Chronologie de l’Ukraine jusqu’au XXe siècle

Jusqu’au XVe siècle, voir  Russie Ier au XVe siècle

Le Dniepr est la ligne de partage entre l'influence russe et l'influence polonaise.

XVIIe siècle

Voir Russie au XVIIe siècle.

XVIIIe siècle

Voir Russie au XVIIIe siècle. 

XIXe siècle

Un certain nombre de peuples dans l'Empire cherche à montrer leur distinction.

Vers 1844, formalisation de la langue ukrainienne.

Voir Russie 19e 1800-1849

Voir Russie 19e1850-1899

XXe siècle

1911

Pierre Stolypine, premier ministre de la Russie est assassiné à Kiev.

1917

1918

Indépendance proclamée de l'Ukraine par la Rada, Parlement ukrainien.

Grande diversité religieuse et ethnique en Ukraine.

Années 1920

L’identité nationale ukrainienne se développe au sein de la classe ouvrière.

Les communistes ukrainiens veulent et exigent qu’il y ait, tout d’abord, une reconnaissance de leur République socialiste soviétique en tant qu’unité économique unique, alors que les bolcheviks russes veulent à l’origine voir la République ukrainienne divisée en deux – une zone agricole et une zone industrielle – et décider des priorités de ces deux régions depuis Moscou.

Les communistes ukrainiens disent non, ils veulent qu’il y ait un seul plan pour leur république qui comprenne le développement industriel et agricole, et veulent le décider eux-mêmes. Cela a de graves répercussions sur l’éducation, la planification économique et toutes sortes de questions de développement.

1921

Une composante importante du parti bolchevique d’Ukraine est composée de locuteurs ukrainiens et une partie importante de l’intelligentsia ukrainienne réclame un gouvernement ukrainien indépendant qui s’unirait aux autres républiques soviétiques librement, de sa propre volonté.

1922

A la fin de l’année 1922, formation de l’URSS qui est constitutionnellement une confédération des républiques de l’Union.

Mais en réalité, sa structure politique est fortement centralisée et les bolcheviks russes au pouvoir ne permettent pas le développement d’un État indépendant. Cependant, ils doivent faire d’importantes concessions.

À la fin de la guerre civile, l’Ukraine est divisée entre quatre États différents : la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Roumanie et l’Union soviétique.

1928

La moitié des syndicats ukrainiens fonctionnent en ukrainien, alors qu’avant la révolution, ils étaient en grande majorité russophones.

Années 1930

L’identité ukrainienne en tant que choix d’autodétermination, qui s’est renforcée dans les années 1920, dans des conditions qui permettaient aux Ukrainiens d’entrer dans la vie politique, est brutalement mise à mal. Elle est poussée dans la clandestinité avec les purges staliniennes et la terreur.

Russification de la langue ukrainienne.

Politique stalinienne contre le nationalisme bourgeois.

La grande majorité de tous les dirigeants politiques et culturels ukrainiens sont éliminés.

1932

Holodomor (- 1933) : Famine artificielle créée par Staline. 5 à 6 millions de morts.

Purge des intellectuels ukrainiens.

Cf URSS dans les années 1930

L’intelligentsia est anéantie pendant la famine de 1932-1933 qui brise les reins de la paysannerie en tant que force politique autonome.

La migration des Russes est aussi favorisée pour affaiblir la paysannerie.

1933

140 des 142 membres du comité central du Parti communiste ukrainien de vont finir dans les camps et les prisons ou être carrément exécutés.

Après la seconde guerre mondiale, 180.000 Tatars de Crimée sont déportés.

1939

Adolph Hitler et Staline se partagent la Pologne.

1941

L’Allemagne nazie envahit l’Union soviétique.

Avec l’invasion allemande, la population juive est victime d’atrocités.

Plus de 150.000 personnes sont enfermées dans le ghetto juif de Lviv après l’invasion allemande. Elles sont surveillées par des unités SS. 136.000 personnes vont y perdre la vie durant l’occupation.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne nazie enrôle quelque 250.000 Ukrainiens dans ses formations militaires et sa police auxiliaire, tandis que 4,5 millions d’Ukrainiens servent dans l’Armée rouge soviétique, soit 40 % de ses effectifs totaux.

