Compte rendu du  Comité Quadripartite décembre 2012

29 novembre 2012

17 personnes présentes : 

Les élèves : Elise Warin,  Hector Saint Palais, Alice Roncey(excusée), Gabriel Vandamme,

Alice Leveille, Adèle Clermont.

Les parents : Florence Moch, Dominique Rieu-Helft, Micheline Kingston, Christine lanza Pierre

Le personnel :

PC : Laurence Kalfon,

GC : Abdelilah Hilali , Pascale Zaréa,

La direction : Pierre de Panafieu, Brice Parent, Claude Colombani, Carole Orsini

Ordre du jour :

I Approbation du CR

Une remarque toutefois pour modifier le titre de la prochaine journée quadripartite.

II Discussions et réflexions sur les « valeurs » à l’Ecole Alsacienne

Les parents :

Tradition et Innovation, pour les comprendre aujourd’hui il est important de s’arrêter sur ce qui fait la singularité de l’histoire de l’Ecole.

Un ancien Directeur exprime parfaitement ceci

En 1890 Théodore Beck, directeur pendant 31 ans et grande figure de l’Ecole, licencié en théologie et Pasteur s’exprime lors de son premier discours de directeur ainsi, il parle de la création de l’Ecole comme une:

 "œuvre d’affranchissement intellectuel et moral... avec la collaboration de parents appartenant à toutes les tendances politiques et religieuses, mais désirant avant tout que leurs fils aient horreur de ce qui abaisse et l’amour de ce qui élève – et cela pour la dignité de la famille et l’honneur de la France".

Les fondateurs, peut-on lire dans l’ouvrage consacré au cinquantenaire de l’Ecole,
“voulaient que l’on cultivât l’âme, que l’on développât le sentiment autant que l’intelligence, qu’on réglât le travail de façon à le faire aimer, qu’on amenât les élèves à se soumettre à une discipline non contrainte, mais librement acceptée."

Aujourd’hui dans le projet d’établissement, les valeurs y sont bien inscrites

* Respect des humanités et recherche du progrès
* Développement intellectuel et formation morale
* Épanouissement personnel et utilité sociale
* Confiance en l’initiative privée et sens du bien commun.
* TRADITION et INNOVATION

        Diversité, Laïcité, relations entre les différentes familles

Les personnels :

Comment rendre le texte du projet d’établissement vivant ?

Comment se parle-t-on ?

Comment agit-on ensemble ?

Peut-être en formalisant des projets très concrets.

             Actuellement nous sommes dans une période de rupture des modes d’apprentissage, il faut donc en débattre.

Comment aujourd’hui traduire le projet au sein de l’Ecole, exemple le rôle des délégués

Comment poursuivre ce qui a déjà été engagé ?

Qu’est ce qui fait la spécificité de l’Ecole ?

Est-ce que la diversité des activités de l’Ecole permet de voir le sens de tout ça ?

Ne faudrait-il pas construire des projets fédérateurs de niveaux  et donner du sens à tous ces projets ?

La richesse de l’EA et son dynamisme sont portés par les enseignants (théâtre, concerts, téléthon)

Est-ce que ces « feux d’artifice ne manquent pas de cohérence » ? Comment gagner en cohérence

 

 Dans le texte du projet d’établissement qui a vocation à être modifié il faudra dire d’où l’on vient et qu’est ce qui fait que cette Ecole existe encore ?

Quelle mission a l’Ecole et quels outils met-elle en place ?

L’approche de la connaissance ne se résume pas à un savoir.

Comment dans cette articulation, on associe l’apprentissage à la réussite du baccalauréat MAIS aussi comment on met en place la réussite dans le système supérieur.

Les élèves :

Les élèves de 3ème 2 ont en chargé la rédaction d’un article dans les cahiers de l’Ecole et proposent d’interroger les élèves sur les valeurs de l’Ecole et ce qui leur semble important.

Brice Parent propose que  la journée quadripartite soit ancrée dans le réel et que la démarche soit profitable pour tous.

La question posée alors : Quelle démarche pour cette nouvelle journée ?

Les parents :

Comment l’Ecole aujourd’hui peut-elle s’ancrer dans la nouveauté en s’appuyant sur le projet ?

Comment peut-on articuler l’innovation dans le système de valeurs ?

Pascale  Zaréa  propose la démarche suivante :

Claude Colombani : est-ce que je me reconnais dans ce texte ? Qu’est-ce qui se fait aujourd’hui (projet réel et action), mais aussi que pourrait-on faire comme projet ?

A.Hilali : chaque famille du CQ doit travailler et s’interroger sur les valeurs.

Dominique Rieu-Helft souhaite un rapprochement du texte avec la société :

Comment utilise-t-on ces valeurs dans la pédagogie de l’Ecole mais comment fait-on avec ces valeurs à l’extérieur de l’Ecole, quand on sort de l’Ecole qu’est-ce qu’on emmène avec nous ?

Laurence Kalfon interroge les élèves sur ce qu’ils pensent actuellement de l’apprentissage des savoirs  à l’Ecole et comment faire évoluer cet apprentissage.

Les élèves proposent d’interroger chaque famille dans le vécu.

Carole Orsini suggère un même questionnaire pour chacune des familles

L’ensemble des membres du Comité présents, convient que réinterroger le texte sera le point de départ de cette nouvelle journée quadripartite.

Brice Parent rappelle que l’esprit de tolérance, le respect de l’autre sont des préoccupations remises en cause au quotidien.

Quelles actions menées pour renforcer ces idées ?

Quelles sont les expériences de l’Ecole qui ont apporté quelque chose aux élèves ?

Une présentation du stage de bénévolat aux élèves de seconde a montré des avis partagés et permet de s’interroger sur comment améliorer ce que l’on fait.

Pour l’organisation de la journée, Pierre de Panafieu propose de repartir du mode de fonctionnement traditionnel de ces journées :

                                   Matin

            Après-midi

Echanges sur les Valeurs et les différentes expériences

« confrontation » des valeurs Elèves-Adultes

« On construit » les projets

Comment s’incarne le projet aujourd’hui ?

   S’interroger sur les valeurs éducatives de l’Ecole repose sur des échanges autour de l’Education et du Savoir

   La conception humaniste a défini l’Ecole.

  Le projet s’inscrit comme une nécessité permanente.

Brice Parent : est-ce que la valeur a des limites ?

Pierre de Panafieu : ne pas oublier ce qu’est l’EDUCATION.

L’Ecole Alsacienne est une école libérale où l’on apprend la liberté. Lorsque les  règles ont été transgressées, on vous sanctionne mais on vous réintègre.

Un lien constant entre la confiance qui permet la liberté et l’attention portée aux élèves.

Référence au traité de l’Education de Kant ( …nécessaire soumission aux règles et apprentissage de la liberté…)

Laurence Kalfon rappelle qu’une des spécificités d l’EA est la confiance.

Les élèves ressentent cette liberté mais  aussi que les limites existent, qu’elles sont là.

Questions diverses :

  1. Installation d’une machine « chocolat chaud-café… » : la règlementation l’interdit
  2. Ouverture de la salle informatique, accès des ordinateurs du CDI à la recherche internet
  3. Parking vélos
  4. Des cartables trop lourds en classe de seconde « Halte à la scoliose » !

Ordre du jour de CQ du mardi 8 janvier 2013 :