti des travailleurs (gauche), Fernando Haddad. Élu au second tour le 28 octobre avec 55% des voix.

Criminalité En février, constatant l’augmentation de la criminalité à Rio, le président Temer charge l’armée de rétablir l’ordre. Ce retour en force des militaires est une première dans le pays depuis la fin de la dictature en 1985.

PSOL Assassinat de notre camarade, la conseillère municipale Marielle Franco, militante de PSOL, de la cause noire et des droits des LGBT, par un ex-policier militaire. Bête noire de l'extrême droite, elle dénonçait les groupes paramilitaires formés d'anciens ou d'actuels policiers qui sèment la terreur dans les faubourgs de Rio.

Population Les indigènes voient régulièrement leurs terres confisquées au profit du secteur agroalimentaire et de la culture du soja. La déforestation, qui ne cesse de gagner du terrain, menace leur mode de vie traditionnel dans la nature.

Croissance du PIB : 2,5 %.

Inégalités Les 6 personnes les plus riches détiennent autant que les 100 millions les plus pauvres.

2019

Luttes En mai manifestations pour défendre l'enseignement supérieur menacé par d'importantes coupes budgétaires (gel de 30% des subventions aux universités).

Grève nationale le 14 juin contre la réforme majeure du système de retraite prévue par le gouvernement.

Partis politiques

Le courant « Démocratie Socialiste » est resté au PT. Il critique, jusqu'à un certain point, la politique néolibérale de Lula, mais reste prisonnier de la solidarité gouvernementale.

Partido Socialismo e liberdade (PSOL). Parti socialiste et liberté. Parti issu de la crise du PT, un parti anticapitaliste large et socialiste qui s'est donné comme objectif de contribuer à reconstruire la gauche brésilienne. Ce parti fonctionne comme un front regroupant différents courants ou organisations. - Le PSOL a reçu l'adhésion de groupes d'origine trotskiste, de militants socialistes chrétiens — comme Plinio de Arruda Sampaio, un des intellectuels chrétiens les plus connus du pays, auteur d'un projet de réforme agraire soutenu par le mouvement des sans-terre, d'un certain nombre de syndicalistes et d'intellectuels de gauche connus, comme Carlos Nelson Coutinho, Leandro Konder, Chico de Oliveira ou Ricardo Antunes.

Colectivo Resistencia Socialista. Cette organisation a le statut d'observateur permanent de la IVe Internationale.