Ils participent aux grandes batailles qui vont permettre d’expulser puis de vaincre l’Allemagne pendant la guerre.

En conséquence, la République socialiste soviétique d’Ukraine subi les plus lourdes pertes en termes de vies humaines et de dégâts matériels de toutes les républiques soviétiques.

Quand la défaite allemande se profile à l’horizon, les nazis dissimulent les preuves de leurs crimes contre les Juifs. Le commando 1005 est chargé de cette tâche.

1944

L’Armée rouge libère la ville de Lviv. Il n’y a pas plus de 300 survivants dans le ghetto juif de Lviv. Les criminels ont pris la fuite.

1945

Pratiquement tous les territoires de l’Ukraine sont réunis pour la première fois sous un seul État.

1953

Dans la période après Staline, il y a une alternance de périodes de libéralisation de la vie politique et de retour de la répression.

Une partie de l'élite ukrainienne est recrutée par l'appareil stalinien.

Une conscience politique pour l’autodétermination est toujours présente et va le rester jusque dans les années 1980.

1954 

A l’occasion du 300e anniversaire du Traité de Pereïaslav, la Crimée, majoritairement peuplée de Russes, est rattachée administrativement à la République socialiste d’Ukraine par Nikita Khrouchtchev. Ce territoire était sous le giron russe depuis Catherine II. Mais ce transfert de souveraineté n’a pas grande importance puisque l’Ukraine est intégrée à l’URSS.

L’alimentation en eau et en électricité de la Crimée vient de l’Ukraine.

Années 1960

Le Donbass est la partie la plus développée de l’Ukraine sur le plan industriel.

La région s’étend également au-delà de la frontière russe. Elle a un niveau de vie très élevé, est économiquement étroitement liée à l’économie de la Fédération de Russie, est historiquement reliée à Moscou et à Leningrad par le rail et d’autres moyens de transport.

Années 1970

Des parties de plus en plus importantes de la classe ouvrière s’identifient comme ukrainiennes.

À partir des années 1970 la région du Donbass connaît un déclin économique.

A la fin des années 1970, création de l'Union ukrainienne des travailleurs et des paysans.

1986

> Fin avril 1986, catastrophe à la centrale nucléaire de Tchernobyl qui contamine 8 % du territoire ukrainien.

1989 

L’URSS autorise les déportés Tatars survivants et leurs descendants à revenir en Crimée. Ils représentent 12 % de la population.

Années 1990

1991

L’empire de l'URSS s’effondre et éclate.

L’Ukraine proclame son indépendance après l’effondrement de l’URSS, comme la Biélorussie

> En décembre 1991, au référendum, 91 % des Ukrainiens votent pour.

La majorité de l’électorat du Donbass soutient l’indépendance de l’Ukraine lors du référendum.

Cette indépendance est perçue comme une trahison par une bonne partie des élites russes qui pensent que le destin de la Russie et de l’Ukraine doivent être liés.

17 % de citoyens russes habitant l’Ukraine passent d’un coup du statut de citoyen de l’empire à celui de minorité en territoire étranger.

La frontière entre la Russie, jusqu’ici simple frontière administrative, devient une frontière internationale.
Leonid Krawtschuk est président (- 1994).

Les nouveaux capitalistes pillent et privatisent les actifs nationalisés.

Des promesses sont faites de ne pas élargir l'Otan à l'Ukraine.

L'indépendance ne s’accompagne pas d’une rupture radicale avec le passé, ni d’un retrait de la vieille classe dirigeante soviétique des fonctions publiques ou de son contrôle sur l’économie.

1994

Mémorandum de Budapest. Accord sur l’intégrité territoriale de l’Ukraine signé par la Russie, le Royaume-Uni, les États-Unis : L'Ukraine rend ses armes nucléaires à la Russie en échange de son indépendance.